Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le territoire saisi par les sciences sociales : des enjeux politiques et professionnels à la recherche

De
166 pages
Comment le territoire se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d'analyse dans les recherches sur les politiques publiques, l'éducation, les discriminations ? En croisant différentes approches, cet ouvrage fait apparaître non une définition unique du territoire, mais divers éléments qui servent de fondement à ce concept. Il s'interroge sur les évolutions de l'économie locale, le développement de certaines actions sociales et éducatives spécifiques à la région Aquitaine et à la ville de Bordeaux.
Voir plus Voir moins

Le territoire saisi par les sciences sociales :
Sous la direction de des enjeux politiques et professionnels
Pierre Naves à la recherche
et Yamina Remichi
Dans cet ouvrage, Vocation Sociologue place la question du territoire au
cœur de la réfl exion. Comment le territoire se construit-il comme variable
explicative ou comme catégorie d’analyse dans di érentes recherches sur
les politiques publiques, l’éducation, les discriminations ? Cet ouvrage a
permis de revenir sur la diversité des manières d’envisager le territoire en
tant qu’espace physique et espace social, des e ets des institutions et des
politiques territoriales sur l’action collective et individuelle, aux rôles des
acteurs et des actrices dans la ou les ville(s).
En croisant plusieurs regards et di érentes approches méthodologiques,
cet ouvrage fait apparaître non une défi nition unique du territoire, mais Le territoire saisi par les sciences divers éléments qui servent de fondement à ce concept. Il a permis de
s’interroger sur les évolutions de l’économie locale, le développement de sociales : des enjeux politiques
certaines actions sociales et éducatives spécifi ques à la région Aquitaine
et à la ville de Bordeaux. et professionnels à la recherche
Vocation Sociologue, l’association des doctorants et docteurs du
Regards sur l’Aquitaine département de sociologie de l’Université Bordeaux Segalen, a pour
mission d’accompagner et de favoriser la professionnalisation des
jeunes sociologues. Elle vise à tisser des liens pérennes entre le monde
universitaire et les mondes économiques, administratifs et associatifs
locaux, et souhaite dialoguer avec les acteurs du territoire pour mieux
répondre à leurs besoins et promouvoir l’utilité d’une sociologie appliquée
aux problématiques locales.
Yamina REMICHI est Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche en
20142015 à l’Université de Bordeaux et membre du laboratoire de recherche Centre Emile
Durkheim. Doctorante en Sociologie, ses domaines de spécialisation sont l’analyse
des politiques publiques, plus précisément des discriminations et de la diversité Avec l’introduction d’Andy Smith
croisés avec la gestion des ressources humaines. Sa thèse porte sur l’application
locale des politiques de diversité via les pratiques de recrutement au sein des
administrations publiques territoriales. Elle établit une comparaison
franconéerlandaise de deux études de cas.
Pierre NAVES est doctorant au Centre Émile Durkheim sous la direction d’Andy Smith
(Sciences Po Bordeaux). Sa thèse, intitulée « Ancrage territorial et régulation de la
concurrence : le cas des circuits courts en Aquitaine » cherche à rendre compte du
point de vue de la sociologie économique et politique des marchés de l’encastrement
territorial des marchés de fruits et légumes sur l’agglomération bordelaise et, plus
généralement, en Aquitaine.
ISBN : 978-2-343-04535-1
16,50 € L O G I Q U E S S O CI AL E S
Sous la direction de
Le territoire saisi par les sciences sociales :
Pierre Naves et Yamina Remichi
des enjeux politiques et professionnels à la recherche










Le territoire saisi par les sciences sociales : des
enjeux politiques et professionnels à la recherche
Regards sur l’Aquitaine

Logiques sociales
Collection dirigée par Bruno Péquignot

En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si
la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales »
entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action
sociale.
En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à
promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou
d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des
phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique
ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes
conceptuels classiques.


Dernières parutions

Yannick BRUN-PICARD, Plus loin que le développement durable : la
durabilité, 2014.
Jean-Michel LE BOT, Eléments d’écologie humaine, 2014.
Claude GIRAUD, Qu’est-ce qui fait société ?, 2014.
Nicole ROELENS, Manifeste pour la décolonisation de l’humanité
femelle. Tome 4 : poussées d’émancipation et violences colonisatrices,
2014.
Khosro MALEKI, Introduction à la sociologie du mécontentement
social, 2014.
Jean PENEFF, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école
de Chicago, 2014.
Jean-Michel BESSETTE, Être socio-anthropologue aujourd’hui ?,
2014.
Alexandre DAFFLON, Il faut bien que jeunesse se fasse ! Ethnographie
d’une société de jeunesse campagnarde, 2014.
Jean PENEFF, Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école
de Chicago, 2014.
Dominique MARTIN, Relations de travail et changement social, 2014.
Thomas PIERRE, L’action en force et les forces en action. Sociologie
pragmatique des forces, 2014.
Jean FERRETTE (dir.), Souffrances hiérarchiques au travail.
L’exemple du secteur public, 2014.
Sous la direction de Sandrine GAYMARD et Angel EGIDO, Mobilités
et transports durables : des enjeux sécuritaires et de santé, 2014.

Sous la direction de
Pierre NAVES et Yamina REMICHI


Avec l’introduction d’Andy SMITH







Le territoire saisi par les sciences sociales :
des enjeux politiques et professionnels à la recherche






Regards sur l’Aquitaine




















































































Ouvrages du même auteur
Les Sociologues dans la cité : face au travail, L’Harmattan,
collection « Logiques Sociales », 2009.
Aux frontières du genre, L’Harmattan, collection « Logiques
Sociales », 2012.
Les Politiques à l’épreuve des sociologues, L’Harmattan,
collection « Logiques Sociales », 2013.




























© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04535-1
EAN : 9782343045351


Sommair e

Préambule .......................................................................... 9
Présentation des Auteurs .................................................. 11
Introduction ...................................................................... 15
1. PRODUIRE ET GOUVERNER LA VILLE AUTREMENT ......... 19
Présentation .................... 21
La gouvernance des circuits courts de proximité sur
l’agglomération bordelaise : premiers résultats ............... 23
La reconquête des faubourgs métropolitains :
l’urbanisme durable en « marche forcée » ....................... 43
Discussion ....................................................................... 59
2. LA FONCTION TERRITORIALE FACE AUX
DISCRIMINATIONS .............................................................. 61
Le recrutement de la diversité des origines dans la
collectivité territoriale de Ponac. Entre processus
d’inégalités et/ou de discriminations ? ............................. 63
La discrimination en territoire aquitain : analyse juridique
du traitement politique d’un phénomène social ................. 83
Discussion ...................................................................... 129
3. LE PROJET TERRITORIAL DANS L’ÉDUCATION ............... 133
Découverte du processus de projet par des collégiens
en région Aquitaine. Un exemple de « médiation »
architecturale .................................................................. 135
Discussion ....................................................151
Conclusion ................. 157

7



Préambule
Cet ouvrage contient les actes du colloque organisé par
l’association Vocation Sociologue et parrainé par Jean-Louis
Haurie, directeur de la Caisse d’Allocations Familiales de Paris,
et Bérénice Vincent, vice-présidente du Conseil Régional
d’Aquitaine en charge de l’Economie Solidaire. Ce colloque s’est
déroulé à l’Université Bordeaux Segalen le jeudi 7 novembre
2013.
La Xème journée d’étude annuelle s’est proposé de placer, au
cœur de la réflexion, la question du territoire et d’en faire la clé
de voûte du colloque. Le territoire est aujourd’hui une notion
centrale du discours politique et public : lieu de rencontre(s) entre
pouvoirs publics, entrepreneurs, citoyens et société civile, il est
la première échelle d’intégration et de développement des
initiatives publiques, citoyennes et économiques.
A l’image de son territoire, la journée d’étude « Bordeaux et
l’Aquitaine : quelles perspectives d’intégration du territoire ? »
fut une occasion de rencontre entre les différents acteurs du
développement local : universitaires, élus locaux, agents des
collectivités territoriales, entrepreneurs, professionnels, citoyens,
monde associatif, etc. Cette journée a été l’occasion d’interroger
plus largement les notions de territoire et de développement local
à partir d’approches pluridisciplinaires mêlant sociologues,
juristes, étudiants en architecture, etc., à travers trois axes
d’investigation : 1) Produire et gouverner la ville autrement ; 2)
La fonction publique territoriale face aux discriminations ; 3) Le
projet territorial dans l’éducation.



9 Présentation des Auteurs
Par ordre alphabétique
Olivier CLAVERIE est chargé de coordination scientifique
en sciences humaines et sociales, épidémiologie et santé publique
pour le Cancéropole Grand Sud-Ouest, et docteur en sociologie.
Patrice GODIER est enseignant contractuel en sociologie à
l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de
Bordeaux (ENSAP) et rattaché au Centre Emile Durkheim. Il
travaille sur les questions urbaines liées à l’habitat, aux politiques
urbaines et aux dynamiques métropolitaines. Ses recherches
portent principalement sur les projets et stratégies urbaines de la
métropole bordelaise dans le cadre du programme
POPSU (Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies
Urbaines) réunissant une dizaine de grandes agglomérations
françaises dont Bordeaux avec comme objectif de renouveler la
connaissance sur la fabrication de la ville et de coproduire des
savoirs au niveau local par la mobilisation conjointe et croisée
d’institutions de recherche et d’acteurs.
Pierre NAVES est doctorant au Centre Emile Durkheim sous
la direction d’Andy Smith (Sciences Po Bordeaux). Sa thèse,
intitulée « Ancrage territorial et régulation de la concurrence : le
cas des circuits courts en Aquitaine » et financée par le Conseil
régional d’Aquitaine, cherche à rendre compte du point de vue
de la sociologie économique et politique des marchés de
l’encastrement territorial des marchés de fruits et légumes sur
l’agglomération bordelaise et, plus généralement, en Aquitaine.
11

Yamina REMICHI est Attachée Temporaire d'Enseignement et
de Recherche en 2014-2015 à l'Université de Bordeaux et
membre du laboratoire de recherche Centre Emile Durkheim.
Doctorante en Sociologie, ses domaines de spécialisation sont
l'analyse des politiques publiques, plus précisément des
discriminations et de la diversité croisés avec la gestion des
ressources humaines. Sa thèse porte sur l'application locale des
politiques de diversité via les pratiques de recrutement au sein
des administrations publiques territoriales. Elle établit une
comparaison franco-néerlandaise de deux études de cas.

Christine ROMAN-DZIANDZIALOWSKI est directrice
de Pays et Quartiers d’Aquitaine, centre de ressources régional
pour le développement territorial en Aquitaine. Cette structure
est chargée de faciliter la circulation des informations et des
expériences relatives au développement territorial afin de
répondre aux demandes des acteurs aquitains. L'équipe de PQA
anime et accompagne des groupes d'acteurs, édite de nombreuses
publications, propose un grand nombre de ressources
documentaires et assiste les acteurs territoriaux à la mise en
œuvre des programmes européens en Aquitaine. Depuis sa
création en 2000, PQA a déterminé un certain nombre de
chantiers prioritaires tels que l’agriculture et les circuits courts,
le développement économique, le développement durable,
l’éducation, la gestion urbaine de proximité, la santé, etc.

Sandrine RUI est sociologue, maître de conférences à
l’Université Bordeaux Segalen. Membre du centre Emile
Durkheim, elle est membre du comité de lecture de la revue
Sociologie. Elle est spécialisée dans la sociologie de l’action
publique et de la démocratie participative et travaille
actuellement sur une recherche portant sur la participation du
public à l’élaboration des textes règlementaires nationaux en
matière d’environnement en France et à l’étranger. Par ailleurs,
elle a récemment co-écrit avec F. Dubet, O. Cousin et E.
Macé, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations (2013,
12

Editions du Seuil), ouvrage visant à analyser l’expérience des
discriminations chez les personnes susceptibles de les subir.

Jérémie SAISEAU est doctorant en droit public, spécialisé
en droits européens. Sa recherche s'intéresse principalement à
l'appréhension par le droit des faits de discrimination. En 2012,
il a entamé une thèse sur "les collectivités territoriales face au
risque discriminatoire" dans le cadre d'un partenariat
institutioncitoyen pour la recherche et l'innovation financé par la région
Ilede-France. Ce projet est co-piloté par le Centre de recherche et
de documentation européennes et internationales de l'Université
de Bordeaux et l'association SOS Racisme - Touche pas à mon
pote dont il est salarié. Parallèlement il participe au Comité de
veille et d'action contre les discriminations et pour l'égalité de la
municipalité bordelaise à titre de personnalité qualifiée.

Andy SMITH est enseignant à l’IEP de Bordeaux, directeur
de recherche FNSP (Fondation Nationale de Sciences
Politiques). Il est également directeur du Centre Emile
Durkheim. Andy Smith travaille actuellement sur trois
thématiques : le gouvernement européen des industries (GEDI),
la régulation politique du commerce international et les usages
politiques du territoire. L’approche qu’il a développée pour
aborder ces objets s’inspire du constructivisme social, de
l’institutionnalisme historique et sociologique, de l’analyse
« cognitive » des politiques publiques et de la sociologie des
relations internationales. Au cours d’une opération de recherche
sur le GEDI financée par l’ANR qui, entre 2009 et 2012 va
fédérer ses trois thèmes de recherche, il appliquera son approche
aux questions et aux débats en économie politique qui concernent
l’institutionnalisation et la légitimation des secteurs.

Marine TIXIER (Université Victor Segalen Bordeaux II,
Laboratoire PAVE, Ecole Nationale Supérieure d’architecture et
de paysage de Bordeaux) est actuellement en troisième année de
thèse à l’Ecole Nationale supérieure d’architecture et de paysage
13

de Bordeaux au sein de laquelle elle a obtenu son diplôme d’Etat
conférant le grade de master en 2011. Dans la continuité de son
mémoire intitulé « Le référentiel corbuséen dans l’enseignement
du projet d’architecture », elle s’intéresse aux valeurs
pédagogiques de la réinterprétation des références. Vacataire à
l’ENSAPBX, elle participe à divers projets pédagogiques, parmi
lesquels le REA (colloque international du réseau des écoles
d’architecture françaises, d’Europe centrale et orientale) sur la
thématique des références dans la pédagogie.

Manon VIVIERE (Ecole Doctorale ED303 des sciences
sociales. Société, Santé, Décision – SP2 Société, Politique, Santé
publique, PAVE membre du Centre Emile Durkheim UMR 5116,
Ecole Nationale supérieure d'Architecture et de Paysage de
Bordeaux) est chargée d’études à l’Agence Place et doctorante
en sociologie urbaine (convention CIFRE). Elle réalise une thèse
intitulée « La reconquête des faubourgs métropolitains :
L’acceptabilité sociale de la densification de l’habitat en
question ». Son intervention professionnelle porte notamment sur
les conditions de l’acceptabilité de la densité urbaine dans le
cadre des projets de renouvellement urbain, de régénération des
faubourgs, de reconquête des centres bourgs et des tissus
périurbains. Elle engage les méthodes de la sociologie urbaine et
de l’ingénierie de la concertation pour décrypter les
pratiques sociales et urbaines et anticiper les évolutions
sociétales. Elle participe aux interventions de l’agence visant la
coproduction et le co-apprentissage des projets, le faire
ensemble. Elle a publié en 2013 une partie de ses travaux,
« Démolir pour faire le plein », dans le numéro quatre de la revue
CaMBo, Cahiers de la Métropole Bordelaise dans le dossier
« refaire la ville sur la ville » sous la direction de Thierry Oblet.

14 Introduction
Andy SMITH
Cet ouvrage regroupe essentiellement les résultats de
recherche et les interprétations par les jeunes chercheurs en
sciences sociales qui, chacun à sa manière, sont interpellés par
l’évolution du territoire en Aquitaine. Que ce soit en analysant
les pratiques éducatives ou en décortiquant différentes facettes de
l’action publique locale, le rapport dialectique entre, d’une part,
ce qui structure un territoire et, d’autre part, les habitants qui le
structurent en le faisant évoluer, est au centre des études
restituées ici. Par ce biais, on reconnaît bien la volonté profonde
et soutenue de l’association Vocation Sociologue de ré-encastrer
les sciences sociales dans la vie de la cité, et ceci notamment aux
échelles de la ville de Bordeaux et de la région d’Aquitaine.
En lisant les pages qui suivent, j’ai trouvé que ce pari est très
largement réussi surtout parce que, au-delà des données inédites
présentées et des analyses qui prennent souvent le contre-pied
des idées reçues, se dessine de manière cumulative une
illustration fascinante du concept même du territoire. Plus
exactement, les chapitres de l’ouvrage montrent à nouveau que
tout territoire est un construit social qui comporte les trois aspects
suivants :
- un espace d’action publique, c’est-à-dire un périmètre au
sein duquel se déroulent des tentatives de structurer la vie en
société en s’appuyant sur les normes et les interventions
publiques diverses ;
- un espace de pratiques, et donc de calculs
socioéconomiques relativement constant (concernant
l’alimentation que l’on achète, où on cherche à habiter etc.) ;
15