Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Leibniz - De l'âge classique aux lumières

De
304 pages
Yvon Belaval avait fait paraître, en 1976, un premier choix d'Études leibniziennes. Au moment de sa mort, survenue en novembre 1988, il envisageait la parution d'un second recueil; il avait sélectionné lui-même une première liste d'articles et de communications à reproduire, et rassemblé les photocopies des textes, sur lesquelles quelques traits de plume marquent des intentions de corrections ou de précisions à apporter. Le temps ne lui a pas été laissé d'achever ces préparatifs et de fournir à l'éditeur une version définitive, qui eût bénéficié du soin scrupuleux qu'il mettait à se relire.

On y retrouvera les qualités bien connues de celui qui fut, pour les trente années qui ont précédé sa disparition, le maître incontesté des recherches concernant Leibniz en langue française, et dont la notoriété internationale demeure aujourd'hui aussi vivace: maîtrise de l'érudition, clarté de la langue, scrupuleuse fidélité non seulement aux significations abstraites de la pensée de l'auteur, mais tout autant à la manière dont elle s'incarne dans un langage expressif. L'originalité de ce volume par rapport aux précédentes études tient principalement à l'ouverture du champ d'investigation dans des directions habituellement moins fréquentées du commentaire (Leibniz historien, Leibniz et l'Europe, par exemple), et à la mise en évidence de points de comparaison négligés (l'étude sur l'emploi, puis la disparition, de l'emprunt par Leibniz de la dénomination spinoziste d' « idée adéquate » est à cet égard exemplaire).

La publication de ce recueil ne constitue donc pas seulement un hommage rendu à la mémoire d'un maître (ce qu'elle sera aussi), elle apportera un instrument de travail précieux aux étudiants, aux chercheurs, et à tous ceux pour qui l'histoire des idées est un laboratoire des inventions de l'esprit.



Michel Fichan
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LES VAiTIONS DU ĀPPORt DE LA tHÉORIE Et DE LA PRaIQUE
ue le ràppor eNre là Èore e là pràque vàre ŝelon le DoMane ConŝDÈrÈ le nveau De ConCepualŝa on Ĕe ÈMoGnaGe De Celu ¤u JuGe pĔuŝ CoMpÈeN e héorîe ôu eN pràque làpplîCàîoN De làeNoN À lu ou l ' àure  erMe là CîvîlîŝàîoN lépoue eC - î ŝeMble DCle De Ne pàŝ làDMere n eŝ enÈ De ŝuer ebz Danŝ Cee hŝore Deŝ vàraoNŝ ou unverŝel ou rÈN¤ue e paroŝ ou CoŝMopole ¤ul ŝe voul l nÈChappe paŝ À lŝor De ŝoN pàyŝ e De ŝà relîGoN anŝ ŝoN îNCeŝŝàNe àC vîÈ - CoMMe pour lluŝrer Nore propoŝ Dero e uNe phràŝe os 'imagentlà ¾éorîe e là pràîque àDMîÐ rerà eN lu  uNe MàCNe À rÈexoN CoMMe le MÈer  bàŝ eŝ uNe MàChNe À orDŝŝaGe  - Nul pluŝ que lu Ne ŝeŝ àpplquÈ À là oŝ àuX ŝCeNCeŝ hÈorÈueŝ hÈoloe Ph4ŝîque MàhÈMaîqueŝ ŝo Dî en arîŝoÐ ÈlCe enCore que le ŝeŝ E à ÈrarCE De Ceŝ ErMe uŝŝen CaGÈ e àux ŝCeCeŝ pĠaqueŝ olque ConoM¤ue ŝapeCe e poÈÎ¤Ùeŝ eCÎ¤Ùe ÈÐ orue oÈque¬ ar laMpleur De ŝo GÈe MulÐ orMe ul Ne ŝeraî pluŝ propre À  eXPrîMEr  ŝo
 RFûTatIon De lOuvràge d'JclveTîUs iNtitulÉ; Lf-m11E, é.\ŝŝzaT­ ôÛçùxt.p3  03 l .
16
YVO BÈLaVaL
« sîCe »  oNt î se trouve Que es ates CoNCîeNt aveC e « sîCe » e ouîs ¹€) â a îeNsîoN e û­ roPe ouS îSoNs BîeN sERâît.on Qu'î ne esoîtPas maîs CoeNT e moNtrer ?  y F•uDraîT uN ouvrage Qûe 'oN N'a Pas eNCore éCrît et quî érîTe e 'Tre  exîste PartîeemeNt eN PuîsSanCe ans es BîograPHîes e eîBNîz ans es réFérenCes éParseS - HéaS ! TroP réPé­ tîTîves - que 'oN Pourraît ColeCTîoNNer eN rePreNaNt Travaî CoeCTîF au Besoîn SouTenu Par leS orîNa­ Teurs ? es HîsToîres géNéraes eT es moNograPHîes rea­ Tîves aùx DîsCîPîNes aBorDées Par noTre PhîlosoPHe ÇeTte —oe—te ne sùĒraîT PaS  y manqùeraîT 'esseN­ Tîe : a syNTHse es ééeNTs eC a SynThse on s'é­ veraîT Du  PoînT De vue » SuBJeCTîF De eîBnîz Sur Son  sîCe » À 'oBJeCTîvîTé aPProChée D'ùn TaBeaù De Ce « sîCe » oN ProPoS esT oNC moîNs 'aNayser es TexTes eîB­ NîzîeNs sur e raPPort De a tHéorîe et e a Pratîqùe Que e eS anNonCer s sont 'uNe înTerPréTaTîoN DîĒCîle ans a mouvaNCe De 'HîSToîre n exePe  J 'aî Paré arîStoTéîCîen(étPar souCî D'aBrévîatîoN —HaP 1 r aîªJe Prévenu î eST ManîFeSTe qùe Ce voCaBulaîre avaîT Changé De SenS enCore ùn Sîgne q\e e raPPorT e a Théorîe eT De a PrãTîqe varîe | a Tho¡ogîeThèôR­ TïquéD'}rîSToTe n'eST PùS a me anS le ConTexTe ChréTîen o elle S'înSCrîT ùnî@erSîTaîreenT DnS la ClaSSe Des sCîeNCespRátïquéS,ParCe Qu'ele Prîvîlégîe avoloNtè e 'a—TîoN morae en regarD e avIoNtHéortîqùe éCeSSaîreenT CHez eîBnîz a THéologîe Se îîSe   ) eNRèvèlèéeTNátuRélléSîgnîCaTîon Cela Poùr­ q\ele raîT©î avoîr Poùr }rîSToTe  n ToùT CaS PaS \e Sîgnî­ CaTîon lùThérîenne ! a DîiCùlTÉ  'înTerPrTaTîon DeS TexTeS eîBNîzîeNs rÉSîDe SChÉìaTîq\eìeT en  1 a Per SîSTanCe  SùrToùT en aTîn Cr eînîz oùS avoùe qù'î N'éCrîT PaS DanS eSCtáe a me ÆCre qùe anS le
léS vARiAiONS DU RAPPORT Dé lA ^ _ORi
1
JournaL des aVansOu leSouVeaux Èssaîs- Du vOCaBu laIre De la DerNIre SChOlaStIque  . le prOgrS De SCIeNCeS quI aNNule Ce vOCaBulaIre. Au rÉSultat le vOCa bULaïre arïStOtÉLïCïeN Se ÉMOe Le MOïNS aNS Le� SCIeNCeS pratIqueS e La vOONtÉ MOrale  iL Se rÉNOv DaNS leS SCIeNCeS pOÉtIqueS O Il partICipe au prOjet Ma thÉMatICIeN UÇauleMus,SOuSýjaCeNt auDours pr lîMînaîreprOPOSÉ  ierre aye pOur ire CeSSer le DISputeS SI DOMMageaBleS aux ÉBatS thÉOOgiqueS  Ne OIt jaMaIS NÉgiger leS ÉChOS u vOCaBulaIre SChOaS tIque MaiS ON Oit tOujOurS eS eNteNre aS la rÉSO nnĊe DÛ õ žĊl2  º2 2žĈž 2Ûġ 2 2 ÛġžĦ  MOëNS Ma ºaNS leS SCëeNCeS pratëqueS ºe a OONt - e jurISpruDeN–e eN Ore - et au puS Mal juSqu DISÐ Para^tre DaNS leS SCieNCeS t¾ÉOrÉtiqueS De leNteNDe MeNt Ou Si lON prÉFre aNS eS SCiECæS eN prOgrS vÉ riïaBle
