Les Guinéens de Dakar

De
Publié par

L'étude de la migration guinéenne à Dakar est un exemple de mouvements socio-géographiques importants qui ont eu cours en Afrique de l'Ouest depuis la période précoloniale. Les bouleversements post-indépendance ont conféré une tournure nouvelle au sein des populations impliquées dans ces migrations. Le cas des migrants guinéens n'échappe pas à la règle : relative inégalité de développement entre les pays, perception individuelle et collective des opportunités économiques, sociales, culturelles voire politiques de l'espace sous-régional ou régional.
Publié le : mardi 1 décembre 2009
Lecture(s) : 282
EAN13 : 9782296230248
Nombre de pages : 181
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A ma grand mère,Aminata Camara qui,
mamain dans samain, m’a conduitàl’école.

/jhhZcm_

Introduction ...................................................................................
Les techniquesd’enquête ..............................................................
Tirage de l'échantillonetpland'enquête...................................
1°)Constructionde l'échantillon ..............................................
2°)Pland'enquête .....................................................................
L'enquête proprementdite ........................................................

11
18
20
20
21
22

CHAPITRE I
Aperçuhistorique etdémographie de l'immigration ..................... 25
1°)Historique............................................................................25
2°)Aspects quantitatifset structuresdémographiquesde
1'immigration............................................................................ 28
Aspects quantitatifs................................................................... 29
Structuresdémographiques.......................................................31
a)Larépartition parâge de lapopulationdomiciliée ...............31
b)Sex-ratioetl'étatmatrimonial .............................................. 33

CHAPITRE2
Motivations, formes, modalitéset nature de lamigration
contemporaine ...............................................................................
Lamigration saisonnière...........................................................
Lamigration temporaire ...........................................................
Lasédentarisation .....................................................................
L'origine desmigrants...............................................................
Lesmodalitésde l'émigration ...................................................
1)Mesurespolitiques................................................................
2)Mesuresadministratives.......................................................

39
46
47
50
54
56
56
56

CHAPITRE III
Lesactivitéséconomiques.............................................................61
Considérationsgénérales..........................................................61
Lescatégoriesprofessionnellesaudépart.................................61
Lesactivitéséconomiquespratiquéesà Dakar.........................62

1)Lapratique ducommerce .....................................................
a)Lecommerce de la contrebande ...........................................
b)Lecommercerégulier surlaplace dumarché ......................
Lecommerce des vivres...........................................................
1)Lavente desfruits................................................................
2)Lesignames..........................................................................
3)Leslégumes..........................................................................
4)Laviande, le poisson ............................................................
Lecommerce de la Cola...........................................................
Lecommerce ducharbon..........................................................
Lesdomestiquesoules travailleursde maison .........................
Lesalariat urbain ......................................................................
1)Lesalariatindustriel .............................................................
2)Lesfonctionnaires................................................................
Les travailleursindépendants....................................................
Étudiantsetélèves,chômeursetautresinactifs........................
1)Lesétudiantsetélèves..........................................................
2°)Sous-emploi etchômage .....................................................
Conditionsgénéralesd'emploi etproblèmesdetravail.............
Groupesethniquesetpratiqueséconomiques...........................

63
63
64
64
64
65
65
67
68
69
70
72
72
74
75
76
76
79
83
87

CHAPITRE IV
Degré deréussite dansle paysd'accueil etconditionsdevie
desmigrants.................................................................................. 91
1)Réussite dansle paysd'accueil ............................................. 91
2)Conditionsdevie etpersonnesà charge............................... 93
a)Le problème de logement..................................................... 94
b)Lespersonnesà charge ....................................................... 100
c)Les visites........................................................................... 101

CHAPITRE V
Leslienséconomiquesetles relations socialesavecle pays
d'origine....................................................................................... 105

CHAPITRE VI
Adaptationàl'environnement social etculturel ..........................
1)Niveaud'instruction............................................................
2)Lesfaitsde langue ..............................................................
3)Leshabitudesacquises.......................................................

