//img.uscri.be/pth/315b0574d8bc891279533c91f0e26ba325a39b02
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les défis de l'assurance au Cameroun

De
168 pages
L'objectif de ce livre est de participer à la vulgarisation de l'activité d'assurance au Cameroun. Il est découpé en quatre chapitres : les repères historiques de l'assurance camerounaise ; les acteurs actuels de l'assurance camerounaise ; les techniques de souscription des contrats d'assurance ; le suivi du contrat d'assurance.
Voir plus Voir moins
Jean Marie Fotso
Les défis de l’assurance au Cameroun
Préface de Roger Jean-Raoul Dossou-Yovo
armattan
Cameroun
Les défis de l’assurance au Cameroun
Jean MarieFOTSOLes défis de l’assurance au Cameroun
Préface de Roger Jean-Raoul Dossou-Yovo
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54309-6 EAN : 9782296543096
Préface
Cet ouvrage, rédigé par Jean Marie Fotso, est destiné à un large public. Il intéressera aussi bien les personnes physiques que les personnes morales soucieuses de leur sécurité, qui est un besoin auquel l’assurance se charge de répondre. Ce besoin peut être couvert en partie par des mécanismes telle que la solidarité, mais nécessite un cadre plus formel et mieux organisé face aux risques de la société moderne qui peuvent avoir la dimension d’un crash d’avion ou l’incendie d’une raffinerie.
L’ouvrage est découpé en quatre chapitres dont le premier retrace l’évolution historique de l’assurance dans le monde pour en venir au cas du Cameroun, de la période coloniale à nos jours, ainsi que les mesures d’assainissement prises depuis 1995 avec l’avènement de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA). Les deux chapitres suivants présentent le marché camerounais de l’assurance. D’abord, les acteurs qui sont à l’origine de l’offre d’assurance, à savoir les sociétés d’assurance et les intermédiaires que sont les agents généraux et les courtiers d’assurance. Cette partie est accompagnée de tableaux donnant des informations précieuses sur ces acteurs du marché. Ensuite, l’auteur aborde les techniques de souscription des contrats d’assurance, en donnant des indications sur les éléments à prendre en compte dans la cotation au niveau des différentes catégories d’assurance, pour aboutir à l’établissement du contrat. Le quatrième chapitre est d’un intérêt certain pour les souscripteurs, car il traite du suivi du contrat, notamment
7
de la déclaration du sinistre et de son règlement, point qui constitue souvent la pierre d’achoppement entre assureurs et assurés. En somme, il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation de l’assurance à destination du grand public, comme il en existe peu dans nos pays. Le mérite de Jean Marie Fotso, qui est cadre supérieur d’assurance diplômé de l’Institut international des assurances de Yaoundé, est donc réel au vu de sa contribution sur un sujet assez technique, qu’il présente de manière simple et claire, pour permettre à chacun de disposer des informations nécessaires pour appréhender les préoccupations relevées par le titre de cet ouvrage. Toutes les personnes (et elles sont nombreuses) qui entrent en relation, ou sont appelées à le faire, avec les assureurs pour se prémunir des conséquences des risques inhérents à la vie moderne (accident de véhicule, maladie, incendie etc.), seront intéressées par cet ouvrage. J’en recommande donc la lecture à tous et félicite Jean Marie Fotso pour son œuvre de vulgarisation de l’assurance. Roger Jean-Raoul DOSSOU-YOVO
8
Directeur Général de l’IIA
Prolégomènes
Dans plusieurs langues africaines, la notion d’assurance renvoie à celle de prévoyance, de solidarité, d’assistance, de coup de main dans les coups durs.
Les dictionnaires courants de la langue française donnent des définitions assez voisines du terme assurance. Il peut alors signifier sécurité, profonde certitude, sentiment de confiance en soi, promesse ferme, gage. Mais, l’assurance se définit aussi comme l’opération par laquelle un professionnel (l’assureur) organise en mutualité une multitude de personnes exposées à certains risques homogènes, et indemnise ceux d’entre eux (assurés) qui subissent des dommages, grâce à la masse commune des primes ou cotisations collectées, suivant les lois de la statistique. Cette opération, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui sous forme d’activité économique, est une institution relativement récente. Cependant, il faudrait remonter à l’Antiquité pour retrouver ses prémisses, notamment avec la caisse d’entraide pour les dépenses funéraires des tailleurs de pierre d’Egypte (vers 2700 avant Jésus-Christ), et l’association des ouvriers du temple de Salomon contre les accidents corporels à Jérusalem (vers 1000 avant Jésus-Christ). Avec le temps, l’assurance est apparue comme une donnée essentielle de la vie socio-économique et des échanges internationaux. En effet, elle répond sous des aspects variables suivant les époques et les lieux, à des besoins fondamentaux de l’homme.
9