Le spirituel et la psychanalyse

De
Publié par

A contre-courant d'une tendance de plus en plus répandue, les cinq essais de ce livre voudraient conforter la pensée psychanalytique première et l'existence d'un Inconscient élargi, comme concept et réalité spirituelle. En réponse aux « quick therapies », à une psycho-pharmacopée péremptoire ou une « imagerie » cérébrale se voulant exhaustive, aux disputes partisanes ou au déni de son enjeu, la psychanalyse, comme savoir non uniquement théorique ou clinique, reste le chemin et le phare pour une approche de la vie totalisée de l'esprit.
Publié le : vendredi 1 mai 2015
Lecture(s) : 20
EAN13 : 9782336380803
Nombre de pages : 234
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE SPIRITUEL ET LA PSYCHANALYSE Claude-Raphaël Samama
es sociétés contemporaines voudraient nier les ressorts profonds du Lmental, régler mécaniquement ce qui relève de la mémoire, de la
parole, de la sexualité, des jeux et enjeux complexes du désir et de la
subjectivité profonde.
Des méthodologies mercantiles, des ersatz de thérapies, une psycho- LE SPIRITUEL pharmacopée à l’encan, des idéologies et des polémiques mystifantes,
se heurtent à une réalité que certains essayent de contourner, abolir ou
ignorer dans sa part d’obscur. ET
Débats, courants, écoles, privilégient des approches psychologiques
manipulatrices, formatées, optant souvent pour l’artifce des dites
« quick therapies » et voudraient remettre en cause la densité de la LA PSYCHANALYSE
pensée psychanalytique. Cela n’y fera rien. Chacun peut l’entrevoir à la
condition d’un constat lucide et sans concession. La théorie spirituelle de
l’inconscient freudien aide seule ici à avancer sur le chemin encombré de
la dissipation des ombres. Essais
La vie totalisée de l’esprit relève d’une destinée symbolique et d’une
énergie propre, autant qu’elle puise à l’imaginaire dans le symptôme, les
rêves, les fantasmes individuels ou collectifs et les créations de l’art.
Les essais de ce livre se proposent de conforter la pensée
psychanalytique première et l’existence d’un Inconscient élargi comme
concept et réalité.
Claude-Raphaël Samama est docteur en
anthropologie des civilisations (Universités Dauphine et Paris-X
Nanterre), diplômé d’études supérieures en sciences
humaines cliniques (Paris 7) et en philosophie
(Sorbonne). Enseignant du supérieur puis directeur
d’études, il a publié plusieurs ouvrages théoriques et
littéraires, ainsi que de nombreux textes et articles parus
en revue. Depuis 2003, il est directeur éditorial de la
revue d’anthropologie philosophique et historique et
d’herméneutique, L’Art du Comprendre.
Site internet : www.claude-raphael-samama.org
EPÉtudes psychanalytiques Études psychanalytiques
ISBN : 978-2-343-05716-3
22,50 €
samama-couverture-24-4-15.indd 1 24/04/2015 11:34:38
LE SPIRITUEL ET LA PSYCHANALYSE Claude-Raphaël Samama








Le spirituel et la psychanalyse




Études Psychanalytiques
Collection dirigée par Alain Brun et Joël Bernat

La collection Etudes Psychanalytiques veut proposer un pas
de côté et non de plus, en invitant tous ceux que la praxis
(théorie et pratique) pousse à écrire, ce, « hors chapelle »,
« hors école », dans la psychanalyse.

Dernières parutions

Daniel LYSEK (dir.), Les maux du corps sur le divan. Perspective
psychosomatique, 2015.
J. GAVELLO, Freud, l’inavouable secret, 2015.
Lucien TENENBAUM, D’autres psychotiques que moi. Images de
la psychose ordinaire en thérapie (et ailleurs), 2015.
Catherine BRONNIMANN, La robe de psyché. Essai de lien entre
psychanalyse et vêtement, 2015.
Henri MIALOCQ, La trajectoire du désir. De Jacques Lacan à
Thérèse d’Avila, 2015.