8

109
109
111
114

4)Les relationsdu voisinage .................................................. 117
5)Les sentimentsmutuels....................................................... 127

CHAPITRE VII
Laviesociale, politique etculturelle desGuinéens.................... 131
Organisationspolitiques......................................................... 132
a)LescomitésP.D.G. ............................................................. 132
b)L'opposition politique......................................................... 134
Lesgroupementsetassociationsd'entraide ............................ 135
1)LeKaloum .......................................................................... 136
2)Le"Lâba"deFithMith....................................................... 137
3)LesoriginairesdeLabé etdePita....................................... 137
Organisations syndicales......................................................... 141
Lavieculturelle ...................................................................... 142
L'engouementpourle folkloresénégalais.............................. 144

CHAPITRE VIII
La communauté nationale guinéenne.......................................... 149
Le faitnational guinéen .......................................................... 150
Prise deconscience dufaitnational guinéen .......................... 153

Conclusion .................................................................................. 159
Annexe
Questionnaire de l'enquête générale............................................ 163

Bibliographie............................................................................... 175
I.Ouvragesetarticlesgénéraux.............................................. 175
II.LesmigrationsenAfriqueauSud duSahara..................... 177
III.Indications surlesmigrationsentre leSénégal
etla Guinée ............................................................................. 180
IV.Démographieurbaine et statistiquesdesmigrations........ 180
V.Politique économique etemploi danslespaysaffectés
de migrations.......................................................................... 181
VI.Structures socialesdesethniesmigrantes......................... 182
VII.Ouvragesetarticles spéciauxtraitantde l'urbanisation,
deschangements sociauxetculturels, de l'intégration............ 183

9

~iomj^p]ocji

Dakar, métropole de l'AfriqueOccidentale francophone, est un
véritable"melting pot" àpopulation d'origine diverse.Pourpeu
qu'onse livreàl'inventaire humain decetteville, on estfrappé par
le grand nombre d'ethniesetde nationalitésauxquelles ses
habitantsdéclarentappartenir.Auxgroupesethniques sénégalais
1
(Wolof,Lebou,Sévère,Diola,Toucouleur,Manding, etc.)
s'ajoutentdeséléments venusde l'ex-A.O.F. (Dahoméens,
Togolais,Voltaïques,Maliens,Mauritaniens,Guinéens) puisCap
Verdiens,Français,Levantins(Libano-Syriens).
Cette diversité d'origine ethnique etgéographiquerévèle
l'importance dumouvementmigratoirequiaffecte l'agglomération
dakaroise.Déjà, lesondage démographique effectué ilyaune
dizaine d'annéesavaitmontréquechezlesadultes, laproportion
desoriginairesn'atteignait que lequart.LeSénégal fournissait 34
% de l'ensemble desimmigrants ;presque lereste (3/4) provenait
desautrespaysafricains.
Actuellement,Dakarexerce plus que jamais uneattraction
considérable nonseulement surlespopulationsintérieures
sénégalaises, maisaussisurcellesdesEtatsimmédiatement
voisins.Son"hinterland"humain, débordantlecadre national,
concerne précisémentla Guinée, la Mauritanie etleMali,tantpar
l'importance numérique des ressortissantsdecespays que parcelle
desactivitéséconomiquesauxquelles se livrentcesnationalités
immigrantes.
En dehorsduSénégal, la République deGuinéeviententête
parmi lespaysafricains;fournissant, de groscontingents
d'immigrants.C'est surtoutaulendemain desindépendances que
l'immigration guinéenneà Dakarestapparuecommeun
phénomène d'uneampleur sansprécédent.Pendantlapériode
coloniale, il existaitbiensûr un mouvementinter-territorial de

1
Lombard (J.).Connaissance duSénégal, fascicule 5:«Géographie humaine ».
C.R.D.S.,Saint-LouisduSénégal, 1963.

population, maisil n'étaitpaspourautant significatif.Tout
paraissaitalorsnormalâplusd'untitre:d'une part, lesbarrières
douanièresetlesfrontières territorialesn'étaientpasaussi
rigoureuses qu'elleslesontaujourd'hui;d'autre part,
l'administration fédérale procédait-àtortpuàraisonâdes
déplacementsdecadrescivilsetmilitairesauniveaudeshuit
colonies queréunissaitl'A.O.F,Ainsis'explique en partie la
présente d'anciennescoloniesguinéennes: à Dakar.Mais si,après
l'indépendanceacquiseàlasuite du vote"négatif"du28septembre
1953,quelques ressortissantsGuinéensavaientchoisi derentrerau
pays, nombreuxétaientceux qui préféraient resterà
Dakar.Peutêtre parceque l'Etatguinéen ne présentaitpasàleurs yeux
suffisammentde garantie en égardàlasituationsocialequ'ils
avaientdéjà acquise oualorsparcequ'ilsétaientopposésàla
politique duPrésidentSékouTouré.Aujourd'hui, l'onassisteàune
recrudescencesensible des ressortissantsguinéensnonseulement
danslesprincipauxcentreséconomiquesduSénégal maisaussi
danslespayscomme la Sierra Leone?la Côte-d’Ivoire etleLibéria.
AuSénégal, l'immigration guinéenne estde naturesurtout
urbaine.Biensûr, elle n'estpaslimitéeà Dakar,Kaolack,Thiès,
etc.;lesGuinéensarriventaussi périodiquementdanslazone
arachidière du secteuroriental (terresneuvesdufrontpionnier)
pour y travailleraucompte desexploitantsagricolesSénégalais ;
maiscette immigrationrurale estde plusen plusabandonnéeau
profitde lamigrationurbaine.Celle-ci estde loin laplus
importante etc'estpourquoi nousnouslimiteronsàl'étude du
groupe deDakar.
*
* *
Lamigration est un phénomènesocialtotal.Son étude,
lorsqu'elleseveutexhaustive,requiert une méthode d'analyse par
"paliersen profondeur";c'estdirequ'en premierlieunous
partironsdesconsidérationsde morphologiesociale en particulier,
de l'aspectdémographique,quantitatif.
L'importance numérique desguinéensà Dakarest un fait.Pour
s'enapercevoir, ilsuffitdese promenerdansles quartiers, dansles
rues, de fréquenterlesmarchés, le port, ladevanture descinémas
populaires,bref! d'observerlespectacle de laviequotidienne de

12

ceuxlàquiviennentà Dakar.Maisil estdifficile,voire impossible
de préciserexactementleurnombre.Ilauraitfallufaireun
recensementcomplet, exhaustif, maiscelaestmatériellement
impossible.
Parailleurs, l'absencequasi-totale destatistiques(officielleset
privées) défietoutetentative d'estimation.Les sources
d'information ontété inventoriées, depuisleServiceOfficiel des
StatistiquesDémographiquesjusqu'auxorganismesprivésde
recherche.Nulle part, nousn'avons trouvé desdonnées
significatives susceptiblesd'êtreutiliséesàdesfins scientifiques.
Unrecensementde lapopulation dakaroiseaétéréalisé dansles
années1955-58, maisles statistiquesconcernantlesAfricainsnon
Sénégalais sontdisparates, insuffisantes,voire inutilisables ;les
recenseursn'ontpasfait, le plus souvent, de discrimination entre
Guinéens,Maliens, etc.Lasimple énumération desgroupes
ethniquesnesuffitpas, d'autant qu'ilarrive fréquemment qu'une
même ethnieappartienneàplusieursEtats ;tel estlecaspar
exemple desfrontaliersConiagui etBassari, puisdesPeul donton
neconnaîtpas toujoursle paysd'origine.Al'ambassade deGuinée,
nousavonspriscontactavecleConsul, maisles98%des
immigrantsn'y sontpasenregistrés.C'estdoncdireque
l'immigration estclandestine.
Pourpalliercesinsuffisances, nousavons tentéànotretourde
procéderàunrecensementbasésurlechoixd'uncertain nombre de
quartiers-testsoudesecteursde l'agglomération dakaroise.Certes,
dansce milieu urbain, larépartition desmigrantsn'estpasprécise
et uniforme, maisles résultatsauxquelsnous sommesparvenusont
permisd'estimerlapopulation guinéenne etdetirer un échantillon.
Nous y reviendrons.
S'il estprouvésurle plan démographiqueque l'immigration est
effective,comme nousleverronsparlasuite, ilconvientdese
demander quelles sontlesmotivations qui lasous-tendent.
Pourquoi lesindividusetdesgroupesentiers s'engagent-ils si
nombreuxdans unetelleaventure?Telle estlaquestionàlaquelle
l'enquête effectuées'efforce de livrer uneréponse.
*
* *

13

Maisil nes'agitpas seulementdeserendrecompte du
déplacement spatial deshommes ;il importeaussi et surtoutde
savoircequ'ilsfontdanslaphase post-migratoire.Lesactivités
économiquesetautresoccupationsprofessionnellesexercéesau
paysd'accueil ontdoncretenunotreattention.Lespratiques
économiques sontcertainement un desaspectslesplusintéressants
desfaitsde migration,carellesmontrentdans quelle mesure ilya
intégration ounon deceux quiviennentdansl'espoirdetrouver
unevie d'abondance.
Pourtant, la République deGuinée estgénéralementconsidérée
comme potentiellementplus richeque leSénégal.Ils'avèrequ'en
fait, elleaccuseuntauxdecroissance économiquesemblableà
2
ceuxdesautrespaysde l'ex-A.O.F. .
Maisnotretravail neconsiste pasàdresserlebilan économique
despaysaffectésde mouvementsde population.
Latachequi nousincombeconsisteàdégagerles raisons
objectivesde départetde fixation desmigrants.Sure le plan de
l’emploi, ilconvientd’apprécierl’importancequantitative et
qualitative de lamain-d’œuvre guinéenne disponibleà Dakar,
résultantde lamigration.Alire les textesduhuitièmecongrèsdu
PartiDémocratique deGuinéetenuà Conakryenseptembre 1967,
de nombreuses unitésindustriellesauraientétéconstruites,sans
compterlamise envaleurdes richessesminières(bauxite, fer,
métauxprécieux).Cesnouvellesréalisations seraientdestinéesà
satisfaire lesbesoinscroissantsdesmassesenbiensde
consommation, maisaussi pourcréerdesemploisnouveaux.
Depuisl’indépendance, deuxplansde développementéconomique
et social ontétésuccessivementdéfinisetmisenchantier:un plan
triennal parvenuàterme en juillet1963et un planseptennal
ordonné pourlapériode de 1964– 1971;cesplansdevaient, dans
l’espritdesdirigeantsguinéens,consacrerde manière décisive
l'entrée de l'économie dupaysdanslaphase d'industrialisation;les
orientationsconçuesavaientaussi pourfonction d'augmenterla
production nationale et rétablirla balancecommerciale déficitaire.
On ne peutdoncdire,contrairementà ceque l'on pourrait
croire,que lesGuinéens viennentâ Dakarparmanque d'emplois

2
SamirAMIN.L'Afrique de l'Ouestbloquée,Paris,Minuit, 1971, 111-121PP.

14

dansleurpaysd'origine;l'offre d'emploisenréalité estplusélevée
3
enGuinéequ'auSénégal .Le paradoxe,c'est queceteffortde
redressementde lasituation économique nesemble pas retenirles
hommes.Dèslors, ilapparaîtclairement que le problèmesesitueà
unautre niveau.
La causequi nousparaîtfondamentale estla création, depuis
mars1960, d'unezone monétairespécialeàla Guinée.Apartirde
cette date, lespopulationsdece pays souffrentd'un manque
chronique debiensdeconsommationcourante:la contrebande, le
traficfrauduleuxdesproduitsdestinésaumarché intérieur, la
haussescandaleuse desprixachèventd'aggraverlasituation.Cet
étatdechoseaengendrécheznombre deGuinéensle goûtde
l'aventure,avecl'espoirdetrouverailleurs unecondition devie
plus tolérable etmoinsmalaisée.OrDakar,ville d'accueil,
jouissantencore desonrenom de métropole ouestafricaine,ases
possibilitéset seslimites.
Il fautdoncs'attendreàdesproblèmesd'adaptationsusceptibles
dese poseràtoutmigrant.Et, encequiconcerne leGuinéen, on
peut se demandercommentcesproblèmes sont résolus.
*
* *
Faceauxdifficultésaveclesquellesils sontconfrontés, les
Guinéensont-ilscréé desassociationsen guise derempart social?
Comment sont-ilsorganisés ?Nous sommesaucœurde laréalité
sociale.Toutgroupesocial,quelqu'ilsoit,réagitàsamanière et
faitpreuve d'initiative pour répondreàunesituationspécifique.Les
organisations sociales,culturellesetpolitiques sontdesinstances
que privilégie l'analysesociologique.
*
* *
Parallèlementauxstructuresd'accueil misesen place,
fonctionnantenvue de perpétuerl'identitécollective et renforcer

3
L'exploitation desrichesses vivesde la Guinéerequiertdu resteuneabondante
main-d’œuvre (qualifiée et subalterne).Conscientdecette exigence, lePrésident
SékouTouréàmaintesfoisdéclaréque lesAfricainsdésireuxdes'installeren
République deGuinée neseront soumisà aucune formalité de naturalisation et
qu'ilspeuventaccéderauxplushautesfonctionsnationales.

15

les solidarités, laminorité guinéenne immigrée n'estelle pas
façonnée parlesinstitutionsculturellesde lasociété globale dans
laquelle ellevit ?Lesmigrations sont un facteurde dynamismes
sociaux; entant quetelles, ellesintroduisentdeséléments
nouveauxdanslapersonnalité debase desprotagonistes qu'elles
amalgamentavecla communauté nationaleautochtone.Dans une
telle perspective, l'examen desmodificationsdanslecomplexe
socio-culturel desmigrantsestalorsduplushautintérêt.
*
* *
Enfin,si lesgroupes sontouvertsles unsauxautres tant soit
peu, dans quelle mesure peut-on parlerde l'intégrationsociale des
deuxcommunautés, l'une nationale, l'autre juridiquement
considéréecomme étrangèresEnun mot, les relations sociales
entreautochtonesetimmigrés s'établissent-elles surdesbases
nouvelles ?
Laquestion estcomplexe.Pour y répondre, ilyalieude
prendre enconsidération le paradoxesuivant:lanation guinéenne
toutcomme lanationsénégalaiseseconstituesurla base du
regroupementd'ethniesdifférentes sous uneautorité politique
centrale.Ce fondement sociologique est-il déjàsuffisamment
homogène pourparlerdecommunauté nationale?Il nous semble
que lesethnies sontassezouvertesles unesauxautrespour que
l'hétérogénéitéapparente nesoit un freinàlaformation des
sociétésdetype nouveau.
Or,cette dispositionsetrouveaccentuée en particulierdansla
capitale oùles unitésethniques serestructurenten fonctionàlafois
de leursdynamismespropresetdes réalités urbaines.Danscetélan
dechangement, lesmigrantsd'origine interne etexterneacquièrent
descapacitésindividuelle etcollective pour:
1°) faire faceaux tensions
2°) fonderetorganiserle jeu socialsurplusd'échange etmoins
de défense.
Il enrésulte pour unetellesociétéurbaine,uneréelle prise de
conscience de l'unitéafricaine.C'estle lieude direquec'estàpartir
de la base,c'est-à-dire desmasses,quecetteunitéseraeffective.

16

*
* *
Danscetravail, nous sommesguidésavant toutparlesnormes
de larecherchescientifique,cequi estévidemment unetâche
ardue,surtoutlorsqu'onse propose d'étudier sapropresociété.Le
dangerdu subjectivisme peutêtrecependantévité pourvu que l'on
s'entienneàlaréalité,àlasignification intrinsèque desdonnées.
Cette étudeaborde des questionsàlafoispratiqueset
théoriques.En égardàlapolitique d'intégrationsous-régionale
entre lesEtats riverainsdufleuveSénégal, on neconnaîtencore ni
l'ampleurdesmigrationsinternationales qui ontcours, ni lanature
etlaportée desdynamismes sociaux quecesmigrationsentraînent.
Le déclenchementdesfluxmigratoireset
sesimplicationsdémographiques, économiquesd'une part, le mécanisme
d'apparition deséquilibres sociauxnouveaux,voire des tensionsou
crisesd'autre part,toutcelanetraduit que desmomentsd'une
profondetransformationsociale.
Ladémarchesuivieseveutconcrète, précise.On peut rétorquer
qu'il nes'agitlàque de lasociologie objective.Maisl'objetdecette
science n'est-il pasde découvrirlaréalitésociale?En général, les
études surlesmigrations sontle plus souventcommandéesparles
nécessitéséconomiqueset sociales.Dece fait, elles sontforcément
empiriques:onaboutitàune monographie plutôt qu'àune étude
théorique,comparative.
Seulementlesouci de faire de larechercheappliquée n'exclut
pascelui de larecherche fondamentale et viceversa.

