//img.uscri.be/pth/c40e6556db84653336900f8ee66d21cccab3ecdf
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,03 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LES DÉLIRES DE PERSÉCUTION

De
107 pages
Délirants chroniques, mélancoliques, hypocondriaques, pervers, persécuteurs familiaux…Voilà, en esquisse, le riche panorama clinique que permet d'admirer cet ouvrage. Mais son intérêt est redoublé par un véritable cours de la méthode, dont se dégageront les notions de phénomène fondamental, de " revêtement secondaire ", sinon de " symptômes de premier et de second rang ". Observation, distinction, discrimination des types sous tendent alors l'unique souci du soin dans le bornage des limites de la psychiatrie.
Voir plus Voir moins

LES DELIRES DE PERSECUTIONS

Collection Psychanalyse et Civilisations Série Trouvailles et Retrouvailles dirigée par Jacques Chazaud

Renouer avec les grandes œuvres, les grands thèmes, les grands moments, les grands débats de la Psychopathologie, de la Psychologie, de la Psychanalyse, telle est la finalité de cette série qui entend maintenir l'exigence de préserver, dans ces provinces de la Culture et des Sciences Humaines, la trace des origines. Mais place sera également donnée à des Essais montrant, dans leur perspective historique, l'impact d'ouverture et le potentiel de développement des grandes doctrines qui, pour faire date, continuent de nous faire signe et nous donnent la ressource nécessaire pour affronter les problèmes présents et à venir.

Dernières parutions

Cryptes etfantômes en psychanalyse, P HACHET, 2000. Vie mentale et organisation cérébrale, C. J. BLANC, 2000. Psychothérapies de psychotiques, C. FORZY,2000. Une psychiatrie philosophique : l'organo-dynamisme, P. PRATS, 2001.

Gilbert BALLET

LES DELIRES DE PERSECUTIONS
(Délire chronique, délires mélancholique et hypochondriaque, délire de persécution des exhibitionnistes, persécuteurs familiaux)

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris France

L'Harmattan Inc. 55, me Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y 1K9

L 'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

@L'Hannatlan,2001 ISBN: 2-7475-0731-9

NOTE EDITORIALE
La «bande à Jésus », les «bobs et les majors» persécutent Pierre ou Madame B. de leurs lazzi, moqueries, allusions, divulgations et injures diverses. Les malheureuses victimes ressentent d'étranges sensations gustatives ou sexuelles etc. .. Elles assaillent, en conséquence, les Autorités de leurs doléances, deviennent éventuellement violentes dans leur certitude de connivence entre leurs proches et leurs tourmenteurs. Bientôt, elles deviendront mégalomanes pour finir, parfois, dans la démence. Ce sont là les «délirants chroniques» de MAGNAN, dans leurs expressions pittoresques et tragiques. Mais il en est d'autres. Les délirants « dégénérés» leur sont opposés, surtout du fait de la lourdeur de leurs antécédents et de la précocité de leurs troubles. Mais peut-être ne faut-il pas trop trancher sur ce point. Le mélancolique peut être persécuté; mais c'est un persécuté humble et résigné. Il illustre une variété de «victime coupable ». Les hypochondriaques peuvent aussi ressentir une persécution, mais sans sentiment d'inimitié. Cependant, si des sentiments de culpabilité obsessionnelle sont associés, ils se sentent « pénétrés» par le regard des autres, observés, moqués ou tournés en ridicule. Mais, malgré leur colère, ils restent repentants ou suicidaires. BALLET insiste ici sur la coloration génitale des préoccupations hypochondriaques de culpabilité. Il va jusqu'à supposer qu'une tuberculose testiculaire ultérieure peut trouver dans la pensée d'insuffisance sexuelle préalable la condition créant la «moindre résistance» de l'organe où se localisera la maladie! Une variété assez particulière du délire des persécutions est d'ailleurs celle où les troubles sont consécutifs à une «impulsion morbide» et centrés sur elle. C'est le cas de tel exhibitionniste persuadé que tout le monde le considère comme l'assassin de « la petite Neu » (sic! : il s'agit du nom d'une enfant réellement tuée qui faisait la « Une» des journaux). Le malade présente des ébauches hallucinatoires et un certain degré d'automatisme mental.

Enfin, par persécuteur familial, BALLET entend la catégorie des patients qui s'inventent un parent ou un enfant imaginaires qu'ils obsèdent d'abord de leur tendresse, puis de leurs réclamations injustifiées. Ils deviendront, éventuellement, persécutés - persécuteurs. Voilà, en esquisse, un panorama clinique qui ne manquera pas de stimuler l'intérêt psychopathologique. Mais ce n'est pas là la seule richesse de l'ouvrage. Sa première leçon commence par un véritable discours de la méthode psychiatrique, daté mais de grande portée épistémique. Le commenter ici ne pourrait être que paraphrase. Indiquons-en simplement quelques pensées d'avenir, après en avoir relevé énigmatiquement l'inspiration sydenhamienne première. BALLET, à notre connaissance, est le prelnier à avoir insisté, devant un type morbide, pour qu'on en pénètre le « fond mental» et qu'on cherche à en caractériser le phénomène fondamental. Observateur attentif des hiérarchies sémiologiques et de l'ordre de subordination des symptômes, il sera non seulement un différentialiste et un discriminateur de premier plan mais, en distinguant le phénomène fondamental de son « revêtement », le promoteur de la distinction des symptômes de «premier» et de «second rang », si ce n'est des «symptômes positifs », qui détournent l'attention sur leur apparition ou forme d'apparence et des «symptômes négatifs» qui en forment le soubassement structurel. Entre petites choses, BALLET commence par ailleurs sa croisade d'opposant de toute sortie de son «champ» de la psychiatrie. On sait, comment vingt ans plus tard - dans son rapport à Genève de 1907 sur L'expertise médico-légale et la question de responsabilité (ouvrage réédité dans cette même collection) - il généralisera ses réserves devant toutes les sollicitations de substitution du psychiatre au politique, au légiste, au pénaliste, pour s'en tenir au point de vue rigoureux du clinicien et du thérapeute, s'appuyant sur l'évolution du cas et ses étio-pathogénies. Partisan d'une fécondation réciproque de la psychologie et de la psychiatrie, BALLET conclura: « Soyons psychologues

VIII

dans la mesure de nos moyens, mais n'oublions pas de rester médecins ». Ceci contient toute une philosophie. J.C.

IX