AºMettONS - NOuS  revIeNDrONS - uIl Ĭ aIt tOujOurS uN raPpOrt eNtre a t¾ÉOrIe et a prati¥uE l SeMBle aler De SOI que lON Ny peut –¾ager u ter E SaNS le MOºIÑ ier. a Suite e CeS varIatiONS eSt aSSez OrDONNÉe pOur que SĬ eSSiNe uNe ¾iStOire ¯u MOiS eN urOpe ON lUi a ONNÉ e puS EN puS  prti¦ u " SiCle le NOM ePRogRse iNSpire SĀbĀûXetŝûŝésDeS prOgrS DE leSprIt ¿uMaiN t lNCyÔdéqui iNSISte Sur la prĀtIque ES artS et eS MÉtiærS luS tarD Au guSte ÇOte N vOit ĀNS quee erSp–tive ON auraIt  Situer EiBIz luS INtÉrESSÉ a –Ne…eNt quu ĻŐOr eIºeg ger ëe  S MtODe ÉtĬOlOSate SattaCe u paSSage -  ¡a tra u–tIO - De Ţ   RChuNg
1 8
YVON BÉLAVAL
2 paR acoNtempÀtORomaieaDiS que au SeS acie a  ÉTaiT  vue De a vÉiTÉ eT gaDienne de a vÉ­ RiTÉ » (p/ 5)çoNtemptio,maquÉe pa eSpiT de a ague Romaine  FaiT diSpaRa^Te Dun Seu çoup eS­ SenTie de çe que diSenT eS paRoeS geçqueS » en iTRo­ dûiSanT  on a paS ouiÉ ÉTymoogie Demplume FaçTeuR  dû RegaRD inçiSiF eT SÉpaaTeuR » 7  avità çoNtemPtvàDemeue DiSTinçTe De avità àçtivà» eT çeTTe ™iSTinçTion penDa enço un aue SnS aveç a SÉpaaTion De a vie deS çoTeS eT De çee DeS mondainS p 66 1)  Ò Son TouR a BetRàçhtUNG» eST queque çhoSe d  eSSenTieemenT auTe que a       » geçque (p 6 1) une  ÉaoaTion Du Ée une inTeRven­ Tion nueenT aSSuanTe DanS e Ée » çe donT a Sçiençe çoMe  TÉoie » DevaiT SaSTeni Êou eS­ peçTe Sa pÉTenTion À Te DÉSiTÉSSÉe¬ ÉSoìaiS a ThÉoRie va SuiVe À a Taçe e RÉe ou un iSiçT Du RÉe pou Sen aSSue eT  Devei aTe çome d û oe p 66 anS ÉTymoogiSe DanS un eSpi TouT DiÉenT puS hiSToien iç ei eçope SouvenT eiDegge Su e çaaçTe  DÉSinTÉeSSÉ SnS FiaiTÉ » De a  aoS que a iniTÉ çaaçTÉRiSe a Š eç e çhiS TianiSe pouSuiT noe auTeu e Ti anue in Džne Du çžoĬen lĈ‡e ç ĕeS ‡eçS eS ‡hIlIÉ aiS çoe puiio  eT iĕ Fau aTe‡e a ÉFoRme SuTouT ÇaVinÖ pou ee a ‡SSie ãnS ĕeS œuveS À une peue DÕÉeçTion  \i  e çoçpT De ThÉoie çhange De Signiiçaion aVç apiTo e a nouvee Sçieçe » en quTe  ‡eĕaiS Se‡VĈeS eT De me SueS inTe‡VeanT DaS  nã ő ļ eS eīpÉieTa TionS poeSSnT  aie iSuS ouTanT eS
2 ’´ÖĹÂÃ Ü ıÊćµĺ  gIJ : ¶ŝ Ęó cij(¾cÄs  ¸ d   ‚mĀ  Ý. h  bĀę ƒ ” C à  î Ĵ à  d  ·î  95 8   3  ĩ ñÀ¿ ĚĵõŅ× Ø  }!ěŝ Ëè  ' FĻļcĝÞ<ĜÌòÁ Ğs ®£o      97 2 , ŀ  4 4   ±
LES VArIAïONS DU appO DÉ LA tXOrIG
1