17

Les techniquesd’enquête

Lechoixd'unetechnique d'enquête est toujours un problème en
matière d'investigationsociologique.Aproposde
l'échantillonnage, ladifficultéréside devantl'alternativequevoici:faut-il
procéderparlaméthodealéatoire ouparlaméthode des"quotas" ?
Qu'ils'agisse de l'une oude l'autre, ellescomportent toutesdes
avantagesetdesinconvénients.
Enthéorie, ladétermination de l'échantillon parle procédé
probabiliste estd'unerigueur scientifique indéniable.En effet, les
calculs statistiquespermettentde mesurerlareprésentativité de
l'échantillon.
De fait,unetelle méthode estimpossibleà appliquerici pour
des raisons suivantes:
Toutd'abord, lesGuinéensnesontpas uniformément répartis
dansles quartiersdakarois,cequi, évidemment suppose des
distorsionsdansladistribution de lapopulation.Letirage desîlots
ne peutêtre opéré doncvalablement.De même,Dakarcomporte
des secteursnon lotispourtantdensémentpeuplés ; si la Médina a
une populationrelativement stabilisée, il n'en estpasde même pour
les quartiersflottantsdeColobane,KipCoco,AngleMousse,
Wakhinane, etc.Or,c'estprécisémentenceslieuxoù setrouvent
lesplusfortesconcentrationshumaines.
Parailleurs, lapopulation des quartierspopulairesdeDakarest
extrêmementmélangée; souvent, il estmalaisé de distinguer
l'autochtone deceluiqui ne l'estpas.Cette difficulté du tri des
ethniesetlieuxde naissance ôte encore plusdechanceaux sujets
de l'échantillon d'êtretouchésparl'enquête.
Comptetenudece handicap, ilauraitpeut-être falluprocéder
par sondageà "plusieursphases"ou à "plusieursdegrés".Mais une
telle méthode nous auraitmenétrop loin.Nousn'avionsni les
moyensmatérielsni letempsnécessaire pouradopterdes
techniquesaussicoûteuses.

18

*
* *
Nousavonsdonc adopté laméthode des"quotas",certesmoins
rigoureuseque laprécédente, maislasimplicité etlarapidité des
opérationsl'imposaient.
Cependant, dèsle départ, desdifficultés sesontprésentées:la
population guinéenne estinconnue.Il nousafallueffectuer un
recensement systématique dans sept quartiersde dimensions
réduites ;prèsde 11.000personnesontétéainsi dénombréeset
4
repartiescommesuit.

ARRONDISSEMENTS

er
1

e
2

e
3
Totalrecensé

QUARTIERS

-Plateau
-Niayes
Thioker
-Rebeuss
Abattoirs
Santiaba
Colobane
-Nimjatt

Nombre de personnes
recensées
H FTotal

2228

7128

1383
10739

Ceschiffresont servi debase pourletirage de l'échantillon;ils
sontcertainement sousestiméspar rapportàlapopulationréelle en
e
cesens que le dénombrementn'aeulieu que dans unquartierdu 3
arrondissement,trèspeuplé maispeu urbanisé.Lerecensement
donneunesimple indication.Nous verronsparlasuitecommentil
aété possible d'estimerle nombre deGuinéensà Dakar,àpartirde
cesdonnéeschiffrées.
*
* *

4
Les quartiers recensésontétéchoisisàpartirdu sondage démographique de
Dakaren 1960-61.

19

:cmZa_ ^_ f"0]bZiocffji _o kfZi ^"_ilp2o_

2E8;jinomp]ocji ^_ f"0]bZiocffji
Un modèleréduitde lapopulationrecenséeaétéconstruiten
fonction detrois variables:l'âge, lasituation matrimoniale,
l'occupation professionnelle ouactivité économique.Lavariable
sexeaété exclue parceque lamigration estavant toutl'affaire des
hommes ;cesderniers seulsontété doncinterrogés.Surle plan
ethnique, l'enquêteauraitpuconcerner seulementlesPeuls quisont
en nombre nettement supérieur ;maisilsformentenquelquesorte
unesociété globaleaveclesautresgroupes socio-ethniquesde
même provenance.
Or, nousavonschoisiquatrecentpersonnes,représentant une
population dontl'âge minimum estdevingtet unans.Lecalcul des
5
proportionsdesdifférentes stratesdonne en définitive les résultats
suivants:
Proportionsdes
VariablesStratificationspersonnesà
interroger
21à30ans 209
Age31à40ans139
41etplus52
Total 400

Situation
matrimoniale
Total

catégories
socioprofessionnelles

Total

Célibataires 240
Mariés160
400
commerçants(ycomprisles
106
charbonniers)
Personnel domestique (boys,
cuisiniers,blanchisseurs,
59
jardiniers)
Salariés(industriesetbureaux) 71
Travailleursindépendants
71
(artisans,agriculteurs)
Inactifs(étudiants, hospitalisés,
vieillards,retraités, pensionnaires, 93
visiteurs,chômeurs, etc.)
400

5
Chaque proportion estélevéeaucoefficient50.

20

Le nombre devariablesest volontairementlimité pourfaciliter
leurcombinaison etl'établissementdes quotas.

=E8 mfZi ^"_ilp2o_
L'enquêtesurleterraintientcompte de l'importance du
peuplementguinéen danschacun desarrondissementsdéjà
indiqués.
Enconséquence, les quotas suivantsontété fixés:
Arrondis-NombreStratification desQuotaspour
sementsd'interviews variableschaquestrate
21-30 21
31-40 14
41 etplus5
Mariés16
1er secteurdu
Célibataires 24
-Plateau
Commerçants11
-Rebeuss40
Personnel
-Niayes
6
domestique
Thioker
Salariés 7
Travailleurs
7
indépendants
Inactifs9
21-30 63
31-4042
41 etplus15
Mariés48
2eMédina Célibataires 72
(Colobane,Commerçants 32
120
Santiaba,
Personnel
18
Abattoirs)
domestique
Salariés 21
Travailleurs
21
indépendants
Inactifs 28
3eGrand240 21-30125
Dakar 31-4084
(Nimjatt)
41 etplus 31
Mariés96
Célibataires144
Commerçants 63

21

Personnel
domestique
Salariés
Travailleurs
indépendants
Inactifs

35
43
43
56

Ladivisiontripartite deDakarestmotivéebeaucoup plusparle
souci desimplifierlatâche desenquêteursetlecontrôle.Ces
raisonspratiquesontpermisdeconduireà bien lesopérations sur
leterrain.
*
* *

@"_ilp2o_ kmjkm_h_io ^co_
Toute enquêtesystématiquesupposeune période exploratoire.
Lapréenquête en estladémarche essentielle.Letemps que nous
avonsconsacréà cette étape préliminairecomprend deuxprisesde
contactavecleterrain:l'une en 1967, l'autre en 1969.Al'aide d'un
guide d'entretien,certaines questionsinsoupçonnéesont surgi et
l'orientation des recherchesenaétéquelque foismodifiée.
Letestdu questionnaire élaboréarévéléunetrèsgrande
disponibilité desenquêtes ;il est vraique la conjoncture politique
auraitpu,à certainsmoments,compromettre le déroulementdes
6
travaux; maiscetobstacleaétésurmonté parlafacilité de la
7
communication , l'assurance prodiguéeàl'enquêté pourlerendre
confiantetcoopérant.Enfin, la communauté guinéennes'est
vivementintéresséeàl'étude.
8
Danslapratique, lequestionnaire postérieurementlibellé
comporte des questionsde plusieurs types qu'ilaété possible de
combineretd'agencer.Surcettebase, lesinterviewsontété

6
Le22novembre 1970,une"agression portugaise"estperpétréecontre la
République deGuinée.Il découladecetévénement uneagitationqui défiait toute
entrepriseauprèsdescollectivitésguinéenne.
7
L'usage faitdeslangues soussou,Pular,Malinké,accessoirementWolof et
français,adissipé lesappréhensions résultantd'unecoïncidence inopportune des
événementsde novembre.
8
Voirenannexe le libellé du questionnaire.

22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.