Les airs de famille. Une philosophie des affinités

De
Publié par

Les ressemblances de famille s'attachent à des motifs saugrenus : la forme d'un nez, un grain de beauté, une allure décidée, mais aussi un tempérament sexuel ou une maladie héréditaire. Relier des êtres qui se ressemblent – l'enfant à ses parents, l'animal à sa race – confirme l'ordre du monde. Chacun trouve sa place dans le déroulé des filiations.
Mais parfois des formes louches dérogent aux apparentements naturels. L'imagination des femmes enceintes fut souvent alléguée pour expliquer ces bizarreries. Plus rigoureuses, les sciences du vivant s'employèrent à trouver la raison généalogique permettant de distinguer entre les semblables. Le siècle de Darwin, féru de typologies, inventa des familles d'oreilles et de crânes pour décrypter les physionomies saines ou criminelles.
La codification des types est cependant menacée par l'extension infinie des airs de famille qui suggèrent un vertige : n'importe qui peut ressembler à n'importe quoi! Aux portraits-robots ils opposent le flou photographique des visages. Wittgenstein s'en inspira pour modifier toute la grammaire des parentés.
Lorsque ces airs sont aussi entêtants que des musiques, ils deviennent des affinités. Ce mot ancien désigne des échanges subtils entre des sujets, selon le milieu et l'occasion. Réactualisé par les sites de rencontres, il se réduit aujourd'hui à l'assortiment des mêmes goûts. Mais les affinités, au contraire, composent avec le dissemblable. Leurs voisinages magnétiques effrayèrent Kant et Goethe. Insidieuses ou fulgurantes, les affinités transportent une puissance de désaffinité.
Publié le : jeudi 6 février 2014
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072454202
Nombre de pages : 321
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DU M Ê M E AU T E U R
TOMBEAUX.D’aprèsLà Mé é à étîîtde Mishima, . Ccîé Déàut, 2012 LE TOUCHER DES PHI LOSOPHES. SARTRE, NI ETZSCHE ET BARTHES AU PIANO, Gàîà, 2008 (Gàn Pî éŝ Muŝéŝ) HORS DE MOI, Lo Schéé, 2006
JEAN-PAUL SARTRE, Ap pubîcàtîonŝ, 2005
POUR EN FINIR AVEC LA GÉNÉALOGIE, Lo Schéé, 2004
POLITIQUE ET FILIATION (coîtîon), Kî, 2004
L’ÉTRANGER DANS LA MONDIALITÉ, P.U.F., 2002
AVANT-GARDES ET MODERNITÉ, Hàchétté, 2000
IMAGE ET ABSENCE, ESSAI SUR LE REGARD, L’Hààttàn, 1998
BECKETT OU LA SCÈNE DU PIRE, Hono Chàpîon, 1998, . 2010 HUIS CLOS ET LES MOUCHES DE JEAN-PAUL SARTRE, Gàîà, 1993, . 2006
l e s a i r s d e fa m i l l e
F R A N Ç O I S N O U D E L M A N N
L E S A I R S D E FA M I L L E Uné phîoŝophîé éŝ àînîtŝ
éŝŝàî
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2012.
pour A. et D. N.
INTRODUCTION
Léŝ éŝŝébàncéŝ é àîé ŝuŝcîtént é pàîŝî, ’tonnéént ou ’éoî. Eéŝ conîént ŝouvént uné întuîtîon, ééŝ àuthéntîîént ŝu éŝ copŝ uné àppàté-nàncé â à oîŝ nàtuéé ét yŝtîéuŝé. Uné éŝŝé-bàncé ŝé couvé énté éu êtéŝ ét ŝouàîn uné pàént ŝé àtîàîŝé. L’œî îéntîîé un tàît coun, î é tànŝoé én uné péuvé, uné tàcé chànéé é à counàut. Tout ŝé ét én pàcé, é oné éŝ àŝŝo-cîàtîonŝ ŝ’oonné gácé â cétté ànàogîé é ŝuàcé. Un êé vîŝàgé, un géŝté ŝébàbé, un ŝtyé pàtîcuîé... éŝ àtoéŝ ŝé écopoŝént ét oént uné chàïné. À pàtî ’un tàî îŝ ŝotént éŝ înîvîuŝ é éu îŝoé-ént ét éŝ înŝcîvént ànŝ uné éàtîon, uné àîé, un oné é ŝébàncéŝ.
Là vîé oînàîé oé é nobéuŝéŝ occàŝîonŝ pou é téŝ àppàéntééntŝ, àtténuŝ ou outàntŝ. Là pétîté ŝcèné à puŝ pté ŝé oué àutou é à nàîŝ-ŝàncé, oŝqué éŝ àŝcénàntŝ chéchént ŝu à àcé ’un nouîŝŝon éŝ ŝîgnéŝ quî é àttàchént â uné îgné. Là couéu éŝ chévéu, à oé ’un néz, à pàcé ’un gàîn é béàut pouîŝént é càchét, ’încànàtîon ’uné
11
àqué é àbîqué. Ouî, cé ŝont bîén éŝ yéu é à tànté, éŝ poéttéŝ u pèé àu êé ágé, quoî qu’én îŝé ’àuté bànché quî événîqué ét îŝputé é énton ou éŝ tàchéŝ é ŝéŝ popéŝ àncêtéŝ. Dé onguéŝ ét înŝî-îéuŝéŝ bàtàîéŝ pou ’àppopîàtîon ŝé pouŝuîvént àînŝî pénànt à oàtîon ’un éjéton. En gànîŝŝànt î conîé ou î çoît, éŝ évîééntŝ ŝ’opèént pà-oîŝ, ŝu é tà, oŝqu’un cààctèé àppààït. Avéc à vîéîéŝŝé, éŝ tàîtŝ « ŝ’àccuŝént ».
Lé ŝpéctàcé éŝ éŝŝébàncéŝ àppé àuŝŝî éŝ obŝé-vàtéuŝ oînŝ întéŝŝŝ, cuîéu éŝ oéŝ ét éŝ chàîŝ é à pàént. Répé « quî và àvéc quî » pocué un pàîŝî puŝ ou oînŝ ŝàvànt, coé à éconnàîŝŝàncé éŝ àcéŝ é chîén. Un ŝàvoî éŝ àppàéncéŝ, îpîcîté, péét ’àuthéntîîé én éîànt, àvéc àu on à ŝàtîŝ-àctîon u càŝŝéént. I éŝt àŝŝuànt é àngé éŝ êtéŝ ànŝ é càtàogué éŝ àŝpéctŝ ont à ptîtîon àŝŝué à ŝtàbîît u oné. Màîŝ cétté upîcàtîon péut ŝu-péné, voîé àngé : « Déu vîŝàgéŝ ŝébàbéŝ, ont àucun né àît îé én pàtîcuîé, ont îé énŝébé 1 pà éu éŝŝébàncé », obŝévàît Pàŝcà. Conîàtîon ou bîzàéîé, à éŝŝébàncé é àîé întîgué. Cà éé éàcé ’oîgînà quî énàît té vîŝàgé înîîtàbé. Eé îpoŝé é ouéàu é ’éŝpècé ét é pototypé àu îéu u ŝînguîé. Uné oîŝ é îén tàbî énté éŝ têtéŝ, ’êté unîqué cèé é pàŝ àu àŝqué întéchàngéàbé ét n’oé puŝ qu’uné pîqué é péŝonnéŝ én pé-ŝonnàgéŝ.
1. Pàŝcà,Pensées, Gàîà, 1954, « Là Pîàé », p. 1121.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant