Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les méfaits du libéralisme sur les marchés agricoles

De
134 pages
L'auteur dénonce ici avec vigueur les politiques commerciales, discriminatoires à l'égard des pays en voie de développement. Les États-unis et l'Union Européenne y établissent un régime de protection mettant leurs propres exportations à l'abri de toute concurrence. Ils imposent aussi aux pays de l'hémisphère sud la stricte application de mesures libérales préconisées par le F.M.I. et la Banque Mondiale. L'auteur montre les effets dévastateurs de ces politiques fondées sur deux poids, deux mesures.
Voir plus Voir moins

Les méfaits du libéralisme sur les marchés agricoles

site: ww\V.librairicharmattan.com diffusion. harmattan@wanadoo.fr e.mail: harmattanl@wanadoo.fr iÇJL'Harmattan, 2005 ISBN: 2-296-00428-8 EAN : 9782296004283

Léo BATTINO

Les méfaits du libéralisme sur les marchés agricoles
Deux cas exemplaires' le café et le cacao

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Ha.mattan Hongrie Espace L'Harmattan Kinshasa

Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Fac..des

Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN Xl de Kinshasa - RDC

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Bnrkina Faso 1200 logements villa 96 l2B2260
Ouagadougou 12

1053 Budapest

Université

Alternatives rurales Collection dirigée par Babacar SalI
Jérôme BURIDANT, Espaces forestiers et industrie verrière siècle, 2005. Hélène PAILLAT-JAROUSSEAU, Une terre pour cultiver et habiter: anthropologie d'une localité de l'Ile de la Réunion, 2001. Emile-Michel HERNANDEZ, L'entrepreneuriat, 2001. H. LAMARCHE (dir.), L'Agriculture familiale T.I. Une réalité polymorphe. T.2. Entre mythe et réalité. B. HERVIEU (études rassemblées par), Les agriculteurs français aux urnes. STREIFFELER & MBA YA, Zaïre, village, ville et campagne. VINCENT, Manuel de gestion pratique es associations de développement rural du tiers monde. Tl : Organisation, administration, communication. T2 : Gestion financière. BODIGUEL & LOWE, Campagne française, campagne britannique. J. FRANQUEN, Agriculture et politique agricole en France et au Québec. G. COLLOMB, Du bon usage de la montagne. Touristes et paysans. M. JOLLNET, Pour une agriculture diversifiée. COLLECTIF, Les entrepreneurs ruraux, agriculteurs, artisans, commerçants, élus locaux. M.-C. MAUREL, Les paysans contre l'Etat. Le rapport de forces polonais. D. WORONOFF (éd.), Révolution et espace forestier. B. SALL, Modernité paysanne en Afrique noire. Le Sénégal. R. CARRON (G.E.M, présidé par), Pour une politique d'aménagement des territoires ruraux. I. ALBERT, Des femmes, une terre. Une nouvelle dynamique sociale au Bénin. D. BODSON, Les villageois. S. TAPONIER, D. DESJEUX, Informatique, décision et marché de l'information en agriculture. M. SALMONA, Les paysans français. Le travail, les métiers, la transmission des savoirs.

xvue-xrxe

Remerciements

Je voudrais exprimer ma reconnaissance tout d'abord à M Jeson Malnat, qui a collaboré à ce travail et, souvent, à sa rédaction, en suppléant mes défaillances en sciences économiques, sans qui cet essai n'aurait pas vu le jour, et à Mlle Susanna Grillo, qui y a ajouté sa touche personnelle. Un grand merci à mon ami Roland H. qui a patiemment et élégamment affiné mon style. A mes filles Nadia, Maia et Liana et mes amis Sacha, Alfa, Massimo, Antoine, Robin et d'autres qui m'ont encouragé et aidé dans ce parcours ardu. A ma femme, qui a accepté (( mon abandon temporaire », consciente que c'était pour la bonne cause. Je dois une bonne partie de la matière de cet ouvrage à des organisations telles que l 'OXFAM l 'ICO, l 'ICCO et la Banque Mondiale.

Avertissement L'essai que j'ai l'audace de présenter n'est pas l 'œuvre d'un « économiste distingué », mais celle d'un homme de terrain à qui cinquante ans d'expérience ont appris dans la pratique à démonter les mécanismes du commerce international, et pour qui certaines exigences morales doivent coexister avec les préoccupations proprement commerciales et, souvent, prévaloir sur elles. Je suis indigné par l'apitoiement de mise sur le sort malheureux du tiers monde et l'impitoyable destruction de ses moyens de protection, alors que rien n'est fait pour y remédier. Mon souhait est que ces pages contribuent pour une modeste part à provoquer un sursaut de conscience de la communauté internationale, qui amènerait les pays développés à réviser leurs politiques commerciales envers les pays en voie de développement et à rechercher d'autres solutions que le simple laisser faire. Il ne faut pas se faire d'illusion, les pays pauvres ne vont pas subir éternellement, et sans réagir, les abus de pouvoir des pays riches, masqués par d 'hypocrites homélies paternalistes.

Sommaire
Introd uctio n Faites ce que je vous dis, ne faites pas ce que je fais Les accords internationaux constituent-ils des cartels ? .11 14 18

Première Partie
Café L'accord international du café Le fonctionnement de l'accord La rupture de l'accord L'effet de la disparition des quotas: le cas du Vietnam Développements récents L'unique reconversion possible: les drogues Toutefois tout le monde n'a pas perdu dans cette débâcle 23 23 24 26 31 38 42 44

Cacao 47 Les spécificités et le fonctionnement de l'accord international...47 Les effets stabilisateurs sur le marché 51 Les Caisses de Stabilisation 52 La marche inexorable du FMI 54 La disparition de la caisse et les effets sur les cours 55 L'effet déstabilisateur de la nouvelle politique cacaoyère 64 De l'importance des marchés à terme 66 Beurre de cacao ... .69

Deuxième Partie
L'effet pervers des aides à l'exportation Sucre: le scandale des aides à l'exportation Les deux forteresses protectionnistes: l'UE et les Etats-Unis Le sucre aux USA: similitudes et différences avec l'UE Coton: la nouvelle ère esclavagiste
Libéralisme déchaîné contre justice sociale Les conditions de vie des producteurs

73 75 77 84 87
91 91

9

De graves répercussions pour les pays riches

98

Troisième Partie
Les producteurs: sont ils vraiment sans défense? 103 L'Organisation Mondiale du Commerce 103 Les réunions d'août 2004 et l'importance du groupe des vingt..l 04 Les grandes batailles à venir 106 Quand va-t-on recommencer à parler d'Accord International sur le Café? 107 Que faire? 108 La reconduction de l'accord international du café 108 Les possibilités d'entente entre pays producteurs 110 La tentation d'imiter l'OPEP 110 Le cas particulier du cacao 111 Et pourquoi pas des droits de douane « Tobin» sur le café et le cacao? 114

An nexes 119 De l'art et de la manière d'interpréter et manipuler les statistiques.121 Le prix du café du cultivateur à la grande surface 131

10

Introduction
Tout au long des trente dernières années, les producteurs de matières premières agricoles ou minérales des PVD ont été les victimes d'une politique de libéralisation, prônée par le Fond Monétaire International, qui a abouti, directement ou indirectement, à la disparition de toutes les structures qui leur permettaient de réglementer la production et la vente de leurs marchandises. A cause des politiques du FMI, des pays de l'Union Européenne et des Etats-Unis d'Amérique, on a vu tomber en désuétude, pour ne pas dire disparaître, tour à tour, les accords internationaux sur le caoutchoucl, le cuivre2, l'étain3, le sucre4, le café5, le caca06 et d'autres. Mais, encore
Internationale du Caoutchouc Naturel (INRO httD:IIwww.jaring.mv/inro/) est un organisme intergouvernemental de Commodités, créé en 1980 et ayant pour but de faire appliquer les règles et superviser les opérations de l'Accord International du Caoutchouc Naturel de 1979, qui a été renouvelé deux fois, en 1987 et en 1995. L'accord actuel (INRA 1995) a été adopté par la Conférence des Nations Unies sur le Caoutchouc Naturel, le 17 Février 1995 à Genève. Il est entré en vigueur provisoirement le 6 Février 1997 et définitivement le 14 Février 1997. Le quartier général de l'INRO est à Kuala Lumpur, en Malaisie. Après le retrait de trois membres exportateurs, nommément la Malaisie, la Thaïlande et le Sri Lanka, le Conseil a décidé de mettre fin à l'Accord International du Caoutchouc Naturel, décision prenant effet à partir du 13 Octobre 1999. 2 Le premier Accord International sur le Cuivre a été perfectionné en 1887. Près de cinquante ans plus tard, en 1935, les Sociétés de l'Europe de l'Ouest et les firmes Canadiennes ont créé le premier cartel qui a signé un accord international avec les sociétés minières du cuivre pour limiter les exportations. A notre connaissance, ces initiatives n'ont pas eu de suite. 3 Le premier accord sur l'étain date de 193l, date à laquelle a été créé le Comité International de l'Etain (depuis 1954 International Tin Council, ITC). Son efficacité a été limitée à cause de la non adhésion de plusieurs pays importants tels que les Etats Unis, premier consommateur mondial, qui n'a adhéré qu'en 1978. L' ITC s'est dissout en 1990. 4 «Le dernier [Accord International sur le Sucre], signé en 1977, établissait des quotas d'exportation pour ses membres et des stocks d'intervention. Comme la plupart des accords précédents, ce dernier a échoué car l'Union Européenne [alors CEE], un des exportateurs les plus importants, a refusé de signer l'accord et a profité de la limitation des exportations des autres signataires pour augmenter sa part de marché. Une fois l'accord échu en 1984, aucun nouvel accord n'a été signé pour stabiliser les prix. Tous les accords 11 I L'Organisation

plus grave, et à quelques exceptions près, on a assisté au démantèlement ou à la dévitalisation des organismes centralisés de vente de ces produits tels que, pour n'en citer que quelques uns, l'Institut Brésilien du Café, les Caisses de Stabilisation du Cameroun et de Côte d'Ivoire, qui veillaient pendant toute l'année à la commercialisation graduelle de leurs récoltes, tout en laissant pleine liberté aux opérateurs privés. Parallèlement et sans provoquer nul ostracisme du FMI, les Etats-Unis et l'Europe vivaient sans états d'âme sous un régime fortement réglementé par les divers Etats, prévoyant des prix de soutien garantis aux producteurs de céréales, de viande, de produits laitiers et de sucre, souvent disproportionnés par rapport aux prix mondiaux. L'objectif de ce travail n'est pas de faire l'historique de tous les accords internationaux, ni d'énumérer tous les organismes étatiques ou para-étatiques, désormais disparus ou dévitalisés, mais de se concentrer sur trois problèmes fondamentaux. Primo Examiner le fait qu'il y a contradiction entre, d'une part, les principes libéraux, prônés par le FMI et la Banque Mondiale, et souvent imposés aux pays en voie de développement sous la menace de rétorsions monétaires et, d'autre part, les systèmes dirigistes et protectionnistes des pays de l'hémisphère Nord. Les grandes puissances ont eu la crainte de voir les accords internationaux aboutir à la formation de cartels qui, une fois maîtres du marché, s'apparenteraient, à leurs yeux, à des trusts prêts à rançonner les consommateurs. Notre objectif est de montrer qu'en fait ce sont des pays tels que les Etats Unis et les pays membres de l'Union Européenne qui ont institué pour la commercialisation de nombreuses matières
suivants se sont limités à des analyses de marché et à des échanges d'informations» Astrid Engel, Annuario del commercio equo 2001, p. 108. S Le dernier Accord International du Café basé sur des quotas d'exportation date de 1983. Le 4 Juillet 1989 le système des quotas a été "suspendu", dans l'attente d'un nouvel accord tendant à le rétablir. Les accords successifs, comme nous le verrons par la suite, ont été privés de ce système et ont perdu de ce tàit une grande partie de leur efficacité. 6 La libéralisation du marché du cacao date de 1994. 12

premières agricoles des mécanismes s'apparentant à des cartels et qui leur permettent d'exploiter doublement le consommateur. Secundo Etudier deux exemples qui nous permettront de mesurer les dommages ravageurs provoqués par la disparition des armes de défense dont disposaient les producteurs: premier exemple, l'Accord International du Café (International Coffee Agreement - ICA), unique cas où pays producteurs et consommateurs avaient instauré un système rigide de quotas et un contrôle extrêmement sévère de son application à l'arrivée du produit dans les pays de destination. La non reconduction de cet accord a eu des effets dévastateurs: une augmentation chaotique de la production et une chute des revenus qui, en provoquant des dommages irréparables à diverses cultures, a mis sérieusement en cause la stabilité de certains pays. deuxième exemple, la disparition de la Caisse de Stabilisation de Côte d'Ivoire et ses effets sur le marché mondial du cacao, dont la Côte d'Ivoire est le principal producteur et exportateur, avec les répercussions sur la stabilité du pays et la guerre civile qui s'ensuivit. Tertio . Analyser le mécanisme des subventions, en nous limitant à quelques produits tels que le sucre américain et communautaire et le coton américain, en étudiant les effets de baisse qu'ils ont exercé sur les marchés mondiaux. Des pans entiers de la production cotonnière de l'Afrique de l'Ouest sont en voie de disparition et des pays sucriers comme le Brésil, la Thaïlande et Cuba sont fortement handicapés par les exportations communautaires. Chiffrer le coût de ces subventions pour les contribuables américains et européens et désigner les opérateurs agricoles qui en profitent: les gros propriétaires et les multinationales de l'agrobusiness plutôt que la masse des petits agriculteurs. Montrer enfin comment, en agissant par l'intermédiaire des lobbies, les bénéficiaires de ces subventions sont parvenus à influencer le pouvoir dans les divers pays afin de proroger un état de fait, ressenti comme profondément injuste tant par les

.

.

.

13