Les bastilles de vichy, répression politique et internement administratif

De
Publié par

En juillet 1940, le gouvernement de Vichy hérite de la IIIème République un réseau de camps d’internement et de travail qu’il va développer, quatre années durant, au service de sa logique d’exclusion politique et raciale. La Révolution nationale du maréchal Pétain passe en effet par la lutte contre l’«anti-France», jugée coupable de la défaite: juifs, étrangers, communistes, francs-maçons seront ainsi mis au ban et réprimés par tous les moyens, existants ou nouveaux, à la disposition du pouvoir. Les premiers visés sont les prétendus responsables de la débâcle de 1940: Paul Reynaud, Maurice Gamelin, Édouard Daladier, Georges Mandel et Léon Blum sont arrêtés et internés dès la fin de l’été 1940, puis soumis à l’instruction d’une juridiction établie à cet effet, la Cour suprême de justice, installée à Riom. Au plus haut niveau de l’État, on décide parallèlement de créer une structure d’enfermement spécifique, l’«établissement d’internement administratif», «bastille» du XXème siècle où les indésirables sont incarcérés en vertu de véritables «lettres de cachet». Les établissements successifs – Chazeron, Pellevoisin, Aubenas, Vals-les-Bains, Évaux-les-Bains–vont constituer le couronnement du système répressif vichyste. Les 156 «embastillés » de Vichy pèsent fort peu, en apparence, au regard des 600 000 personnes internées en France entre 1939 et 1946. Ils forment pourtant à eux seuls un tableau de la société française pendant la guerre. Les «bastilles» de Vichy ont vu défiler entre leurs murs, outre les grands noms de la République défunte, des opposants déclarés au régime (tels Emmanuel Mounier et Berty Albrecht), des pétainistes notoires, victimes de révolutions de palais (comme Wladimir Sokolovsky ou le groupe du docteur Martin), voire des collaborateurs et des attentistes internés par hasard, par erreur et par vengeance. C’est à leur histoire méconnue que se consacre ici Vincent Giraudier, dans un ouvrage novateur qui resitue ces étonnantes prisons dans leur contexte judiciaire et policier, et met l’accent sur la vie quotidienne, les craintes et les combats de ces internés très spéciaux.
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002449
Nombre de pages : 271
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
VINCENT GIRAUDIER
LES BASTILLES DE VICHY RÉPRESSION POLITIQUE ET INTERNEMENT ADMINISTRATIF
LES BASTILLES DE VICHY
VINCENTGIRAUDIER
LES BASTILLES DE VICHY
Répression politique et internement administratif, 19401944
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2009 Éditions Tallandier2, rue Rotrou75006 Paris.
SOMMAIRE
Liste des sigles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAPITRE PREMIERUNE « ÉTRANGE DÉFAITE »
Les tribunaux militaires : un échec relatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . Une juridiction spéciale : la Cour suprême de justice. . . . . . . . . . . Naissance de létablissement dinternement administratif. . . . . . .
CHAPITRE IILES CAMPS DINTERNEMENT : UN HÉRITAGE RÉPUBLICAIN ?
Lévolution de la législation sur les étrangers durant lentredeux guerres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Linternement des républicains espagnols. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Linternement des ressortissants ennemis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lindividus dangereux pour la défense nationaleinternement des « ou la sécurité publique ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11
15 24 26
33 37 43
47
CHAPITRE FACE À LA
LES BASTILLES DE VICHY
IIILES CAMPS GUERRE
DINTERNEMENT
Une nouvelle population touchée par des mesures coercitives : les nomades. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lextension de lutilisation de la maindœuvre internée. . . . . . . . Les internements de la campagne de France. . . . . . . . . . . . . . . . Un héritage en déshérence ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De nouvelles lois pour les procédures dinternement. . . . . . . . . . . Le changement de tutelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lapplication de ces mesures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55 57 60 65 72 76 78
CHAPITRE IVLÉTABLISSEMENT DINTERNEMENT ADMINISTRATIF, PRISON DÉTAT
Létablissement dinternement administratif de Pellevoisin 22 septembre31 décembre 1940. . . . . . . . . . . . . . . . La vie quotidienne à Pellevoisin. . . . . . . . . . . . . . . . . . Le transfert en Ardèche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mise en place de létablissement de ValslesBains. . . . Le règlement en vigueur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La fin dune époque ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le premier transfert à La Châtaigneraie. . . . . . . . . . . .
CHAPITRE VCES MESSIEURS DE VALS
(Indre), . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La prison des vichystorésistants ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dautres internés dhorizons très divers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le retour au Grand Hôtel des Bains, 24 octobre 1941 28 avril 1942. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le deuxième séjour à La Châtaigneraie, 28 avril21 mai 1942. . Le séjour a lHôtel du Vivarais, 21 mai28 novembre 1942. . . . .
8
94 101 103 104 108 113 119
128 134
140 150 154
SOMMAIRE
CHAPITRE VIJUGER LA DÉFAITE DE 40
Les premiers inculpés de la Cour suprême de justice. . . . . . . . . . . La maison darrêt et de justice près la Cour suprême de Bourassol. Linstruction menée par les magistrats de la Cour suprême. . . . . .
CHAPITRE VIIUN MARÉCHAL JURIDICTION
Les hésitations de lété 1941. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Été 1941 : le « vent mauvais » et ses tribunaux dexception. . . . . . Lavenir de la Cour suprême de justice en question. . . . . . . . . . . . La réunion du Conseil de justice politique. . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAPITRE VIIIUN PROCÈS PERDU DAVANCE ?
Lenceinte fortifiée du Portalet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le procès de Riom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Cour suprême de justice après le procès de Riom. . . . . . . . . . .
CHAPITRE IXINTERNÉS OU OTAGES ? LÉTABLISSEMENT DÉVAUXLESBAINS
Laménagement dÉvauxlesBains et son fonctionnement. . . . . . Linfluence allemande. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les grandes catégories dinternés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Épilogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
172 176 179
184 187 192 196
205 210 218
229 232 239
245
247
263
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.