Éric CHAMP, Anne FRAISSE, Marc TOCQUET, L’analyse
psycho-organique. Les voies corporelles d’une psychanalyse, 2015.
Valérie BLANCO, L’effet divan, 2014.
Frédérique F. BERGER, Symptôme de l’enfant, Enfant
symptôme, 2014.
Soti GRIVA, Crimes en Psychothérapie. A-Voros, 2014.
Jacques PONNIER, Adler avec Freud. Repenser le sexuel,
l’amour et le souci de soi, 2014.
Laurence KAPLAN DREYFUS, Encore vivre : À l’écoute des
récits de la Shoah. La psychanalyse face à l’effacement des
noms, 2014.
Stoïan STOÏANOFF-NENOFF, Freudaines, 2014.
Francine Hélène SAMAK, De Freud à Erickson. L’hypnose
revisitée par la psychanalyse, 2014.
Christiane ANGLÉS MOUNOUD, Aimer = jouir, l’équation
impossible ?, 2014.
Christophe SOLIOZ, Psychanalyse engagée : entre dissidence
et orthodoxie, 2014.
Mina BOURAS, Elle mange rien, 2014.
Vanessa BRASSIER, Le ravage du lien maternel, 2013.
Claude-Raphaël SAMAMA












Le spirituel et la psychanalyse
Essais


























































































Du même auteur
Essais, articles théoriques, contributions
La pédagogie de Platon, écrit radiophonique et musique, R.T.M
La paradoxologie dans le bergsonisme, thèse Sorbonne
Développement mondial et culturalités. Essai d’archéologie et de prospective
éco-culturales, Maisonneuve et Larose, 2001
Philosophie de l’existence, existence de la philosophie. L’esthétique philosophique de
Giordano Bruno, L’Art du comprendre, 2003
Essai sur la dialectique culturale des colonisations, Histoire et anthropologie, 2004
105 essais de Miniatures spirituelles, Maisonneuve et Larose, 2005
Le modèle prophétique de l’hébraïco-judaïsme. Substance, transmutations, histoire.
In Penser le prophétisme : le Clair et l’Obscur (sous la direction de), L’Art du
Comprendre, 2004
Pour un humanisme relatif. Les humanités plurielles. L’Art du Comprendre, 2005
Le spirituel en psychanalyse, Collectif, Le bloc-notes de la psychanalyse, Georg
éditeur, 2005
Empirisme et pragmatisme. L’expérience en Philosophie, L’Art du Comprendre,
2007
Réflexions nouvelles sur des questions juives. Du singulier à l’universel, Maisonneuve
et Larose, 2007
Structure, limites, fonction des « récits du monde », L’Art du Comprendre, 2008
Critique et procès de l’Etre. L’ontologie générative de A.N. Whitehead, L’Art du
Comprendre, 2009
De la substance identitaire à son champ cultural, L’Art du Comprendre, 2010
Sex and its mysteries, in ‘‘Philosophy of the Viagra’’, Collectif, Rodopi, 2011
La nature et ses corpus de représentations. Englobement, limites et astreintes, L’Art
du Comprendre, 2012
De la réalité, du mythe, de l’idéal. Lectures critiques d’auteurs contemporains,
L’Harmattan, 2013
Ernst Cassirer. « Formes symboliques », valeurs et « culturalités ». Essai de
confrontation, L’Art du Comprendre, 2013
Essais d’herméneutique culturale, à paraître












© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05716-3
EAN : 9782343057163
Sommaire
Avant-propos ................................................................... 9
I. Le spirituel en psychanalyse.
Images et paradigme .................................................... 15
II. Le sexe et ses mystères.
Stimulateurs érectiles et phallus apparemment
triomphant. Entre cuisses et sois ............................ 37
III. Analyse critique de travaux américains.
L’application des « quick therapies » à des
domaines psychologiques, sociologiques
et idéologiques ............................................................. 71
IV. Psychothérapies et nouvelles croyances.
Inconscient et vie de l’Esprit ................................. 105
V. L’Inconscient, « En toi plus que toi », comme
dirait l’autre ............................................................... 161
VI. Final ..........................................................................217
VII. Origine des textes .............................................. 221
5
SAMAMA-22-4-15.indd 5 22/04/2015 15:41:336 7
SAMAMA-22-4-15.indd 6 22/04/2015 15:41:33L’inconscient est pareil à un grand cercle qui enfermerait
le conscient comme un cercle plus petit. Il ne peut y avoir de
fait conscient sans stade antérieur inconscient, tandis que
l’inconscient peut se passer de stade conscient et avoir cependant
une valeur psychique. L’inconscient est le psychique lui-même
et son essentielle réalité. Sa nature intime nous est aussi
inconnue que la réalité du monde extérieur, et la conscience nous
renseigne sur lui d’une manière aussi incomplète que nos
organes des sens sur le monde extérieur.
Sigmund Freud
La science des rêves

Sur l’arbre de chair chante le minime oiseau spirituel.
Paul Valéry
Carnets, Poèmes et petits poèmes abstraits
6 7
SAMAMA-22-4-15.indd 7 22/04/2015 15:41:33Avant-propos
8 9
SAMAMA-22-4-15.indd 8 22/04/2015 15:41:34Avant-propos

Avant-propos
L’âge positif d’Auguste Comte, prophétisé, théorisé, ofert
à l’avenir de la science et au progrès des sociétés humaines,
signant la fn des constructions arriérées de l’esprit, a
apparemment triomphé. Téologie (la science du divin), métaphysique
(l’étude d’un au-delà du monde ou de son essence),
psychologie (étude de l’âme) et même philosophie (amour de la sagesse)
entendue comme pensée réfexive, semblent avoir cédé le pas à
des savoirs exclusivement objectifs, mesurables par des rentab-i
lités efectives et des efets immédiats.
De l’économie marchande et consommatoire à l’imperium
technologique, de la conquête accélérée du monde temporel à
sa matière devenue virtualité d’action, convergent une
multiplicité d’images et de supposés bienfaits pour le corps et l’esprit,
transformés en machines à satisfaire ou produire l’ersatz des
réalités en cause et leurs enjeux. Entendre par là ceux qui ne
satisfont pas ce qui en l’homme résiste et, tôt ou tard, fnissent
par engendrer le leurre douloureux des promesses non tenues.
Ainsi pour l’âme et l’esprit, la pensée et le langage, la
conscience et ce qui lui échappe, le désir ou sa frustration,
l’idéal ou son échec, la lucidité ou la confusion, déterminants
essentiels de l’homme en dépit de discours réducteurs ou leur
abord à visée courte.
8 9
SAMAMA-22-4-15.indd 9 22/04/2015 15:41:34Le spirituel et la psychanalyse Avant-propos
Le mot même d’âme pourrait prêter aujourd’hui à sourire,
donner lieu à des nostalgies d’un autre temps ou des rêveries
incertaines d’espaces intérieurs, relégués ou minorés au nom
des semblants d’une maîtrise supposée des egos sur eux-mêmes
ou des sociétés sur eux.
Le malaise actuel dans la civilisation, pour reprendre la
formule de Freud, pourrait être aperçu encore dans les moyens
que les sociétés se donnent majoritairement pour remédier à
une relation défciente avec le monde et, pour l’individu, à celle
incertaine qu’il a avec lui-même.
Qu’il s’agisse de santé mentale, d’équilibre psychique,
d’harmonie avec la nature, de conscience ou bien de connaissance
de soi, du « souci » d’être et de vivre, la modernité fait fèche de
tout bois. Une multiplicité de dispositifs suppléants se propose
de rapetisser le sujet humain en relativisant ou réduisant ses
espaces intérieurs, en l’emprisonnant dans la sphère des seules
utilités fonctionnelles ou en le tenant à sa seule surface, si l’on
peut dire, au détriment de son fond.
Ce qu’on appelle les « quick therapies », d’un vocable
générique anglo-saxon, pourraient bien être un analyseur pertinent
d’un temps superfciel et pressé, dont le pragmatisme – négateur
de l’essentiel – fait injure à la réalité subjective véritable,
c’est-àdire la relation de l’homme à lui-même et non à une
productivité immédiate et seulement adaptative.
Machiné ainsi, manipulé parfois, considéré dans sa part
seulement consciente et alors partitive où sont niés ses arcanes
dérobés, refoulés ou inavouables – p our cause de corps, de
nature attachée à lui et de sociétés qui veillent à l’« ordre des
discours » (Foucault) –, l’homme subit ici une perte grave et
profonde de sa substance véritable. Celle qui le verrait complet,
restitué à ce qu’il est vraiment et sans ambages, au lieu que telles
approches partielles le clivent, l’instrumentalisent ou tentent de
10 11
SAMAMA-22-4-15.indd 10 22/04/2015 15:41:35Le spirituel et la psychanalyse Avant-propos
le réguler hors de son  propre, mis entre parenthèses ou éliminé
au nom de faux équilibres ou d’une amputation.
On sait qu’Heidegger fait du « souci » – cette donnée
existentielle que travaille le temps – un fondement métaphysique du
Dasein et de la condition fnie de l’être-là. L’individu moderne
en questionnant son être ne peut pas ne pas produire l’angoisse
de l’exister mortel et afronter le mal-être d’un monde qui ne lui
répond plus et l’entraîne à une « fatigue d’être soi » (Ehrenberg).
À moins qu’il ne se tourne vers les facilités de l’évitement, les
« facticités » alentour, et des prestiges égocentrés ou seulement
utilitaires qui tôt ou tard le laissent sur sa faim. C’est alors pour
lui le piège du bonheur rapide, des jouissances immédiates,
des techniques de soulagement, d’amélioration de ses
performances, de régulation de ses capacités sociales d’adaptation ou
encore du leurre des panacées de l’âme.
Entre drogues et dopages, psychotropes neuroleptiques ou
antidépresseurs, stimulateurs et autres énergisants, thérapies de
tous ordres à visée pragmatistes, techniques comportementales
par infuence, déconditionnement ou suggestions orientées,
sont jetés aux oubliettes le fond subjectif, l’histoire symbolique,
l’unicité et la genèse personnelle des sujets humains. Le temps
présent, accéléré, productiviste, pressé et comme emporté par
une durée sans mémoire, est bien celui du renoncement à une
autre substance humaine et d’autres modalités de soi entérinant
une perte d’essentialité.
Chaque pays ici se distinguerait par un style et ses
modalités. Les États Unis par un certain nombre d’inventions
thérapeutiques comportementales ou d’approches (PNL, Analyse
transactionnelle, Gestalt-therapy, EMDR…), l’Europe par une
imitation et des transpositions auxquelles s’ajoutent des
importations de techniques d’inspiration orientales (Yoga, Shiatsu,
Qui Kong, Méditation transcendantale…). La France elle, brille
à ce frmament par sa consommation d’antidépresseurs et de
10 11
SAMAMA-22-4-15.indd 11 22/04/2015 15:41:35Le spirituel et la psychanalyse Avant-propos
remèdes médicamenteux propres à évacuer ce trouble bien réel
mais que l’on a fnalement du mal à nommer. Pour la raison
peut-être de son enfouissement sous des couches multiples
d’artifce ou de déni.
Il resterait à évaluer les efets pervers de ces choix, leur coût
en termes de santé psychique véritable, le retour possible d’un
refoulé de ce qui n’est pas ou n’a pas été entendu et tôt ou tard
revient frapper à la porte ou dans les rêves, tels ces revenants
dont on croit pouvoir se délivrer défnitivement mais qui
insisteront longtemps.
*
La psychanalyse, comme théorie ou clinique, est le
contrepoint du fonctionnel, de l’adaptatif et du marchand. Elle ne
promet rien, prend son temps et en dépit de l’apparence laisse le
sujet entier à lui-même, ses forces obscures, ses pouvoirs lum-i
neux et ses marges de liberté par rapport à ses déterminants.
Rappelons, sur le terrain de l’expérience, qu’elle est la seule
discipline clinique – traitant du mental, c’est à dire, ayant à
voir avec l’esprit – qui peut identifer des causes ignorées de
la conscience et toujours actives, des processus enfouis qui
conduisent aux symptômes et leur étrangeté, des «
mécanismes » spirituels sans versant forcément physiologique
aboutissant à des efets dans le réel, des afects non rationnels à la
source d’actions inconsciemment surdéterminées.
La psychanalyse part du sujet divisé par nature, pris entre la
part connue de lui-même – ou qu’il suppose ainsi – et une autre
qui lui échappe. C’est celle-ci autant que l’autre qui l’animent à
son insu ou le divisent et forment le champ de l’inconscient, ce
terreau vivace, fertile et créateur où se tiennent en réserve des
forces insoupçonnées qui appellent leur déchifrage.
On peut certes choisir de refuser de voir, ou plutôt entendre,
nier ou méconnaître cette découverte là qui est celle d’un non
visible d’emblée, mais tellement éclairant par la suite. D’où
12 13
SAMAMA-22-4-15.indd 12 22/04/2015 15:41:35Le spirituel et la psychanalyse Avant-propos
l’hésitation, l’évitement, la résistance, le court-circuit et les
chemins de traverse.
La découverte de Freud en est bien une.
Elle le reste, au-delà de l’époque qui la vit naître et
dé-corseter des mœurs qui voulaient ignorer leurs assises morales
hypocrites ou refoulées. Elle est venue mettre fn à l’ignorance
autour d’un cela où depuis toujours l’homme, la femme et leurs
institutions débattaient d’enjeux de vie et de mort, de destinée
et de jouissance sur leur terre, livrés à l’imaginaire du désir, au
travail des symboles et au garde fou de la loi!
Quoi de neuf, depuis?
Qu’on veuille aujourd’hui minorer la portée d’un tel savoir
ou en contester le fondement ajouterait un défaut rédhibitoire
à un temps qui ne veut pas voir ce qui l’anime ou agirait sans
prendre en compte la part inaperçue des scènes où il se déploie.
La négation ou la mise entre parenthèses de
l’historicité des sujets, c’est-à-dire de la genèse psychique qui est en
grande partie celle de leur être sexuel, le fonctionnement même
des psychès individuelles bien sûr, mais aussi collectives, où
travaille la force des pulsions à leur insu, relèvent d’une forme
de résistance à une dualité constitutive.
Qu’on veuille nier celle-ci au nom de la science biologique
(neurosciences), des prétentions arrogantes de la mauvaise
philosophie ou de multiples déconstructions polémiques, ne
changera rien au mode de fonctionnement du sujet humain, à
sa part pulsionnelle intégrée ou refoulée, à son versant onirique
qui le rejoint au quotidien de ses nuits agitées ou calmes, autant
qu’aux imaginaires fantasmatiques ou non, qui traversent ou
orientent les sociétés.
L’art lui-même aurait ici son mot à dire et apporter sa preuve
de ce qui le soutient dans son geste créateur, loin de cet
évitement des vraies sources de l’esprit et ce procès d’assises
permanent à la théorie de l’Inconscient d’un aloi trouble et fnalement
12 13
SAMAMA-22-4-15.indd 13 22/04/2015 15:41:35Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
impuissant à faire tomber un présumé coupable avec ce qu’il en
est des têtes, constituées ainsi et pas autrement !
*
Les essais qu’on va lire voudraient, chacun à leur façon,
conforter la pertinence de la pensée psychanalytique et celle de
son concept d’inconscient. Celui-ci, certes « sexualisé », reste
aussi, à travers l’imaginaire » et sa capacité de « schématisme »,
partie intégrante de toute psychè, dont la pensée consciente –
comme esprit, entendement et « raison » – n’est pas la seule
modalité. Une défnition critique et renouvelée du cogito
cartésien – tout adonné au géométral et sa caution divine – y a par
ailleurs à faire et à voir comme instance à interpeller d’un 
« clair et distinct » universel allié d’un « bon sens » raréfé. Le
spirituel peut aussi se donner à l’issue d’un mélange, celui de la
reconnaissance mutuelle du conscient intelligé et de ce qui reste
à sa lisière ou à débusquer hors de son champ.
Des exemples multiples, empruntés à des pratiques ou des
positions aujourd’hui répandues – reconditionnement
psychologique, court-circuit comportemental ou mémoriel de
l’inconscient freudien, méfaits orchestrés de la théorie des genres
ou nouvelle doxa puritaine sinon confessionnelle, faux fuyants
vis-à-vis de ce qu’il y aurait à penser – voyons du côté de telle ou
telle « religion-monde » – illustrent tout au long de cet essai une
tentative de démonstration.
On souhaite que ce modeste travail puisse ne pas
décourager ceux qui, à leur lisière psychologique ou mentale, sentent
l’appel de la forêt non pas hantée mais habitée, vivante et emplie
de lumineuses clairières ou d’énigmes à ne pas négliger, autant
qu’inviter les prétentions, réductrices de l’inconscient au nom
de la science, à comprendre que l’objet ici ne se mesure pas,
ni ne se pèse ou s’emprisonne, mais se vit, s’invente, se parle
et viendra ici, là et ailleurs, narguer encore ceux qui croient
pouvoir le nier ou l’avoir aboli
14 1515
SAMAMA-22-4-15.indd 14 22/04/2015 15:41:37Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
I
Le spirituel en psychanalyse.
Images et paradigme
14 1515
SAMAMA-22-4-15.indd 15 22/04/2015 15:41:38Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
16 17
SAMAMA-22-4-15.indd 16 22/04/2015 15:41:39Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
Au-delà de son indice d’objectivité rationnelle et de
formalisme, une théorie peut produire ou laisser à sa suite des
représentations stéréotypées, validées ou incertaines, dogmatiques
ou hétérodoxes, amplifées par l’usage et de notoriété plus ou
moins étendue.
Au crible de ce processus de formation des opinions et
des images – qui parfois accrédite l’importance d’un enjeu
et la puissance des efets d’une théorie – que ressort-il de la
construction freudienne et de la postérité civilisationnelle qui
l’accompagne ?
Des images, plus ou moins fdèles, exactes ou stéréotypées,
accompagnent la destinée des œuvres. L’esprit du temps, sinon
l’état synchronique du savoir, ultérieurement, y impriment
leur surdétermination. Bien sûr, la validité et l’heuristicité
des concepts sont un autre critère déterminant, en particulier
quand il s’agit des sciences dites, humaines. La psychanalyse
et son fondateur, Sigmund Freud, qui y attache avec force et
obstination son nom, n’échappent pas au phénomène d’une
telle imagerie, au sens où ils inscrivent dans la culture et son
histoire, outre une pratique, de multiples représentations.
Ces dernières rejoignent-elles l’essence de leur objet ? Le
sens commun retient-il une part efective du système en jeu ou
16 17
SAMAMA-22-4-15.indd 17 22/04/2015 15:41:41Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
s’en écarte-t-il pour la raison que celui-ci, justement, interpelle
jusqu’à ses assurances les plus profondes?
Freud est le découvreur d’un objet spécifque et d’une
méthode nouvelle de savoir concernant l’esprit humain, il est
ce tenant des Lumières qui apporte sa pierre à l’édifce d’une
conception plus objective de l’homme et ses énigmes. La
tradition a-t-elle pour autant assumé une révélation majeure visant
à dissiper nombre d’illusions et d’ombres jusqu’à lors ignorées,
en une sorte de prophétie de civilisation ? La psychanalyse
tient-elle du seul positivisme et de la neutralité du réel ou d’un
1nouveau paradigme – au sens induit de Kuhn – où, repensées,
nature et destinée humaines se voient dépossédées de leurs
illusions ?
Sa vocation tiendrait alors toute entière dans la question
de la lucidité – au plein sens de ce terme –, comme préalable
de tout accès à une spiritualité maintenue mais démystifée où
cohabiteraient les fgures du désenchantement mais aussi de la
connaissance, et pourquoi pas alors des bénéfces d’un certain
contentement.
1 T. Kuhn, La structure des révolutions scientifques, Collection
Champs sciences, Flammarion, 1983.
18 19
SAMAMA-22-4-15.indd 18 22/04/2015 15:41:41Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
La psychanalyse et ses images
Le corpus freudien, comme objet – l’inconscient et ses
symptômes –, méthode – la cure et ses possibles –, théorie
anthropologique – les efets individuels ou collectifs d’un clivage mis à
jour de l’homme et de ses réalisations, a tôt ou tard à voir avec
des représentations et la place qui leur est faite. L’histoire de sa
genèse autant que sa difusion, celle de son statut comme de
son usage, renvoient à un accueil qui, soit l’entérine fermement,
soit le met à distance ou encore, rejette plus catégoriquement sa
portée.
2Cette « relativation » liée à la réception de la-psychanalyse
n’est paradoxale qu’en apparence. Toute science de l’homme y
2 Entendre par là, l’opération méthodologique ou
« phénoménologique », si l’on peut dire, qui consiste à comprendre un
concept ou un ensemble structuré, idéologique ou théorique, à
travers sa comparaison ou sa confrontation avec des
homologues de même fnalité ou inspiration, mais qui en difèrent ou
s’y opposent. On obtient ainsi une purifcation ou un
approfondissement « relatif » – à l’avantage ou non du « relativant ».
Cela peut concerner une défnition, ses conséquences ou sa
portée et alors une pertinence d’essence et la nature propre
de l’objet. L’économie politique (par exemple, les notions
d’échange, de gain, de bien-être, de sous-développement…) ou
des concepts comme le bonheur, le plaisir, la frustration ou…
la santé mentale se prêtent à merveille à l’opération, ne
s’entendant véritablement que par contraste, mais oubliant qu’ils ne
sont considérés que par comparaison, de situations, d’états, de
contextes, de moments ou d’époques etc.
18 19
SAMAMA-22-4-15.indd 19 22/04/2015 15:41:41Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
est confrontée qui veut établir l’axiome d’une détermination
centrale, la logique de tel déterminisme ou le cœur privilégié
d’une découverte. L’objet concerné excède ici toute tentative
d’en épuiser le concept et crée la difculté de le résoudre à un
seul des processus à privilégier. L’Inconscient est dans cette
position d’ambivalence, d’ambiguïté, de statut actif et passif en
même temps. Il est d’occultation extrême et de visibilité patente
ou de fonction chifrée.
Une telle situation, du noyau caché d’une théorie, ne peut
que soulever les réticences de ses débuts ou des débats autour
d’un enjeu de fondement. L’extension de ses frontières, ses efets
profonds – dans la genèse psychique, le symptôme, la vie quot-i
dienne ou le mécanisme du transfert –, les moyens
insoupçonnés de sa « capture » ou de sa résolution, donnent à l’inconscient
un statut inouï, d’objet/sujet, ouvrant à une sorte d’épistémè
des plus singulières. Y ajouterait-on le plan existentiel, le hasard
individuel comme destin, et la nécessité collective dans le
symbolisme régulateur du social, entre mythe et existence, que
sa nature encore plus se déroberait. Faute du vérifable
mesuré, de l’expérimentation – hormis celui de la clinique
transférentielle –, bien sûr du quantifable et du mathématisé – sauf
l’ersatz du signifant avec ses seuls efets d’inscription au corps
intime, l’universalité ici ne s’impose pas.
