Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les campeurs de la République

De
254 pages
le Groupement des campeurs universitaires (GCU) est aujourd'hui la plus importante association de campeurs en Europe avec 50 000 adhérents qui sont collectivement propriétaires d'une centaine de terrains. Bénévole, solidaire et autogestionnaire, ce mouvement, créé en 1937 dans l'élan du Front populaire, aménage bénévolement de jolis terrains pour y vivre l'été. L'auteure a mené son investigation au coeur de cette microsociété, ouverte aujourd'hui à tous ceux qui partagent ses valeurs fondatrices : humaines, laïques, solidaires et conviviales.
Voir plus Voir moins
esthétiques culture & politique
Martine LefeuvreDéotte
LES CAMPEURS DE LA RÉPUBLIQUE
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12210-6 EAN : 9782343122106
Les campeurs de la République
ESTHÉTIQUESCollection dirigée par Jean-Louis Déotte Pour situer notre collection, nous pouvons reprendre les termes de Benjamin annonçant son projet de revue :Angelus Novus. « En justifiant sa propre forme, la revue dont voici le projet voudrait faire en sorte qu’on ait confiance en son contenu. Sa forme est née de la réflexion sur ce qui fait l’essence de la revue et elle peut, non pas rendre le programme inutile, mais éviter qu’il suscite une productivité illusoire. Les programmes ne valent que pour l’activité que quelques individus ou quelques personnes étroitement liées entre elles déploient en direction d’un but précis ; une revue, qui expression vitale d’un certain esprit, est toujours bien plus imprévisible et plus inconsciente, mais aussi plus riche d’avenir et de développement que ne peut l’être toute manifestation de la volonté, une telle revue se méprendrait sur elle-même si elle voulait se reconnaître dans des principes, quels qu’ils soient. Par conséquent, pour autant que l’on puisse en attendre une réflexion – et, bien comprise, une telle attente est légitimement sans limites –, la réflexion que voici devra porter, moins sur ses pensées et ses opinions que sur les fondements et ses lois ; d’ailleurs, on ne doit plus attendre de l’être humain qu’il ait toujours conscience de ses tendances les plus intimes, mais bien qu’il ait cons-cience de sa destination. La véritable destination d’une revue est de témoigner de l’esprit de son époque. L’actualité de cet esprit importe plus à mes yeux, que son unité ou sa clarté elles-mêmes ; voilà ce qui la condamnerait – tel un quotidien – à l’inconsistance si ne prenait forme en elle une vie assez puissante pour sauver encore ce qui est problématique, pour la simple raison qu’elle l’admet. En effet, l’existence d’une revue dont l’actualité est dépourvue de toute prétention historique est justifiée… » Dernières parutions Sandrine MORSILLO,Eric Vigner, un théâtre plasticien. Lec-tures-performance au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris (2013/2015), 2017. Claude AMEY,Duchamp & Warhol. De l’artiste à l’anartiste, 2016. Sandrine MORSILLO,L’exposition à l’œuvre dans la peinture même, 2015. Lucie ROY,Le pouvoir de l’oubliée : la perception au cinéma, Un essai à caractère philosophique, 2015. Ricardo SALAS ASTRAIN et Fabien LE BONNIEC (dir.),Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà, 2015. Denis SKOPIN,La photographie de groupe et la politique de la disparition dans la Russie de Staline, 2015 Alain NAZE (dir.),Walter Benjamin. Politiques de l’image, 2015.
Martine Lefeuvre-Déotte Les campeurs de la République
La présente édition est une version revue et augmentée de l’ouvrageparu chez Bourin Editeur en 2006 sous le titreLes campeurs de la République, 70 ans de vacances utopiques.
«Nous sommes en danger d’oubli, [...] la mémoire et la profondeur sont la même chose, ou plutôt la profondeur ne peut être atteinte par l’homme autrement que par le souvenir » Hannah Arendt
AVANT-PROPOS
Samedi 28 août dix-sept heures, il pleut ; nous arrivons au terrain du Bois-Plage-en-Ré, il appartient à l’association, fondée sous le Front populaire par des instituteurs, appelée : « Groupement des Campeurs Universitaires » ou simplement GCU. Il est vrai, les prix sont moins élevés qu’à l’hôtellerie de plein air voisine, nous entrons ici dans un lieu dit autogéré, le phalanstère de Fourier, des disciples de Proudhon, des marxistes authentiques ? Nous sommes de récents adhérents (en langue vernaculaire, dire : CU,Campeurs Universitaires)et nous ne connaissons qu’imparfaitement lesus et coutumes de ces « gens-là ». La plage est à quatre cents mètres, sublime !Quels sont ceux qui ont eu l’ingénieuse idée de s’approprier en 1957 ce coin de paradis, tant convoité aujourd’hui par les promoteurs? En cette fin d’été, seule la moitié du terrain est occupée, vraisemblablement par des retraités de l’enseignement, leshabitués, les amoureux de l’endroit. Peu de tentes, de nombreuses caravanes majestueusement équipées et une douzaine de résidences mobiles. La « personne de jour », comprenez le campeur ou la campeuse qui est chargé(e) à titre bénévole de recevoir les nouveaux arrivants, est devant l’accueil, occupée à jouer aux cartes. La partie s’interrompt, les joueurs se lèvent pour nous saluer et je rentre dans ce qu’on appelait autrefois«la cabane de l’homme de jour», qui ne mérite plus cette appellation depuis sa rénovation,
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin