Les mères de la nation

De
Publié par

Les femmes eugénistes, auxquelles cet ouvrage est consacré, témoignent elles aussi d'une large diversité de points de vue. Les idées qu'elles défendent sont parfois très minoritaires au sein de la Société eugénique et la façon dont elles abordent et traitent la question du rôle des femmes, de la maternité, du célibat, de la contraception, de l'homosexualité féminine et, par voie de conséquence, de la place des femmes dans la société, oscille entre féminisme et antiféminisme.
Publié le : vendredi 1 avril 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
EAN13 : 9782140006180
Nombre de pages : 248
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Florence Binard
LES MÈRES DE LA NATION
Féminisme et eugénisme en Grande-Bretagne
Racisme et eugénisme
Les mères de la nation
Féminisme et eugénisme en Grande-Bretagne
CollectionRacisme et eugénismedirigée par Michel PrumLa collection « Racisme et eugénisme » se propose d’éditer des textes étudiant les discours et les pratiques d’exclusion, de ségrégation et de domination dont le corps humain est le point d’ancrage. Cette problématique du corps fédère les travaux sur le racisme et l’eugénisme, mais aussi sur les enjeux bioéthiques de la génétique. Elle s’intéresse à toutes les tentatives qui visent à biologiser les rapports humains à des fins de hiérarchisation et d’oppression. La collection entend aussi comparer ces phénomènes et ces rhétoriques biologisantes dans diverses aires culturelles, en particulier l’aire anglophone et l’aire francophone. Tout en mettant l’accent sur le contemporain, elle n’exclut pas de remonter aux sources de la pensée raciste ou de l’eugénisme. Elle peut enfin inclure des ouvrages qui, sans relever véritablement de l’étude du racisme, analysent les relations entre les différents groupes d’une société du point de vue de l’ethnicité. Parmi les quarante-huit ouvrages déjà publiés dans la collection : Michel Prum (dir.),Ethnicités et construction identitaire dans l’aire anglophone.Gilles Teulié,Aux origines de l’apartheid.Michel Prum (dir.),Questions ethnique dans l’aire anglophone.Maryse Fauvel,Exposer l’Autre. Françoise Richer-Rossi,L’Autre et ses représentations au cinéma. Marie-Claude Mosimann-Barbier et Michel Prum (dir.), Missions et colonialisme : le Lesotho à l'heure du bicentenaire d'Eugène Casalis. Marie-Annick Mattioli, Olga Muro et Michel Prum (dir.), «L'identité nationale » à l'épreuve des identités culturelles en Allemagne, en France, au Royaume-Uni : une approche critique.
Florence Binard Les mères de la nation
Féminisme et eugénisme en Grande-Bretagne
Du même auteur Co-direction d’ouvrages Florence Binard, Alexandrine Guyard-Nedelec et Guyonne Leduc (dir.), Nommer les femmes, le sexe et le genre, Paris, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2015. Florence Binard et John Mullen (dir.),Grande GuerreRevisiter la ,Revue française de civilisation britannique(online), XX-1, 2015. Florence Binard et Guyonne Leduc (dir.),Genre-s et Transparence, Paris, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2014. Françoise Barret-Ducrocq, Florence Binard et Guyonne Leduc (dir.),Comment l'égalité vient aux femmes : Politique, droits et syndicalisme en Grande-Bretagne, aux États Unis et en France,Paris, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2012. Lucienne Germain, Didier Lassalle, Michel Prum, Florence Binard et Bénédicte Deschamps (dir.),Identités et cultures minoritaires dans l'aire anglophone, entre « visibilité » et « invisibilité », Paris, L’Harmattan, coll. »,« Racisme et eugénisme 2010. Articles et chapitres de livres “Beyond Invisibility and Bias: English Women’s and Gender Studies in France”, in Renate Haas (ed.),Rewriting Academia, the Development of Anglicist Women’s and Gender Studies in Continental Europe, Bern, Peter Lang, 2015, pp.105-32.Florence Binard and John Mullen, « Avant propos : Revisiter la Grande Guerre »,Revue française de civilisation britannique [Online], XX-1 | 2015, Online since 15 January 2015. “Translating Feminisms: Feminization or De-Genderization?”, in Antoine Cazé, Rainier Lanselle (dir.),Translation in an International Perspective: Cultural Interaction and Disciplinary Transformation, Bern, Peter Lang, 2015, pp.235-56. e « Lesbianisme et maternité au début duXX», in Sophie siècle en Grande-Bretagne Geoffroy et Sophie Jorrand (dir.),Maternité, paternité, parentalité à la lumière du genre, Saint Denis, Université de la Réunion, 2014, pp.19-35. “The Debate on Homosexuality inThe Freewoman Journal (1911-12)”,Cahiers victoriens et édouardiens[En ligne], 79 Printemps/2014. “Beyond The Sex/Gender Bicategorisations”, in Guyonne Leduc (dir.),Comment faire des etudes-genre-s avec de la literature : Masqueereading, Paris, L’Harmattan, 2014, pp.45-59. “ ‘The Injustice of the Woman Vote’: opposition to Female SuffrageAfter World War I”, Women's History Review, Vol. 23, issue 3, 2014, pp. 381-400. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08942-3 EAN : 9782343089423
Remerciements No [one] is an Island entire of itself John Donne Je voudrais tout particulièrement remercier Michel Prum avec qui je travaille depuis plus de dix ans de m’accueillir dans cette collection. Dès mon recrutement à l’Université Paris Diderot, il m’a accordé sa confiance en m’associant aux travaux du Groupe de Recherche sur l’Eugénisme et le Racisme (GRER). Il m’a encouragée et guidée dans mes recherches sur la biologisation des rapports sociaux de sexes. Nos échanges, sont toujours enrichissants, éclairants et stimulants. Françoise Barret-Ducrocq, ma directrice de thèse, a continué, depuis l’obtention de mon diplôme de doctorat en 2003, de me transmettre son savoir. Surtout, elle m’a appris à porter un regard attentif et respectueux sur l’époque et les auteur-e-s que j’étudie. Je suis très reconnaissante à Guyonne Leduc et à Sandrine Lely pour leurs relectures et leurs conseils avisés. Je remercie Edith Leybold pour sa relecture critique de mes articles, pour son amitié et pour son soutien dans les moments de doute et Janie Mortier pour ses questions stimulantes lors des séances du GRER. Mes remerciements vont aussi à mes collègues britanniques, notamment Laura Doan, professeure à l’Université de Manchester, Julie Gottlieb,Senior Lecturer à l’Université de Sheffield, Lesley Hall, archiviste auWellcome Institute de Londres et Marius Turda,Readerà l’Université de Oxford Brookes.
5
Tout au long de ma carrière d’enseignante, j’ai eu la chance de rencontrer des collègues qui ont suscité mon admiration pour leurs qualités professionnelles et humaines. Toutes occupent une place dans ma mémoire et je leur suis reconnaissante d’avoir été là. Enfin, je tiens à remercier ma compagne, Clare Doyle, sans le soutien de laquelle ce travail n’aurait pu aboutir. Cet ouvrage a été publié avec le soutien de l’UFR EILA (Études Interculturelles en Langues Appliquées), Université Paris Diderot-Sorbonne Paris Cité.
6
Sommaire )ntroduction ......................................................................... ͻ ͳ. Les grandes lignes de l’eugénisme britannique ............................................................................................................ ʹͻ ʹ. La supériorité féminine : La pensée singulière de Frances Swiney ȋͳͺͶ͹-ͳͻʹʹȌ ......................................... Ͷͷ ͵. Le féminisme « maternel » : L’exemple d’Elizabeth Sloan Chesser ȋͳͺ͹͹-ͳͻͶͲȌ........................... ͸͹ Ͷ. (omosexualité, eugénisme et « maternité spirituelle » : La pensée d’Edith Ellis ȋͳͺ͸ͳ-ͳͻͳ͸Ȍ ..... ͺ͵ ͷ. Effacement des sexes, extinction de la « race » : Le discours antiféministe d’Arabella Kenealy ȋͳͺͷͻ-ͳͻ͵ͺȌ .............................................................................................ͳͲͷ ͸. L’ Éducation et la place des femmes dans la société selon Charlotte Cowdroy ȋͳͺ͸Ͷ-ͳͻ͵ʹȌ...........ͳʹ͹ ͹. Célibat féminin et eugénisme en Grande-Bretagne .......................................................................................ͳͶͷ ͺ. Entre eugénisme et dysgénisme, le débat sur la limitation des naissances : Mary Scharlieb ȋͳͺͶͷ-ͳͻ͵ͲȌ, Marie Stopes ȋͳͺͺͲ-ͳͻͷͺȌ et Stella Browne ȋͳͺͺͲ-ͳͻͷͷȌ ...............................................................................ͳ͹͵
Conclusion........................................................................ͳͻ͹
Bibliographie sélective ...............................................ʹͳ͵ )ndex nominum..............................................................ʹʹͻ )ndex rerum.....................................................................ʹ͵͹
7
Introduction Comme le soulignent les féministes depuis le début du e 1 XX siècle, le féminisme se conjugue au pluriel . Les unes et les autres s’accordent toutefois sur des objectifs communs. « Le » féminisme a pour visée l’émancipation des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes. Cependant, les moyens pour atteindre ces buts divergent et s’avèrent parfois si contradictoires qu’ils en deviennent antagonistes. En outre, le féminisme n’est évidemment pas un concept aux contours anhistoriques, atemporels, acontextuels ; il n’a de véritable sens que s’il est interprété en fonction d’une époque, d’un lieu, d’un contexte et d’un point de vue. Ce qui définissait une féministe à la fin du e XIX siècle est souvent très éloigné de ce qui définit une féministe aujourd’hui. Mais, hier, comme aujourd’hui, on constate que « le » féminisme génère une opposition fréquemment irrationnelle. La célèbre citation de Rebecca West dont le dernier mot est couramment omis rappelle que les contours du féminisme n’ont jamais été clairs, que le terme « féministe » revêtit une connotation péjorative dès qu’il passa dans l’usage courant : « Person-nellement,:n’ai jamais réussi à définir le féminisme  je tout ce que je sais c’est qu’on me traite de féministe dès lors que j’exprime un point de vue qui me différencie 2 d’une carpette ou d’une prostituée» , En dehors de celles qui se revendiqu(ai)ent comme telles, les féministes ont de tout temps eu mauvaise presse. Aujourd’hui encore, 1 L’opposition entre « anciennes » et « nouvelles » féministes dans les années 1920 en Grande-Bretagne amorce la pluri-identification et la catégorisation qui caractérisent « le » féminisme : féminisme essentialiste, différentialiste, universel, domestique, écologique, pro-sexe/anti-sexe, etc. 2 Rebecca West, « Mr. Chesterton in Hysterics »,The Clarion, November 14, 1913, p. 5.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.