LE TEXTE LITTERAIRE

Publié par

En six études, qui accordent une importance particulière aux questions de genre, de mise en recueil, de traduction et d'intertextualité, les auteurs croisent leurs regards de linguiste et de comparatiste, pour explorer, dans une optique discursive et inte

Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782296494428
Nombre de pages : 158
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le texte littraire
Pour une approche inerdiciplinaire
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 1
5/10/09 11:51:06
Au cœur des textes Collection dirige par Claire S TOLZ (Universit Paris-Sorbonne) 1. Alia BACCAR-BOURNAZ, Essais sur la littrature tunisienne d’expression française , 2005. 2. Alya CHELLY-ZEMNI, Le sauveur dans Baaille  dan la monane de Jean Giono , 2005. 3. Noureddine LAMOUCHI, Jean-Paul Sartre, critique littraire , 2006. 4. Caherine VIOLLEt e Marie-Françoie LEMONNIER-DELPY (dir.), Mtamorphoses du journal personnel. De Rtif de la Bretonne à Sophie Calle, 2006. 5. Lia KURts-WöstE, Marie-Albane RIOUx-WAtINE e Mahilde VALLEsPIR , éthique et significations , 2007. 6. Jean-Loui JEANNELLE e Caherine VIOLLEt (dir.), Genèse et autofiction , 2007. 7. Irène FENOgLIO (dir.), L’criture et le souci de la langue. écrivains, linguistes : tmoignages et traces manuscrites , 2007. 8. Irène FENOgLIO, Une auto-graphie du tragique. Les manuscrits de Le  Fai  et de L’avenir dure lonemp de Louis Althusser , 2007. 9. Delphine DENIs (dir.), L’obscurit. Langage et hermneutique sous l’Ancien Rgime , 2007. 10. Aurèle CRAssON (dir.), L’dition du manuscrit. De l’archive de cration au scriptorium lectronique , 2008. 11. Lucile gAUDIN e geneviève sALVAN (dir.), Les registres. Enjeux stylistiques et vises pragmatiques , 2008. 12. Françoie RULLIER-tHEUREt, Faut pas pisser sur les vieilles recettes. San-Antonio ou la fascination pour le genre romanesque , 2008. 13. Valenina CHEPIgA, émile et un romain , à paraîre. 14. Vronique MONtéMONt e Caherine VIOLLEt (dir.), Le Moi et ses modèles. Genèse et transtextualits , 2009. 15. Ridha BOURKHIs e Mohammed BENJELLOUN (dir.), La phrase littraire , 2008. 16. salah OUEsLAtI, Le lecteur dans les Poie de Stphane Mallarm , 2009. 17. Jean-Michel ADAM e Ue HEIDMANN, Le texte littraire. Pour une approche interdisciplinaire , 2009. 18. Françoie sIMONEt-tENANt, Journal personnel et correspondance (1785-1939) ou les affinits lectives , 2009.
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 2
5/10/09 11:51:06
eL.100aírteit lteex tdn d71i.DC TerA/ 11:09  /10/  357
A C A D E M I A A B B R U Y L A N T
L  lii
51:0
Jean Michel A dAm et Ute H eidmAnn
Pour une approche interdisciplinaire
N° 17
D/2009/4910/33
© Bruylant-Academia s.a. Grand’Place, 29 B-1348 L OUVAIN -LA -N EUVE
ISBN 13 : 978-2-87209-956-6
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procd que ce soit, rservs pour tous pays sans l’autorisation de l’diteur ou de ses ayants droit. Imprim en Belgique.
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 4
www.academia-bruylant.be
5/10/09 11:51:07
SOMMAIRE
IntroductIon : Pour une aPProche InterdIscIPLInaIre des textes 1. science du lanae e cience liraire 2. De enre à la nrici : i propoiion
chaPItre 1 : Les mutatIons générIques d’une étrange hIstoIre 1. Enre exemplum e hioire raique : une nouvelle  de Jean-Pierre Camu 2. tradie du dein (Werner), aricle de journal (Klei)  e cone (grimm) 3. Cone d’effroi e cone de mie en arde
chaPItre 2 : des grImm à andersen : Les transformatIons d’un genre 1. Raconer auremen : une poique de la diffrence 2. Le Briquet e La Lumière bleue : analye comparaive
chaPItre 3 : VarIatIons autour d’un PetIt PoIs 1. Anderen conre grimm 2. L’preuve des petits pois 3. La Princesse sur le petit pois 4. Deu proje narraif e nrique diffren
chaPItre 4 : recueIL et co-textuaLIté 1. Le Briquet e La Princesse sur le petit pois : relaion co-euelle 2. Le Petit Claus et le grand Claus : une leçon de mioloie 3. Les Fleurs de la petite Ida : la foncion eplicaive de la ficion narraive 4. Inverion de ine e ambivalence du rci
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 5
5/10/09 11:51:07
6  
le  texte  littérAire . pour  une  ApprocHe  interdisciplinAire
chaPItre 5 : recueIL et IntertextuaLIté 1. « sonne d’auomne » dan Les Fleurs du Mal de 1861 2. Un onne monoone 3. L’inereuali diffrace du Faust de goehe radui par Nerval
chaPItre 6 : LIre-traduIre un texte de franz KafKa  générIcIté, co-textuaLIté et IntertextuaLIté 1. L’ape philoloique de l’abliemen du ee 2. traduire le « ee-Kafka » 3. Analye euelle 4. Analye co-euelle e inereuelle : Kafka leceur de Niezche
éPILogue. hommage à henrI meschonnIc
B IbLIograPhIe
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 6
5/10/09 11:51:07
IntROductIOn
ue aroe ierisiliaire es exes
1. Siees  lagage e siees liraires ors que A lirensntditauitt iodlnonnen lilpteio veuenvmtarieet n ct rtoiuimdreep,s o sd selisab  llea nn lged uue dsi XaelXto e g sutiueè dceldese,   dqceueses   liltadt ocrmoauatiupnrueersse   disciplinaires, presque chaque anne, depuis 2002, nous avons t invits dans des colloques internationaux runissant des linguistes et des littraires. En avril 2002,  Bergen, nous participions au sminaire des polyphonistes scandinaves : « Polyphonie – linguistique et littraire ». En septembre de la même anne,  Cerisy-la-Salle,  l’initiative de Ruth Amossy et Dominique Maingueneau, la place de l’analyse du discours dans les tudes littraires tait au centre des dbats. L’ouvrage issu de ce colloque – L’analyse du discurs dans les études littéraires (2003) – donne une bonne ide du « tournant discursif » des tudes littraires dans lequel s’inscrivent les recherches que nous avons runies dans le prsent ouvrage. En octobre 2003,  l’Universit de Toulouse-le-Mirail, Michel Ballabriga, François-Charles Gaudard et François Rastier avaient choisi un beau titre pluriel : « Littratures et linguistiques ». En mai 2004, dans le cadre du Centre de recherche en  Langues et littératures eurpéennes cmparées que dirige Ute Heidmann, nous avons organis,  l’Universit de Lausanne, un colloque qui avait pour but de prolonger la dynamique du colloque de Cerisy en approfondissant la rflexion pistmologique sur les conditions même de l’interdisciplinarit ( Sciences du texte et analyse de discurs. Enjeux d’une interdisciplinarité , Adam & Heidmann 2005). En septembre 2004, nous avons particip,  l’Universit de Bologne,  un colloque  dominante anglo-saxonne : « Pour une approche linguistique de l’art verbal : thorie et pratique » ( Language and Verbal Art Revisited. Linguistic Appraches t the Study f Literature , Miller & Turci 2005). à la fin du mois d’aot 2005, dans le cadre des Universits de Copenhague et de Roskilde, le congrès des romanistes scandinaves
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 7
5/10/09 11:51:08
8  
le  texte  littérAire . pour  une  ApprocHe  interdisciplinAire
accordait une place importante au thème « Littrature et linguistique ». En octobre 2007,  l’Universit de Franche-Comt, autour de « Linguistique & littrature. Cluny, 40 ans après », c’est  un retour critique sur le clèbre colloque de Cluny 1968 qu’tait consacr un grand colloque ( paratre aux P. U. de Franche-Comt). En mai 2008, Claire Badiou-Monferran organisait  la Sorbonne une journe d’tudes : « Littrature et linguistique en dialogue : rflexions sur la critique française des Cntes  de Perrault » (dont les actes paratront prochainement dans la collection « Au cœur des textes »). Issues de rseaux très diffrents, ces nombreuses rencontres interna-tionales prouvent que les relations entre les recherches linguistiques et littraires sont, en ce dbut de XXI e  siècle, quoi qu’en disent certains, toujours d’actualit. Il reste toutefois  donner un cadre pistmologique  ce qui pourrait constituer une nouvelle alliance. C’est ce  quoi nous travaillons en dveloppant une rflexion sur l’interdisciplinarit que nous opposons autant  la simple juxtaposition pluridisciplinaire qu’ la fusion transdisciplinaire aujourd’hui  la mode. Cette dynamique de recherche est, bien sr, confronte  un certain nombre de difficults. D’un côt, les travaux linguistiques, de plus en plus techniques et spcialiss, privilgient volontiers des corpus oraux plutôt qu’crits. De l’autre, certains enseignants de littrature dlaissent de plus en plus la langue et la question du langage au profit du vaste et vague domaine des « tudes culturelles ». Pour le dire autrement, le « et » qui unit « linguistique et  littrature » exprime trop rarement le continu d’une pense du langage qui fut celle de Wilhelm von Humboldt, de Roman Jakobson ou du Cercle de Bakhtine. Cette pense du continu ne se rencontre guère aujourd’hui que dans les travaux d’Henri Meschonnic et d’Harald Weinrich. Ce « et » est devenu, en fait, le signe d’une discontinuit accentue par une logique institutionnelle qui divise les savoirs et les fixe dans des disciplines autonomes, soucieuses – pour ne pas dire jalouses – du trac de leurs frontières. Comme le dplorait Jean-Louis Chiss dans un colloque interdisciplinaire consacr aux relations entre « littrature et sciences humaines » : « Malgr les tentatives d’“articulation”, la volont “interdisciplinaire” […], on ne parvient pas  penser et  enseigner la relation de la langue (des langues)  la littrature (aux littratures) dans une thorie du langage » (2001 : 149) 1 . Cette recherche d’une pense du
1 Par ce mode de rfrence que nous adoptons dans le texte et dans les notes, nous renvoyons  la bibliographie unifie en fin de volume. Le nom de l’auteur, la
001.Le texte littéraire/ACDT 17.indd 8
5/10/09 11:51:08
150:8
Intrductin  
continu du langage passe, selon nous, par la reconnaissance de la nature discursive du fait littraire et, plus largement, du langage humain en gnral. Nous pensons, comme Henri Meschonnic, que la littrature « se fait dans l’ordre du discours, et requiert des concepts du discours » (1999 : 222). L’extension du champ de l’analyse de discours aux textes littraires exige des comptences croises qui invitent le linguiste  quitter l’troitesse de ses corpus et la comparatiste  situer ses analyses interlinguistiques et interculturelles au plus près de la langue de chaque texte. Les essais runis dans ce volume et profondment remanis  cette occasion tmoignent de ce croisement de comptences et de regards rendu possible par un accord sur l’importance des genres de discours et de la mthodologie de la comparaison. Avec Dominique Maingueneau et Gilles Philippe, nous considrons la comparaison comme un moyen d’chapper  la clôture du texte qui prside  la dmarche de l’explication de textes et qui a t conforte par les approches structuralistes : Nou privilion, en oure, le analye comparaive, dmarche ranère au commenaire yliique e au eplicaion de ee radiionnel, qui aborden le erai comme de oali auouffiane. Il nou emble, en effe, que la confronaion e clairane : de œuvre qui paraien rè diffrene peuven e rvler proche, d’aure qui e rclamen de la même ehique peuven diverer conidrablemen. De manière plu lare, la comparaion perme d’airer l’aenion ur de phnomène qui, an cela, auraien  nli. (Mainueneau & Philippe 1997 : V) Ute Heidmann a mis en relation le comparatisme et l’analyse de discours en laborant une thorie de la comparaison diffrentielle dont Silvana Borutti montre l’intrêt pistmologique dans l’pilogue de Sciences du texte et analyse de discurs (2005). Les tudes qui suivent clairent l’avantage heuristique de prendre en compte les diffrences si souvent ngliges en faveur des ressemblances et de prtendus universaux dans l’analyse des langues, des littratures et des cultures. En rappelant la ncessit de travailler sur la dimension langagière et textuelle des phnomènes culturels, Ute Heidmann propose une mthode comparative qui permet de considrer un texte et ses traductions comme autant d’nonciations singulières qui construisent chacune leurs effets de sens en se liant de façon significative  leur propre contexte socioculturel et linguistique. Le rapport entre texte original et date de la publication et le numro de la page permettent de retrouver simplement les rfrences.
90  1 :1  95/10/17.indd 
9
 TDCA/eriaŕetti lteex tLe1.00
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.