//img.uscri.be/pth/b7c3540ec170e95cabbab19b1c871dca1ec1c3a7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les bénévoles face au cancer

De
248 pages
Un homme sur deux, une femme sur trois sont aujourd'hui concernés par le cancer. Et parmi tous ceux qui les accompagnent, à côté des proches et des soignants, nombreux sont les bénévoles engagés à des titres divers. Dans beaucoup de cas, ceux-ci d'ailleurs jouent un rôle clé dans la prise en charge de ces malades au quotidien. Loin de proposer une aide distante, ils nouent des liens étroits et forts avec les souffrants. Très souvent aussi, ils ont cotoyé la maladie de prés par leur entourage, voire dans leur propre corps... Dans ce travail d'enquête sociologique, Dan Ferrand-Bechmann est allée à leur rencontre. Elle témoigne avec empathie de cet engagement gratuit, très souvent bouleversant, comme on le voit dans les services de soins palliatifs. Comment ne pas être admiratif en effet devant l'action profondément humaine des bénévoles ? Comment les ignorer à un moment où nos sociétés doivent faire des choix dans le système de santé et favoriser davantage le service de personne à personne ? Il en va de notre lien social et du soin à apporter à autrui.
Voir plus Voir moins
Dan Ferrand-Bechmann
LEs BéNévOlEs fàcE àU càNcEr
L ’ Ép o q u e d É b a te n
Les bénévoles face au cancer
Principaux ouvrages du même auteur
Pauvre et mal logé, Paris, L’Harmattan, 1991. Bénévolat et solidarité, Paris, Syros, 1992. Entraide, participation et solidarités dans l’habitat, Paris, L’Harmattan, 1992. Le métier de bénévole, Paris, Economica Anthropos, 2000. Les bénévoles et leurs associations(dir.), Paris, L’Harmattan, 2004. Les tribulations d’une sociologue. Quarante ans de sociologie, Paris, L’Harmattan, 2008. Violences et société,(dir., avec Abou Ndiaye), Paris, Desclée de Brouwer, 2010.
Dan FerrandBechmann
Les bénévoles face au cancer
Ouvrage issu d’une recherche financée par la Ligue nationale contre le cancer et menée en coopération avec Isabelle Bourgeois, Luigi Flora et Ariel Sevilla
« L’Époque en débat »
Desclée de Brouwer
Collection « L’Époque en débat », dirigée par Vincent de Gaulejac, Florence GiustDesprairies, Fabienne Hanique et JeanPhilippe Bouilloud.
La construction de l’avenir dépend de la compréhension du présent. La collection « L’Époque en débat » propose à des chercheurs en sciences humaines et sociales de présenter leurs travaux de recherche à un large public. Dans ce cadre, il s’agit d’analyser les phénomènes sociaux au cœur des enjeux contemporains pour contribuer à construire la société de demain.
© Desclée de Brouwer, 2011.10 rue Mercœur, 75011 Paris.ISBN : 9782220063546 ISBN pdf : 978-2-220-02230-7
Cet ouvrage est dédié à deux personnes qui ont disparu à la suite d’une longue maladie. Elles ont lutté avec intelligence, efficacité et humour : Wendy Stone et mon cousin Dominique Jérôme.
Un grand merci aux personnes interviewées dans le cadre de cet ouvrage, qui je l’espère va permettre de sortir de l’ombre bénévole.
Introduction Le mal aux autres ?
e Florence Nightingale, célèbre infirmière duXIXsiècle, appelait le « mal aux autres » la compassion et l’empathie que l’on ressent face à un malade. Nous pouvons utiliser cette expression pour caracté riser le sentiment des bénévoles pour les malades, lequel les motive à agir, à les soutenir et à les aider. Pourquoi «I don’t care» se traduitil en français par « je n’en ai cure » ? Réduit au domaine de la maladie, estce le signe d’un excès de technicisation en France tandis que dans des pays anglo saxons, on se soucierait davantage des relations humaines et même compassionnelles ? La question de l’impact du bénévolat est ignorée par de nombreux citoyensa prioriet par beaucoup de socio concernés logues. Quelques personnes interrogées au hasard parmi d’anciens malades, des malades ou des proches de malades disent n’avoir pas rencontré d’associations lors de la maladie ou après. Étaitce dû à la sollicitude de leurs proches, et parce qu’elles n’avaient pas besoin d’autre soutien, ou bien à l’absence des associations et des bénévoles dans les hôpitaux ou les cliniques où elles avaient été traitées ? Combien de collègues de disciplines connexes en sciences humaines et sociales ont étudié la question de la maladie, des malades, des médecins sans apercevoir ni les bénévoles, ni le travail des associations, ni leur impact ? Certes, Patrice Pinell parle de la naissance des associations et décrit comment la lutte contre le cancer en France a été jalonnée d’actions associatives et