//img.uscri.be/pth/b51ce700df4a858bcc70046454e21a743f0555cd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les nouveaux défis démographiques

De
228 pages
Le passage du cap de 7 milliards d'hommes est l'occasion de faire le point sur les principaux défis démographiques auxquels faire face : - celui du surpeuplement de certaines régions ; - celui de la mondialisation des migrations qui pose plus de problème qu'elle n'en résout ; - celui d'une urbanisation galopante qui aboutit à la prolifération de mégalopoles en voie de bidonvillisation. Voici une réflexion lucide, mais aussi foncièrement optimiste, sur l'avenir de l'humanité.
Voir plus Voir moins
L
ESNOUVEAUXDEF
ISDEMOGRAPHIQUES
Pour Comprendre Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud  Lobjectif de cette collectionPour Comprendre de présenter en est un nombre restreint de pages (176 à 192 pages) une question contemporaine qui relève des différents domaines de la vie sociale.  Lidée étant de donner une synthèse du sujet tout en offrant au lecteur les moyens daller plus loin, notamment par une bibliographie sélectionnée.  Cette collection est dirigée par un comité éditorial composé de professeurs duniversité de différentes disciplines. Ils ont pour tâche de choisir les thèmes qui feront lobjet de ces publications et de solliciter les spécialistes susceptibles, dans un langage simple et clair, de faire des synthèses.  Le comité éditorial est composé de : Maguy Albet, Jean-Paul Chagnollaud, Dominique Château, Jacques Fontanel, Gérard Marcou, Pierre Muller, Bruno Péquignot, Denis Rolland. Dernières parutions Iraj NIKSERESHT,Kant et la possibilité des jugements synthétiquesa priori, 2011. Adriana NEACŞU,Histoire de la philosophie ancienne et médiévale, 2011. Marcienne MARTIN,De la démocratie à travers langue et univers médiatique, 2011.Patricia TARDIF-PERROUX,La France : son territoire, une ambition. Mutations, situation, défis, 2011. Dominique GÉLY,Le parrainage des élus pour lélection présidentielle,2011. Marie-Hélène PORRI,Le suicide il faut en parler, 2010. Michel PARAHY,L'inconscient de Descartes à Freud : redécouverte d'un parcours, 2010. Jean-François DUVERNOY,La fabrique politique Machiavel, 2010. Gérard LAROSE,La stratégie de la vie associative, 2010. Xavier HAUBRY,Le contrôle de linspection du travail et ses suites, 2010. Franck BACHELET,Politiques et institutions sociales, 2010. Jean-François DUPEYRON,Nos idées sur lenfance, 2010.
Jean-Jacques TUR Professeur agrégé dhistoire-géographie, géopolitologue Conférencier à lInstitut Municipal dAngers
L
ESNOUV
EAUXDEFIS
DEMOGRAPHIQUES
7 milliards dhommjédseà!
L’HARMATTAN
Du même auteur Aux éditions JJMiTUR, 49240 Avrillé LAlgérie avant 1962 : histoire et géopolitique, 2011. La Russie des origines à nos jours. Aléas et vicissitudes dune grande puissance, 2011. Deux visages de lhindouisme : Bali et le Rajasthan,2009. Au pays du phénix et du dragon. Géopolitique de la Chine des origines à nos jours, 2007, rééd. 2009. Objectif Maison-Blanche 2008. Révélations sur une élection pas comme les autres, 2008. De Yalta à Budapest : les relations internationales de 1945 à 1956,2006. Les origines de lhumanité à la lumière des sciences et des religions,2006. Ma nostAlgérie.fr. Souvenirs de mes jeunes années à Fort-de-lEau, rééd. 2003, 2005. LAffaire Zola-Dreyfus vue dAngers. Le vortex et la trombe,2002. Un prof dhistoire(s) heureux,Manuel de rigolothérapie, 2000. Cent jours pour lan 2000. Cent événements qui ont marqué le XXesiècle, 2000. Les élections présidentielles en France et aux Etats-Unis, 1988. La paix en plus, 1986. Aux éditions Ellipses, Paris Six milliards dhommes. La « bombe P » est-elle désamorcée ?, 1999. Géographie humaine et économique de la France,1994. Aux éditions Belin, Paris Les relations internationales depuis 1945,DicObac, 1996. Aux Presses Universitaires de France, Paris Le mondialisme,collection « Que sais-je ? » n°1687, 1977. Koweït, Bahreïn, Qatar, Emirats Arabes Unis, :Les émirats du Golfe arabe collection « Que sais-je ? » n°1639, 1976.La loi du 11 mars 1957 n'autorisant, au terme des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d'une part, que «les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » d'autre part, que les analyses et courtes citations dans un but d'exemple et et, d'illustration,« toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits ou ayants cause, est illicite »(alinéa 1er de 40). l'article Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation de l'éditeur ou du Centre français d'exploitation du droit de copie (3 rue Hautefeuille, 75006 Paris), constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-56243-1 EAN : 9782296562431
Les époques de transition sont ce qu'il y a de plus difficile et de moins glorieux. L'avenir nous tourmente et le passé nous retient. Voilà pourquoi le présent nous échappe. GustaveFLAUBERT
Introduction
Vraispérils etfaussesterreurs
La Terre comptesept milliards d'habitantsà lautomne 2011. Le 31 octobre, le Secrétaire général de lONU, Ban Ki-moon, se rendra dans une maternité pour féliciter lheureuse maman du « 7 milliardième humain ». De même, son prédécesseur, Kofi Annan, était allé à Sarajevo, le 12 octobre 1999, pour saluer une maman bosniaque, Fatima Mevič, qui venait de mettre au monde un petit garçon prénommé Adnan, symbole du passage du cap des six milliards dhommes.Il a donc suffi dun peu plus de douze ans pour quun milliard de personnes supplémentaires peuplent notre planète. Cest trois ans plus tôt que prévu.Selon les estimations officielles du FNUAP* (Fonds des Nations unies pour les problèmes de population), l humanité s'accroît annuellement de près ' de 83 millions d'individus (+1,2%), alors que la France métropolitaine dépasse désormais 63Mhab*. On peut donc dire quela Terre pond une France tous les neuf mois.Les êtres humains sont aujourd'hui deux fois plus nombreux qu'il y a 40 ans, et quatre fois plus nombreux quil y a un siècle. Ce boom démogra-phique, sans commune mesure avec tout ce que l'humanité avait connu jusqu'alors, avait été baptisé, en 1968,« bombe P » pour population) P » (« par un biologiste américain, Paul Ehrlich1, qui affirmait alors, comme de nombreux experts, que nous serions 7 milliards dès l'an 2000 et quun nouveau doublement interviendrait en moins dun demi-siècle : il annonçait donc 15, voire 20 milliards vers 2050. En 1971, la parution, aux Etats-Unis, dun rapport très pessimiste de lAcadémie nationale des Sciences sur lavenir démographique mondial avait contribué, à son tour, à alimenter le catastrophisme ambiant à lépoque. C'est en relisant l'ouvrage de Paul Ehrlich que jai eu l'idée de publier un premier livre2, paru voici douze ans. 1Paul R. Ehrlich,The Population Bomb, Population control or Race to Oblivion, Ballantine, New York, 1968. Traduction française par Les Amis de la Terre : P ».La bombe « Sept milliards d'hommes en l'an 2000, Fayard, 1972. Nos citations seront extraites de la réédition dans la collection de poche « J'ai lu », 1973. 2Jean-Jacques TUR,Six milliards dhommes. La « bombe P » est-elle désamorcée ?Editions Ellipses, collection « Mise au point », Paris, 1999.
