Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les enjeux de la communication participative pour le développement au Congo

De
274 pages
La communication participative pour le développement est un processus de transmission de connaissances par différents moyens engageant activement des catégories défavorisées. L'enjeu majeur pour le Congo est de l'intégrer dans son processus de développement. Cet ouvrage répertorie et analyse chacun des enjeux y afférents, développement durable, bonne gouvernance, phénomènes des food-parks, etc., afin de constituer un outil stratégique au service du développement du pays.
Voir plus Voir moins
Jean-Félix Makosso
Les enjeuxde la communication participative pour le développement au Congo
Les enjeux de la communication participative pour le développement au Congo
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen Dernières parutions Mahamadé SAVADOGO,Philosophie de l’action collective, 2013. Abou KANATE,Radiographie du droit foncier en Côte d’Ivoire,2013. Abou KANATE,Le droit de la promotion immobilière en Côte d’Ivoire,2013. François LAGARDE,Mémorialistes et témoins rwandais, 2013. Gilchrist Anicet NZENGUET IGUEMBA (dir.),à Hommages Pierre N’Dombi – Université Omar Bongo (Libreville), 2013. Nathalie CASANOVAS,Une destination pour un autre tourisme pour l’Afrique de l’Ouest, 2013. Georgin MBENG NDEMOZOGO,La protection animale au Gabon, 2013. Djibril MAMA DEBOUROU,BiƆ GƐra, entre mythe et réalité : le sens de son combat pour la liberté (1915-1917), La guerre coloniale au Nord du Dahomey, 2013. Mahamadou DANDA,Niger, une décentralisation importée. Une comparaison avec la France, 2013. Miki KASONGO,Repenser l’école en Afrique entre tradition et modernité, 2013. Lucie Zouya MIMBANG,L’Est-Cameroun de 1905 à 1960. De la « mise en valeur » à la marginalisation,2013. Gaspard-Hubert LONSI KOKO,Ma vision pour le Congo-Kinshasa et la région des Grands Lacs, 2013. Stéphanie NKOGHE (dir.),Anthropologie de la socialisation, 2013. Jean-Claude KANMOGNE TAMUEDJON,Histoire de l’art pharmaceutique latin et de la pharmacie au Cameroun, 2013. P. NGOMA-BINDA,La pensée politique africaine contemporaine, 2013. Stéphane ESSAGA,Droit des hydrocarbures en Afrique,2013. Kouamé René ALLOU,La bourgeoisie municipale d’Afrique romaine, 2013. Lambert MOSSOA,L’appareil éducatif en Centrafrique, 2013.
Jean-Félix MAKOSSO
LES ENJEUXDE LA COMMUNICATION PARTICIPATIVE POUR LE DÉVELOPPEMENT AUCONGO
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02100-3 EAN : 9782343021003
A Ellie Danielle, Noreen Yaelle Tenshi, Odile Makosso Le regard du cœur reste plus profond que celui des yeux.
PRÉFACE Les concepts et pratiques du « développement » ont été depuis leur origine viciés par la recherche d’une panacée. Se sont ainsi succédées des modes comme la planification, l’industrialisation, la révolution verte, la construction des institutions, etc. Chacune, dans sa logique propre, avait certes des mérites, mais manquait sans doute l’essentiel. Les échecs et frustrations qui en ont résulté ont généré plutôt qu’une critique systématique, l’invention de nouvelles formules. Qui, comme toute mode, reprenaient en les mettant au goût du jour, des éléments préexistants, faisant fi du dédain auquel ils avaient été exposés antérieurement. L’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication a sans doute puissamment contribué au succès de la dernière venue de ces manies, la participation. On peut se demander si l’acronyme commun TIC, qui désigne dans les langues latines ces technologies et pratiques, ne serait pas porteur d’un non-dit significatif. Comme si la compulsion communicationnelle pouvait à elle seule compenser toutes les lacunes qui obèrent les multiples facteurs qui conditionnent l’évolution des sociétés humaines. La participation a même été conçue dans le courant de pensée dit« gaullismesocial »en France comme une alternative aux voies dominantes du siècle précédent, capitalisme et socialisme. Pourtant le sens commun laisse bien voir que pour réduire significativement, sinon éradiquer, la pauvreté, il faudrait d’abord que l’on cesse d’exploiter les pauvres. Ce qui aurait pour conséquence malheureuse de ruiner le fonds de commerce de ceux qui vivent de ce procédé comme de ceux qui en combattent les effets. Le paysan du Danube, cher à Raymond Aaron, ne manquerait donc pas de remarquer que « ce n’est pas demain la veille ». La tentative de «tourner la table» que représente l’approche participative dans les actions de développement est certes louable. On peut même espérer qu’à terme, si une 9