Le système éducatif français à l'ère du ludique, de l'hédonisme et de l'adulescent

De
Publié par

Le système éducatif est soumis à ce qui structure notre XXIe siècle : le spectacle et le marketing partout, les écrans tout le temps, le ludique toujours, sans oublier cette confusion sourde de soumission et de non-obéissance. Là-dessus, un brouillage généralisé qui nous amène à ne plus rien comprendre à rien, surtout dans le domaine de l'Éducation. Comment y échapper ? Comment ne pas se laisser tenter par les mirages des réformes qui promettent des parcs d'attraction en guise d'écoles, une distribution automatique de diplômes et un travail (non salarié) pour tous ? Cette déraison a un sens. Cette tentation a un prix. Et si notre civilisation en dépendait ?
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 20
EAN13 : 9782140012310
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
es Frédéric Gobert tionscontemporaines QET DE L’ADULESCENT LE SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS À L’ÈRE DU LUDIQUE, DE L’HÉDONISME
Questions contemporaines
Le système éducatif français à l’ère du ludique, de l’hédonisme et de l’adulescent
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Yves LE DUC,La valeur des diplômes, 2016. Jean-François DE LE MARANDAIS, Martine PEYRARD-MOULARD,!Chômage, la courbe qui ne voulait pas s’inverser , 2016 Michel ADAM,Jean Monnet, Citoyen du monde, Une pensée pour aujourd’hui, Seconde édition,2016. Emmanuel NKUNZUMWAMI,La France inquiète face à son avenir, Des élections européennes de mai 2014 à l’élection présidentielle de mai 2017, 2016. Marc NABETH,Quelle sera la protection sociale des Français en 2025 ? Nouveaux enjeux, nouveaux défis, 2016. Nasser BACCOUCHE,Le regard de l’étranger : altérité, minorités et devenir révolutionnaire, 2016. Bernard CROZEL,Y a-t-il une nation pour sauver l’Etat ?, 2016. Julien GARGANI,Crises environnementales et crises socio-économiques, 2016. Pierre DE SENARCLENS,Les illusions meurtrières, Ethnonationalisme et fondamentalisme religieux, 2016. Annie COLL,Pour en finir avec le loup libéral, 2016. Jean-Marc DEFAYS,Singularité et pluralité des langues, des groupes et des individus. Babel et Frankenstein, 2016. Louise FINES,Les crimes environnementaux et l’innocence persécutrice, 2016.
Frédéric Gobert Le système éducatif français à l’ère
du ludique, de l’hédonisme et de l’adulescent
Bibliographie sélective de l’auteur Glossaire bibliographique des sciences du langage, Panormitis, 2001,704 p. « La dénomination "étymologie populaire" ou l’utopie d’une dénomination non ambiguë »,Cahiers de lexicologie n°81, 2002, p. 5-38. « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité des linguistes sans jamais oser le demander »,Le signe et la lettre. Hommage à Michel Arrivé, L’Harmattan, 2002, p. 223-226. « L’incarnation de la barbarie »,Les Langues Modernes, 2/2006, p. 34-41. « Le pastiche dans un parcours d’écriture personnel », Modèles linguistiques,t. XXXI, vol. 61,L’écriture mimétique II,Actes du colloque sur les écritures mimétiques organisé par Daniel Bilous (Université du Sud-Toulon Var, avril 2008), Éd. du Dauphin, 2010. « Se confronter au monde tel qu’il est »,Les Cahiers péda-gogiquesn°489, 2011 (www.cahiers-pedagogiques.com). Bas-Occident – Civilisation nucléaire, dernières années,Éditions Les 2 Encres, 2011 (roman d’anticipation). © L’HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09100-6 EAN : 9782343091006
INTRODUCTIONQue devient l’enseignement en France depuis quarante ans, à une époque d’« hybridation [...] de l’éducation et de la distraction », celle de « l’edutainment où se brouillent les frontières traditionnelles entre culture savante et 1 distraction, art et loisir, éducation et tourisme » ? On sait qu’avec la massification des effectifs scolaires, les « valeurs traditionnelles et autoritaires » ont été remplacées par une « éducation compréhensive, psycho-logique, parfois permissive » et qu’ainsi, « les valeurs éducatives se sont alignées sur la culture individualiste-2 hédoniste ».
Le capitalisme actuel consiste en ceci qu’il élabore des stratégies esthétiques à visée marchande dans tous les 3 secteurs de l’industrie de consommation ; il tend à exploiter rationnellement les dimensions esthétiques, imaginaires ou émotionnelles à des fins de profit et de conquête des marchés ; il se caractérise « par un travail systématique de stylisation des biens et des lieux marchands, d’intégration généralisée de l’art, du “look” et 4 de l’affect dans l’univers consumériste ». Au sein de ce nouveau capitalisme, les objets sont recherchés en vue de satisfactions d’ordre hédonistique, ludique ou expérientiel, c’est-à-dire esthétique « au sens premier et étymologique 5 du terme ». Les réformes du système éducatif vont dans 6 ce sens : l’école se doit d’être ludique , hédoniste.
Un exemple parlant permet de distinguer le capitalisme d’avant les chocs pétroliers du « capitalisme artiste » qui a commencé de se développer au même moment : le salon 7
de l’agriculture. À cette époque, il était encore l’héritier e des comices agricoles issus du XVIII siècle et, accessoirement, l’occasion pour quelques enfants de découvrir l’univers de la ferme. Aujourd’hui, le salon de l’agriculture est essentiellement un spectacle multipliant les mises en scène destinées à plus de six cent mille citadins. Les enfants y découvrent les animaux de la ferme en trayant par exemple une vache en plastique. Dans une moindre mesure, on y fait du commerce.
Les stratégies du capitalisme financier et managérial contemporain sont aussi élaborées au sein de l’Éducation nationale : « il n’est plus aucun domaine qui échappe aux logiques poussées à l’extrême du spectacle et du divertis-7 sement, de la théâtralisation et du show-business » ; « l’hyperspectacle [...] annexe des secteurs de la vie 8 sociale de plus en plus larges » et notamment le système 9 éducatif. La « consommation transesthétique distractive » est déjà à l’œuvre au sein de la maternelle, du primaire, du collège, du lycée. Surtout, elle est promue par le management officiel, sous couvert de « réformes » « innovantes ».
Après la lecture de ce livre, vous comprendrez pourquoi les réformes, qui prétendent les unes après les autres mettre l’accent sur la maîtrise du français, réduisent le nombre d’heures, allègent les programmes et génèrent (malgré elles ?) une baisse constante de niveau, tant à l’écrit qu’à l’oral.
Vous comprendrez pourquoi tel conseiller pédagogique, qui explique aux professeurs comment ils doivent enseigner, multiplie les fautes d’orthographe sous le regard bienveillant de deux inspecteurs et d’un chef d’établissement sans que cela pose le moindre problème. Cela vous choque ? Cela vous choquera toujours, mais vous saurez pourquoi une telle aberration peut avoir lieu. 8
LESYSTÈMEÉDUCATIFÀL’ÈRE
DE LHYPERSPECTACLEOn le sait, on le répète, les élèves sont plus blasés qu’ils ne l’ont jamais été. Ils ont souvent l’impression qu’avec Internet, ils savent tout et n’ont besoin ni des cours ni des professeurs. Ce que l’on sait moins, c’est que des professionnels de l’éducation (manageurs et « pédagogues ») pensent la même chose. Ils invitent à bouleverser l’enseignement de fond en comble en vue d’en faire des lieux d’échanges, d’expériences, d’acquisition de « compétences ». À l’heure où, « bombardés de sollicitations », les consommateurs et les élèves « réagissent par l’apathie et l’insensibilité », conduisant à « pousser toujours plus loin la logique du 10 spectaculaire », l’enseignant ne parviendra à atteindre l’attention recluse des élèves qu’en les impressionnant, les 11 choquant, les sidérant, à la manière de l’art contemporain – le sexe en moins, ce dernier étant paradoxalement tabou et générateur de frustrations, à l’époque du porno chic généralisé. Comme G. Lipovetsky et J. Serroy l’écrivent à propos de l’art contemporain, il s’agit aussi, dans le système éducatif, non plus de « se former, éduquer son goût et s’élever, mais être excité par le spectacle du jamais-vu. L’important n’est plus le sens, mais l’expérience “divertissante” du “différent” : juste voir, 12 sentir dans l’instant et passer à autre chose ». C’est peu de dire que les enseignants ne parviennent pas à atteindre
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.