Les Chefs-d'Oeuvre classiques de la musique

De
Publié par

Musique sacrée, opéras, symphonies, concertos, musique de chambre et pièces vocales : tous les aspects de la création musicale, depuis Machaut jusqu'à Berg, sont ici présentés à travers l'analyse de quelque sept cents chefs-d'œuvre de quatre-vingt-six compositeurs.


Un chef-d'œuvre, c'est une œuvre d'art qui suscite l'enthousiasme. Qui répond à des critères académiques ou qui en impose de nouveaux. Qui surprend ou qui émeut. Mais, par chefs-d'œuvre classiques de la musique, Roland de Candé désigne dans cet ouvrage des compositeurs que notre culture occidentale identifie clairement comme des modèles, quelle que soit l'admiration que chacun ressent à leur audition.


Le propos du présent ouvrage est d'être utile aux mélomanes amateurs ou professionnels en rassemblant des informations précises sur ces œuvres : date de composition, d'édition, de première audition, formations vocales et instrumentales, etc. Mais il en propose aussi une interprétation où la rigueur du musicologue n'efface jamais le plaisir de l'écoute qu'il veut nous faire partager.


Publié le : vendredi 29 juillet 2011
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021014860
Nombre de pages : 814
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
ssiques
Extrait de la publication
hèque
ue 97
teurs 96
94
usique
e
t
usique
anglaise
ra nchard
adeus
Extrait de la publication
uvre s que
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
isance des éléments élibéré d’y échapper. es applications parti-romatique * (v. dodé-# # # fa .sol .la .do) est un , tonalement indéter-les systèmes qui divi-
us graves de la poly-u besoin de concilier certantes. On prend parties intermédiaires tion». Après 1750, la écitatifs d’opéra font
se répète continuelle-aconnes et des passa-basse pour les parties
ur à une composition rincipe, qui remonte e s motets desXVet
à un intervalle, une placées sur un même t celle dont les sons ragment de composi-reuses altérations sys-ltérés y sont appelées
 
musique, il désigne littéra-e piano, dès 1919, par plu-es de notes exécutées avec le musiciens de jazz. Étendus à me des nébuleuses de sons rvalle choisi.
superposer des lignes mélo-l’auditeur est sollicitée par la l’enchaînement des harmo-rizontal» du contrepoint au
sition atonale élaborée par ière fois dans son opus 23 cipe nouveau de la «série», sons de la gamme chroma-terminera le développement
oniques qui consiste à repro-ages de l’édifice sonore. Le e son plus haut degré d’éla-ter des valeurs de notes plus tre placée sur un autre degré euvent être inversés. élodiques, l’imitation peut
s ascendants dans le modèle le reflet du modèle dans un
gauche, en commençant par un miroir vertical tenu per-
  
 
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.