Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les détectives de l'étrange

De
325 pages
Le Colloque de Cerisy "Les Détectives de l’étrange" (21-31/07/99), (dir. GUILLAUD/PICOT), regroupe des communications aussi érudites que diverses partant de contrées familières (Poe, Conan Doyle, Leblanc,…) vers des horizons plus inattendus (Dracula, Dario Argento, X-Files, …). Entre littérature, mythe, philosophie, et psychanalyse il rend ses lettres de noblesse à un genre complexe. Ce premier tome démontre la vigueur du domaine anglo-saxon en s’intéressant plus particulièrement aux analyses d’œuvres - connues ou méconnues - d’écrivains anglophones : Edgar Allan Poe, Sheridan Le Fanu, M. P. Shiel, Arthur Machen, A. Conan Doyle, G. K. Chesterton, Algernon Blackwood, Seabury Queen, W. H. Hodgson et J. D. Kerruish.
Voir plus Voir moins
Les détectives de l’étrange
Sous la direction de Lauric Guillaud et Jean-Pierre Picot
Les détectives de l’étrange
Domaine anglo-saxon
Tome I Colloque de Cerisy (21-31 juillet 1999) Cerisy / Thèmes Éditions Le Manuscrit
Couverture : © Droits Réservés © Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-9384-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748193848 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9385-7 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748193855 (livre numérique)
Avant-propos
9
Avant-propos
Avant-propos
LAURICGUILLAUD ETJEAN-PIERREPICOT
S’il est vrai, comme l’écrivait Maurice Lévy, qu’ « une histoire du fantastique pourrait se confondre, en partie du moins, avec une histoire du mal, c’est-à-dire de la transgression », l’on ne s’étonnera point que récit policier et récit fantastique aient dès l’origine partie liée. Enquête épistémologique sur ce qui « a eu lieu », et qui doit être « réécrit » par un détective, frère de l’écrivain, soumis à la double tentation du poétique et du mimétique, l’enquête sur un crime ou un délit oblige aussi à une interrogation, ontologique autant qu’existentielle, sur ce qui, chez l’humain, échappe à la lucide rationalité, semble émerger de quelque au-delà, soit originel, soit surnaturel – ce qui est peut-être la même chose. Il est dès lors inévitable que l’enquête épistémologique ait trouvé à se ressourcer chez une certaine science-fiction, aussi acharnée que la littérature fantastique à remettre en question la problématique du réel et de l’imaginaire. On l’a compris, derrière toute enquête il y a une quête, en laquelle le détective devient pèlerin passionné et parfois voué à lui-même expier la faute du coupable à la place du coupable. De Poe à Gaston Leroux, de Chesterton à Stanislas Lem, le colloque de Cerisy consacré aux Détectives de l’étrange (21-31 juillet 1999) s’est efforcé de cartographier ce
9
Lauric Guillaud et Jean-Pierre Picot
carrefour étrange où se rejoignent les diverses littératures de l’imaginaire. Ce qui ressort avant tout du colloque est sa cohérence générale. La plupart des participants se sont livrés à une étude en profondeur d’auteurs marquants (Poe, Le Fanu, Machen, Blackwood, Seabury Quinn, Hodgson, A. C. Doyle, Chesterton, Shiel, Jean Ray, Maurice Leblanc), aboutissant à une typogénèse du personnage du détective. Le lecteur trouvera en fin de volume un tableau littéraire et historique aussi complet que possible d’un genre qui s’est manifesté de façon e périodique depuis le début duXIXsiècle. Peu à peu se sont assemblées les pièces d’un puzzle épistémologique. La problématique du genre était excellemment mise sur les rails : peu à peu s’enclenchait une véritable « synthèse de l’hétérogène ». Grâce à leurs exégèses des écrivains les plus représentatifs, plusieurs contributeurs montrent la vigueur du genre dans les pays anglo-saxons : que ce soit Gaïd Girard (Sheridan Le Fanu), Hélène Crignon-Machinal (Conan Doyle), Roger Bozzetto (Seabury Quinn et W. H. Hodgson), Gilles Ménégaldo (Arthur Machen), Jean-Louis Grillou (Algernon Blackwood), Fabienne-Claire Caland (Henry James et Richard Matheson), Jean-Luc Buard (J. D. Kerruish) ou Lauric Guillaud (M. P. Shiel). Ne nous étonnons pas de l’hybridité du genre, les brumes londoniennes recelant toutes sortes de créatures fantastiques qui menacent à nouveau le monde occidental. Ainsi arrive-t-il que les détectives affrontent les vampires légendaires, à moins qu’ils ne soient eux-mêmes, selon Jean Marigny, des « vampires-détectives ». Au-delà des espaces conven-tionnels, le détective se joue parfois du temps. Le fantastique peut ainsi céder la place à la science-fiction quand le détective est projeté dans un futur énigmatique, comme dans l’œuvre d’Asimov, et bien d’autres (R. Garrett, R. Goulart, M. McQuay, W. F. Nolan, etc.).
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin