//img.uscri.be/pth/07487edb11704efeaee8d80f22f0a27dbb95d20a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le temps visité

De
172 pages
Cet essai aux larges horizons s'inspire du domaine des arts et s'anime de certains thèmes ou accents propres à Octave Mannoni. Les différents chapitres interrogent le rapport au temps dans l'expérience du passage de l'adolescence, puis dans la peinture, la littérature et la musique. Construit à partir de rencontres recherchées ou fortuites, ce trajet mène le lecteur vers Jean-Honoré Fragonard, Edvard Munch, William Styron, Johannes Brahms ou Franz Kafka.
Voir plus Voir moins
Josick MINGAM
Le Temps visit Essài psychàNàlytiq
PEnTa
Éditions
Le Temps visité
Collection « Psychanalyse, art et civilisation »
Dirigée par Michel Gad Wolkowicz
Josick MINGAM
Le Temps visité
essai psychanalytique
PENTA Éditions
« Du même auteur » chez Penta Éditions : Yves Tanguy surréaliste. « La conviction du jamais vu », Essai psychanalytique
© PENTAÉDITIONS, 2014 59, rue Saint-André-des-Arts – 75006 Paris
penta.editions@orange.fr
ISBN : 978-2-917714-09-6
EAN : 9782917714096
INTRODUCTION
Disons-le d’emblée : le temps ne sera pas, loin s’en faut, le seul thème de ce livre. Mais il en sera en TXHOTXH VRUWH OH ÀO URXJH Nul ne l’ignore, le temps ne s’acquiert pas. Il ne fait que passer. Si son écoulement nous est familier, il V·H[SULPH SDU XQH LGpH GH ÁX[ TXL HVW XQH GHV PpWD-phores les plus habituelles et les plus nécessaires de la GXUpH ,PSRVVLEOH j À[HU HW j SHQVHU HQ IDFH QRXV QH l’appréhendons qu’au travers de signes ou d’images : il se tient dans un lieu où nous sommes sans pouvoir y avoir vraiment accès, en deçà ou au-delà des sensa-tions ou des perceptions par lesquelles il se manifeste. Le temps doit donc se trouver inséré dans des récits où s’expriment tous les temps qui le composent et qui nous permettent de nous inscrire dans le réel du monde. (VVD\H] GRQF GH SHQVHU OH WHPSV VDQV OH ÀJXUHU VXU une ligne. S’installer dans un tel déplacement spatialisé et dans une telle métamorphose, c’est proposer une image mentale de la permanence. C’est imprimer les ruptures et aligner les événements ou les intervalles dans une continuité qui permette de saisir quelque chose des liaisons et des emboîtements qui constituent, du coup, la substance du temps. Mais on ne peut s’arrê-ter à cette horizontalité puisque la chronologie elle-PrPH FHWWH ÀJXUH FRQFUqWH GH OD GXUpH HQ DUULYH j effacer ses origines. Et cela s’appelle l’inconscient.
7
Le Temps visité
Essayez encore de prolonger le plaisir de l’instant, la jouissance liée à une excitation sans que viennent se joindre insatisfaction, nostalgie ou recherche de la retrouvaille. L’adéquation au présent qui peut être l’une des formes du bonheur de vivre reste un senti-ment bien fugace. Essayez de penser la mort ou votre mort sans vous référer à celle de l’autre, de quelques autres. Dans cette aporie, il y a un impossible où la mort centre en quelque sorte le réel. Freud déjà le disait : l’inconscient dans son intemporalité n’en a pas GH UHSUpVHQWDWLRQ (VVD\H] HQÀQ GH PpWDEROLVHU O·LQ-quiétante étrangeté qui peut surgir de l’énigme du temps sans la convertir, la rêver, l’écrire ou la peindre. Il serait donc vain pour qui voudrait connaître TXHOTXH FKRVH GX WHPSV GH QH SDV OH UHOLHU j GHV FRQÀ-gurations qui lui donnent corps. Autrement dit, il est GLIÀFLOH GH QH SDV UHFRXULU j O·H[SORUDWLRQ GH OD UpDOLWp psychique et des circuits qu’elle emprunte. Et il ne saurait être d’autre chemin que celui qui, en conser-vant le domaine intellectuel et théorique, se promène dans celui du sensible et de l’expérience et se bâtit sous la forme de récits ou celle – osons le terme – de la « racontation », ce néologisme issu d’une conversa-tion et que nous empruntons à un ami psychanalyste 1 aujourd’hui décédé . Le temps, partout… tant il habite l’espace psy-chique. Il l’investit et y déploie ses diverses facettes
1 Alain Ditisheim † 1996 était membre de l’Association Freudienne. Y avait-il là chez lui une référence à la langue anglaise ou à Winnicot enrichissant l’idée du jeu par l’emploi de deux termes, leplayet leplaying? Ou à Freud déclarant que ses études de cas se lisent comme des romans ?
8
Introduction
dans tous les actes et toutes les activités humaines. Voilà la concordance avec le contenu et la progression de notre livre : commencer par la souffrance psychique et poursuivre par la sublimation et par la création. Dans ce paysage à entrées multiples, plusieurs récits se succéderont : ils concerneront la cure d’une adoles-cente, un unique tableau de Fragonard, la rencontre d’une vie et d’une œuvre chez Edvard Munch, la dépression mélancolique et l’univers de la musique FKH] OH URPDQFLHU :LOOLDP 6W\URQ HW HQÀQ XQ PRPHQW exalté d’écriture chez Franz Kafka.
9