Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Auguste Pelet

Les Mosaïques de Nîmes

1522-1864

Si la ville de Nimes eût conservé les mosaïques romaines que la terre avait garanties de la destruction, elle pourrait aujourd’hui offrir, à cet égard, plus de richesses qu’aucune ville du monde. L’on y a découvert dans tous les temps, et l’on y découvre encore tous les jours, à la profondeur moyenne d’un mètre, des pavés mosaïques d’une grande beauté et d’une grande variété de dessin ; mais (il faut bien le dire) ces richesses sont détruites par l’incurie et l’ignorance, presque aussitôt qu’elles voient le jour.

N° I

Jusqu’à présent, toutefois, notre sol a été avare en tableaux de mosaïque reproduisant des faits d’histoire, de religion, de mœurs ou d’habitudes locales ; un seul, découvert en 1846, dans les fondations de la nouvelle église Saint-Paul, reproduit un épisode intéressant de l’Iliade. Mais la proximité des maisons voisines, la profondeur de deux mètres de terre qui le couvrait, surtout le manque de mosaïste à Nimes, à l’époque de cette découverte, n’ont permis de conserver qu’une petite partie de cet intéressant travail exécuté avec un talent remarquable et en très petits cubes de marbre. On y voyait un guerrier dans un char attelé de deux fougueux coursiers lancés à toute vitesse et, derrière le char, le corps d’un homme attaché par les pieds. Il est évident que ce sujet, emprunté aux temps héroïques de la Grèce, n’est autre que le triomphe d’Achille sur le vaillant et malheureux Hector. Le fils de Priam, après avoir succombé sous les coups de son adversaire invulnérable, est traîné autour des murs de Troie. Priam, sur les remparts, élève les bras en signe de désespoir.

La portion de ce pavé, que l’on voit dans notre musée sous le n° 257, a été si mal restaurée qu’il serait difficile aujourd’hui d’apprécier le mérite de ce bel ouvrage ; il n’existe réellement d’antique que la tête des chevaux et une portion des murs de Troie. Le reste est une restauration exécutée sur un dessin pris avant l’enlèvement du pavé.

N° II

La plus ancienne des mosaïques qui ont été signalées à Nimes est celle dont Poldo d’Albénas nous a transmis la connaissance en 1522, mais sans en donner le dessin. » Ie croy bien, dit notre vieil historien, qu’il n’y a pas beaucoup de gens, j’entens du vulgaire, qui s’apperçoiuent ou tiennent conte du paué qui est à l’eglise Notre-Dame de Nismes, duquel nous pouuons dire ce que dit Pline des plantes, que iournellement nous marchons souz noz piés choses que, si nous les cognoissions, les tiendrions en grand honneur et réputation. De ce paué, ou de quelques fragmens et restes d’iceluy le pourtraict est tel que l’on y voit oiseaux, animaulx, arbres, et plusieurs autres figures : et de semblable façon et ouvrage l’on en trouve iournellement en cauant la terre dessouz les champs, et vignes à Nismes1 ».

N° III

François Graverol, mort le 10 septembre 1694, s’attacha, par goût, à l’étude de l’antiquité ; il fut l’un des premiers membres de l’Académie de Nimes, et ses nombreux ouvrages l’ont placé parmi les jurisconsultes et les littérateurs les plus célèbres de son temps.

Un pavé mosaïque, des plus extraordinaires par l’objet qu’il représentait, fut découvert à Nimes en 1686 ; acquis par François Graverol, il le fit placer dans sa maison de campagne, dont, par malheur, on ignore aujourd’hui l’emplacement, sur lequel il existe peut-être encore. Heureusement notre savant le publia, et en donna, dit Ménard, un dessin dans une lettre en latin adressée à Jean Ciampini, de Rome, datée de Nimes, le 4 février 1686. D’après cette lettre :

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin