Les différentes facettes de l'objet en psychologie sociale

De
Publié par

Comment appréhender et analyser les phénomènes complexes ? Comment analyser les représentations et les pratiques d'objets sensibles tel le don du sperme ? Comment appréhender le rapport des acteurs de terrain à un problème écologique tel que l'eau ? Pensé sur le modèle des cabinets de curiosités où étaient présentés objets rares et insolites, ce livre propose, au travers d'exemples concrets, l'explication de différentes stratégies méthodologiques mises en œuvre pour parvenir à l'analyse d'objets complexes.
Publié le : vendredi 1 octobre 2010
Lecture(s) : 300
EAN13 : 9782296263550
Nombre de pages : 178
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les différentes facettes de l’objet en psychologie sociale
Le cabinet de curiosités
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296125803 EAN : 9782296125803
Sous la direction de Estelle Masson et Elisabeth Michel-Guillou
Les différentes facettes de l’objet en psychologie sociale
Le cabinet de curiosités
L’Harmattan
Logiques Sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collectionLogiques Socialesentend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Raquel REGO,: engagement etDirigeants associatifs professionnalisation, 2010. Magali PAGES,Culture populaire et résistance culturelle régionale. Fêtes et chansons en Catalogne, 2010. MarcAntonin HENNEBERT,Les alliances syndicales internationales, des contrepouvoirs aux entreprises multinationales, 2010. Marcel FAULKNER,Travail et organisation. Regards croisés sur la recherche sociologique, 2010. Olivier MAZADE,La reconversion des hommes et des territoires. Le cas Metaleurop, 2010. Mustafa POYRAZ, Loïc GANDAIS, Sükrü ASLAN,Les quartiers populaires et la ville : les varoet les banlieues parisiennes, 2010. Steve GADET,La fusion de la culture hiphop et du mouvement rastafari, 2010. JeanOlivier MAJASTRE,La culture en archipel. Pratiques culturelles et mode de vie chez les jeunes en situation d’apprentissage précaire, 2010. Lucie JOUVET,Socioanthropologie de l’erreur judiciaire, 2010. Eric GALLIBOUR et Yves RAIBAUD,Transitions professionnelles dans le monde associatif et l’animation, 2010. Stéphanie VINCENT,L’action publique face à la mobilité, 2010. MarieChristine ZÉLEM, Politiques de maîtrise et de la demande d’énergie et résistances au changement, 2010.
Sommaire INTRODUCTION Triangulations et pistes heuristiques parEstelle MassonetElisabeth Michel-Guillou....................... 7CHAPITRE 1 L’adaptation dans les bases polaires : données qualitatives et quantitatives en début, milieu et fin de mission parKarine Weiss.....................................................................15CHAPITRE 2 Le partage et la division : triangulation de données qualitatives et quantitatives parEstelle MassonetClaude Fischler....................................31CHAPITRE 3 Triangulation méthodologique à partir de l’énigme du don de sperme parValérie HaasetNikos Kalampalikis.................................61CHAPITRE 4 Pratiquer la triangulation méthodologique avec Alceste et Prospéro : le cas d'une recherche sur la représentation sociale de l'hygiène parBéatrice MadiotetMagdalini Dargentas.........................77
CHAPITRE 5 Evaluation de la qualité de l’eau par les agriculteurs : confrontation des données perceptives aux données objectives parElisabeth Michel-Guillou............................................... 117CHAPITRE 6 Médecine naturelle et médecine conventionnelle : une étude des relations entre représentations. Le modèle des schèmes cognitifs de base parChristèle Fraïssé............................................................ 135APPENDICE Innovation, triangulation et recherche de qualité parGabriel Moser................................................................ 161Évolution de la relation aux espaces publics au cours de l'enfance : exemple d'intégration de données d'enquête et d'observation dans un système d'information géographique parAlain Legendre............................................................... 169Approche multi-méthodologique de la mobilité des enfants : des comportements spatiaux à la représentation parSandrine Depeau............................................................ 171
6
INTRODUCTION Triangulations et pistes heuristiques parEstelle MassonetElisabeth Michel-Guillou Pensé sur le modèle des cabinets de curiosités qui firent leur apparition à la Renaissance et où étaient présentés avec un certain goût pour l’éclectisme toutes sortes d’objets rares et souvent insolites, ce livre propose une collection de travaux adoptant, pour saisir la polymorphie des objets étudiés en psychologie sociale, une « stratégie de triangulation » (Mucchielli, 2002 ; Apostolidis, 2003). L’objectif poursuivi ici n’est pas d’apporter une nouvelle conceptualisation de la notion de triangulation (Denzin, 1978, 1988 ; Jodelet, 2003 ; de Sardan, 1995), mais d’en présenter les différentes formesin situ, c’est-à-dire mises en œuvre dans le cadre de recherches spécifiques. Cet ouvrage concrétise les réflexions et débats qui se sont déroulés durant les Sixièmes Journées d’Etudes en Psychologie Sociale (JEPS) à Brest sous la forme d’un colloque au cours duquel était présenté un inventaire des méthodologies et approches innovantes en psychologie sociale et où a été débattue la question de l’importance de l’éclectisme des méthodes et de l’intérêt de la triangulation pour l’analyse des phénomènes complexes. En effet, les situations au sein desquelles s’insèrent ces phénomènes, notamment ceux dont l’étude se situe en milieu naturel, mettent en jeu une multitude de facteurs qu’il convient d’appréhender de diverses manières afin de saisir le phénomène étudié dans sa
7
globalité. De ce fait, bien souvent le chercheur en psychologie sociale est amené à pratiquer le « polythéisme méthodologique » (Moscovici, 2000). La triangulation fait référence, en psychologie sociale, à l’utilisation combinée de divers moyens d’appréhension, de mesure ou de lecture du réel dans la poursuite d’un même objectif de recherche. Elle peut prendre des formes différentes. Denzin (1978, 1988) distingue quatre types de triangulation : la triangulation méthodologique qui renvoie à l’usage combiné de méthodes de recueil et d’analyse des données ; la triangulation des données qui recouvre le recoupement des données d’une recherche avec d’autres types de données ; la triangulation du chercheur qui consiste en la confrontation des analyses et interprétations propres à différents chercheurs d’un même matériel et enfin la triangulation théorique qui fait référence à la mobilisation de différents cadres théoriques pour l’interprétation des données. Visant une saisie plus complète et une compréhension plus globale des objets de recherches, la triangulation peut ainsi consister dans la confrontation de données, de points de vue, de théories ou encore de méthodes de recueil et d’analyse de données. Cet ouvrage offre au lecteur une illustration des différentes formes de triangulation et de leurs mises en pratique dans le cadre de recherches en psychologie sociale. Au fil des chapitres se dessine l’indéniable valeur heuristique de la triangulation pour l’appréhension, la compréhension et l’interprétation de phénomènes complexes. Les quatre premiers chapitres sont centrés plus spécifiquement sur la triangulation méthodologique et montrent l’intérêt de la combinaison des méthodes de recueil et d’analyse des données pour la saisie des différentes facettes d’un objet. Dans le premier chapitre, Karine Weiss traite de la question des choix méthodologiques soumis aux contraintes des études menées en milieu naturel. En s’appuyant sur l’exemple d’une recherche menée dans une base polaire portant sur l’adaptation de la relation individu-environnement aux situations extrêmes d’isolement et de confinement, elle montre comment l’utilisation conjointe de méthodes diverses permet de parer aux contraintes qu’engendre le
8
terrain. Dans cette étude, focalisée sur les relations interpersonnelles et la gestion de l’espace, le choix des méthodes est lié aux périodes de recueil des données. Les bases polaires étant inaccessibles durant l’hiver austral, un chercheur extérieur à la mission ne peut en effet intervenir directement que pendant les campagnes d’été c'est-à-dire avant et après l’isolement total, et collecter au moyen d’entretiens soit des attentes (en début d’hivernage), soit la perception d’une réalité reformulée (à la fin). Le recueil des données pendant l’hiver austral ne peut se faire qu’avec la participation d’un membre du groupe d’hivernants et pose les problèmes habituels de l’observation participante. Afin de préserver un maximum d’objectivité, cette observation peut être systématisée et couplée à des questionnaires auto-administrés à intervalles réguliers au cours de la mission. Les observations recueillies fournissent des informations sur des comportements spécifiques, en particulier où et quand ces comportements prennent place. Il est alors possible de relever des éléments non déclarés au cours des entretiens : conflits, utilisations privilégiées de certains espaces, et surtout évolution des comportements au cours de l’hivernage. La mise en regard des différents types de données recueillies au cours des trois périodes permet de saisir dans leur diversité les modes d’adaptation à ce type de situation extrême. Traitant des représentations de l’alimentation Estelle Masson et Claude Fischler mettent en lumière, dans le second chapitre, l’intérêt que procure l’utilisation conjointe d’une méthode qualitative et d’une méthode quantitative dans les approches transculturelles. En s’appuyant sur les résultats d’un programme de recherches transculturelles, mené conjointement dans cinq pays européens et aux Etats-Unis, sur le rapport du mangeur à l’alimentation, les auteurs insistent sur la nécessité d’une approche qualitative comme préalable à une approche quantitative et de son intérêt pour l’interprétation des résultats quantitatifs. En effet, la méthode qualitative permet d’appréhender dans leurs complexités et leurs spécificités nationales les représentations de l’alimentation et permet d’isoler les dimensions pertinentes à mesurer. Elle fournit aussi au chercheur les éléments nécessaires pour une interprétation compréhensive des différences observées. Se focalisant sur la commensalité, ce chapitre montre comment les  9
données qualitatives recueillies lors de deux premières phases (7 focus groups et 1032 entretiens) ont permis de rendre saillantes et mesurables lors d’une troisième phase strictement quantitative (n=6023) des appréhensions culturelles spécifiques de la commensalité et de donner sens à ces spécificités en les rapportant aux représentations de l’alimentation isolées dans les différentes aires culturelles. Ainsi, grâce à la triangulation des données qualitatives et quantitatives, il devient possible de comprendre pourquoi, dans certains pays, il est jugé normal qu’un invité informe son hôte du fait qu’il est végétarien, de ses préférences alimentaires ou des régimes qu’il suit tandis que cela est mal perçu dans d’autres pays. De même, le fait qu’à l’issue d’un repas entre amis au restaurant, le paiement de l’addition ne soit pas soumis dans tous les pays aux mêmes règles de partage, devient signifiant d’approches culturelles spécifiques de l’alimentation. Menée sur le mode d’une enquête policière, l’étude présentée par Valérie Haas et Nikos Kalampalikis, dans le chapitre trois, montre l’intérêt de la triangulation méthodologique pour recueillir des indices de la représentation du don de sperme. Choisissant la métaphore du roman noir, les auteurs envisagent l’enquête de terrain comme une situation énigmatique où l’expert rassemble une somme d’indices pour résoudre une intrigue. Comme dans tout roman policier, il apparaît que la résolution de l’intrigue dépend pour une bonne part de la qualité de l’enquêteur, de son implication dans la recherche, mais aussi de son talent à croiser traces et empreintes, pour arriver à une version plus fine, plus fiable, de la situation étudiée. Au travers de cette métaphore littéraire, les auteurs donnent à voir la triangulation non seulement comme une posture méthodologique mais aussi comme un postulat épistémologique. Les résultats de la recherche de terrain, consacrée aux enjeux psychosociaux du don de sperme présentés ici révèlent, à travers l’hétérogénéité des matériaux recueillis au moyen de différentes méthodes (cartes associatives, entretiens, recherche documentaire) et auprès de différents publics (donneurs, population générale), une image du donneur pour le moins paradoxale et ambivalente.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.