NOuvelleŚ MaChîNeŚ Ne NaeNt paŚ De la théOrîe que ŚOuveNt elleŚ préCèDeNt. AuJOurDhuî, nOtre MONDe îN duŚtrîalîŚé eŚt Celuî Dune pratîque théOrîque et duNe théOrîe pratîque îNOluleMeNt uNîeŚ et la pratîque MOrale eŚt deveNue uNe praîque hîŚOrîque aNŚ Mulîplîer leŚ auteurŚ, tîrONŚ quelqueŚ ONŚé queNCeŚ ŚOMMaîreŚ De Ce que eîDegger et rîC eîl vîeNNeNt De nOuŚ Dîre î lun Nî laure Ne COnteŚeNt lexîŚteNCe DuN rappOrt eNre la théOrîe e la pratîque  lun e laure reCOnNaeN La varîaîOn De Ce rappOrt. Ò traverŚ ette varîatîON, îlŚ traîteNt tOuŚ leŚ Deux De A théOrîe, De A pratîque, ŚanŚ aŚŚez préCîŚer peutte, la théÔîE ± quÔî, la patîquE ± quÔî n répOnDa | lanal4Śe Dune nÔtîOn úunîverŚellE Ôu GénéralE nEŚt paŚ laNal4Śe DuN Faî _Śîngulîer uF©îl De Cete é pOnŚe pOur re en DOît Dh4pÔŚtaŚîE ¯ théOrîe En quelque eŚŚenCe, et A pratîquE en quElque MOe DexîŚteNCe  ranŚ eNDanCe îMManenCe éCeŚŚîté, CÔntîngenE AnŚî ŚînŚîtuEaî un Du=ŚMe  et nÔn uNe ualîté entre leŚ Deux eMeŚ a DCulé eŚt De Ne paŚ ŚuŚtantîa=îŚer leŚ ŚuŚtanîŚ l Śeraî aŚŚez Śuprenan quîlŚ euŚŚE lE MMe ŚENŚ pOur la vîŚîON Du MOnDe Chez înŚeîn =a hétOrîque Du DîŚCOuŚ pŚ4ChaNaL4tîque, lOŚervaNe Du aéhîŚMe 9= ÔnvîEn DE =EŚ DéFnî E pluŚ ŚÔuvEt pOu ÔM MæÆE  ¤uanD On ne ŚaE pŚ l On pODE pa ÔppÔŚOŚ | la héOe ŚOppOŚE  = pa¥ue OMMe =e COneMplé  latîON la vuE  la MNîu¡aOn _ la vuE ON aŚŚOEa Ou ŚuŚtuea la rEprŚEaOn Ś4MOÑ lîque | Langage, éCîue ŚîgneŚ régléŚ leMpOEl au teMpÔrEl DE laquîŚîîOn, îMagé au pEu laŚtađt au COn–E le ŚChéMađque aux DéaÁŚ =E Onep quaLî aîF  Lexpéîene MeŚée L aîŚO   ŚaGEŚŚe luNîÑ verŚel Ôu Le généa _EŚ MOŚ ne Ś OuaN paŚ ēNÑ terChaNgEa=eŚ lun ave  =auE aÙ aŚ Śîngule leŚŚEnE  la GEnŚE =E MÔ=E F¢ME= u MODle hEr
í ×
YVOn BeLAVAL
4 MéNeûtiqûe à iSte DeS oPPoSitioNS Peût ête inDéNi MeNt Poongée/ Ò ie LeS àûteûS on SàPeoit qû'iS SiNtéeSSent Dàvàntàge À Là théoie qûÀ Là Pàtiqûe, çoMMe Si à SeçonDe étàit iMMéDiàteMent çoMPéhen Sibe oû e Devenàit À à ûMie De à théoie/ ien De MoiNS S/  eSt vài qûÀ ûN çetàiN Niveàû : « àûçûNe Pàtiqûe Ne Peût FoûNi À ûne théoie DeS DonNéeS tHéoiqûeĖent exPLoitàbLeS et vàLàbLeS Si Là théoie Nà PàS eeMMe DàboD inventé eS çonDitionS De vàLiDité 5 SeoN eSqûeLeS eS DonNéeS SeoNt eûeS  / e toûte MàNie à théoie - ûiSqûe çeSt e e qûe on MetEn aVant neSt PàS ençoe àSSeZ çàeMeNt Dénie/ ¯loS oN çLàŚSe  théoie DeSçiPtive PoviSioNNeLLe exPiçà tive / / / ànge  o SoûLgne Sà çoMMoDité Sà vàLeû PoviSoie Sà éFtàbté ą/ oPPe n DStingûe en çoe Le théoiqÙe et à MàthéMàtSàto Là ÃàthéMàtiSà tioN et Là FMàLēSàtion Là FMàLiSàtion et LoDe DeS àĒSoNS/ N àFFĒne N oPoSe  ûne tHéoie SçieNti qûe - Donç SigNe De note teMPS Là théoie Pà exçe ençe àûx DéPenS De à théoie MoàLe  õ eSt ûN en SeMbLe De çonçePtS àBStàtS  ¨ntÉieû Dûqûe àû Moyen De çetàiNeS eS įe çoMbinàSon et De DéDûç tion iL eSt oSSibLe De çonçLûe  à néçeSSité oû À à Pobàbité De çetàineS çonFēgŒàtioS ÉgàeÃent àbS 6 t2 ň o Ċ22 ġ2ĽġÉ22ġ 2 ľo2  ¬  àt àS e tÉo ÅS  t¥Ùe ā oû De PàÑ tqûe SàS tÉoe ā n Se ʼnÙ  en à ûo Se àPee à PhàSe De ooçet eS  à ¯ûgûSte oíte |
4  O  s nOuŝ séžns ds taa  ‘ de ĺ  g  Ļ Ō © ď ŀ ŋ› én p àticûLieR d e s e s rooSîTîÔ~‰ PoUr ßAĀ oSîŒ‰ ïn M~ â  D rD¬ łÌ 3  Ü 969   3 6Æ 409Z , et d sO€ chaïtRe ˜ÔrÉ ET ÉrIE dans îÔSÔf OuvR cOLl . Z , àis, 1 ă8Ø   3 4 1 Ç 3  2  õ  G  ô s ĢĊYĠ  Ń   ı   ŁDo° f‹ ‹­ĉè   ®  ïŝ Ý Ą7 7 ,  Ê Þ 07 -1 08  ø  g  G . G ōY ġIJ¯ ‡ŚŚ ‡li/PŒîŚË
K\ AATÔĤ\ ^ AħĨÔT K þ TčÔĉ
Ö 1
«  e  àteLot uune exàcte obServàtIon d e L à LonItùde PréServe du nàuràge, doIt Là vIe À uNe tHéorIe QuI¥ Pàr une cH àn e d è v é r I t é S  reonte À d e S déco Uvèrteŝ à IteS d à n S L —écoLe d e làton  e t enŝevelIeS PendàNt vINGt SIceŝ d à N S ÛNÈ entire inutilitÉ »˜ verSeMeN á PráĞue SeMBe ĞueĞueOS Se Suf re : 8 « eS càtHédràeŚ orIeuŝeŝ  exPIUe oGer rIoUret -âvâIÈnt t CoNŝtrIteŚ ŝŚ ârCItectÈŚ ŝPCIâIŝŚ  Śânŝ ŝcUlP ‹ teurŚ ProfeŝŝIonnelŝ  eS  ⠏onŝ PoŝŝdâIeNt àoS d ™ à ù trèŝ tecH NIQueŚ Qùe noŝ oùvrIÈrS DU b  tIèNt et Leŝ àvàIÈnt àP PriŚeŚ â… ŚÈIN êe e u rŚ orànIŚâtIoNŚ rofÈŝŚIo eÈŚ » ó ïŚ OrâIè t un orrè  o l œ on CoNŚrâI€ j ŚjCr€ Ś r‹ cetteS  U I âVàIent â I t  e P reŝtIGe d… tr  o ce Secret ê G â r  â I t À  â tCHNIue Ś È ŝ rPPortŚ â n C I e N ŝ âveC lâ  àge et šocutIŝe   » õ e çe OrDe ává áveSw DepuS áuw eS BrÑ rreS reeuSeS  vá PS SOMBrÉ DS uÉ Du MONDe çrÉe  Á u POur e DÉrre á SPÉçáÁSáÑ O Ğu vÁerá ÁeS MáOS  áu á De rváeĪrS MueS ODáeS   Oe  OS ux rç eçES e áux SçuPeurS £u SNerON eĪS u@reS  á MáOære  ÉÉ  OĿráve  á@á DE  SPÉçÁ ve  eS İeù eīeMPS SççODe POu¦ Îer á Prá Ğue À u PSSw  ĘÆ  Pr ue çãĘe DE ɦwS  Pá e  SEçÎ ıeS ¦EçeS  Pr  O Du Oe e OžS De PuS u× ¡e Pe ā ES v¦OS  ráPŀO De ¡  ÎÉO e DE  á Pùe OÆ Ī E PS uĘ De SeS FĀçĤĪS e  DuE Ŋu SwçOùe eÆ¦e ue w SáO e SO áÁçO - OĪ Ve¦Se  Ęe á  ¡  PáS eīEçe ĕuSO Dùe  eĘ¦e u  PO
ã CONDoRcET,Ĉ¦Ì6¶§  ›Í67Î  Rq†ç   k R †  -  ÃĔ ĕ¾P r I Ô  ·B É l A V 1\ L ,@ Ä ¸ ¬ Ĝ¹ĩ- 5 C ô M t e ,Ć ğ  Ī{| |k¨ º i eR ,1  . E l t : I t . ©  æ  Ġ ĊRÏ­ÊË{7ÐÑçRç   y ¼ 9®9@ ½ī 5 ëÝ   ª 4 Å 4 
22
YVÔN BELAVAL
