Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les Alaouites de Turquie dans les relations turco-syriennes

De
166 pages
L'apport de cet ouvrage est multiple. Il constitue l'une des premières études universitaires à propos de la communauté alaouite en Turquie. Cette communauté, proche des Alaouites syriens et du régime de Bachar al-Assad, se révèle être un parfait analyseur des relations turco-syriennes, de même que des modalités de diffusion de la crise syrienne en Turquie. L'ésotérisme de cette communauté incite ses membres à résister aux dynamiques de "communautarisation", de même qu'à préserver un multipositionnement culturel et structurel entre la Syrie et la Turquie. Ces stratégies constituent une "diplomatie de résilience"
Voir plus Voir moins
AghiadGhanem
Les Alaouites de Turquie dans les relations turcosyriennes Une diplomatie de résilience
Préface de Bertrand Badie
C omprendre le M oyen-O rient
Les Alaouites de Turquie dans les relations turco-syriennes
Une diplomatie de résilience
Comprendre le Moyen-Orient Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Wael SALEH,La conception de l’Etat dans la pensée égyptienne contemporaine, Continuités et ruptures dans l’interprétation des liens entre religion et politique, 2017. Boualem KADRI et Djamal BENHACINE (dir),La mise en tourisme des territoires dans le monde arabe, 2016. Glenda SANTANA DE ANDRADE, Quelle citoyenneté dans les camps de réfugiés ?Les palestiniens au Libande Louis BLIN,Le monde arabe dans les albums de Tintin, 2 édition, 2016. Julia ROY,L’ONU et les réfugiés palestiniens, Le rôle de l’UNRWA, 2016.Jonathan HASSINE,Les réfugiés et déplacés de Syrie, Une reconstruction nationale en question, 2016 Mohamed-Ali ADRAOUI (dir.),Les islamistes et le monde, Islam politique et relations internationales, 2015. Gaït Gauhar ARCHAMBEAUD,Afghanistan, anthropologie de l’égalité sur une zone de fracture du système-monde,2015. Louis BLIN,Le monde arabe dans les albums de Tintin, 2015. Nicolas TENEZE,Israël et sa dissuasion, histoire et politique d'un paradoxe, 2015. Inan SEVINÇ,L’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme par la Turquie, 2015. Mesut BEDIRHANOĞLU,La conception turque de la laïcité, à l’épreuve du standard européen de société démocratique, 2015. Ibrahim Ö. KABOGLUet Eric SALES, Le droit constitutionnel truc. Entre coup d’État et démocratie,2015. Gérard FELLOUS,Daech – « État islamique ». Cancer d’un monde arabo-musulman en recomposition. Un conflit international long et incertain, 2015.
Aghiad Ghanem Les Alaouites de Turquie dans les relations turco-syriennes Une diplomatie de résiliencePréface de Bertrand Badie
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-12069-0 EAN : 9782343120690
À Elvire
Préface
 L’ouvrage que j’ai le plaisir de préfacer apportera beaucoup, tant aux internationalistes qu’aux spécialistes du Moyen-Orient, car il enrichit substantiellement les méthodes d’approche et, du même coup, la connaissance empirique des jeux politiques complexes qui s’y accomplissent. Maîtrisant la langue arabe comme la langue turque, Aghiad Ghanem rompt avec le prêt-à-porter de la pensée qui a libre cours dans la plupart des médias, comme dans beaucoup de chancelleries. Il mobilise de façon rigoureuse et méticuleuse les instruments de la science politique, de l’anthropologie et de la sociologie afin de montrer, de façon lumineuse, les interactions complexes qui s’établissent entre les minorités (ici les Alaouites du Hatay) et les États turc et syrien. Bien au-delà des clichés dévastateurs sur « la lutte que se mènent Sunnites et Chiites » et dont nous serions les « otages », il nous offre déjà une réflexion extrêmement riche sur la communauté alaouite, ses particularités et ses logiques de « résilience ». Mais il va au-delà, en montrant comment ces caractéristiques anthropologiques débouchent sur des formes inédites de diplomatie, inclassables dans la nomenclature des sciences sociales, et rejoignant pourtant des problématiques sociologiques et politologiques en partie observées ailleurs, sous d’autres formes.
 Brillamment mise en forme dans un mémoire de master de recherche en relations internationales soutenu à Sciences Po à l’automne 2016, cette recherche a la vertu de ne pas tricher avec la dure complexité du terrain. L’auteur a réalisé un méritoire travail d’enquête et d’entretiens sur place, offrant ainsi un modèle remarquable à tout chercheur optant courageusement pour une connaissance empirique des nouvelles formes de conflictualité. La guerre aujourd’hui est beaucoup trop enracinée dans la réalité sociologique pour être uniquement décryptée en termes macro-stratégiques, comme on le fait encore trop souvent.
7
Aghiad Ghanem appartient à cette nouvelle génération de chercheurs qui ne se contentent pas d’étudier les conflits en construisant des déductions en chambre, mais qui optent avec succès pour un vrai travail de compréhension sociologique mené sur le terrain auprès, non pas de chefs de guerre, mais d’individus sans qualification particulière, véritables atomes du nouveau jeu conflictuel…  Les résultats sont à la mesure des intentions. La description sociologique laisse finement apparaître trois couples de comportement, bien connus du sociologue, mais dont les modalités sont très originales par rapport aux cas jusqu’ici répertoriés. L’auteur nous présente une communauté alaouite entre repli et intégration, nous offrant ainsi la matrice des stratégies politiques qui en découlent. Cette première approche montre en effet comment le communautarisme n’aboutit pas à l’enfermement systématique, mais à une combinaison subtile d’enfermement et de fusion avec le reste de la société d’accueil : bien des analystes (y compris de situations qui nous sont géographiquement proches) devraient s’en souvenir… Il nous démontre ensuite qu’une telle situation débouche sur un couple « universalisme-particularisme » où les deux composantes sont présentées là aussi dans leur complémentarité et non leur réciproque exclusion : la particularité alaouite est défendue au nom d’un droit universel à la différence, dont l’État serait le garant… Enfin, le troisième couple associe de façon suggestive le secret et l’expression ouverte. On touche ici à une originalité féconde qui met en scène la tradition ésotérique alaouite (bâtin) dont Aghiad Ghanem nous révèle l’extraordinaire pertinence politique : pour persister dans l’adversité, pour pratiquer la résilience, pour agir et communiquer, pour créer du lien et des solidarités.  Cette socio-anthropologie débouche sur la description d’une diplomatie originale. L’auteur a raison de centrer sa recherche sur la mise en évidence de composantes diplomatiques qui ne dérivent pas uniquement de politiques d’État. Cet axe de recherche est indispensable pour aborder les formes nouvelles de conflictualité dont la dynamique principale se trouve le plus généralement produite par des acteurs sociaux. À force de ne voir
8
et de ne connaître en la matière que les États, on compose une vision très déformée des conflits en cours et on se trompe de riposte en jouant le jeu classique de l’intervention militaire : c’est là une histoire bien connue dans cette région du monde ! En envisageant les diplomaties extra-étatiques, on pénètre de façon beaucoup plus enrichissante dans les nouvelles mécaniques de la paix et de la guerre. Retenons ici deux enseignements que nous apporte, entre autres, ce livre : le jeu d’interaction subtile entre la communauté alaouite, les États turc et syrien et les logiques transnationales ; la manière dont ces pratiques nouvelles engagent des relations de réseau fort bien étudiées par l’auteur. Dans un contexte particulièrement difficile, celui d’un État turc en pleine crispation autoritaire, la communauté alaouite de Turquie pratique un jeu d’une grande complexité qui paraît même en situation médiatrice entre l’État baathiste syrien et l’État turc sous l’AKP. L’auteur montre comment ce mélange de repli ésotérique, de culte du secret, de posture institutionnelle et de réseaux informels donne naissance à une diplomatie inédite qui, bien évidemment, constitue un paramètre essentiel de l’actuelle crise syrienne, mais offre aussi une base pour une nouvelle approche du «conflict-solving» dans la région.  On se prend à penser que la perspective ouverte par ce livre consacré aux Alaouites du Hatay peut déborder de ses frontières, s’appliquer à d’autres minorités transplantées, en Mésopotamie, donc en Irak, mais aussi dans bien d’autres lieux. On voit également tout ce que peut en tirer une sociologie des relations transnationales, tout comme les travaux qui porteraient sur les entrepreneurs identitaires un peu partout dans le monde. On imagine bien tout ce que cette œuvre apporte en nuances et en précautions sur le rôle des communautés dans le jeu international. Bertrand Badie
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin