//img.uscri.be/pth/8d2595a471a7b82f5166498b0a06a489c1315935
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les chemins de la libido

De
261 pages
Aujourd'hui le sexe est partout : dans nos rues, sur nos pages, sur nos écrans ; partout, un marché florissant, une prostitution en expansion, de l'érotisme de plus en plus "hot", du "X" de plus en plus "hard". C'est le fait de société le plus spectaculaire depuis la fin du XXe siècle. Pourquoi ce déferlement ? Comment se fait-il que la brève, l'épisodique, la pudique fonction de reproduction, coupée de ses fins, ait acquis en un demi-siècle cette publicité, cette hégémonie ?
Voir plus Voir moins

LES CHEMINS DE LA LIBIDO

Du même auteur

Études critiques:
Les Valets et les Servantes dans le théâtre de Molière, Annales de la Faculté d'Aix-en-Provence, 1958. Les Valets et les Servantes dans le théâtre comique, en France, de 1610 à 1700, Presses Universitaires de Grenoble, 1975.

Le Comique. Essai d'interprétation 1991. 2e édition 1996.

générale, Paris, SEDES,

Comédie et Tragédie. Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l'Université de Nice - Sophia Antipolis, 1998. Racine infiniment, Paris, SEDES, 1999. * * Fiction (sous le pseudonyme de Michel Léman) :
La Salle de bains , Julliard, 1971. La Vive Saison, Julliard, 1975. Mathusalem le sanglier, La Farandole, 1990.

Jean EMELINA

LES CHEMINS DE LA LIBIDO
essai

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polyteclmique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti 15 10124 Torino ITALIE

~L'Hannattan,2004 ISBN: 2-7475-6481-9 EAN: 9782747564816

SOMMAIRE

A V ANT

- PRO

P 0 S

- - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

9

1ère PARTIE L' AVÈNEMENT D'UNE SINGULIÈRE HÉGÉMONIE
1. Le corps
2. Pu Is ion set

et ses raisons

---- ----- ---- -- ------- ---------- ----------------- ---- -- ---------- --- --- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

17

ci vi lis a ti 0 n - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

20 - - - - - - - - - - - - -----------

3. Une étrange fonction de reproduction 4. L'ère nouvelle de la pansexualité
5 . Vers une sexualité libérée? --- -- ---- -- -- --- - -- -- -- -- --- -- -- -

22 25 -- ----- 29

lIe PARTIE LA BIBLE ET LE SEXE ou LA SURPRENANTE HISTOIRE DU PÉCHÉ ORIGINEL
I. Adam et Ève. Sexe et paradis--- --- --- -- ---- --u -- --- --- -- -- -- --- -- --

33 ~i 44 49
49
52

~: ~:j~~~~h:, ~d~~:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: 3. Du paradis perdu au paradis céleste II. Les premiers chemins de la répression
1. Les lois sur le sexe.u
2. Les désordres sexuels.

u-u de la pudeur---

u ---- ----- --- ---

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

3 . Naissance

et triomphe

------------ ------ 57
-

4. L'exception du Cantique des cantiques -III. De l'Ancien Testament
1. Chair
2. Une

au Nouveau Testament
platonicien- -- -

61
67

ou esprit?
misogynie

L'héritage
nouvelle.

------------------------- --------------- u ---- 67

- - - - --- - - - - -- - - - -- - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - 73

3. Les

Évangiles

et le sexe

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 75

4. Saint Paul et « le grand virage »_u

79

MISÈRES,
I. Les renoncements

SPLENDEURS
ardents-

Ille PARTIE ET MÉTAMORPHOSES
- - -u__

DU DÉSIR
87 88 - -- - - -- -- - - - 91
96

- -- -- -- -- -- -- -- -- - -- - - -- - - -- - -- - -- - - - - -- - - -- -- --

1. « La chair» dans la hiérarchie des péchés 2. Les fous de Dieu. La fascination de l'ascétisme
3. V irgini té et martyre

--

- - -- - - - -- - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - -

4. Le culte de la Vierge Marie 1. L'Église:
2. Une libido

II. De la rigueur aux « accommodements »
un pouvoir moral exceptionneL
sous haute surveillanceuu

-- -

- - -- - -- -- - - -- -- -- -- - --- -- -- - -- -- -- - - -- -- - - -u

99

.15
.!05
107

u___uu

uu

u

u

u

u

3. Les lois du plaisir conjugalu 4. Concessions et cohabitationsu
5. Au royaume d'Onan

u-u u

l10 113

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 120

III. La libido à ciel ouvert
1. Puissance obscène cortège du désir2 . L' 3. Le

uu

uu

uu

u

u___uu

l25
125 128 1

--------------------------------------------------------------------------

---------- -------------- --------------- -------------------------- ------ --- -- -- --------des perversions

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 13

4. Le corps et le plaisir magnifiés

136
u u u

IV. Du désir à l'amour: la libido transfigurée.
1. Corps et âme-

.l9
139

----------------------------------------------------------------------------------u u--u u

2.Amour courtois, pétraquisme et préciosité
3. La révolution romantiqueu -la passion.-00

4. Ivresses œdipiennes
5 . L'extravagant pari de - --00 0000 -

141 00 145 -- --- ---- -- --- - --- - 151 000000 00 0000 00 154 -- -- -- -- - - - - -- -- - -- - 00

IVe PARTIE L'IRRÉSISTIBLE ASCENSION DE LA P ANSEXUALITÉ I. Les nouveaux agents de la Iibido
hu-u uu

1. Morale, culture et technologies
2. 3. Sexualité L' infl uence et progrès fulgurante

u--hh--uu--u

u

u

u

163 163
174

00 - - - - -- - --- - - - - -- - - - - -- - -- -- - 00-- - - - - - - - 00- - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - 167 du cinéma - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 70
h___h h h

4. Les conquêtes
6. Femme-objet

de la peau
et Homme-objet--

5. Puissance de la publicité--h_h
-_h

h--u
---- -- ---h -- 00-- ---- 00----- --- --- -- ---- -- ---

h

178 183

II. Les paroxysmes
1. Mai 2. 3. 4. Retombées La Le chute séisme du du

de la fin du millénaire---u
d'une M uru Sida révo

uu-hu

h---187

68- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 188 Ite- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 190 __ 0000000000 h h h h h h h 00 h 00 --- - - -- -- -- -- - - - -- - - - -- - - - - -- - -- - - - --- -00 _hh_h_ h h et les années noires. -- -- -- -- - - -- - - -- - -- - -- -- 196

194
199

5. Le « hard»

au féminin-h

u--u

h---h

u

6. Les mots et la chose. La grande déferlante lexicale
III. La marée
1. Définitions 2. Un 3. Les marché progrès

203

pornographique.
et enjeux florissant---hhh de« l'explicite U

uh --- ----- - h _h -- ----------- -- -- h ---- ---------- ----- -209 ___ h--- h h h_ -- h_ -- -- -- --- ------ -- -- --- ---- -- 00---- ----- 209 uhh »h h-h--h h u 211 214 u__hu___h__h___uh

4. Romans pour hommes et romans pour femmes
5. La pornographie
6. Le bal des frustrés.--

217
h__h__h
h__ hhh

est-elle
-h_ --

un art ?
-_ h ___ -

h_hh
h

h

222
-h - -- -- - - -- - -- hh

U U___hUUh___

- - --

00

00

--

7. Bienvenue dans le sexe virtuel?

226 228

Ve PARTIE CONCLUSIONS
1. Amer bilan-

2. Les leurres de la liberté
4. 5. Le Quel « fort avenir intérieur

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 235 u h U h 00 h 00 -- - - - - - - - - - -- - - -- - - - - -- - - - - -- -- - - -- -- - - -- - -- - - - -- - -- - -

3. Les apories du sexe et de la passion--

240

-

h

-- -- - -- --

- -- - - - -

u

--- - -- - - - -- --

00

-- - -- -

244

»- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 247

h h ? - - -- u - -- - - -- - - - - - - - - 00 251 -- - - - - - - - -- - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - -

ÉLÉMENTS

DE BIBLIOGRAPHIE-

u___ --

- - --- - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - -257

AVANT-PROPOS
Il semble que le sexe, comme le soleil ou la mort, ne puisse se regarder en face, mais le désir et 1' amour, parce qu'ils sont l'expression même de la vie, inondent le monde. Vénus, «plaisir des hommes et des Dieux », «enfonçant dans tous les cœurs les blandices de l'amour, tu inspires à tous les êtres le désir de propager leur espèce» ; « sans toi, rien ne se fait de joyeux ni d'aimable» : ainsi s'enthousiasmait Lucrèce, il y a plus de deux mille ans, dans sa radieuse invocation à la déesse au début de son vaste poème sur la nature, le De rerum natura. Qu'a-t-on fait de cet enthousiasme? Certes, on continue à chanter la vie, mais, étonnant paradoxe, on est plus discret et moins lyrique à propos de la manière de la donner et des organes qui s'y emploient. Deux scènes me sont restées en mémoire. Un jour, à Londres, près de la gare Victoria, je suis entré dans une librairie qui avait une salle en sous-sol emplie de livres et de revues pornographiques. Des gentlemen - cravate, complet, attaché-case - les feuilletaient avidement. Ils devaient travailler dans des banques et dans des bureaux; ils devaient être compétents, estimés, considérés; ils avaient à coup sûr de dignes épouses et des enfants à qui, en rentrant, ils inculquaient les bons principes. Et dans ce sous-sol, ils se gorgeaient en rangs serrés de mots et d'images inavouables. Pourquoi cette faim? Qu'on ne parle pas d'hypocrisie. Sincères chez eux, à coup sûr; sincères ici aussi. Dr Jekyll et Mr Hyde. « Tu quoque, fili ! »... Le moindre sex-shop, la moindre maison de la presse offrent des scènes semblables où, feignant de s'ignorer, des hommes distingués savourent côte à côte en silence et comme d'un air négligé de splendides photos de femmes nues aux poses aguichantes, appas en gros plan. La presse, toujours friande de scandales parce qu'elle connaît notre goût du scandale, aime nous révéler aussi au fil des j ours, à côté des crimes passionnels, que tel prêtre, tel directeur de

10

LES CHEMINS

DE LA LIBIDO

collège, tel père de famille honorable a été soudain accusé de pédophilie, de viol ou d'inceste. Pourquoi tant de misters Hyde? Triste Vénus... La deuxième scène se passe dans un hôpital. Un vieillard hagard et teigneux s'agite sur son lit, pestant contre le service. Surgit une jeune infirmière. Elle s'approche, arrange ses oreillers, sourit, lui dit des mots apaisants. Métamorphose totale: l'irascible malade s'est tu, sa vie soudain suspendue à cette jolie fi.11e. l la regarde, bouche édentée et béante, soumis I et émerveillé, buvant des yeux en toute impudeur ce visage près du sien, comme si une bonne fortune lui était tombée du ciel: drague d'octogénaire aux portes du tombeau... Pourquoi un tel trouble à un tel âge? Et pourquoi parler de « trouble », c'est à dire d'agitation incontrôlée et déraisonnable de l'être? Ce mot suspect, on ne l'emploie pas pour d'autres émotions: devant un beau paysage, un beau spectacle, un bel exploit, un bel animal. Désir = désarroi, désordre et tornade: tout est là. On ne s'étonnera jamais assez de la force de cette pulsion vitale et, plus encore, de son cortège de hontes et de silences, de violences, de frustrations. Le plus intense de nos vies se situerait-il en sous-sol? Car enfin, on ne se jette jamais à la manière de ces gentlemen londoniens sur des revues gastronomiques ou touristiques; nul n'a jamais été bouleversé à la manière ce vieillard d'hôpital par d'autres objets qui sont offerts, innombrables, à notre délectation: choux à la crème ou marines de Claude Lorrain, yachts de luxe, villas de luxe, concertos brandebourgeois et dollars en liasses. C'est sur cette attraction extraordinaire, sur son histoire, sur ses interdits, ses péripéties, ses dérives et ses avatars, jusqu'à l'explosion actuelle du sexe à ciel ouvert, qu'il importe de s'interroger. La sexualité croule aujourd'hui sous une profusion d'enquêtes, de confidences, de reportages, de sondages et de bavardages radiotélévisés. Elle a donné lieu à des études approfondies mais partielles ou sectorielles, historiques, sociologiques, philosophiques, psychanalytiques, auxquelles nous aurons maintes fois l'occasion de nous référer. De leur côté, la littérature, le cinéma et les arts, de façon directe ou indirecte, n'en finissent pas de parler d'elle quand ils parlent d'amour, de cette attirance soudaine et éternelle des êtres. Mais dans la forêt des œuvres et le fouillis des consciences, une réflexion d'ensemble s'imposait. Il fallait prendre du champ et, par-delà cette familiarité actuelle du sexe réduit à des images, des clichés, des recettes ou des techniques, continuer à s'étonner de l'étonnante façon dont une libido primordiale a été à travers I'Histoire perçue, méprisée, exaltée, exploitée, pour aboutir, ultime métamorphose, à ce qu'elle est devenue aujourd'hui. Vouloir mettre un peu d'ordre dans ce désordre n'est pas une mince affaire. La sexualité a ses barrières, ses degrés et ses hiérarchies, ses

Avant-propos

Il

splendeurs et ses hOITeurs,ses infamies et ses gloires, de Cléopâtre à MarieMadeleine, de Casanova à Lolita, de Gilles de Rais à Landru. C'est surtout de désir masculin qu'il s'agira ici. On conviendra que des comportements analogues à ceux des gentlemen londoniens ou du vieillard d'hôpital auraient du mal à se rencontrer chez des femmes. Non pas que le désir féminin soit négligeable, il a même atteint récemment en littérature, on le verra, de vertigineux sommets; mais on conviendra aussi qu'il est autre, qu'il relève d'une physiologie différente, que la demande n'est pas la même et que ce n'est pas à lui que la société et la culture, depuis des millénaires, ont donné la meilleure part. Il y aura égalité, ou plutôt importance égale, lorsque, dans l'immense domaine de la prostitution, des hommes, au Bois-de-Boulogne ou ailleurs, feront le trottoir, non pas pour d'autres hommes, mais pour des femmes, lorsque il y aura autant de calI-boys que de calI-girls. À première vue, malgré quelques soirées chippendales, quelques clubs échangistes ou quelques témoignages exceptionnels pour soirées télévisées racoleuses, ce ne sera pas pour demain. Qu'il s'agisse d'expériences vécues, de fictions sur papier, sur écran ou sur DVD, ce sont des hommes, ici plus qu'ailleurs, qui dominent toujours le marché. C'est eux qui ont établi et organisé les lois sur le sexe, son code moral et social; c'est eux, en même temps, qui en ont géré le commerce et franchi les limites, multipliant les débordements et les infractions. Toute sexualité se rattache, bien entendu, à une nature et à une civilisation inextricablement intriquées. Chaque vie, qu'on s'en flatte ou qu'on le déplore, plonge ses racines dans un terreau biologique et culturel dont on ne se détache jamais tout à fait. Parler de sexe, c'est donc en parler toujours d'un point de vue, en fonction de sa propre histoire. Celui qui parle est-il juif ou catholique? protestant, musulman, bouddhiste, incroyant ordinaire ou athée? hétérosexuel? homosexuel? bisexuel? L'auteur de cet essai, par ses origines, est de culture chrétienne catholique. C'est donc à cette imprégnation, majoritaire en Occident, qu'on se référera surtout dans ces pages. À la fois par honnêteté et par incompétence, d'autres perspectives, qu'il s'agisse du judaïsme ou de l'islalTI, de féminisme ou d'homosexualité, ne seront que très succinctement abordées. Dans l'optique même qui est ici privilégiée - celle d'une civilisation chrétienne hétérosexuelle - tout, bien entendu, ne pourra pas pour autant être analysé, compte tenu de l'immensité mouvante, polymorphe et obscure de «la planète sexe ». Mieux vaudrait, d'ailleurs, parler de nébuleuse. Ajoutons qu'il est aussi difficile d'entrer dans des mentalités du passé - elles nous sont devenues aussi étrangères que l'Inde ou la Perse sous Louis XIV - que dans les mentalités du présent. Quoi de commun entre un « bobo» parisien, un beur de banlieue, un noctambule échangiste, une collégienne branchée, un manifestant de la Gay Pride, une

12

LES CHEMINS

DE LA LIBIDO

mère de famille au chômage ou une grand-mère nourrie de romance? Reste, restera enfin, malgré une médiatisation omniprésente, malgré tant d'expériences et de confidences tapageuses, cette part intime, fragile et inavouée de soi-même qu'on appelait «le secret des alcôves». Et qui se joue des discours. Tenter de comprendre les démêlés entre le christianisme et le sexe, c'est entrer d'abord dans un système de pensée. Celui-ci se fonde, comme pour les autres religions du Livre, sur la révélation. Dès lors que cette révélation est admise, on se trouve devant un édifice moral d'une logique à toute épreuve, mais doté d'une charge affective qui brouille cœur et raison. S'y arracher par exigence intellectuelle, c'est démolir sa demeure; c'est comme si l'on avait demandé à un militant communiste des années cinquante de remettre Staline en cause. Malgré le déclin de la foi, malgré l'extension du matérialisme, une influence irrationnelle diffuse perdure, ne serait-ce que parce que nous sommes pétris à la fois d'enfance et d'informatique, de raison et de chansons. Rien des mentalités profanes contemporaines ne peut se comprendre, qu'il s'agisse de blocages, d'extases ou de transgressions, d'amour platonique, de machisme ou de misogynie, sans les textes fondateurs : l'Ancien Testament, le Nouveau Testament et les écrits des Pères de l'Église. Que choisir dans l'éternelle course au bonheur? Les délices terrestres ou les délices célestes? Les délices de la chair ou les délices du cœur? Pour rendre compte de tant de quêtes dissemblables il a fallu se référer à une foule d'œuvres, de documents et d'événements. On ira donc, selon les sujets abordés, de saint Augustin à Sade, de saint François de Sales à Catherine Millet, de Rabelais à Michel-Ange, de la publicité à la poésie mystique ou aux sermons. Qu'on ne se méprenne point. Il ne s'agit pas d'une anthologie croustillante ni d'une recherche socio-historique érudite sur la sexualité à travers les âges; il s'agit d'une réflexion d'ensemble qui jette sans cesse des ponts entre le passé et le présent, et d'une interrogation cruciale: comment et pourquoi tout ce qui touche à la fonction de reproduction a-t-il été, sous de multiples formes, au gré des époques, exalté ou diabolisé, persécuté, réprimé, camouflé, biaisé, défiguré, transfiguré? À chacun de parcourir ces « chemins de la libido» à sa guise, au gré de ses curiosités ou de ses lacunes. Les nombreux ouvrages de référence cités au fil des chapitres permettront au lecteur qui le souhaite de mieux satisfaire sa curiosité sur tel ou tel point. Une mise en garde s'impose. Le sexe a longtemps été le royaume de l'allusion, du sous-entendu et du silence, mais quand les barrières craquent, le vulgaire, le dégradant ou le monstrueux abondent. Nous sommes passés

Avant-propos

13

du non-dit au tout-dit; la marée érotique et pornographique contemporaine constitue, malgré diverses protestations, l'un des aspects les plus frappants de notre civilisation occidentale. On sera donc appelé à aborder des terres de haute indécence. Il a fallu examiner le licencieux ou l'obscène sans complaisance et sans détours, qu'il s'agisse de comportements, de mots ou d'images.

Le lecteur pudique - qu'il nous en excuse - sera donc appelé à rougir. Qu'il
sache que c'est peu de chose à côté de ce que charrie notre « génération X ». Mais rien de ce qui est humain - et qu'y a-t-il de plus profondément, de plus tragiquement, de plus scandaleusement, de plus splendidement humain que
le sexe?
-

ne saurait être esquivé.

Ultime remarque préalable: gardons-nous de certaines illusions. Analyser est plus reposant que vivre; comprendre n'a jamais signifié accepter, adhérer ou guérir Cette investigation ambitieuse sur le plus intime de ce que nous sommes, où l'orgasme se mêle aux battements de cœur, ne nous libérera pas pour autant de nos préjugés ni de nos complexes, du poids du passé et du poids des mentalités inscrits jusque dans nos corps. Y voir plus clair, à tout le moins, rassure et réconforte. On peut rêver d'une sexualité animale, qui semble si simple, ou d'une sexualité paradisiaque; nous ne sommes, hélas! ni des animaux ni des dieux. À la différence des progrès techniques fulgurants de notre époque, les idées et les mœurs ne chaussent jamais des bottes de sept lieues, et trop de boue colle à nos semelles. Chacun s'aperçoit, penaud, que les ordinateurs, les fusées, les scanners n'ont chassé ni nos angoisses ni nos névroses. Un peu de lumière, espérons-le, aura été faite au tenne de cette enquête dans la lutte toujours recommencée contre l'incompréhension et l'aveuglement, le gâchis de tant de relations humaines fondamentales, le désenchantement et le désalToi, l'intolérance vis à vis des autres et de soimême.

1ère PARTIE

L'AVÈNEMENT

D'UNE SINGULIÈRE HÉGÉMONIE

«- Mais connais-tu un plaisir plus grand et plus vif que celui de l'amour sensuel? - Je n'en connais pas, répondit-il; il n'yen a pas de plus furieux. »
Platon, La République, IIV403 a.

« The deepest life-force, the darkest, deepest, strangest lifesource of the human body, at the back and base of the loins. »
D.H. Lawrence, Women in love.

« Et la vie tout entière Absorbée par cette affaire» Alain Souchon, Sous les jupes des filles.

L' AVÈNEMENT D'UNE SINGULIÈRE HÉGÉMONIE
1. Le corps et ses raisons
Qu'est-ce que vivre? Vivre, c'est: 1) respirer, 2) se nourrir, 3) éprouver des sensations, 4) se mouvoir, 5) se reproduire. C'est aussi, bien entendu, avoir un appareil digestif et circulatoire, divers viscères, de multiples glandes, tout un ensemble neurovégétatif entièrement automatisé qui fait fonctionner notre machine sans nous demander notre avis. Les battements de notre cœur, en dépit de métaphores éternelles qui en ont fait le siège des émotions et des sentiments, nous échappent; ils ne sont source en eux-mêmes d'aucun émoi, (si ce n'est d'épouvante à l'occasion de quelque échographie). Étrange et salutaire « silence des organes »... « Notre» vie échappe à nos vies. Des cinq fonctions vitales étroitement intriquées qui font intervenir la conscience et la volonté naissent le besoin, le désir et, quand on les fait entrer en activité, le plaisir. «C'est simplement le principe de plaisir, écrit Freud, qui détermine le but de la vie, qui gouverne dès l'origine les opérations de l'appareil psychique ». Il ajoute : « Ce qu'on nomme bonheur au sens le plus strict, résulte d'une satisfaction plutôt soudaine de besoins ayant atteint une haute tension» 1. Alors que la douleur est un signal d'alarme, le «châtiment» de quelque imprudence ou de quelque excès, le
1. Malaise dans la civilisation, P.U.F. 1971, p. 20, (souligné par nous). *NB. Précisons d'entrée que toutes nos références bibliographiques renvoient à des ouvrages publiés à Paris, sauf indication contraire.

18

LES

CHEMINS

DE LA LIBIDO

plaisir, lié à la satisfaction des pulsions, est la récompense immédiate accordée en prime à tout ce qui concourt à notre existence. Montaigne remarquait déj à :
Nature a maternellement observé cela, que les actions qu'elle nous a enjoinctes pour nostre besoing nous fussent aussi voluptueuses, et nous y convie non seulement par la raison, mais aussi par l'appetitl.

Rien n'est plus agréable, en effet, que de respirer à pleins poumons à sa fenêtre au réveil, de « se restaurer », c'est à dire se remettre en bon état quand on a faim, de siroter un soda glacé sous la canicule, de marcher après une période d'immobilité forcée ou de faire l'amour après une période de continence. L'instinct de conservation s'est mué en instinct de délectation. Et ces plaisirs - tout comme la douleur - proviennent invariablement, au gré des fonctions concernées, de quelque chose qui atteint notre corps -

percevoir, c'est recevoir

-

qui y pénètre, qui en sort (on dit qu'on est

« comblé », « soulagé », « vidé»), ou qui le met en mouvement (s'ébattre, se « détendre »). On aime manger et boire, inspirer et souffler, entendre un oiseau ou sentir une fleur, danser, excréter, éjaculer. Toute expulsion de déchets biologiques (se moucher, expectorer, déféquer), ou d'un excès d'énergie (<< défouler »), apporte un bien-être. On « éclate» de rire, on « explose se » de colère, on « s'épanche» en paroles ou dans des torrents de larmes. Plus ces fonctions s'exercent à l'état brut, plus le plaisir est intense. Les joies de l'affamé ou du boulimique dépassent de cent coudées celles du gourmet, l'appétit étant, comme on l'a dit, le meilleur cuisinier. Tomber à bras raccourcis sur un ennemi est plus gratifiant que quelque remarque « blessante» à son encontre ou quelque mépris «écrasant ». Quant à ce qu'éprouvent deux amoureux impatients qui s'étreignent ou le violeur submergé par ses pulsions, rien de commun avec les jeux érotiques du libertin blasé. Voilà pourquoi « la bête brute» et « le primitif» n'en finissent pas de hanter nos nostalgies. Notre panse, nos muscles, nos glandes décident de notre bonheur. Et la pensée, dira-t-on? Et les nobles élans du cœur et de l'esprit? La pensée, qui n'est pas une glande, n'a pas de fonction vitale. On peut être bête comme une oie, amorphe comme une tortue, borné comme une huître, on n'en sera pas moins splendidement vivant. La pensée, c'est la cerise sur le gâteau réservée à une espèce privilégiée, cerise suspecte au demeurant, voire empoisonnée; « ver rongeur », dirait Valéry...

1. Essais, livre III, chap. XIII, Garnier, 1952, p. 363, (souligné par nous).

L'avènement d'une singulière hégémonie

19

Faisons d'abord observer aux âmes délicates que tout n'est pas immoral, inconvenant ou dégradant dans cette «bestialité» du plaisir. Qui n'a pas admiré et envié la béatitude d'un bébé après sa tétée? d'un chat qui se chauffe au soleil? Il n'y a, on l'a dit, aucun chagrin qui résiste à un vraiment bon repas, voire à un bon bain; à plus forte raison aux plus habiles caresses. Ces «bonheurs », connus de tous depuis Épicure, ont l'avantage d'être clairs et délimités, intermittents et brefs, certes, mais inépuisables, car appelés à renaître toujours de leurs cendres avec la faim, la soif ou d'autres désirs. Savourer l'instant et la succession changeante des « petits bonheurs» au quotidien, le feu qui flambe, le pain frais, la douceur des soirs, c'est encore une philosophie et une sagesse. « Quand je danse, je danse; quand je dors, je dors », disait encore Montaigne. Allons plus loin. Les bonheurs « supérieurs» ne sont pas autre chose que des façons détournées, idéalisées ou sublimées d'assouvir les mêmes fonctions vitales. L'amour de la nature et des arts, plaisirs des yeux et des oreilles, renvoie à nos sens; celui de la force et de la puissance à nos muscles, notamment dans l'exploit sportif, aujourd'hui sacralisé. Certes, on n'assomme plus son ennemi à coups de massue comme l'homme des cavernes, mais on peut encore en certaines occasions, si l'on a de bons biceps, s'offrir le plaisir de lui «casser la gueule ». On en triomphe plus communément par des « COuPS» de feu, des chars «d'assaut» ou des « frappes» aériennes. En ce qui concerne l'amour-passion ou l'extase religieuse, il est à peine besoin de rappeler tout ce qui les rattache à la libido, l'union des cœurs ou l'union mystique étant des avatars de l'union des sexes. D'autres bonheurs, richesse, réussite, célébrité, sont encore des moyens de combler nos sens, de satisfaire nos « appétits» : restaurants de luxe, villas de luxe, croisières de luxe, femmes de luxe. «Luxe» et «luxure» ont la même étymologie. La prégnance du corps est telle que les plaisirs les plus spirituels renvoient régulièrement, sous forme de métaphores, à nos fonctions vitales: on «respire» la joie de vivre, on «boit» les paroles de quelqu'un, on « dévore» des yeux l'être aimé, on « court» au succès, on « savoure» une victoire, on est « ivre» de bonheur, on « conçoit» à la fois un enfant et une idée. Une prière courte et fervente s'appelait naguère une oraison «jaculatoire », c'est à dire «lancée» vers Dieu. Faut-il se voiler la face? L'orgasme et l'élan mystique puisent au même vocabulaire, produisent des délectations comparables. Saint Jean de la Croix dit même que certains religieux, dans l'embrasement de leur amour divin, éprouvent durant leurs

20

LES

CHEMINS

DE LA LIBIDO

exercices spirituels ou au moment de la communion des émois physiques . très concrets qu'il appelle « impureté spirituelle» 1

2. Pulsions et civilisation
En matière de besoins et de bonheurs, ces fonctions vitales ne sont pas logées à la même enseigne. Seule, la fonction respiratoire (avec la fonction circulatoire), s'exerce de façon continue de la naissance à la mort, du cri du bébé venant au monde au dernier soupir. L' « âme» - anima c'est le souffle, l'air qu'on inspire. Fonction bénie, s'il en est L.. Liée au système neurovégétatif, elle est la plus simple et la moins diversifiée, si facile à satisfaire qu'elle en devient automatique, qu'on en oublie, sauf si l'on s'étouffe, le plaisir qu'elle procure. Les végétaux, privés de la fonction motrice, sont en guerre perpétuelle pour l'air et pour la lumière, et l'on peut imaginer le bonheur d'un chêne dressé, solitaire, au sommet d'une colline; nous, on n'a jamais eu à se battre pour respirer. II y a bien des problèmes de pollution atmosphérique, mais, quelle que soit sa qualité, l'air se consomme depuis toujours sans bourse délier. L'oxygène, à la portée de tous, ne se marchande pas; on peut en user et en abuser à sa guise sans léser personne et sans risques. Pour les autres fonctions de plus en plus complexifiées, c'est une autre affaire. Comme pour d'autres espèces, leur exercice n'a jamais été simple et la concurrence peut devenir féroce. C'est pour cela que nous sommes devenus intelligents. Le renard a besoin de plus de malice pour entrer dans un poulailler que le mouton pour trouver son herbe. C'est la nutrition, source indispensable d'énergie, qui a exigé à coup sûr le plus d'ingéniosité et de ténacité. On lui doit la chasse, la pêche, l'élevage et l'agriculture, le réfrigérateur et le four à micro-ondes. La fonction sensitive, elle, est d'abord venue épauler une autoconservation en péril. On lui doit la hutte et le feu, les peaux de bêtes, le bouclier, la kalachnikov. Elle est en même temps la source de cette infinité de plaisirs que nous offre la périphérie de l'être dans ses contacts avec le monde extérieur: toucher, contempler, écouter, savourer, humer. Des sens sont nés la peinture et la musique, les parures et les parfums. Quant à la fonction motrice, elle a mis nos muscles au service de tout le reste: s'approcher, caresser, empoigner, frapper, fabriquer. Les outils, on le sait, ne sont que d'astucieuses prothèses destinées à multiplier la puissance de nos bras, de nos jambes, de nos yeux et de nos oreilles, de la massue au TGV, du télescope au haut-parleur.
1. La nuit obscure, livre I, chap. 4,1, in O. C., Cerf, 1990, pp. 932-933.

L'avènement d'une singulière hégémonie

21

Comme la nature, en outre, n'est ni équitable ni accueillante, qu'il existe des teITes brûlantes ou glacées, escarpées ou arides, d'autres trésors d' intelligence ont encore dû être déployés pour notre survie. De là une infinité d'inventions et de tensions, de guerres, d'échanges ou de conquêtes. Ainsi ont émergé les civilisations. On aurait pu penser que les sociétés d'abondance, dès lors que les problèmes de pénurie y ont été résolus, élimineraient ces conflits. Les utopies humanistes, positivistes ou communistes n'ont cessé de rêver d'un monde fraternel où, chacun enfin comblé, l'homme ne serait plus un loup pour l'homme. Nul n'ignore que nous redevenons des bêtes sauvages dans des situations extrêmes de manque ou de douleur. Tout l'acquis d'une civilisation s'écroule en cas de famine, de guerre ou dans une ville en feu. Puisque nos instincts n'ont pas de morale, il suffirait donc de satisfaire les besoins de chacun et de mettre chacun à l'abri du péril. Si les herbivores sont pacifiques, c'est qu'il y a de l'herbe pour tous. Les gros sont moins méchants que les maigres, la violence hante moins Neuilly que la SeineSaint-Denis. À supposer tout le monde pourvu de tout, surgit, hélas! un autre problème. Chez les animaux, la satisfaction des instincts se déclenche et s'épuise d'elle-même: brouter et ruminer, dévorer et digérer, fuir et se tapir, s'accoupler et se séparer. Diverses espèces, beaucoup moins exigeantes que la nôtre, passent leur temps à dormir parce que leurs besoins sont faciles à assouvir, qu'il s'agisse du chat, du loir ou du boa. Or, pour l'homme, animal social, tout est devenu épouvantablement complexe. La fonction nutritive débouche sur la gastronomie, le besoin de se protéger du froid sur la mode, la fonction de locomotion sur la fusée ou le surf. On reste éberlué quand on parcourt les allées d'un supermarché devant l'infinie diversité de boissons et de victuailles qui sont proposées à notre palais: vins, viandes, laitages, poissons, pâtisseries, charcuteries. Les moutons et les lions se contentent, eux, toujours à peu près de la même herbe et des mêmes antilopes, sans aucun assaisonnement et sans avoir l'air d'en souffrir. Mais surtout, par un privilége pernicieux, notre espèce ignore la satiété et sait fort mal gérer ses désirs. Arrachées à leur régulation instinctuelle, c'est dire à une sagesse primordiale, nos fonctions vitales s'emballent, deviennent incontrôlables, nous mettent en état pathologique de dépendance. C'est ce qu'on appelle les passions, dont on a dit qu'on en devenait « esclave ». Nous voilà « accros », victimes de compulsions. On ne peut plus se passer de chocolat, de femmes, de parapente, de supermarchés, de jeux vidéo. La Bruyère a peint mieux que personne, avec son

22

LES

CHEMINS

DE LA LIBIDO

amateur de tulipes, l'obsession stupide du collectionneur1. Il Y a pire: l'alcool et la bonne chère, le tabac, la drogue, la vitesse accaparent l' organisme, le dérèglent, l'épuisent, tuent. Tyrannie du désir, tyrannie du plaisir... On entend dire avec des airs indignés: « Nous ne sommes pas des bêtes! » Pourtant, parfois, comme on aimerait être des bêtes!.. Les bêtes ne connaissent ni la boulimie, ni l'anorexie, ni la toxicomanie, ni l'alcoolisme, ni le tabagisme. Point de frénésie ni de suicide; elles ignorent la soif de l'inconnu, l'impérieux désir d'autre chose et elles ont, avec beaucoup moins de grimaces, des saisons pour faire l'amour. Aussi ont-elles échappé à la multitude de contraintes qui nous ont été imposées à travers les pays et les âges: à notre appareil digestif (aliments casher, jeûne, carême, ramadan), à nos membres (( défense d'entrer », «ne pas toucher », «attention danger»), à nos appétits multiples (<< abus dangereux », « vitesse limitée », « interdit aux mineurs»), et, dominant le tout, à notre pensée et à notre volonté (les dix commandements). Ainsi ont été canalisés, domestiqués ou refoulés nos désirs. Toute civilisation est répression a dit Freud, revu et corrigé par Reich et Marcuse qui rêvaient, avant mai 68, d'orgasme roi et d'un monde où la vie instinctuelle, sans cesse étouffée, pourrait enfin s'épanouir sans dégâts2.

3. Une étrange fonction de reproduction Au cœur de ces exigences se situe la fonction de reproduction. Elle marque les vies, elle a marqué 1'histoire du monde, mais on a perdu de vue son étrangeté. Fonction «mixte », d'abord: le coït, dans ses préliminaires comme dans son exercice, fait intervenir la conscience et la volonté, mais aucun homme ne commande à une érection-réflexe, ni à son éjaculation, ni pas plus qu'une femme - à ses orgasmes. De là les hantises de l'impuissance et de la frigidité. La peur du fiasco a fait la fortune des marchands de poudre de cantharide ou de corne de rhinocéros avant de faire celle des sexologues et des marchands de viagra. Fonction simple, au demeurant, car il existe moins de façons de faire l'amour - une seule estimait l'Église! - que de cuisiner ou de s'habiller. Rien ne la destinait à être portée au pinacle ou vouée aux gémonies puisque, de toutes les fonctions vitales, c'est la plus intermittente et la plus brève. Elle demeure en sommeil jusqu'à l'adolescence, occupe moins de trente années dans la vie d'une femme, faiblit et s'éteint chez l'homme avec l'âge. Quand elle s'exerce, sauf pour
1. Les Caractères, «De la mode », Garnier, 1962, pp. 393-394. 2. Wilhelm Reich, La Révolution sexuelle, La Fonction de l'orgasme (L'Arche, 1952); Herbert Marcuse, Éros et Civilisation. Contribution à Freud (Éd. de Minuit, 1963).

L'avènement d'une singulière hégémonie

23

une poignée d'obsédés, ce n'est que deux à trois fois par semaine ou par mois, de façon souvent expéditive (quelques minutes pour certains).

«Messer Gaster» est beaucoup plus tyrannique. Manger - trois repas par
jour sans faillir jusqu'au dernier souffle - prend autrement de temps; travailler s'appelle gagner « son pain» ou « sa croûte ». Toutes les fonctions vitales, si elles s'interrompent, entraînent la mort ou des troubles graves, sauf précisément celle destinée à donner la vie! On peut rester continent sans risques et mourir vierge à cent ans. Mais surtout, l'espèce humaine n'étant pas hermaphrodite, la fonction de reproduction est la seule qui ait exigé au départ la plus délicate, la plus hasardeuse des conditions: la relation à autrui. Or, les autres, c'est toujours peu ou prou l'enfer ou le désert, rarement le ciel. De tous les «rapports» humains, l'accouplement est à la fois le plus élémentaire et le plus étroit. Cette relation est devenue d'une telle complexité, d'une telle subtilité qu'elle laisserait éberlué le premier lapin venu en mal de coït. Le commerce des sexes a du passer par le commerce des mots, par des codes, des résistances, des attentes, des ménagements, des aménagements et des rituels innombrables. Entre le viol du mâle des cavernes et la partouze sauvage, des aires immenses de la vie psychique et socioculturelle se sont déployées, qui n'ont eu d'autre moteur plus ou moins avoué qu'une libido rampante: galanterie et mondanités, art de «plaire », recherche de l' « âme sœur », poèmes, chansons, fictions, intrigues et délires en tous genres. Les fonctions nutritive, sensorielle et locomotrice ont dû avoir recours, en raison de leurs exigences, à des moyens de plus en plus nombreux et de plus en plus ingénieux qui sont à la source de l'agriculture, du commerce, de l'industrie et du progrès scientifique. La fonction de reproduction, elle, n'a nécessité aucune invention; elle n'a toujours besoin de rien pour être satisfaite, si ce n'est de deux corps et de deux sexes. L'accouplement d'aujourd'hui ne diffère guère de celui de l'homme de Cro-Magnon et le viol primitif est toujours en usage. Ce que la sexualité a inventé, ce ne sont que quelques ersatz, précisément lorsqu'elle est frustrée: gadgets de sexshops, poupées gonflables, téléphone rose, films X, sites sur le web. En ce sens, le marché du sexe, si juteux soit-il, n'est qu'un marché de substitution, sans commune mesure avec les activités prodigieusement efficaces qui sont nées, par exemple, du marché de l'alimentation, du bâtiment, de 1'habillement, des transports, où les ersatz ne sont guère goûtés. Nous ne sommes pas au bout des bizarreries... Le rapport entre l'acte initial de reproduction et ses conséquences n'est ni direct ni perceptible. Il y a un tel écart entre le coït et l'accouchement, neuf mois plus tard, que cette

24

LES

CHEMINS

DE LA LIBIDO

fin a été souvent perdue de vue. Quand on mange, quand on fait du sport, on le fait pour se nourrir ou pour être en forme, et l'effet est immédiat. Dans l'accouplement, il s'en faut de beaucoup qu'on songe chaque fois à sa descendance. Certaines peuplades, d'ailleurs, n'établissaient pas de lien entre copulation et grossesse. Galien, deux siècles après Jésus-Christ, estimait déjà que les jeunes gens ignorent dans leurs désirs incontrôlés qu'ils obéissent à la loi de la nature qui vise à la perpétuation de l'espèce. Aujourd'hui, on étonnerait fort une collégienne de cinquième en train de se maquiller en lui disant qu'elle obéit, elle aussi, à une pulsion instinctive; que son souci d'être belle et de plaire n'a d'autre but que de susciter le désir afin qu'elle puisse être fécondée; et que si ce sont les garçons les plus beaux et les plus forts qui l'attirent, c'est encore, comme pour les animaux femelles, parce qu'il importe qu'elle assure à sa descendance les meilleurs gènes, La fonction de reproduction bénéficie enfin chez le mâle d'un privilège exorbitant. L'émission du sperme provoque immédiatement et systématiquement un plaisir d'une intensité extrême qu'on appelle «orgasme ». La médecine antique avait déjà été frappée par son aspect convulsif, parlant de «petite épilepsie ». Cela s'appelle «jouir» dans un sens absolu. Rien ne peut être comparé, en effet, à ce point culminant de la jonction des sexes: aucun cru millésimé, aucun parfum de marque, aucune soie, aucune chanson, ni aucun spectacle au hit-parade télévisé. Et convenons que la nature a plus d'un tour dans son sac. C'est à cause de ce plaisir exceptionnel, toujours garanti chez le mâle, qu'on a pu perpétuer l'espèce. Sinon, la plupart des sensations agréables se situant au-dessus de la ceinture, qui diable aurait cherché à s'adonner aussi obstinément à de telles quêtes dans des zones aussi reculées et aussi peu ragoûtantes? Malheureusement - et le bât n'en finit pas de blesser - il y a disparité entre le plaisir masculin et le plaisir féminin. La femme peut éprouver un plaisir analogue, certes, (non pas identique), plus intense même, mais hypothétique, car la fonction de reproduction obéit comme les autres au principe du moindre effort. Couronnant le désir et l'érection, le plaisir, chez le mâle, est un stimulant nécessaire qui l'incite à répandre sa semence. La recevoir, en revanche, est un exercice passif qui n'exige point pareille stimulation... ni pareille récompense. Au cours des nombreux reportages animaliers de nos chaînes télévisées, on demeure, en effet, souvent consterné par la morne indifférence, voire l'irritabilité de certaines femelles face au mâle en rut. On pense à ces chastes épouses de naguère qui, pendant le « devoir» conjugal, inertes, fermaient les yeux en pensant à la patrie. « Beaucoup de choses pour pas grand chose », entendait-on dire. Convenons que s'il existait une même

L'avènement d'une singulière hégémonie

25

impétuosité des désirs, la prostitution mâle - réservée surtout à d'autres mâles - serait aussi florissante que la prostitution féminine. Certes, des progrès ont été accomplis dans le droit de la femme au plaisir, lequel nécessite un apprentissage (souvent laborieux), mais, dans ses efforts louables pour nous faire atteindre des septièmes ciels partagés, la sexologie, nouveau fonds de commerce fructueux, n'est pas au bout de ses peines, et les déceptions demeurent. Il suffit d'écouter le concert de confidences impudiques recueillies chaque après-midi de la semaine sur RadioMonte-Carlo par Brigitte Lahaie, qui n'en finit pas de prodiguer ses conseils techniques et ses encouragements.

4. L'ère nouvelle de la pansexualité Un phénomène socio-historique récent et sans précédent est apparu: « le sexe» - c'est à dire tout ce qui se rattache de près ou de loin, de façon brutale ou raffinée, à la génération - s'est mis à tourner à vide. Il s'agit d'une singularité inouïe qui va à contre courant d'une tendance générale non moins extraordinaire, car toutes les espèces vivantes, de l'algue au sapin, du saumon au rat ou au lion, semblent mues inlassablement par un même désir obstiné: celui de se reproduire. Or, les sociétés humaines d'aujourd'hui, en raison de la baisse de la mortalité infantile, de l'allongement de la vie et d'une croissance démographique autrefois inconnue, ne sont plus dans l'impérieuse nécessité de faire un maximum d'enfants pour se perpétuer et pour subvenir à leurs besoins. Grâce aux progrès de la médecine et à des moyens contraceptifs nouveaux, l'exercice de la fonction de reproduction a donc été quasiment dépouillé de sa finalité et de ses conséquences. Exemple d'évolution caractéristique: à quoi servaient les seins chez la femme? À nouITir les nouveau-nés. Ils sont devenus des organes superflus à fonction purement esthétique et érotique, au même titre que la chevelure qui ne sert plus à protéger du froid. Certes, jadis, malgré les injonctions divines - « Croissez et multipliez» - on ne faisait pas seulement l'amour avec le désir (ou la crainte) d'avoir un enfant. Le préservatif existait déjà dans l'antiquité grécolatine et l'Église, insistance significative, n'a cessé de tonner contre le péché d'Onan; mais aujourd'hui la vie sexuelle se vit plus que jamais pour ellemême, en dehors de toute préoccupation de reproduction, bien au-delà des périodes de fécondité et bien au-delà aussi du simple accouplement considéré comme «naturel ». Les moyens sont devenus fin. Un repas a toujours à voir avec la nutrition, un déplacement avec une destination; la sexualité, elle, a de moins en moins à voir avec la génération.

26

LES

CHEMINS

DE LA LIBIDO

Voici donc qu'après des millénaires bardés de silences, de codifications, de peurs, de tabous, tout a basculé. La «pansexualité » est « un des aspects de la société contemporaine », écrivait il y a déjà plus de vingt ans Philippe Ariès 1. Cela ne signifie pas pour autant que tout le monde s'est soudain jeté dans la luxure, mais « le sexe », sous forme implicite ou de plus en plus explicite, nous cerne et nous interpelle sans répit de mille façons, à tout âge et en tous lieux. Partout, glamour, érotisme et pornographie, scènes de lit à l'écran, publicités torrides, histoires salaces, sites internet. Le mot « sexe », paraît-il, est le mot le plus souvent tapé sur le web. Quand on passe des fictions à la réalité, ce sont les viols à la « une », le tourisme sexuel en Extrême-Orient, les liaisons croustillantes ou tumultueuses des vedettes, les mouvements gays, les multiples procès de pédophilie, la marée mondiale du viagra. En 1998, à la Maison Blanche, la fellation de Bill Clinton par sa secrétaire Monica Lewinsky est devenue un événement international qui n'a été éclipsé que par l'attentat du World Trade Center. Ce dont on ne soufflait mot dans les familles, ce qui se chuchotait sur «la chose », qui n'était précisé qu'en latin ou dans les dictionnaires médicaux, donne lieu à de multiples articles de presse alléchants ou doctes, s'expose et se confesse dans des livres à grand tirage ou dans des émissions qui drainent des millions de spectateurs. On interviewe des actrices de films X ; sur les plateaux de télévision, des femmes et des jeunes filles parlent de masturbation, de fellation ou de sodomie aussi tranquillement que s'il s'agissait de tricot ou de confitures. Alors que Sodome et Gomorrhe avaient été réduites en cendres sous une pluie de soufre et de feu, alors que I'homosexualité était proscrite et persécutée récemment encore dans l'Allemagne nazie et dans les pays socialistes, la voici acceptée et reconnue, notamment avec le PACS et la Gay Pride. « L'affaiblissement de l'interdit homosexuel est l'un des traits les plus frappants de la situation morale actuelle de nos sociétés occidentales », soulignait encore Philippe Ariès2. Des films à succès comme La Cage aux folles d'Edouard Molinaro ou Le Placard de Francis Veber illustrent sur le mode plaisant ce changement de mentalité. Paris-Match du 4 janvier 2001 publie un article sur la mode intitulé «Au gay l'An neuf». On y précise que « les homosexuels lancent les tendances ». «Toute l'industrie des loisirs et des plaisirs est dopée, lit-on, par l'adrénaline du gaybusiness ». Dernier exemple beaucoup plus sérieux: toujours en 2001, aux élections municipales de mars, Paris, sans s'offusquer, a choisi (comme Berlin) un maire homosexuel.

1. Sexualités occidentales, in Revue Communications, n° 35, Le Seuil, 1982, p. 63. 2. « Réflexions sur I'histoire de I'homosexualité », in Sexualités occidentales, p. 57, (op. cil.).