Les métavers

De
Publié par

Souvent cantonnés aux jeux vidéo, les métavers, parfois appelés mondes virtuels numériques, ou mondes numériques persistants, constituent pourtant un nœud communicationnel, culturel, social de premier plan. L'ouvrage permet de naviguer des techniques de réalité virtuelle à l'expérience de la mort en ligne, des web-séries au cinéma, de l'histoire de l'informatique aux pratiques actuelles, qu'elles concernent les communautés "geeks" ou les utilisateurs de réseaux sociaux numériques.
Publié le : dimanche 1 novembre 2015
Lecture(s) : 8
Tags :
EAN13 : 9782336394404
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Q
es
Sous la direction de JulienPÉQUIGNOT et FrançoisGabriel ROUSSEL
tions contemporaines
LES MÉTAVERS Dispositifs, usages et représentations
Questions contemporaines
Série Question de communication
Les métavers
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Michelle BERGADAA,Le plagiat académique.Comprendre pour agir,2015.Walter GERBIN,Civilisation. De la fabrique d’un concept à la fabrique d’une guerre,2015. Julien DEMADE, Les embarras de Paris, ou l’illusion techniciste de la politique parisienne des déplacements, 2015 Arnaud RICHARD, Fred HAILON, Nahida GUELIL,Le discours politique identitaire dans les médias, 2015 Jean Joseph PALMIER,Que faire des minorités visibles ?, L’exemple de Gaston Monnerville, Président du Sénat, 2015 Abdelkrim BOUHOUT,Essai sur la visibilité des migrants relégués, 2015. Philippe NADIN,Un néo-fascisme à la française, 2015. Morgane COUAPEL,L’éthique, une si belle utopie, 2015.Pascal MOUNIER,Plaidoyer pour une démocratie populaire, 2015. Philippe JOURDAIN,Pour un humanisme durable, 2015. Michel MENEAULT, Jean-Claude AUZOUX,Pour une aide au développement enfin efficace et durable, 2015.
Sous la direction de Julien PÉQUIGNOTet François-Gabriel ROUSSEL
Les métavers
Dispositifs, usages et représentations
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07063-6 EAN : 9782343070636
Avant-propos
Imaginés dès les années 1960 par les auteurs de romans de science-fiction (Daniel F. Goulouye, puis Vernor Vinge, William Gibson, Neal Stephenson, Greg Egan, Christopher Priest, pour ne citer que les principaux), nommésmétaverspar Neal Stephenson en 1992 et apparus sur Internet en 1996, les mondes virtuels sont aujourd’hui plus de 900, après avoir dépassé le millier au début des années 2010. Ils ont presque tous moins de cinq ans et comptent souvent plusieurs dizaines de millions d’inscrits. Il semblerait que leur fréquentation stagne depuis 2009, pour certains leaders commeSecond Life, et soit même en légère baisse depuis. Il n’en reste pas moins que ces mé-tavers sont devenus des sujets récurrents de films, de sé-ries (télévisuelles ou sur Internet), de romans, de bandes dessinées, etc., que ces objets émanent des industries cul-turelles ou qu’ils relèvent de l’autoproduction. D’abord objets de curiosité, puis phénomène de société, ils font aujourd’hui partie de la culture contemporaine dans toutes ses acceptions, dépassant largement les seuls cercles des joueurs et touchant un vaste public. Leur définition est claire et limitative : les métavers sont des univers numériques, accessibles uniquement en ligne (sur Internet), ouverts simultanément à plus de 128 joueurs ; ils sont persistants, c'est-à-dire accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et continuent d'évoluer en permanence, sous l'action conjuguée des éditeurs de jeux et des autres joueurs. Contrairement aux jeux vidéo que l'on reprend, après une pause même longue, à l'endroit même où on l'a quitté, le métavers est en perpétuelle évo-lution : chaque visite que l'on y fait est différente. Cette
distinction entre métavers et jeux vidéo est nécessaire et garde toute sa pertinence aujourd'hui. Des chercheurs étudient ces métavers depuis une di-zaine d’années, et plus récemment les productions et auto-productions culturelles qui s’en inspirent, selon des ap-proches diverses, que cela soit, bien sûr, au sein des sciences de l’Information et de la Communication, mais aussi avec des démarches plus spécifiquement sociolo-giques, sémiotiques ou encore économiques. Vu la confusion qui est encore faite aujourd'hui entre métaversetjeux vidéo, il m'a semblé pertinent de nommer l'objet de cette recherche : lemétaversalisme. Lesmé-taversalistesseraient donc, non pas ceux qui travaillent sur les jeux vidéo en général, mais, de manière plus restric-tive, ceux qui étudient les métavers au sens défini ci-dessus. Cette appellation pourra permettre, à l'avenir, de faire la distinction entre des objets d'étude différents, et de délimiter un champ d'études bien spécifique. Toutefois, les jeux vidéo – qui représentent en 2014 un marché de 65 milliards d'euros – ayant tendance à s'orien-ter de plus en plus vers le « tout en ligne », il est vraisem-blable que cette distinction disparaisse à l'avenir au profit des métavers ; et ce que le grand public et les éditeurs de jeux qualifient aujourd'hui de « jeux vidéo » deviendra probablement, en grande majorité, dans un avenir très proche, des métavers à part entière. Les métaversalistes verront alors l'objet de leur recherche s'élargir. Ce recueil a pour objectif de proposer la synthèse de la journée d’étude organisée sur « les métavers : dispositifs, usages et représentations », le 30 juin 2014, à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, dans le cadre du CEISME (Centre d’Étude sur les Images et les Sons Médiatiques). Je tiens donc à exprimer ma gratitude à tous les partici-pants, venus parfois de très loin, pour cet échange de vues
8
qui s'est révélé fructueux, heuristique, mais aussi fort sympathique. Je remercie également très chaleureusement le CEISME, et particulièrement son directeur, François Jost, grâce auquel cette journée a pu être organisée dans d'ex-cellentes conditions. Merci enfin à Julien Péquignot, qui a conçu avec moi ce projet, et sur qui l'organisation matérielle a entièrement reposé. François-Gabriel Roussel
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.