vient une erreur e jugement: on renvoie à une théo rie « générale  que lon ge ans le Passé, on oublie les aPPlications quEllE PouVait alors avoir, Et lon sétonnE attenre jusquà aujourhui une nouvElle aPPlica­ tion ; en sEns invErsE, on aDmirE une pratiquE quE lon immoBilise Dans unE longue traDition Dont on nE rE­ cherche ni lorigine théorique ni lhistoire Ce nest quen sPéciant les euX termes - la théorie e quoi ? la Pratique  e quoi ? et à quelles atEs ? - ans l e conteXte un Progrès sciEntique, quE lon Peut mesu­ rer lécart temPorel e lun à lautre On constate quavec laccélération e lhistoire, le rythmE e Plus en Plus PRessé es écouveRtes réduIt e Plus en Plus , jusquà lévanouir ans certains cas , lécart entre la 9 théoriE Et la pratique Śil se réuit, cest aussi en multi­ pliant lEs interméiaires entre lE sEnsiBlE Et lintElli giBlE  les instrumEnts - qui , DE plus en plus , ierrE uhEm y insistait, théorisent et instrûmentalisEnt tout ensEmBlE -, la sPécialisation Des chercheUrs - le savant, linventeur E Programmes oPérationnÈls , lingéniEur, louvrier -, la corrélation de Plus en plUs étroite entre lEs isciplines our finir, revenons une dernière fois s ur nos eXemples  Condorcet surprend ïl remonte au siècle de laton Ātil perû e Vue qÙen ce sicle et ceuX qûi le PrécèDent, partout la théorie astroNomiQûe aVait Bien Des usaGÈs, sans même retenir les usaGes superstitiEuX (unE écl sE arrêtE unE Bataille)  étaBlissemEnt Du ca lenrier, aVec ses conséQuEnces sûr la Vie e la cam
. De cette réUcîon LEÇourriEr dE !'UnéscO,XX' anne, àVril 1 7  , aàît rEssé U n TâblÉâU sàïŝîsŝànt. oiCI QUelqUEs Émŝ écoUléŝ ÈNre une décUVertE sCîNtïfiqUe et ses appLcàtions : HotÔgaHe  77 -  83  = 1 1 2 a n s ; m o t è U r é l e c t r î q û e  1 82 1 -  8 8 6  65 a n s ; T é L é P h O n e , 1 820 - 1 8 6  56 âŝ  râJojFFÙsîon 1 867 - 1 902 = 35 àNs ; tube À vije,   4     5  3  Ā n s ; r a Ji ogaH î È  1  95   9 1    8 a nS  r a J à r , 1 92  1 940 = 5 âns  RéActÈu ûCAï R  932      0 a N ŝ  TransîsTo,  -      áŚ  BáT Śá   -     
LES VARIATIONS DU RAPPOrT De LA Tl iÉORIE
23
pagne eT de a vîe ses prÉvîsîOns MÉTÉOrOOgîques vraîes Ou dÉMenTîes eles le sOn enCOre  nesTCe pas  0 has quî îrrîTÉ de senendre raîer de rveur dans a une rÉpîqua par à prÉvîsîOn dune rÉCOte dOîves sur aquee îL gagna une Orune ? a Égende sî çen es une nen ÉMOîgne pàs MOîns COnre la sOîdîsant  enîre înuTîîÉ  de a ThÉOîe Çe nesT pas TOuT  audraît nre JaMaîs MOÉ À OrD pOur ignOrer COM îen a sMËe  înŚËeCîOn  thÉOrîE u Cîe set À sOrîener  ÉOîLe pOaîre One La àîuDe dans LhÉMî sphre nOrd uaT À a lOngiue quîn@Oğue ÉvîdeM MenT À la lÉgre ÇOndOrCet CesT unE Āu hiŚOre | aT TeºOns a ChrOnOMTre - ĀsSOS a COSuCeurs d  gliSS ÇeTTe FOi Ce ğå lOn  T e Cause esT le MËŚ CEŚ lîMprÉçiŚiO De hSE   EŚe ¥ue lOn reMOe e pluS En Ëlu  Ù DĀS E pàSSÉ Oger rîOuret pr e õ lanqutÉ  là nr lOn ?  î ne nOus îxe auçune ate àîs uestüçe ue LanîquîtÉ À  ÉChele DeS CivîlSàOs ā ueSTCe uE l õ MraCe greC  dOnt senThOuSiasMai enan DnS SRRé Śu ACRoolé- sînOn une Fale ? ÇOnŚuOnŚ les sËÉCîa îŚEs Ś nOuŚ pÉvîennen ¥ue a Cî@îsO en ÉŚO pOTaMîe Cîn sCleS @n nOre råÖ õ nS S É lÀ sOuDaneMn e Ār haSar COMMe un àçe  MàiŚ 1  De MîlÉÅàirEŚ tÉeurs S OrSÖ CO…n CrOîre ¥ue les MOuMS DMiraes - pS SE…e ls ÉSes   COrÊOrĀēOn MĀOnnğu    D@rà å leur LEne ÉàOàîOn quÀ à ràŋu ā OS Ëu dÙne rĀğuE OBiEuŚe e SS Orî S ÉOÉiuEŚ OiO aBS@e DS nOOS   OēÖ ¯  iŌu ËOuà eÅ i@Er nOuS @OŚ DÖ   lCe En DuĀlS… ĀSSOS   MÎ SğuÖ …… pr MÉ©
                        ARI STUlï· . i nr < J N  ) 1 uc : N E L A n l E ,       BAr . 1 u  ,  Ł    Ŕ  Ŗ           g1 .t .  IJŕ       
24
YVO BELAVAL
Phore. our meux comPrenre 'unon et ParôS a SéParaton nécSe e a théore et e la Pratque écou­ TonS un PenSeur nourr à a logqûe  on ne nea PaS écrt
« qu'en pràtîque Le moNde des phEnomnes dEtermîne de áon unîque Le systme thEorîque, en dEpît du áît qu'îl n ' y a pas de pont loîue entre Les phEnomNes et leurs }rîncîpes thÉorîques ; cest ce qûe eîBnîz a DÉcrît De oN sî Heureuse coMMe HarMoNîe }rɯ ÉtBîe » ” .
ebnz eSt alleman et  a à gagne Sa e Aleman il granit anS un luthéaniSme SoûcieûX éiter la « SuPerStiton » e chercHer anS la raSon ûne PuF­ cation e a Ôi et le moyen e faie ceSSer leS SPûteS leSPoir enFn e réconcie leS ÉgSeS PaDémoNSTRa TioNéS ÇaThoiaé il Se forme anS un mieû acaé­ mique et cûltûe où nûence û catéSanSme eSte fâible et où la étabe éoluton e la conScence SaP­ Pelle utHe  on ne Se Sae PaS e la théologe on ne îSe aS aVec Le aSSé on ne aÀîSSe aS La ScoLaS tiqûe à ûn Jeû abStactionS StéileS bgé e gagne Sa e au Sece e ncS qu euent néceSSáement u « entable » ebnz Se toune eS ute  conSel le JuiSte ingéneur bbotHécaie etc i ny a gûe e omaine - e  á logique  la éoganiS ation eS écoleS e iénSme à LHéraqûe e lá JûSÛence à létûe eS angueS etc - anS eqûeL  nat PaS tenté 'aPPQuÉRSeS iéeS
1 2 .Jà c…uesBouVEReSSE,LeŚ PôŝîtivITÉŚCaŝ ċÈNçVCôpaeDà Ûiverŝa­ lï Sûppl½èt 980    69. . vl .
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin