//img.uscri.be/pth/b99c1f183f11e7aadb605aec2b2c36d8c39daaf6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les boiteux

De
118 pages
La boiterie permet de connaître un autre corps, un corps articulaire altéré, dont l'approche est sous-tendue par le métissage du savoir, appelé savoir populaire. Un savoir basé sur une prescience culturelle, propre à chaque civilisation. L'étude de la boiterie nous montre que l'identification et le traitement qui en découle relèvent autant des progrès des connaissances médicochirurgicales que de la valeur morale de l'action médicale.
Voir plus Voir moins
Les boiteux
Mythes, génétique et chirurgie
Médecine à travers les siècles Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud Lobjectif de cette collection est de constituer « une histoire grand public » de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou moins connus, de lAntiquité à nos jours. Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès de lhumanité, elle ne néglige pas pour autant les zones dombre ou les dérives de la science médicale. Cest en ce sens que  conformément à ce que devrait être lenseignement de lhistoire , elle ambitionne une « vision globale » et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le cas. Dernières parutions Florie DURANTEAU,Les dents de lHomme. De la préhistoire à lère moderne, 2011. Patrick POGNANT,La répression sexuelle par les psychiatres. 1850-1930. Corps coupables, 2011. Patrick POGNANT, Psychopathia sexualisde Krafft-Ebing. 1886-1924. Une uvre majeure dans lhistoire de la sexualité, 2011. André FABRE,Haschisch, chanvre et cannabis : léternel retour, 2011. Xavier RIAUD,Dentistes héroïques de la Seconde Guerre mondiale, 2011. Marie FRANCHISET,Le chirurgien-dentiste dans le cinéma et la littérature du XXesiècle, 2011. André FABRE,De grands médecins méconnus, 2010. Xavier RIAUD,Odontologie médico-légale : entre histoire et archéologie, 2010. Dominique LE NEN,Léonard de Vinci, un anatomiste visionnaire, 2010. Xavier RIAUD,Histoires de la médecine dentaire, 2010. Xavier RIAUD,Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale (1914-1918), 2010.
Frédéric Dubrana
Les boiteux
Mythes, génétique et chirurgie Préface de Dominique Le Nen
Du même auteur- Luxation congénitale de la hanche aspect anthropologique historique et médical. Ed. Sauramps Médical. F. Dubrana, Ch. Lefèvre, B. Fenoll, D. Le Nen. Montpellier. 1998. -voies des voies dabord en chirurgie orthopédiqueManuel des et traumatologique. Masson. F. Dubrana, D. Le Nen, Ch. Ed. Lefèvre, M. Prudhomme. Paris. 2002.Trucs et astuces en chirurgie orthopédique et traumatologie :-Tome 1, 2, 3, 4, 5. Ed. Sauramps Médical, F. Dubrana, Y. Poureyron, M. Prudhomme, D. Le Nen, Ch. Lefèvre. Montpellier. 2000-2011. -Trucs et astuces en chirurgie du genou. Ed. Sauramps Médical. F. Dubrana, Ch. Lefèvre, D. Le Nen. 2004. - :Les prothèses de hanche sans ciment de première intention Techniques opératoires problèmes et solutions. Ed. Springer-verlag. A. Dambreville, F. Dubrana, P. Kher, R. Petit, A. Ray. 2003. -Équilibrage ligamentaire et prothèse totale de genou. Ed. Sauramps Médical. F. Dubrana, Ait Si Semi, Ph. Neyret. Montpellier. 2005, réédition 2010. - Ligatures et sutures en chirurgie Ed. Springer Verlag. F. : Dubrana, Ph. Pasquier. Paris. 2010. -Réparation tissulaire à la jambe. Ed. Springer Verlag. D. Le Nen, A. Fabre, F. Dubrana W. Hu. Paris. 2011. -Cahiers du Cercle Nicolas Andry T1, T2, T 3, :: Collection T4, T5. Ed. Sauramps Médical. Montpellier. 2007-2011. © LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55529-7 EAN : 9782296555297
Préface
Dans son ouvrage, Frédéric Dubrana nous invite à découvrir et à explorer la boiterie, avec une approche dépassant largement le cadre strictement chirurgical. Il nous entraîne loin dans le passé, du mythe du boiteux véhiculé par lAntiquité, dès la période assyrio-babylonienne, et porté par les mystères quentoure labsence de vérification anatomique humaine, à une réalité anatomoclinique qui jeta aux XVIIIe-XIXe siècles, les bases des premières tentatives de traitement de la luxation congénitale de la hanche. De la boiterie symbolique, il passe à la boiterie symptôme dune déformation de naissance. Mais ce raccourci par trop schématique reflète bien mal la pensée de Frédéric Dubrana, dont les qualités décriture ont éveillé ma sensibilité, au travers dun voyage dans lhistoire qui nous fait découvrir des personnages aussi opposés que Richard III et la Gervaise de Zola. Frédéric Dubrana nous révèle que la boiterie traduit plus quun simple symptôme. Il met en exergue et développe dans son ouvrage non pas une approche, mais plusieurs approches de la boiterie, partant de la mythologie pour arriver à la génétique, en passant par la philosophie, la chirurgie, lanthropologie, la morale ou encore léthique. Le lien très particulier que Frédéric Dubrana établit entre amour et boiterie le conduit à commencer par le mythe du dieu Héphaestos né boiteux, affublé dune tare humaine qui ne le rend pas moins aimable, amoureux, et cultivant le bonheur, alors même que pour Galien, la boiterie physique traduita contrarioune imperfection de lâme. Oui, il est possible dêtre 7
boiteux et daimer ou dêtre aimé ; cest encore le cas des Amazones, femmes guerrières mutilées du sein droit que les Grecs vénéraient telles des déesses, et dont la légende voulait quelles préférassent faire lamour avec des boiteux. Au début du XXe lidée que le siècle, « déhanchement » favorisait lamour fit lobjet de descriptions truculentes par le docteur Ludovic OFollowell, rapportéesin extenso par Frédéric Dubrana, que lon pourrait aujourd'hui considérer comme parfaitement décalées, si elles nétaient pas intégrées dans leur contexte du début du XXesiècle, et qui font intervenir des causes extérieures susceptibles de stimuler le clitoris, tels la pratique de la bicyclette ou le travail sur machine à coudre. Frédéric Dubrana livre ainsi à notre connaissance la « constance du mythe du bonheur et de lamour lié aux boiteux et boiteuses », à partir de quelques récits historiques où se mêlent les références aux dieux comme aux mortels, aux rois comme aux roturières. Aux XVIIIe-XIXe : celui la boiterie symptôme prend un nom siècles, de luxation de la hanche. Les prémices dune compréhension étiopathogénique et anatomopathologique de la déformation, et par conséquent, les premières tentatives de traitement, nanéantissent pour autant nullement le mythe dune guérison non médicale : au XIXesiècle, les malades réclament aux fontaines salutaires aux vertus thérapeutiques de leau une guérison de la boiterie ; des traces de ces croyances subsistent encore dans nos jours, Frédéric Dubrana ne rappelle-t-il pas, en évoquant lesex-voto du sanctuaire et la source de Kersinien, à Plounévez-Lochrist, vers lesquels convergent des pèlerins du monde entier ? Parallèlement, certains facteurs sont incriminés dans lapparition de la luxation, quils soient sociaux ou anthropologiques. La pratique de lemmaillotage fit partie de traditions armoricaines ou
8
lapones, dont lanalyse de leffet délétère vint à en déterminer la cause et par conséquent à rejeter cette forme de langeage en Bretagne, au milieu du XXe siècle. Quelques vestiges de cette pratique sont toujours exposés à la vue des Florentins, sous la forme de quatorze médaillons, représentent chacun un enfant emmailloté, chef-d'uvre de grâce et de délicatesse, ornant la façade de lhôpitalSanta Maria degli Innocenti Florence. Le à Damany, grand nom de la médecine associé à la luxation de hanche, avançant un concept anthropologique pour en expliquer la fréquence  il rattacha la notion de race à lintellect et à la luxation -, ajouta à ses descriptions de la maladie quelques égarements dans le raisonnement, qui perdurèrent malgré tout jusquau milieu du XXesiècle. Si lorigine de la luxation congénitale nest toujours pas connue, Frédéric Dubrana en évoquera lorigine génétique, avec lintérêt particulier quil développe dans ce domaine de recherche, abandonnant les frasques anthropologiques de Le Damany. Mais le gène nest pas une réponse univoque à lénigme des origines de la luxation : Frédéric Dubrana incrimine, au fil de ses démonstrations, le « hasard biologique » dune rencontre fortuite de facteurs, pour expliquer lapparition de la maladie. Louvrage aborde ensuite les aspects thérapeutiques dune maladie, qui motiva lintérêt du célèbre Baron Guillaume Dupuytren, du méconnu et controversé François Humbert, ou de Charles-Gabriel Pravaz lorsquils commencèrent à en percer les profonds secrets. Les premiers traitements forcèrent lhomme de science aux questionnements sur lefficacité et lintérêt des techniques proposées, questionnements dordre médical, technique comme éthique. Frédéric Dubrana montre à quel point, par méconnaissance de lavenir des hanches réduites et des complications potentielles, bref de lhomme dans une
9
approche holistique, le chirurgien se trompa, se concentrant sur la hanche malade, présumant que la correction de la seule difformité serait gage de bien-être. Il pose une question au caractère intemporel : quest-ce qui est bien pour le patient ? Ou « que dois-je faire face aux déformations orthopédiques » ? Sa réponse nest plus seulement chirurgicale, car le traitement relève autant des progrès des connaissances médicochirurgicales que de la valeur morale de laction médicale. La devise qui marqua la fondation lAcadémie de chirurgie le 3 août 1843: « Vérité la dansscience,moralité danslart », ne nous rappelle-t-elle pas que lexercice de la chirurgie intègre le cadre plus large de la condition humaine? En se situant dans une logique durestituo ad integrum, lHomme a toujours pris le risque de se placer dans une démarche où seule la perfection physique devrait devenir lobjectif prioritaire. Les premières tentatives de réduction chirurgicale de ces hanches fin du XIXe sous siècle, prétexte de normalisation, occultant les risques non mesurés, étaient-elles justifiées ? La chirurgie, cest la prise en compte de lorgane malade et de celui qui en est le propriétaire, la personne. Cest faire mieux ou aussi bien que la nature, ce qui rejoint réellement les fondements de la médecine hippocratique. Mais la plupart du temps, il faut se lavouer, la chirurgie na pas cherché à nuire, au contraire, elle a toujours agi dans le bien du patient souffrant, avec les connaissances les plus poussées à disposition, mais elle a pu nuireaposteriori,avec notre vision dhommes du présent. Frédéric Dubrana introduit aussi implicitement dans son discours la notion de norme. Fait social, loin dêtre immuable, ce qui est la norme dun jour peut être en dehors de la norme le lendemain : la blancheur livide de Gabrielle dEstrée et de sa sur dans le célèbre tableau de
10