//img.uscri.be/pth/406c54a7a42902ec09065419144434892dcdaee4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les chefs de service en action sociale

De
250 pages
Voici une synthèse des résultats d'une enquête réalisée auprès d'un échantillon significatif des cadres intermédiaires, chefs de service en action sociale. L'ouvrage présente des données ou les caractéristiques des postes occupés, sur la trajectoire sociale et professionnelle des chefs de service, sur les pratiques managériales. La réflexion s'ouvre aussi sur l'influence du genre sur ces pratiques.
Voir plus Voir moins
Maxime Delaloy et Michel Foudriat
Les chefs de service en action sociale
Discours normatifs, constructions individuelles et contextuelle
Préface d’Hélène Chéronnet
Les chefs de service en action sociale Discours normatifs,constructions individuelles et contextuelles
Savoir et Formation Collection créé par Jacky Beillerot (1939-2004), Dominique Fablet (1953-2013) et Michel Gault,dirigée par Paul Durning  Ala croisée de l'économique, du social et du culturel, des acquis du passé et des investissements qui engagent l'avenir, la formation s'impose désormais comme passage obligé, tant pour la survie et le développement des sociétés, que pour l'accomplissement des individus.  Laformation articule savoir et savoir-faire, elle conjugue l'appropriation des connaissances et des pratiques à des fins professionnelles, sociales, personnelles et l'exploration des thèses et des valeurs qui les sous-tendent, du sens à leur assigner.  LacollectionSavoir et Formation veutcontribuer à l'information et à la réflexion sur ces aspects majeurs. Dernières parutions Elisabeth LUISIN-PAGNOD, Monique SOULARD-PECHBERTY, Frédéric DURIEZ (dir.),Protéger les personnes vulnérables. Regards croisés sur la profession de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, 2014. Yves GUERRE,le conflit. Pratiques de Théâtre Jouer de d’Interventionrevue et augmentée), 2014.(2 édition Yves GUERRE,Vers l’âge d’or de l’éducation populaire. Le peuple éducateur, 2014. Michèle GUIGUE (dir.),Les déchirements des institutions éducatives. Jeux d’acteurs face au décrochage scolaire, 2013. Gérard BOUDESSEUL (dir.),Du décrochage à la réussite scolaire. Expériences françaises et internationales, 2013. Jacques BEZIAT (dir.),Analyse de pratiques et réflexivité. Regards sur la formation, la recherche et l’intervention socio-éducative, 2013. Alain VERGNIOUX (coord.),Traité d’ingénierie de la formation. Problématiques, orientations, méthodes, 2013/ Valérie BARRY, Claude BEDOUIN, Eric BERNAD, Véronique FORTUN,Dispositifs de formation pour une école inclusive. Accompagner des formations pédagogiques, 2013. Ruth Canter KOHN,Pour une démarche clinique engagée, 2013. Nadine BEDNARZ,Recherche collaborative et pratique enseignante. Regarder ensemble autrement, 2013.
Maxime Delaloy et Michel Foudriat
Les chefs de service en action sociale Discours normatifs, constructions individuelles et contextuelles Préface d’Hélène Chéronnet
Des mêmes auteurs Delaloy M., Foudriat M. et Noble F.,Le management des chefs de service dans le secteur social et médico-social, Dunod, 2014. Delaloy M. et Foudriat M., « Résultats statistiques d’une enquête sur les chefs de service», Communication,Premières rencontres nationales des chefs de service, ANDESI – UPEC, Paris, juin 2012. Delaloy M. et Foudriat M., «Trajectoires individuelles des chefs de service éducatifs », in Amistani C., Guélamine F. et Mounir H., Chef de service dans le secteur social et médico-social. Enjeux, rôles et stratégies d’encadrement, Dunod, Delaloy M. et AbdelBar S., «Le chef dans tous ses états» in Amistani C., Guélamine F. et Mounir H.,Chef de service dans le secteur social et médico-social. Enjeux, rôles et stratégies d’encadrement, Dunod, Foudriat M.,Les formations de formateurs dans les universités, Presses de la Sorbonne, 1986. Foudriat M.,Sociologie des organisations. La pratique du e raisonéd.).nement, Pearson, 2011 (3 Foudriat M.,Le changement organisationnel dans les établisse-ments sociaux et médico-sociaux. Perspectives théoriques e croiséeéd.).s, Presses de l’EHESP, 2013 (2 © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02793-7 EAN : 9782343027937
Sommaire Préface.................................................................................7Introduction ...................................................................... 151.21L’état des connaissances sur les chefs de service......L’émergence d’un intérêt pour les questions relatives aux cadres du secteur .......................................................................21Les connaissances disponibles sur le groupe professionnel des chefs de service................................................................... 27Les difficultés méthodologiques et les limites des enquêtes existantes..................................................................................... 34Une estimation de l’effectif des chefs de service en 2012... 37Une nouvelle enquête par questionnaire................................39Le rapport aux statistiques et les attentes en termes d’interprétation .......................................................................... 432.Caractéristiques des postes occupés et sociographie des chefs de service...........................................................45Les caractéristiques des postes occupés................................. 45Propriétés sociales des chefs de service .................................54Les trajectoires professionnelles..............................................613. Laproblématique du positionnement des chefs de service................................................................................ 79La récurrence d’un questionnement....................................... 79L’analyse de contenu des fiches de poste et des offres d’emploi ...................................................................................... 84L’influence des caractéristiques organisationnelles sur le sentiment d’appartenance.........................................................89L’influence des caractéristiques individuelles sur le sentiment d’appartenance ........................................................................... 98Synthèse de l’analyse statistique relative au sentiment d’appartenance ......................................................................... 106Le positionnement réel: une construction contingente dans une configuration singulière...................................................113
5
La fonction idéologique du discours sur le positionnement en termes d’appartenance à l’équipe de direction............... 1174. Les logiques d’action des chefs de service ................. 123Réflexions méthodologiques..................................................124Constats généraux de l’analyse des résultats statistiques....126L’explication des variations des formes de joignabilité......130L’explication des variations des formes de communication avec l’équipe............................................................................. 136L’explication des variations des formes d’évaluation des professionnels .......................................................................... 148L’explication des variations des formes d’implication des professionnels dans les processus décisionnels...................156Les différences genrées dans les pratiques...........................167Les dimensions stratégiques des pratiques managériales: la notion de logique d’action......................................................1795. Evolution des caractéristiques de l’accès au poste et transformation du marché de l’emploi des cadres ..........181L’évolution de l’âge d’accès au premier poste..................... 182Les effets de la création du CAFERUIS sur les conditions d’accès au premier poste.........................................................184L’évolution du taux de mobilité exogène.............................186L’évolution des trajectoires professionnelles avant l’accès au premier poste ...........................................................................188Différenciation des représentations selon les périodes d’accès au premier poste de chef de service........................ 203Le marché de l’emploi des chefs de service.........................206Synthèse .......................................................................... 215Conclusion : Pour une interprétation des pratiques managériales des chefs de service ..................................223Bibliographie................................................................... 233Liste des tableaux ...........................................................237
6
Préface Voici un ouvrage qui s’intéresse à une population encore mal connue, celle des chefs de service en action sociale. Nommés tout à tour, au fil des constructions discursives, chefs de service, managers, cadres de proximité, cadres intermédiaires… la catégorie est hétérogène, tant du point de vue des statuts que de celui des pratiques, et ceux qui s’y risquent peinent parfois à la définir. Le premier chapitre du livre contribue à l’état de la question. Cependant, l’apport de Maxime Delaloy et Michel Foudriat se situe ailleurs. Les auteurs ont pour projet de rendre compte du positionnement de ces professionnels au sein d’une équipe de direction mais également d’analyser leurs logiques d’action par le prisme d’une approche quantitative. Ils exploitent ainsi les réponses à 232 questionnaires dont les répondants sont majoritairement d’anciens stagiaires de l’institut de formation ANDESI. Convaincus que l’action préexiste à l’acteur, les auteurs mènent l’analyse dans la perspective théorique de l’action et de la cognition située. Outre l’intérêt d’une approche quantitative, qui vient compléter les recherches qualitatives publiées, ils s’inscrivent ici dans une approche où l’action est considérée dans son ancrage matériel et social. On peut ainsi supposer une attention toute particulière au rôle joué par les facteurs contextuels et les mécanismes de production d’intelligibilité mutuelle entre acteurs. Complétant pour la connaissance de l’objet, les apports de la sociologie des professions et de la sociologie du travail, ces travaux viennent utilement nourrir l’analyse et interroger le discours social récurrent sur le malaise des cadres. Les questions, relatives au positionnement des chefs de service et à leurs logiques d’action ainsi que l’examen de l’évolution des caractéristiques de l’accès au poste et de la
7
transformation du marché de l’emploi des cadres, prennent tout leur sens eu égards les évolutions qui ont traversé la branche professionnelle. La revalorisation du statut de cadre (via l’avenant 265 à la convention collective du travail de 1966) a eu des effets sur une professionnalité légitime largement redéfinie par les normes 1 véhiculées via le nouveau management public . Le vieillissement de la population de la branche professionnelle pose, dès 2002, la question d’un vivier suffisant pour combler les besoins en cadres. Le contrat d’étude prospective fait déjà l’hypothèse 2 qu’une mobilité endogène seule n’y parviendra paset ce d’autant plus, si l’on considère aujourd’hui, selon les travaux de Maxime Delaloy et Michel Foudriat, l’accroissement important des postes de chefs de service entre 2001 et 2008. En 2006, lors d’un séminaire relatif à la promotion interne et aux cadres, l’association pour l’emploi des cadres (APEC) interroge les conséquences d’une mobilité exogène et plurisectorielle sur une 3 culture de métier . Enfin, les chefs de service représentaient un niveau de l’encadrement où s’était cristallisée une rupture dans la construction d’une filière professionnelle: les formations ne qualifiaient pas les professionnels et rarement les postes qu’ils occupaient. Les travaux des auteurs nous permettent ici
1  ChéronnetH., 2013, " Territorialisation des politiques publiques et pratiques d'encadrement" in Bellot, C., Bresson, M., Jetté, C., 2013,Le travail social et la nouvelle gestionpublique, Presse de l'université du Québec, p 29-43. 2  Lecontrat d’étude prospective permet de mettre en évidence que 43% de la population de la branche professionnelle est constituée de salariés de 45 ans et plus et 25% des effectifs de la branche atteindront 60 et plus dans les dix ans à venir soit 77 000 postes environ, tous statuts confondus. Dubéchot, P. (CREDOC), Bigot, F., Rivard, T., (LERFAS).Contrat d’étude prospective social et médico-social de la branche professionnelle des établissements à buts non lucratif. Rapport final CREDOC-LERFAS-GERFOS, 2002. Programme financé par le Ministère de l’emploi et de la solidarité, la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle et l’UNIFED, avec le concours de deux organismes paritaires de collecte de fond d’assurance formation PROMOFAF et UNIFORMATION et la branche professionnelle représentée par la commission paritaire nationale pour l’emploi (CNPE). 3  Lapromotion interne et les cadres, 2008, Séminaire d’échanges APEC / GDR CADRES année 2006, Les études de l’emploi cadre, janvier 2008.
8
d’observer l’effet formation sur la mobilité professionnelle et la construction des carrières en y introduisant une analyse genrée. Les résultats de l’enquête statistique viennent éclairer les effets de la création d’un diplôme qualifiant (même si le CAFERUIS n’est pas le seul diplôme légitime) sur les processus de recrutement et sur la diminution de chefs de service promus. Être titulaire du CAFERUIS devient l’un des critères de recrutement. Cela a pour effet mécanique un vieillissement de l’accès au poste dans la mesure où les professionnels n’accèdent pas à la formation avant 30/35 ans. Le CAFERUIS jouerait son rôle qualifiant tant pour les «faisant fonction» que pour les professionnels «hors secteur». Il devait également permettre, lors de sa création, aux professionnels en situation d’encadrement d’acquérir des compétences renforcées dans les domaines de l’expertise technique et de la conduite des projets. La possession du CAFERUIS deviendrait une propriété discriminante pour s’engager dans une stratégie de mobilité. Comme le prévoyait déjà le contrat d’étude prospective et compte tenu des effectifs des professionnels de la branche, la mobilité exogène augmente au détriment de la mobilité endogène. Si de tels résultats se révèlent généralisables, on pourrait observer une transformation de ce groupe professionnel, qui a historiquement construit son expérience de façon solitaire, et dont chacun de ses membres négociait individuellement ses compétences pour accéder à un poste de chef de service. Le taux de féminisation du recrutement des chefs de service, écrivent les auteurs, s’est accru jusqu’à 2004/2005 pour connaître ensuite un léger infléchissement. C’est peut-être là un effet de l’échantillonnage. L’observation du «sexe du travail» nous apprend que, bien que plus diplômées et investissant les formations universitaires avant 35 ans, les femmes accèdent, à partir de cette période, moins rapidement que les hommes à un poste de chef de service. L’hypothèse selon laquelle le CAFERUIS viendrait accentuer les inégalités de genre, dans la mesure où les femmes attendent d’être libérées des contraintes
9