Les fondamentaux de la communication pour le développement

De
Publié par

Quarante ans après son avènement, la communication pour le développement (CPD) demeure dans l'air du temps, pour une raison bien simple : elle est liée à la démocratie. Dans cette exploration des fondamentaux de la CPD, le théoricien sera autant servi que le technicien qui réapprendra que communiquer pour le développement, c'est communiquer pour la bonne gouvernance, c'est communiquer pour la justice sociale, c'est communiquer pour la prospérité partagée. Enfin, c'est aussi agir pour qu'advienne le meilleur des changements.
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782336396682
Nombre de pages : 122
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
partagée. EnIn, c’est aussi agir pour qu’advienne le
d’abord été rédacteur à l’Ofice de
Q
Laurent nicet A
AnicetLaurentQuenum
LES FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION POUR LE DÉVELOPPEMENT
Manuel à l’usage des étudiants, enseignants, chercheurs et gestionnaires de projets de développement
LES FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION POUR LE DÉVELOPPEMENT
L’ armattan International Burkina Faso
LES FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION POUR LE DÉVELOPPEMENT
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07932-5 EAN : 9782343079325
2
Anicet Laurent QUENUM LES FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION POUR LE DÉVELOPPEMENT Manuel à l’usage des étudiants, enseignants, chercheurs et gestionnaires de projets de développement L’Harmattan International Burkina Faso
Je dédis cette œuvre à Marie, Raïssa et Bérénice. « Rendre le développement durable, voilà notre principal défi pour l’avenir. La population est au cœur de cet enjeu. La mobilisation des énergies pour l’œuvre humaine, pour améliorer nos conditions de vie, est liée à la commu-nication, ou en d’autres termes à la démocratie, à la parti-cipation, à la diffusion du savoir, de la connaissance, à 1 notre capacité de prendre en charge notre propre futur » .
1  Gro Brundland, Premier Ministre de Norvège et Présidente de la Commis-sion mondiale de l’environnement et du développement.
INTRODUCTION
Dans la grande famille de la communication se côtoient des acteurs aux profils variés, mais complémentaires: journalistes, communicateurs institutionnels, conseillers en communication organisationnelle, attachés de presse, pu-blicistes et communicateurs pour le développement. Cette dernière catégorie de professionnels de la communication n’est apparemment pas la plus en vue, la plus sollicitée et le présent ouvrage viennent comme pour leur rendre hommage et valoriser leur précieuse contribution à la réus-site des projets et programmes de développement en Afrique et partout ailleurs. Puisse la communication pour le développement (CPD) gagner en lisibilité et trouver un positionnement plus élo-gieux dans les programmes de formation en communica-tion de nos instituts et universités. Mais évidemment, un tel plaidoyer ne peut qu’aller de pair avec la disponibilité d’une offre de formation de qualité en la matière. Autant le dire, la publicité et le rayonnement de la CPD incombent avant tout aux spécialistes qui en assurent la diffusion soit par l’enseignement, soit par la pratique qu’en font les ma-nagers de projets. Pendant longtemps, le souci affiché par les gouvernants (y compris sous les régimes à parti unique) de faire parti-
ciper les communicateurs à l’éveil des consciences et à leur faire jouer un rôle de courroie de transmission des politiques publiques a laissé croire que la communication pour le développement pouvait être mangée à toutes les sauces. Un journaliste-fonctionnaire en mission de mobili-sation voire de persuasion du peuple en faveur de réformes (économiques, sociales, éducatives, sécuritaires, agricoles, urbanistiques…) engagées par le pouvoir pouvait alors se croire investi d’un mandat de communicateur pour le dé-veloppement. Cette perception idéologique de la part de décideurs en mal de propagande semble correspondre à une version caricaturale sinon rétrograde de la CPD au regard de sa vraie vocation qui a plutôt partie liée avec la démocratie participative. Même quand les intentions au-raient été similaires et toutes dans l’intérêt apparent du peuple, la démarche et les outils ne se valent guère. Au regard de sa portée pédagogique et de son contenu didactique, le présent ouvrage trouve une juste place dans la catégorie des manuels, mais il va bien au-delà en s’attardant sur bien des aspects conceptuels qui alimentent une réflexion de fond sur la communication pour le déve-loppement. Ainsi, pour les débutants ou jeunes étudiants, cette œuvre offre de précieux rudiments pour faire leurs premiers pas dans cet univers de la CPD en même temps qu’elle apporte des outils d’actualisation et d’appro-fondissement de connaissances aux experts et autres cher-cheurs déjà rompus à la tâche. Loin d’ébranler leurs certi-tudes, il s’agit plus utilement d’éveiller chez les uns et les autres, la capacité de re-interroger les pratiques actuelles en matière de communication pour le développement et de l’enrichir au besoin de paradigmes plus innovants.
8
En attendant, l’accent est mis à travers cet ouvrage sur la méthodologie d’élaboration d’une stratégie de commu-nication pour le développement. Toutes les séquences du processus y sont exposées et illustrées, accompagnées par endroits d’exercices pratiques pour les besoins d’une autonomisation progressive de l’apprenant. Evidemment, la CPD est à la fois une démarche et une technique qui a ses exigences et ses subtilités et celles-ci s’estompent na-turellement par l’apprentissage, l’engagement et la pra-tique. Le vieil adage reste d’actualité : « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ». Cela vaut pour les futurs ex-perts en CPD ; en s’y exerçant, les frontières du savoir se verront défiées pour que s’installent durablement les bons réflexes, les aptitudes et les compétences requises. Bienvenue donc au club des communicateurs pour le développement !
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.