Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Les Langages du corps en relation d'aide

De
176 pages
Il n'est pas toujours facile d'identifier les émotions subtiles d'autrui et nous avons rarement conscience de nos propres signes corporels. Pour cette raison, toute une « dimension cachée » de la communication émise, reçue ou mutuellement construite risque de nous échapper.
Des modalités de l'expression, comme le regard, la voix, la posture, les mimiques, configurent un second message. Elles peuvent même devenir le message profond dont les mots ne révèlent alors qu'une face officielle. Ce type de communication, encore plus ambiguë que les mots, influence pourtant notre inconscient.
L'ouvrage illustre cette signalétique propre au quotidien, mais qui s'exprime aussi dans le contexte du care et de l'empathie : relation d'aide, de soin, thérapeutique ou de conseil La fonction expressive du corps dans les interactions est ainsi précisée sous un éclairage rigoureux et clairement à l'écart de certaines impostures interprétatives.
Commencer par prendre soin du mental d'autrui grâce à une certaine intelligence émotionnelle qui respecte ses aspects et représentations déformées par la souffrance, c'est déjà une façon de l'aider. Tel est le parti pris de cet ouvrage qui se révélera donc très utile à tous les professionnels de l'aide et du soin.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Guy Barrier
Les langages du corps en relation d’aide
La communication non verbale audelà des mots
Directrice éditoriale : Sophie Courault Responsable éditoriale : Sylvie Lejour Coordinatrice éditoriale : Maud Taïeb Lectrice – correctrice : Laurence Petit Maquettiste : Myriam Dutheil
Illustration de couverture tirée d’un article de M. Katsikitis et M. Pilowsky, « A study of facial expression in Parkinson’s desease using a novel microcomputerbased method », Journal of Neurosurgery and Psychiatry, 1988.
© 2013, ESF éditeur SAS Cognitia 20, rue d’Athènes 75009 Paris
ISBN : 9782710132233 www.esfscienceshumaines.fr
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 1225, 2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non desti nées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple ou d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite » (art. L. 1224). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Table des matières
Introduction7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1. L’apparence, la parole et le regard en entretien  Comprendre l’interaction pour s’ajuster  et mettre en confiance9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’attente et l’accueil : des espaces, des temps et des impressions 9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les apparences mutuelles :  codes vestimentaires, styles de présence corporelle… 16 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accueil de la personne et le style de directivité 22 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les questions et les gestes, des alliés pour interagir 26 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La fonction de lien et de réassurance du regard :  quand l’ordinateur lui fait écran 29  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ordinateur, une tierce partie dans la relation duelle ? 36 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 140  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. La sémiologie du corps dans les interactions  Comprendre les émotions à partir d’études expertes41 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . À quoi servent les microexpressions du visage ? 41 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des signes, des maux, plus parlants que les mots 45 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La voix, une musique de la relation, pour qui sait l’écouter 50 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Détecter le ralentissement expressif,  un des signes d’alerte de la dépression 53 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quels signes trahissent l’embarras, la culpabilité, la tension ? 59 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les yeux : que reflètentils réellement de nos émotions et pensées ? 62 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les machines à interpréter les mouvements de l’âme 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 273  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
Les langages du corps en relation d’aide
3. Surcharge émotionnelle  et juste distance thérapeutique  Prendre soin de soi pour prendre soin d’autrui75 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le « burn out ? » : une métaphore opaque pour ne pas parler des émotions 75 . . . . . . . . . La demande de disponibilité et le temps qui glisse : signes associés 78 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mise à distance indirecte d’un tiers et duplicité du signe corporel 82 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ironie, une couche d’interface entre le dire et le nondire 85  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La honte, une blessure narcissique 89 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le surmenage au chevet des soignants et des thérapeutes 92  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La blessure au contact de la souffrance d’autrui 97 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 3103  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4. L’empathie, une « proximité à distance »  Comment expérimenter les états mentaux d’autrui105 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Soimême comme un autre » – résonance motrice  et réaction synchrone 106 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De l’empathie à l’inférence, vers l’interprétation 109 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Compassion, compatir : comprendre ou porter la croix ? 111 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Plutôt « empathiser » ou coacher ? 116  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’alliance thérapeutique, une influence qui se négocie 120 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’empathie à l’épreuve du désarroi 122 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 4129  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5. Téléprésence et rôle du corps  Comment communiquer aide  et présence à travers la distance ?131  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le soignant devraitil soigner sa communication ? 132 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Aider, soigner et communiquer à distance. Vous avez dit distance ? 134 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le corps comme autoréférence, une signalétique à ne pas rayer 139 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La télépsychiatrie, un usage moins controversé 142 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelle visibilité pour les signes d’attention et d’accordage affectif ? 146 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cybercoaching, robot affectueux… des modèles d’interaction pour demain ? 154 . . . . . .
Références du chapitre 5158  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
Table des matières
6. Le geste d’écrire,  une modalité expressive et cognitive  Une trace corporelle à interpréter avec prudence159 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’écriture et le développement de la personne 159 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des variations de tonicité, d’humeurs ou d’identité 162 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphonomie plutôt que graphologie 165 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dépression et troubles, trace des pathologies et de leurs traitements 169 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 6177  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7. L’humour, le rythme et l’artthérapie  Des antidotes du stress à utiliser sans modération179 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’onde du rire et le tonus physique 179 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les vertus thérapeutiques de l’humour 182  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’humour sur la scène thérapeutique 186 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La musique, une modalité expressive et thérapeutique 190 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un chant pour le cerveau et un champ d’étude  pour les neurosciences : rythme et catharsis 197 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références du chapitre 7203  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion205 ................................................................................................................................
5
Introduction
La plupart des ouvrages sur l’entretien interpersonnel et la relation d’aide font assez peu de cas de ces signes corporels qui modifient le sens de la relation (sans que les acteurs en soient toujours conscients), mais qui structurent ce que l’écolede Palo Alto a nommé : le « contexte ». Parmi les pratiques dont nous analyseronsla communication, la relation psychothérapeutique, le soin, le coaching, l’accompa gnement et certaines formes de conseil ont ceci en commun de passer par une relation d’aide. D’ailleurs, le terme de « thérapeute », ou personne qui aide à guérir, désignait étymologiquement le serviteur, ce qui devrait donc aujourd’hui qualifier aussi bien les professionnels de santé, que les guérisseurs de la psyché. Ce mot révélait ainsi une dimension éthique et même sacrée du soin, avant que le corps et l’esprit ne soient 1 culturellement séparés . Une autre illustration de cette communauté d’éthique partagée par différents acteurs est le terme anglosaxon decare(se soucier d’autrui) : il désigne la sollicitude qui anime en commun les professionnels du travail social, de l’aide, de la santé, de l’accompagnement, bref de tous ceux qui prennent soin des autres comme l’exprime ce mot.
Les phénomènes de résonance mimétique jouent un large rôle dans ces relations singulières et très marquées par l’intersubjectivité. Les spécialistes de la relation n’y échappent pas, ainsi par le biais de phénomènes en miroir, tel aidant soucieux, perfec tionniste ou surmené, transmet des affects similaires à son interlocuteur.
Dans le sens inverse – celui du contretransfert –, l’infirmier, le médecin, le psycho logue, le travailleur social contractent indirectement quelque chose de l’inquiétude, de la douleur ou de l’agressivité de personnes en souffrance dont les mots, les expressions et les corps sont stigmatisés par les difficultés. Investis dans une relation complexeet singulière, ces acteurs ont rarement l’occasion de s’interroger sur leur propre façon de communiquer, et sur ce qu’elle pourrait induire.
À propos de cette communication, nous analyserons les indices expressifs corporels 2 sans faire ici la part belle aux gestes coverbaux , pour mettre plutôt le projecteur sur ceux qui ont partie liée avec nos émotions. Par contre, le fait que ces signes renvoient à des sens assez largement partagés sans conventions de codage ne devrait pas obli ger à décliner des contrevérités. Or, une légende continue de colporter que le langage du corps représente 93 % du sens et les mots 7 %. À partir de là, les règles d’or dela communication seraient tracées et des centaines d’ouvrages ou de blogs sur lesbody languagesouvrent sur ce « fameux » postulat pour jeter de l’intrigue.
1. Ce quI a donné aux scIences cognItIves l’occasIon de déboucler, bIen tardIvement, « l’erreur de Descartes ». 2. Pour un aperçu plus général des onctIons sémantIques du geste, nous renvoyons à l’ouvrage : Guy BarrIer,La communIcatIon non verbale, à quoI servent les gestes ?,ESF édIteur, 2011.
7
Les langages du corps en relation d’aide
À vrai dire, à la base de cette extrapolation, se trouve une étude de l’éminent psychologue Merhabian, qui écrivait que le récepteur d’un message parlé éprouve seulement 7 % d’intérêt pour les mots, 38 % pour l’intonation vocale et 55 % pour l’expression faciale et corporelle. Ce ratio a été cité des milliers de fois, dupliqué d’une source à l’autre de manière « virale » et sans qu’il fut précisé que l’auteur avait relativisé ses propres chiffres, empiriques et non généralisables : son expérience menée en 1967, avec du matériel rudimentaire, concernait seulement des situations à tonalité affective et sans sujets masculins.
Nous reviendrons régulièrement sur les problématiques de l’empathie. Bien que celleci joue un rôle central dans la dynamique de confiance, il ne s’agit pas, pour démontrer une attention bienveillante, de multiplier, comme par automatisme, des hochements de menton et borborygmes à répétition. Cette notion d’empathie, toujours absente dans les corpus des facultés de santé, suscite de multiples passerelles, entre autres vers les neurosciences. Les personnes qui aident, qui soignent, qui conseillent, souhaitent savoir les rapports qu’elle entretient avec des notions comme le transfert, la juste distance (les Canadiens parlent plutôt de bonne proximité). Comment éviter, tout en prenant la perspective d’autrui, les risques de fusion, sans toutefois prendre refuge dans une froide neutralité qui technicise la relation ?
À cet égard, nous aimerions tous avoir conscience de nos propres signaux corpo rels, mais une immense partie de cette expression, qui est notre signature singulière, échappe à notre contrôle et demeure invisible. On sait un peu comment réagissait l’Homo sapiens face aux situations de lutte ou de fuite. Mais pour l’Homo commu nicans, ressentir son corps en interaction semble si difficile, que des technologies comme le biofeedback, le bracelet électrodermal nomade ou les lunettes intelligentes ont été inventées. Dans une moindre mesure que les personnes autistes dont c’est le handicap, nous avons tous un certain déficit à bien lire les émotions subtiles d’autrui, et à reconnaître ou « voir venir » les émotions que notre corps présente à l’extérieur.
Bien sûr, cette faculté de recul s’offre à nous au cours du « scan intérieur » d’une séance de mindfulness ou de yoga, mais les interactions sociales sont moins propices à cet exercice ; l’attention est souvent partagée entre plusieurs pôles extérieurs qui nous extraient de l’écoute intime de soi. De fait, si l’on est acteur d’une relation d’aide, de soin, éducative, prendre son propre pouls émotionnel, pour contrôler si on est bien détendu ou en neutralité bienveillante, ne relève pas de l’évidence. Qui plus est, on ne dialogue pas toujours avec des figures de l’équanimité. En référence à cette vigilance aux indices de soi et d’autrui, ces pages proposent donc de réfléchir à une sémiologie des corps dans la relation. Elles tenteront de montrer qu’une meilleure connaissancedu nonverbal est une voie d’accès vers davantage d’intelligence émotionnelle.
8
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin