Les médiations culturelles et artistiques

Publié par

Ce livre s'intéresse aux questions d'intégration sociale, professionnelle, scolaire à travers des médiations artistiques et culturelles. Cet ouvrage propose différentes pistes de réflexion et de recherche sur le rôle de la médiation, sur son impact en termes de dynamiques identitaires, ou encore sur les groupes et les communautés de pratiques engendrées par l'activité artistique ou culturelles dans différents contextes (espace scolaire, extra-scolaire, ateliers de créativité, groupes d'échange de pratiques).Š
Publié le : vendredi 1 août 2014
Lecture(s) : 119
EAN13 : 9782336354569
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les médiations culturelles et artistiques
Quels processus d’intégration et de socialisation ?
L O G I Q U E S S O C I A L E S
Série Études culturelles
Les médiations culturelles et artistiques
Collection Logiques Sociales Série : Études Culturelles Dirigée par Bruno Péquignot Le champ des pratiques culturelles est devenu un enjeu essentiel de la vie sociale. Depuis de nombreuses années se sont développées des recherches importantes sur les agents sociaux et les institutions, comme sur les politiques qui définissent ce champ. Le monde anglo-saxon utilise pour les désigner l’expressioncultural studies. Cette série publie des recherches et des études réalisées par des praticiens comme par des chercheurs dans l’esprit général de la collection. Kheira BELHADJ-ZIANE,Le rap underground, un mythe actuel de la culture populaire,2014. Louis BASCO (dir.),Construire son identité culturelle, 2014. e Jean-Louis FAVRE,Unehistoire populaire du 13 arrondissement de Paris. « Mieux vivre ensemble », 2013. Marisol FACUSE,Le monde de la compagnie Jolie Môme. Pour une sociologie du théâtre militant, 2013. Ji Eun Min,La réception de la comédie musicale de langue française en Corée. Echanges culturels dans une économie mondialisée, 2013. Nadine BOUDOU,Les imaginaires cinématographiques de la menace. Émergence du héros postmoderne, 2013. Laetitia SIBAUD,Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maitrisées ?, 2013. Christian APPRILL, Aurélien DJAKOUANE et Maud NICOLAS-DANIEL,L’enseignement des danses non réglementées en France. Le cas des danses du monde et des danses traditionnelles, 2013.Christiana CONSTANTOPOULOU,Barbaries contemporaines, 2012. Barbara LEBRUN (éd.),Chanson et performance. Mise en scène du corps dans la chanson française et francophone, 2012.Isabelle PAPIEAU,Du culte du héros à la peoplemania, 2012. Frédéric GIMELLO-MESPLOMB,L’invention d’un genre : le cinéma fantastique français, 2012. Frédéric GIMELLO-MESPLOMB,Les cinéastes français à l’épreuve du genre fantastique, 2012.
Sous la direction de Frédérique Montandon et Thérèse Pérez-Roux
LES MÉDIATIONS CULTURELLESET ARTISTIQUES
Quels processus d’intégration et de socialisation ?
Illustration de couverture : 452191613 @ Thinkstockphotos © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03835-3 EAN : 9782343038353
SOMMAIRE IntroductionFrédérique Montandon et Thérèse Perez-Roux .......................7 Chapitre premier. Médiation, intégration, socialisation : que veulent dire les mots ? Sylvia Faure (Lyon 2) .................................................................19 Première partie. La pratique instrumentale de groupe : pratique artistique et socialisation..............................................27 Chapitre 2. Le groupe de musique amateur comme lieu d’interactions générationnelles Bruno Hubert (CREN, Nantes)....................................................29 Chapitre 3. Du musicien médiateur au médiateur musicologue Entre intégration sociale et socialisations musicales Cécile Prévost-Thomas (Paris 3) et Pauline Vessely (Paris 3) ...57 Deuxième partie. Expression chorégraphique et médiation sociale .....................................................................77 Chapitre 4. Les effets des dispositifs spatiaux sur la médiation artistique en danse contemporaine Hélène Brunaux (Lyon 2) ...........................................................79 Chapitre 5. Des ateliers de danse à visée sociale : effacement de la « relation de service », effacement de la « personne » Sophie Le Coq (Rennes 2) .........................................................103
5
Troisième partie. Rencontres entre monde des arts ou de la culture et secteur social ..............................................125
Chapitre 6. Les arts de faire ensemble, une voie vers l’expression émancipée ? Sylvie Rouxel (CNAM) .............................................................127
Chapitre 7. Les pratiques artistiques et culturelles à l’œuvre dans l’insertion sociale. Ambivalence des déplacements identitaires et des enjeux de reconnaissance Stéphanie Pryen (Lille III) .........................................................153
Chapitre 8. L’animation socioculturelle. Rencontre entre monde des arts/culture et secteur social Fabienne Moine (IFA) et Valérie Grazélie (UPEC/IFA)..........179
Quatrième partie. La médiation artistique : une approche pédagogique particulière ?........................................................207
Chapitre 9. La créativité au cœur des compétences universitaires : l’exemple de la danse à l’UPEC Annie Bourdié (UPEC) ..............................................................209
Chapitre 10. Formation et socialisation des adolescents en école d’art de pratiques amateurs Frédérique Joly (Paris 8) ............................................................233
Conclusion et ouverturesThérèse Pérez-Roux et Frédérique Montandon.........................257
6
Introduction
Frédérique Montandon (UPEC) Thérèse Pérez-Roux (Montpellier III)
1 La problématique de cet ouvrage tente de confronter la notion de médiation culturelle/artistique à celles d’intégration et de socialisation. Parler d’intégration suppose qu’il existe des différences culturelles et que doit s’engager un processus de rapprochement. Historiquement, la médiation culturelle renvoie plutôt à l’accessibilité de la culture pour tous : les politiques culturelles ont mis en place des actions prenant en compte la difficulté pour certains publics d’être «inclus» dans la vie culturelle, comme le précise Chaumier et Mairesse (2013, 18) : l’ « intégration sociale est évoquée (par) le grand nombre d’actions différentes destinées à inclure, par la culture notamment, des populations minorisées ou fragilisées ». La notion de socialisation, quant à elle, renvoie à un processus d’acculturation, d’éducation et d’inculcation des normes d’une société ou d’un groupe social donné (voir le chapitre 1 de Sylvia Faure). Les objectifs poursuivis, par ces pratiques de médiation culturelle, sont extrêmement diversifiés : éducation du goût esthétique, connaissances dans le domaine culturel, expérience sensible, épanouissement personnel… La socialisation ou l’intégration peuvent faire partie des objectifs attendus ou au contraire rester dans l’implicite tout en faisant intégralement partie du processus. Les médiations s’opèrent à travers des dispositifs formels ou informels : la famille, l’école, le cercle des pairs, les différentes communautés d’appartenance, les modes… Ceci étant, les dispositifs de médiation culturelle ont
1 Issu du colloque « Intégration et socialisation à travers des médiations culturelles », organisé à l’UPEC (Université Paris Est Créteil), en février 2013 par LIRTES (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Éducatives et des pratiques Sociales, auparavant REV-CIRCEFT).
7
tout d’abord été mis en place pour réduire l’écart entre les publics et les œuvres, écart qui interpelle les politiques culturelles. Ces démarches nous intéressent quant à l’existence d’enjeux spécifiques à la médiation culturelle et artistique : en tant que créatrice de liens sociaux n’est-elle pas une pratique mettant en œuvre la participation du sujet, lui permettant la création de liens entre ce qui est vécu subjectivement et ce qui est donné objectivement à voir, à entendre, à éprouver ? L’articulation entre subjectivité et objectivité, entre réalité interne et réalité externe renvoie à la notion de culture en tant qu’expérience collective, en tant que sujet au sein d’un collectif, visant à construire le vivre-ensemble, l’ouverture à l’altérité, et à l’interculturalité. La médiation culturelle et artistique donnerait ainsi des moyens de s’identifier, de se référer, de s’approprier, de dynamiser la culture.
1. Des médiations culturelles…
La médiation culturelle renvoie couramment à l’histoire des politiques culturelles et des entreprises de démocratisation culturelle. Dans son acception la plus large, elle se définit usuellement comme l’ensemble des modalités de mise en relation de la production artistique avec les publics pour créer du lien entre différents espaces (public-artiste-œuvre), lors d’un processus de négociation entre le domaine artistique, social et politique. Historiquement deux courants se distinguent : tout d’abord celui de la démocratisation culturelle qui prône l’éducation et la sensibilisation aux Arts et à la Culture ; puis celui de la démocratie culturelle qui valorise la diversité et l’expression des cultures au pluriel. Enfin, depuis une vingtaine d’années, le terme de médiation culturelle remplace peu à peu ceux d’action culturelle, d’animation culturelle puis de développement culturel. C’est à partir du milieu des années 1990 que le terme de « médiation culturelle » apparaît de façon récurrente, désignant ainsi des postes dans des institutions culturelles diverses, non plus exclusivement dans les musées. L’emploi du terme de médiation culturelle s’étend alors aux établissements de spectacle vivant, aux bibliothèques, aux cinémas mais aussi
8
dans différents secteurs comme le secteur associatif, scolaire et social. La médiation culturelle est, dans le sens courant, également rapprochée des activités socio-éducatives, ou socioculturelles. Elle se distingue des activités d’enseignement artistique, qui, elles, sont davantage centrées sur le pédagogique. Mais ces dernières se voient confier de plus en plus de missions se rapprochant de la médiation culturelle. Comment alors comprendre la spécificité de la médiation culturelle ? N’est-ce pas un terme ambivalent et polysémique employé de façon récurrente ?
Dans cet ouvrage, le terme de médiation culturelle sera entendu et questionné, non pas à travers le rôle du médiateur culturel, celui qui rapproche et fait du lien entre deux univers, mais en tant que processus : la médiation peut se faire grâce à des dispositifs mettant en œuvre un médiateur, un artiste, un objet (comme un instrument de musique, un corps, etc.), un espace (comme une scène de théâtre), un groupe ou un collectif. Ces dispositifs sont ainsi définis comme des agencements d’éléments hétérogènes, configuration dynamique évoluant au fur et à mesure de l’activité culturelle. Partant d’un postulat que la notion même de médiation culturelle et artistique est polysémique, portant en elle des représentations sociales, des finalités, des pratiques très diverses, l’approche de cet ouvrage pluridisciplinaire (sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie) interroge les acteurs et leurs pratiques : comment les acteurs perçoivent et s’emparent des prescriptions des politiques culturelles ? Comment, selon leurs représentations de la médiation, ils la confrontent ou non à un projet social, à des visées de création de liens humains spécifiques ? Enfin, dans quelle mesure l’émergence de nouveaux objectifs et conceptions se situe plus ou moins en rupture avec les anciens repères ?
Œuvrant à des processus d’acculturation, de socialisation ou encore de développement personnel, les pratiques culturelles de médiation mettent en avant les aspects émotionnels, les dimensions de la sensibilité, du corps, du geste, de la créativité,
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.