Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale - 4ème édition

De
Publié par

Véritable introduction à la psychologie sociale, cet ouvrage permet de comprendre et d’approfondir les notions essentielles de cette discipline. A l’occasion de cette quatrième édition, l’auteur a intégré un chapitre sur les violences sociales.

Publié le : mercredi 10 mars 2010
Lecture(s) : 81
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100550715
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce chapitre introductif a pour but de présenter lévolution historique et le champ de la psychologie sociale. Il sagit de comprendre comment la psychologie sociale sest constituée en discipline scientifique et en domaine propre à lintérieur des sciences humaines et sociales.
Tout dabord, nous donnerons quelques indications dordre histori que pour saisir comment sest formée la psychologie sociale ; ensuite, nous présenterons lapproche psychosociale avec quelques définitions et ses caractéristiques ; enfin, nous dégagerons les orientations théori ques qui cherchent à expliquer les relations individusociété.
1
APERÇU HISTORIQUE
La psychologie sociale est une discipline relativement récente qui est née au début du vingtième siècle. Cest en effet en 1908 que sont publiés les premiers manuels nordaméricains de psychologie sociale, lun écrit par un psychologue (Mac Dougall), qui met essentiellement laccent sur le rôle des instincts et tente dexpliquer le comportement social par le contrôle de ces instincts ; lautre est écrit par un sociolo gue (Ross), qui aborde le comportement de lindividu en société à partir du phénomène de limitation.
À la même époque, la pensée sociale est influencée en Europe par plusieurs courants : Marx, la psychologie des peuples, Durkheim ainsi que les travaux de Tarde et Le Bon, qui vont jeter les bases dune psychologie sociale comme approche cherchant à comprendre pour quoi et comment lindividu dans une foule change de comportement. © DuTnoodusLacpheotsocotprieanvonaauutxoriséperesetnunnelitn.t en compte limportance des phénomènes
4
LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE
collectifs en les abordant tantôt à travers létude des modifications des comportements individuels, tantôt comme des faits sociaux relative ment indépendants. Si nous observons une différence en Europe et aux ÉtatsUnis quant à la formation et à lévolution de la psychologie sociale, cest parce quelle sest constituée à partir de réflexions et de concepts issus dautres disci plines existantes, comme la philosophie, la sociologie ou la psychologie. La psychologie sociale, comme toutes les autres sciences humaines, sinscrit dans un effort pour organiser une connaissance de lhomme qui, durant des siècles, est restée essentiellement philosophique. Cette connaissance sest largement développée en sappuyant sur une distinction entre individu et société. Lêtre humain était défini à partir du concept de nature humaine qui fournissait une explication philosophique à la question de lhomme : cette nature était considérée comme un invariant, une structure stable par rapport aux fluctuations externes, à la société changeante. Loppo sition corps/âme permettait de comprendre la relation dehors/dedans chez un même individu : le corps, cest lextériorité correspondant à lapparence, lâme, cest lintériorité correspondant à la substance ; lâme, qui est définie en grec par le terme « psyché », sera lobjet de nouveaux contenus et interprétations ; elle sera considérée comme le siège de la conscience et des émotions. Lavènement des « sciences humaines » sest traduit par un nouveau rapport au savoir, qui a valorisé tout dabord la subjectivité comme élément de connaissance : il ny a pas de savoir désincarné ; celuici est relatif à lobservateur, au sujet qui connaît. En même temps, la connaissance nest plus porteuse de valeurs universelles et na plus de fonction encyclopédique : chaque savoir reflète une position spécifi que ; son orientation est caractérisée par une démarche localisée dans des secteurs déterminés. Autrement dit, le savoir se découpe de plus en plus en éléments spécialisés qui lui donnent un statut spécifique, en raison même de lobjet quil appréhende, et qui sera légitimé dans le dispositif général des savoirs dans une société.
1.1
Les conceptions de lhomme
Lémergence de la psychologie sociale doit être dune part mise en perspective avec un certain nombre de « modèles » antérieurs, à travers lesquels on a pensé lêtre humain et dautre part abordée à
LA PSYCHOLOGIE SOCIALE : APPROCHE ET THÉORIES
5
travers les transformations quelle a ellemême introduites dans le savoir sur lhomme social. Avant la psychologie sociale, diverses conceptions ont dominé la connaissance de lêtre humain ; elles ont influencé dune façon ou dune autre le développement ultérieur des sciences humaines et sociales. Dans cette présentation, nous nous limiterons à quelques modèles qui ont marqué ce champ : lhomme comme être rationnel ; lhomme comme être biologique ; lhomme comme être psychologique.
1.1.1
Lhomme comme être rationnel
Une première conception, héritée de la tradition philosophique et reprise à lépoque moderne, est celle de lhomme appréhendé comme ayant un comportement rationnel. La vision cartésienne, qui sest imposée à partir du dixseptième siècle, va définir lhomme comme un être de raison et le guide de la raison, cest la conscience. Une telle conception opère le passage dune approche de lhomme fondée sur des croyances à une autre fondée sur la certitude de la raison ; une telle certitude, fournie par la raison, soppose à la croyance basée uniquement sur lintuition.
Cette connaissance philosophique de lhomme est ellemême relayée par des considérations beaucoup plus concrètes dans les uvres des mora listes (La Rochefoucauld, La Bruyère). Ils se démarquent dune vision purement abstraite et développent une forme de psychologie empirique daprès laquelle les comportements napparaissent pas comme des données naturelles ; par delà lhomme abstrait, les hommes réels dune société se montrent médiocres, frivoles, mesquins, différents suivant les fortunes et les classes. La notion de caractère chez La Bruyère est par exemple un élément interprétatif de la conduite humaine et sociale, qui décrit les murs du siècle de sorte que le comportement humain est présenté à travers ses caractéristiques sociales. Avec les moralistes, lhomme est défini non plus par des traits rationnels, mais comme ayant des murs soustendues par un arrièreplan de valeurs sociales et morales.
1.1.2
Lhomme comme être biologique
Une deuxième conception de lhomme sinspire des sciences anatomi ques développées à partir du dixhuitième siècle. À cette époque, le débat portait entre autres sur la place de lhomme par rapport aux autres espèces animales, le singe en particulier ; la question étant de © DsuintodueLralpheotoccoopiemnponoaruttoreiséme eestnutndhéliut.main par rapport à celui des singes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.