//img.uscri.be/pth/49d695c425f5de53c745ddb663cb5589f6dd9e44
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le travail des enfants en Afrique subsaharienne

De
278 pages
En Afrique subsaharienne le nombre de mineurs concernés par ce phénomène ne cesse de croître et plusieurs actions de terrain ont permis de démanteler des réseaux de trafiquants. Cet ouvrage vise à montrer les facteurs favorisant le travail des enfants, leurs conséquences et les moyens à mettre en oeuvre pour venir à bout du phénomène. Le travail ne sert pas une nation, bien au contraire il la détruit. Eliminer le travail des enfants est positif pour le développement d'un pays.
Voir plus Voir moins

Etudes Africaines Collection dirigée par Denis Pryen
Déjà parus

Djibo HAMAN!, Contribution à l'étude de l'histoire des états Hausa, 2006. Djibo HAMANI, Le sultanat touareg de l'Ayar, 2006. PieITe NKWENGUE, L'union nationale des étudiants du Kamerun, 2006. Auguste ILOKI, Le droit des successions au Congo (tome I et II), 2006. Bernardin MINKO MVE et Stéphanie NKOGHE (sous la direction de), Tourisme au Gabon, 2006. Mohamed Tétémadi BANGOURA, Violence politique et conflits en Afrique: le cas du Tchad, 2006. Nouhoum DIALLO, Le budget du Mali, 2006. Jean-Claude BERTHÉLEMY et Abdoullah COULIBAL Y (sous la dir.), Culture et développement en Afrique, 2006. Huenumadji AFAN, L'évangile Chaka, 2006. Kengne FODOUOP, Le marché de la friperie vestimentaire au Cameroun, 2005 Fortunatus RUDAKEMW A, L'évangélisation du Rwanda, 2005. Mamadou SECK, Les scandales politiques sous la présidence de Abdoulaye Wade, 2005. Révérend Francis Michel MBADINGA, Les Église du réveil fac à la crise de l'État en Afrique, 2005. René-PieITe ANOUMA, Aux origines de la nation ivoirienne, 2005. Dominique BANGOURA (sous la direction de), Quel avenir pour les jeunes de Guinée ?, 2005. Mubangi Bet'ukany GILBERT,Système social et stratégies d'acteurs en Afrique, 2005. Boniface GBA Y A ZOO, Problèmes de regroupement des villages bété (Côte d'Ivoire), 2005. Auguste TENE-KOYZOA, Histoire économique et politique du Centrafrique au ume siècle, 2005.

Le travail des enfants en Afrique
subsaharienne

www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr @L'Harmattan,2006 ISBN: 2-296-00136-X EAN : 9782296001367

Denise Landria Ndembi

Le travail des enfants en Afrique subsaharienne
Le cas du Bénin, du Gabon et du Togo

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; FRANCE
L'Harmattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Harmattan Kinshasa Fac. Sciences. Soc, Pol. et Adm. BP243, KIN XI Université de Kinshasa- RDC

75005 Paris

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12 BURKINA FASO

A Mon père Benoît Nziengui Mbégat Dounga Maman Jeanne Moussavou Moundounga Ma tante Martine Oulabou Mbadinga Pierre Monsard Pour ce rendez-vous manqué

Avant-propos Doit-on considérer le travail des enfants comme une « maladie » des populations les plus défavorisées? Au regard des études menées ces vingt dernières années, cette question trouve son fondement. En effet, que l'on soit dans les pays industrialisés ou dans les pays en développement d'Amérique Latine, d'Asie ou d'Afrique, les enfants travailleurs ont pour point commun leur appartenance sociale. Ce sont les enfants des pauvres qui travaillent. Le manque de revenus pour satisfaire les besoins de la famille détermine la mise au travail des enfants par leurs parents. Mais les conditions de travail, très souvent ignorées par les parents, compromettent le développement physique, psychologique et intellectuel de l'enfant. Occupés à passer des heures interminables au travail, ces enfants ne bénéficient pas d'un accès à l'éducation de base. En Afrique aussi bien que dans le reste du monde, le travail des enfants est un phénomène complexe et ambigu dont les facteurs sont liés à la pauvreté, à la faillite du système éducatif, à la culture de l'apprentissage, etc. En ce qui concerne notre périmètre d'étude, à savoir le Bénin, le Gabon et le Togo, le phénomène est constitué en réseaux difficilement identifiable connus sous la dénomination de « trafic d'enfants à des fins d'exploitation économique de leur main-d'œuvre ». Cette main-d'œuvre souvent docile subit les pires abominations de la part de leurs employeurs. L'intensité des traitements qui leur sont infligés ne reflète pas les comportements que des parents intègres ont habituellement à l'égard de leur propre descendance.

7

Afin d'apporter des solutions à ce que l'on n'hésite plus à appeler le « fléau des pauvres », deux cas de figure se présentent: Sur le plan humain: de nombreux acteurs internationaux et nationaux, privés et publics s'engagent dans des actions et programmes de terrain. Sur le plan normatif: les conventions n° 32 et n° 182 de l'OIT, la convention internationale des droits de l'enfant de l'ONU et la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant de l'OUA - actuelle UA. Pour plus d'objectivité dans l'application de ces dispositions juridiques, il serait souhaitable que les Etats procèdent à I'harmonisation de celles-ci avec les législations nationales.
La lutte contre le travail des enfants est un combat qui implique toutes les forces vives d'une Nation car comme le dit Kofi Annan 1: « Il n y a pas de mission plus importante que de construire un monde où nos enfants peuvent grandir en réalisant tout leur potentiel dans la santé, la paix et la dignité ».

Ce livre est le résultat d'un travail de recherche mené pour l'obtention du Diplôme de Formation Supérieure de l'Ecole des Rautes Etudes Internationales de Paris

en terme de niveau, à une maîtrise universitaire - dont le titre est «La question du travail des enfants en Afrique
subsaharienne: étude faite sur l'axe du Bénin, du Gabon
et du Togo ».

- équivalent,

La rédaction de ce mémoire a été dirigée par Monsieur Fereydoun Ali Khavand, Maître de Conférences à l'Université René Descartes ParisV. Après avoir été soumis à l'appréciation de Monsieur Patrick Dombrowsky, Directeur des Etudes de l'E.R.E.I.
1 Secrétaire général de l'ONU 8

J'adresse mes sincères remerciements à monsieur Fereydoun Ali Khavand qui a bien voulu diriger ce mémoire. Cette étude n'aurait pu être menée sans sa disponibilité, ses orientations et recommandations de certains ouvrages, documents et sites web fondamentaux tels que: Le Travail des enfants dans le monde de Bénédicte Manier, Le travail des enfants de Claire Brisset, les rapports d'Anti-Slavery International, les rapports annuels de l'UNICEF, les travaux de l'OIT, Human Rights Watch, etc. Il nous faut ainsi reconnaître l'influence de ces différents documents dans la rédaction de ce livre. Que ces auteurs et institutions trouvent ici l'expression de ma reconnaIssance. Je témoigne ma très sincère reconnaissance à: - Madame Angélique Ngoma, Ministre de la Famille, de la Protection de l'Enfance et de la Promotion de la Femme (Gabon) pour l'attention qu'elle a accordée à ma demande de stage; - Monsieur Pierre Mbouity- Ikapi, Directeur général du Département de la Protection de l'Enfance au MFPEPF pour son encadrement lors de mon stage à Libreville;

- Messieurs
encore

Olivier Védrine et Eric Joël Békalé Ethoughé

pour leurs précieux conseils. - Tous les enseignants qui ont contribué

- à ma

- et

participent

formation.

Mes remerciements à mes amis (es) et proches pour leurs encouragements: Josette Andème, Léna Biviga épouse Pichon, Magie-Trésor Dikambi, Salif Kéita, Elodie Mbini, Cyrille Lassebi Mvoulabeli, Abel Mamfoumby, Agathe et Kathyna Mbaye, Diane Fabienne Ngolo, Alexandra Ngoma, Luc Michel Nzé Angara, Carène Opogo Tsiègué, Albert Papy, Laetitia Rogombé, Cyrille Rose, Cynthia Safous, Désiré Tchigbé. 9

Méritent aussi mes remerciements pour avoir participé à la relecture et à la correction de cet ouvrage: Achille-Serge Boussoughou, Kéita Stephenson, Thomas Bordignon. Je n'oublie pas mes camarades de la Promotion 2004-2005 du Master Professionnel Fonction Publique Internationale (E.R.E.I), de la Promotion 2005-2006 du Master II Recherche de Droit et Politiques de Développement (Université René Descartes Paris V) et tous ceux qui m'ont apporté leur soutien dans la réalisation de cette étude. A tous les enfants travailleurs du monde au destin compromis, je dédie cet ouvrage. Mes derniers mots, en terme de dédicaces, s'adressent à mon fils Paco, à Ismaël, à ma mère Marcelline Kournba Mbadinga, à ma Tante Marie-France Mbonzi Mbadinga, aux enfants Nziengui Dounga et Mouanda de la famille Doungson de Mbengui, aux clans Baghambu, Mombi et Mubanda.

10

Sommaire
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

Partie I - Ampleur et complexité du phénomène Chapitre 1 - Domaines de définition

.23

Chapitre 2 - Les principales causes Chapitre 3 - Les conditions de travail
et Ieurs conséquences Partie II

...27 47
69

- La place

des normes
.........................
81

Internationales.

Chapitre 1 - Les voies de diffusion du travail
des enfants en Afrique. . .. . . . . .. . . . . . . . ...85

Chapitre 2 - La prépondérance économique
Chapitre 3 de l' enfan.t L'importance
internationales.

...1 09 des normes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..115

Partie III - Mise en place de stratégies pour éradiquer le phénomène
Chapitre 1- Le rôle de l'éducation

141
145

Chapitre 2 - Les stratégiesnationalespour
l'élimination du travail des enfan.ts.. . . . .153

Chapitre 3 - La participation aux
programmes internationaux. . .. . .. . .
Conclusion.

179
.199

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193

Liste des annexes.

...............................

Liste des tableaux
Bibliographie.

263
.271

. .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . ..265

Table des matières

Il

Abréviations Association de Défense des Droits de la Femme et de l'Enfant. Association de lutte contre le travail ALTEN: des Enfants au Niger. BIT: Bureau International du Travail. Communauté des Etats Indépendants. CEI: CISL : Confédération Internationale des Syndicats Libres. Commission Nationale pour le CNDLP : Développement et la Lutte contre la Pauvreté. Conférence des Nations Unies pour CNUCED: le Commerce et le Développement. Département Britannique pour le DFID : Développement International ESAM : Enfants Solidaires d'Afrique et du Monde. FMI: Fonds Monétaire International. GRADE-FRB : Groupe d'Action pour le Développement. Endogène-Femmes Rurales du Burkina. HRW: Human Rights Watch. IPEC: Programme International pour l'Abolition du Travail des Enfants. MFPEPF : Ministère de la Famille, de la Protection De l'Enfance et de la Promotion de la Femme. 01 : Organisation Internationale. Organisation Internationale du Travail. OIT: Organisation Non Gouvernementale. ONG: Organisation des Nations Unies. ONU: OPTEN-YARA : Organisation pour le Travail ADDPE : 13

PNUD : RGPH : SONED: UA: UNESCO: UNICEF:

des Enfants au Niger. Programme des Nations Unies pour le Développement. Recensement Général de la Population Et de l'Habitat. Social Network for Development. Union Africaine (ancienne OUA) Organisation des Nations Unies pour la Science, la Culture et l'Education. Fonds des Nations Unies pour l'Enfance.

14

Introduction Depuis les années quatre-vingts, la question du travail des enfants est à l'origine d'une nouvelle mobilisation des acteurs de la société internationale, en l'occurrence les médias, les organisations internationales, les organisations non gouvernementales, les associations des droits de 1'homme, etc. Pour étudier ce phénomène, il faut chercher à comprendre ce que l'on entend par « travail des enfants » ? D'une façon générale, cette expression renvoie à une forme imagée d'un enfant exerçant une activité précise dans des conditions inhumaines et dans un milieu déterminé. Cependant, les activités entreprises par les enfants sont en réalité diverses et complexes. Il peut ainsi s'agir d'activités tolérées, c'est-à-dire des activités dont la pratique contribue au développement physique, intellectuel ou psychologique de l'enfant, ou d'activités intolérables; dans ce cas, il s'agit d'activités nuisibles dont la pratique a un impact négatif sur le développement des capacités de l'enfant. En d'autres termes, si pour certains enfants, le travail est synonyme de souffrance, d'exploitation et de violation de leurs droits, il constitue dans une moindre mesure un élément important de leur croissance d'autant plus qu'il effectue une transition entre l'enfance et l'âge adulte. Pour éviter l'amalgame, il est nécessaire d'établir des critères qui permettraient de faire la distinction entre un travail bénéfique pour l'enfant qui l'exerce d'un travail dangereux. Face à cette ambiguïté, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance - l'UNICEF - a élaboré, depuis une dizaine d'années un panel, de critères sur la base desquels l'on pourrait distinguer un travail bénéfique de celui qui relève de l' exploitation. Selon l'UNICEF, neuf critères fondamentaux déterminent le travail à caractère exploitable: Un travail à temps plein à un âge précoce, trop d'heures consacrées au travail, des tra-

vaux qui exercent des contraintes physiques, sociales et psychologiques excessives, une rémunération insignifiante, l'imposition d'une responsabilité excessive, un emploi qui entrave l'accès à l'éducation, des atteintes à la dignité et au respect de la personnalité de l'enfant. Au regard de ces critères, le travail est problématique lorsque son exercice compromet les facultés indispensables au plein épanouissement de l'enfant. De plus, compte tenu du fait que « l'essentiel du travail des enfants s'opère loin des caméras, au sein du foyer familial, et non dans les usines ». 2 Avant de comprendre les motivations des enfants, il importe de voir l'évolution du phénomène dès ses origines. Même si, notre étude est consacrée au phénomène du travail en Afrique subsaharienne en général, et au Bénin, au Togo et au Gabon en particulier, nous nous référerons le plus souvent à d'autres pays en développement. En effet, considérant que ces pays font parties du groupe des pays en développement, on serait alors tenté de dire que le travail des enfants est relatif à cette catégorie de pays. Soutenir cette idée serait illusoire dans la mesure où l'on sait que le phénomène est vieux comme le monde. Déjà, au Moyen Age, les enfants pauvres étaient nombreux à offrir leur main-d'œuvre aux familles riches. Avec la révolution industrielle, une forme contemporaine du travail des enfants est apparue dans les pays occidentaux. Cette forme était surtout courante en Angleterre, en France, etc. Ainsi, au milieu du XIXè siècle, Londres aurait compté plus de cent vingt mille petits domestiques.

2 Manier Bénédicte, Le Travail des enfants dans le monde, Paris, Ed. La Découverte, 2003, 118 pages. p. 3. 16

La France, pays des Droits de l'homme, a connu le placement des jeunes servantes dans les zones rurales jusqu'au début du XX ème siècle3. Selon Manier, à cette époque le salaire de l'enfant était déjà indispensable à sa famille et couvrait au moins ce que l'enfant coûtait en nourriture. Il servait de revenu d'appoint. En somme, ce phénomène avilissant a contribué dans une large mesure au soutien de la révolution industrielle. Notamment dans l'industrie du charbon. Malgré la prise de conscience et l'élaboration des premières lois, le phénomène a continué d'exister puisque ces lois, au lieu d'avoir une force obligatoire et contraignante, étaient plutôt réglementaires. En France, c'est grâce à Villerme que l'Etat a commencé à élaborer des lois interdisant le recours à la main-d'œuvre enfantine. Malgré, l'adoption de cellesci, le phénomène est loin d'avoir disparu dans ces pays. On s'aperçoit alors que le travail des enfants n'est pas l'apanage des pays pauvres. En Afrique, on a commencé à parler discrètement du travail des enfants à la fin des années 1970. Mais, ce n'est que dans les années quatre-vingt-dix et grâce au développement des médias, que l'opinion publique africaine a découvert le caractère inhumain de cette forme d'exploitation des enfants. Même si la forme et les facteurs du travail en Afrique sont semblables à ceux des pays en d'Asie ou d'Amérique Latine, il convient néanmoins de faire une distinction sur son mode d'expansion. En effet, le travail des enfants tel qu'il est répandu en Afrique subsaharienne en général, et dans les pays qui font l'objet de notre étude en particulier, est lié au trafic transfrontalier des enfants à des fins d'exploitation de leur force de travail.

3

Manier Bénédicte, idem. 17

Considérée au départ comme une pratique traditionnelle d'éducation et d'initiation de l'enfant au travail, celle-ci « s'est pervertie en une transaction commerciale soutenue par un trafic des villages vers les villes et entre les pays de la sous-région Afrique Centrale / Afrique de l'Ouest ».4 Depuis une quinzaine d'années, on assiste à une forte croissance de l'offre de main-d'œuvre enfantine au Gabon et dans le reste des pays d'Afrique Centrale. Cette maind'œuvre est en majorité constituée d'enfants originaires du Bénin et du Togo. En effet, suite aux multiples problèmes économiques auxquels sont confrontés ces deux pays, la mise au travail des enfants apparaît comme une alternative pour faire face aux difficultés du moment. Avant de parler du déroulement du travail des enfants, il convient de préciser le statut de chaque Etat. Le Togo et le Bénin sont considérés comme « les pays pourvoyeurs» d'enfants, le Gabon est en même temps « pays récepteur» et « pays de transit». En d'autres termes, le Gabon sert aussi bien de territoire d'accueil que de passage d'enfants vers d'autres pays ayant une relative stabilité économique. Le travail des enfants togolais et béninois en territoire gabonais a suscité un scandale médiatique en 2001 à la suite de l'arraisonnement d'un bateau battant pavillon nigérian, 1'« Etinéro ». La marchandise transportée dans ce bateau était essentiellement constituée d'enfants destinés au travail dans les foyers de particuliers gabonais et étrangers. Face au nombre d'enfants et aux conditions de transport, la communauté internationale a sommé les Etats impliqués à prendre
non seulement des mesures rapides - pour sanctionner les contrevenants - mais aussi de procéder au rapatriement des

enfants dans leurs pays respectifs. Cette affaire a permis une prise de conscience chez les Africains à propos du travail des enfants sous toutes ses formes: dangereuse ou
4 Anti-Slavery International, « Projet Sous-Régional de Lutte contre le travail et le trafic des enfants domestiques », Rapport, avril2003. 18

bénéfique. La diversité des domaines d'activités: agriculture, travaux domestiques, activités commerciales du secteur informel, etc. Non seulement les enfants concernés par cette pratique sont souvent recrutés avant qu'ils n'aient atteint l'âge de l'adolescence, mais ils n'ont pas aussi accès à une éducation scolaire. Compte tenu du fait que ces enfants exercent des travaux de nature «invisible », il est difficile de fournir des données chiffrées. Du fait de son caractère « invisible », on se demande comment un phénomène aussi complexe peut-il susciter un tel élan de solidarité? Pour nombre d'analystes de la question, l'expansion du travail des enfants s'explique par trois facteurs: la détérioration des conditions économiques dont l'impact sur le développement social est très négatif, une meilleure application des normes internationales et une adhésion de l'opinion publique plus forte que par le passé à la cause des droits de l'homme en général, et ceux des enfants en particulier. Face à ce regain d'intérêt sur les problèmes liés au travail des enfants, l'Organisation Internationale du Travail, dont l'engagement pour cette cause remonte aux années de sa création en 19195, travaille activement dans la lutte contre le travail des enfants. On sait que la création de cette organisation est l'aboutissement d'un mouvement d'idées en faveur d'une réglementation internationale du travail dont la naissance date de la première moitié du XIXè siècle. Cette norme s'est affirmée au siècle dernier. Les objectifs poursuivis par cette législation s'inscrivent dans le respect des droits de l'homme et sur la qualité des conditions de vie et de travail. C'est dans cette logique qu'elle établit des normes internationales qui fixent les aspects du travail et orientent en même temps les politiques sociales des Etats membres. Ces normes sont souvent appelées « Code international du travail ». L'OIT

5

www.ilo.org

19

est restée pendant plusieurs décennies la seule organisation de défense des droits de travailleurs adultes et enfants. Face aux mauvais traitements exercés sur les enfants travailleurs par leurs employeurs, les Nations unies ont élaboré en 1989 un texte juridique défendant les droits des enfants sous l'appellation de « Convention internationale relative aux droits des enfants ».6 Ce texte prévoit les principes clés de la protection de l'enfant. Soucieuse de l'avenir de l'enfant africain, l'Organisation de l'Unité Africaine - actuelle Union africaine - a élaboré en 1990 la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant, rédigée sous le modèle de la Convention des Nations unies sur les droits des enfants. Les dispositions prévues par ce texte sont des mécanismes de protection de l'enfant africain contre toute forme d'exploitation. ' Dans cet ouvrage, l'accent sera mis sur l'ampleur et la complexité du travail des enfants. Compte tenu de la zone de délimitation de notre étude et de son contexte actuel, nous ne nous intéresserons pas aux cas d'enfants soldats. Il en sera de même pour le boycott des produits comme mécanisme de lutte contre le travail des enfants. Vu que la plupart des travaux exercés par ces enfants sont à peine compétitifs sur le marché international, il serait erroné de mettre l'accent sur le boycott des produits. Si cet aspect trouve sa signification dans le cadre du travail des enfants asiatiques ou latino-américains, il n'en est rien pour ceux qui nous concernent. En revanche, il y a un aspect qui nous semble incontournable dans notre étude: le phénomène du trafic des enfants. Considérant que le travail des enfants est la conséquence directe du trafic des enfants, nous avons donc tenu à montrer comment la diffusion du travail est indissociable du trafic des enfants. En effet, avant d'être les victimes de leurs employeurs, les petits Togolais et
6 www.un.org

20

Béninois - astreints au travail au Gabon - sont avant tout les victimes d'un fléau organisé à l'image des mafias occidentales. L'enfant est un être vulnérable qui doit son développement grâce à l'assistance des adultes. Mais, plusieurs facteurs participent actuellement à la régression de celui-ci. Ainsi, on assiste de plus en plus à une mise au travail des enfants en général, et ceux de l'Afrique en particulier (Partie I). Face aux effets négatifs et aux procédures de diffusion du travail des enfants, l'engagement de la Communauté internationale s'est illustré par l'élaboration des normes juridiques de référence à toute action visant à protéger l'enfant et à lutter contre l'exploitation économique de leur maind'oeuvre (Parties II). La recherche de solutions au problème étant l'objectif poursuivi par tous les acteurs engagés à cette cause, il nous parait important d'analyser les propositions, les actions déjà entreprises et qui ont reçues un écho favorable au sein de la communauté internationale, sous-régionale ou nationale (Partie III).

21

Partie I - Ampleur et complexité du phénomène

Le travail des enfants est un phénomène universel qui a été pendant plusieurs décennies ignoré par la communauté internationale. Mais, avec le développement technologique vécue en occident et l'amélioration des conditions de vie et de travail des populations, la participation des enfants au travail va dépasser le cadre strictement familial, ce qui va susciter des mouvements de contestation, ouvrant ainsi la voie à son élimination progressive. Dès lors, ce phénomène sera-t-il défini en fonction de la situation sociale et économique. La recherche d'un idéal vital étant la conséquence du travail des enfants, les spécialistes de la question vont se pencher sur le bien-fondé de la pratique. Ce phénomène qui a pris officiellement naissance en Occident touche actuellement les pays en développement d'Asie, d'Amérique Latine et d'Afrique. Le continent africain est la région la plus affectée par ce que l'on n'hésite pas à désigner comme un phénomène aggravant. En effet, avec 41 % d'enfants économiquement actifs au sein de sa population enfantine, soit la proportion la plus élevée dans le monde, le continent se distingue des autres par la persistance de la pauvreté et les taux de scolarisation faibles. Dans cette partie sera axée sur les domaines de définition de l'enfant travailleur (Chapitre 1), les facteurs agissant sur le travail des enfants (Chapitre 2) et les conditions de travail et leurs conséquences (Chapitre 3).

25

Chapitre 1 - Domaines de définition Pour traiter de la question du travail des enfants, il paraît nécessaire de comprendre ce qu'on entend par « enfant », en d'autres termes voir sur quelle base un être humain peut-il être défini comme un enfant (Section 1). Sachant que le travail des enfants est au cœur de notre analyse, nous aborderons cette question dans la section 2. Section 1 - Le statut de l'enfant Le statut de l'enfant est fondamental dans l'étude que l'on pourrait porter sur le travail des enfants. Considérant que l'activité de l'enfant varie selon les groupes de population, sur quelles bases peut-on définir l'enfance? Il s'agira ici de s'intéresser au concept de l'enfance (A), puis de faire une tentative d'évaluation de la population enfantine réduite au travail (B). A - Le concept de l'enfance L'enfance est un concept difficilement définissable compte tenu des diversités culturelles et sociales. Chaque groupe humain se représente l'enfant sur la combinaison de plusieurs éléments ou actes. Toutefois, Bénédicte Manier définit l'enfance comme « la période de développement physique et psychique qui nécessite la protection des adultes ».7 Selon l'UNICEF, l'enfant est considéré comme toute personne âgée de moins de 18 ans. Dans les sociétés traditionnelles africaines, la maturité physiologique et sociale est un élément déterminant pour définir l'enfant.

Manier Bénédicte, Le travail des enfants dans le monde, Ed. La Découvertes, Coll. Repères (nO265). 122 pages, p. Il. 27

7