De Wittgenstein à Popper en passant par Sartre sur des
plans diférents, plus récemment, les critiques coopérienne
ou deleuzienne, et sans revenir aux objections à l’assertion du
tout libidinal d’un Jung par exemple, la psychanalyse a connu
d’éminentes critiques. Celle des courts circuits états-uniens des
quick therapies furent dénoncées en leur temps par Lacan au
nom de ses hypothèses spéculatives propres – de la théorie des
pulsions à celle d’une anthropologie morale questionnée en son
fond. Toujours la théorie freudienne a connu le procès de son
20 21
SAMAMA-22-4-15.indd 20 22/04/2015 15:41:41Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
enjeu, sinon buté contre le principe d’une scientifcité
conjecturale qui rend son épistémologie problématique.
La doxa – du public, du client ou de l’usager des concepts –
rejoint ici le forum théorique des courants, scissions, lectures,
orthodoxies plus ou moins fdèles à une parole première et
ses formulations, certes largement étayées par la magistrale et
éclairante clinique du maître. Chacun aujourd’hui a son idée,
sa demande, sa propre représentation ou ses expériences, son
histoire avec elle, sa perception ou ses tranches, qu’il se paye ou
pas. Des courants multiples se disputent un héritage, mais, bien
plus, leurs sectateurs trouvent là souvent, un moyen d’exercer
pouvoir, idéologies ou parfois telle idiosyncrasie d’un parcours
propre, où le talent clinique seul arbitre. Telle exception peut
évidemment apporter la génialité de la lecture des fondements
et parfois de la découverte où certains excellèrent. Le nom
de Lacan vient évidemment à l’esprit. Mais aussi ceux,
pourquoi pas des Ferenczi, Abraham, Groddeck, Reich, Winnicott,
Mélanie Klein ou Bion…
La variation institutionnelle autant que l’orientation,
théorique ou clinique, la nature même d’une pratique sans
l’assurance de ses efets, ont pu jouer dans le sens d’un défcit ou
d’un accroissement ambivalent d’image dont aujourd’hui la
psychanalyse pâtit, comme savoir suspendu. Hypothétique
remède, champ disputé entre le médical, l’humain, le culturel
et l’anthropologique, un social déchiré par de fausses
transparences et de furtives compréhensions, la parole freudienne, sans
errer, s’est réfugiée parfois dans les chapelles ou le huis clos des
cabinets.
L’asile, de son côté, a pu lui fermer ses portes et d’adéquates
molécules ingérées, diluer la densité spirituelle de la douleur
mentale. Le sexe, comme usage, a pris la place de la
sexualité diférentielle et fondatrice, la jouissance obligatoire et
20 21
SAMAMA-22-4-15.indd 21 22/04/2015 15:41:41Le spirituel et la psychanalyse Le spirituel en psychanalyse
immédiate, comme idéal, a remplacé le chemin de son accès ou
de sa diférance pour un plus haut de son avènement.
Le tout venant objecte ou relativise sans science, l’usager
à ses risques et périls se formera son idée et son choix, quas-i
ment aujourd’hui par rapport à un marché… Les sociétés – le
politique qui les anime ou pas – ont bien trop à faire, quant à
elles, du seul supposé réel qui parait si aisément triompher du
symbolique comme de l’imaginaire, puissances évidemment
travesties ou en sommeil… Le « spectacle » domine, toujours
au détriment du sens et le « malaise » croît du monde de ne
savoir pourquoi.
Sans être rangée aux archives, l’immense et massive
vérité psychanalytique se voit statufée ou instrumentée, à moins
que dénaturée, elle n’ait muté en simple valeur récupérée des
cycles économiques et courts de la jouissance et du sexe profus,
appauvri et à l’encan en ses avatars… La psychanalyse pourrait
bien être devenue ce refet lointain, superfétatoire, d’un autre
monde dépassé, caduc, sorte de préhistoire d’une humanité
maintenant libérée des tabous et autres résistances, consciente
d’elle-même, transgressive, responsable et jouissante, enfn !
22 23
SAMAMA-22-4-15.indd 22 22/04/2015 15:41:41

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.