5
Il ne s'agissait pas d'écrire une nouvelle géographie de la population mais dune simple mise au point destinée à fournir au lecteur des éléments de réponse à cette question fondamentale :la croissance démographique est-elle la cause essentielle de tous les autres problèmes mondiaux contemporains ?Ce nouvel ouvrage poursuit le même but, car nombreux sont encore ceux qui croient que la Terre est globalement surpeuplée. Il faudra donc tordre le cou aux rumeurs et aux fantasmes afin de démontrer que ce nest pas le cas.Pour commencer, il n'est sans doute pas inutile de revenir sur certains aspects du livre de Paul Ehrlich, qui pouvait apparaître, voici plus de 40 ans, comme un cri d'alarme salutaire, mais qui reste essentiellement marqué par un pessimisme radical, dont témoigne la phrase mise en exergue sur la couverture de l'édition américaine : que vous lirez ces mots,« Pendant quatre personnes seront mortes de famine, en particulier des enfants ».Dès le prologue, le ton était donné : centaines de millions d'êtres« Des humains vont mourir de faim dans les années 1970-1980... »(p.13).« Nous avons une part de responsabilité dans les événements qui vont nous mener à la catastrophe écologique et à la famine » (p.14),« Nous ne pouvons plus continuer à ne soigner que les symptômes de ce cancer qu'est l'accrois-sement démographique, il nous faut maintenant l'opérer »(p.15). Certes, les famines dans les pays du Sahel pendant les années 1968-1975, en Ethiopie en 1984 et, depuis une vingtaine dannées, en Corée du nord, au Soudan (dans la région du Darfour) et en Somalie, tout particulièrement et de façon gravissime en cette année 2011, ont fait, chacune, plusieurs centaines de milliers de morts, ce qui, en soi, est épouvantable, mais ne représente qu'un demi pour cent de la mortalité mondiale annuelle. Le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde sétait réduit de 880 millions en 1970 à 780 millions en 1990, soit de 25 à 15% de la population mondiale. Mais force est de constater quil est remonté à 870 millions en 2005 (13,4%), et a dépassé le cap du milliard (14,7%) en 2009, selon trois agences spéciali-sées des Nations unies3. Une augmentation de 10% par an pourrait lavoir porté en 2011 à plus dun milliard deux cents millions dêtres humains, soit 16% de lhumanité. Dans le livre dEhrlich, on trouve des affirmations péremptoires telles que« Au taux de croissance actuel, tout l'univers serait, en quelques milliers d'années, entièrement peuplé et la sphère humaine poursuivrait son expansion à la vitesse de la lumière »(p.24), ce qui fait écho à cette phrase stupide en vogue à lépoque :«un jour viendra où l'humanité sera tellement nombreuse que son poids dépassera celui de la planète Terre elle-même »!
3La FAO (Food and Agricultural Organisation), le PAM (Programme Alimentaire Mondial) et le FIDA (Fonds International de Développement Agricole).
6
Page 27, il déclarait sans ambages que« Calcutta d'habi- aura 66 millions tants en l'an 2000 »alors quelle en a moins du quart aujourdhui. Les généralisations abusives pullulaient tout au long de ses 300 pages : « Chaque année, la production alimentaire dans les pays sous-développés prend un peu plus de retard par rapport à l'accroissement irrésistible de la population »(p.19) ;dès les prochaines années, à des« Nous allons assister, famines massives »(p.49) ;« Le monde sous-développé va se trouver à court de nourriture au cours des neuf prochaines années »(p.39)... Constatant quesommes tous ensemble embarqués sur le seul et « nous unique vaisseau spatial Terre »(p.18), Ehrlich allait même jusqu'à regretter que développement des connaissances médicales »« le été ait« la goutte d'eau qui a fait déborder le vase » (p.36). En conséquence, il proposait des solutions ne tenant aucun compte de la plus élémentaire liberté individuelle :« Nous devons contrôler le plus rapidement possible l'accroissement démographique mondial afin de le rendre négatif, () si possible par un renversement complet de notre système de valeurs, ou sinon, par des mesures de contrainte » (p. 188). Il osait affirmer quil faut absolument « restreindre la fonction reproductrice du sexe (...) et découvrir des valeurs nouvelles pour remplacer ce sentiment de plénitude que la femme retire du don de la vie, et cette satisfaction de l'ego engendrée chez le père par le spectacle d'une nombreuse progéniture » Qualifiant les êtres 199). (p. humains d'« animaux » culturels (p.74), il se plaignait de« la disponibilité sexuelle permanente de la femelle humaine »(p.34) et prétendait que« la stérilisation masculine appelée vasectomie est une opération simple et sans danger »(p.126). Il déclarait qu' une population mondiale d'environ« avec 500 millions d'hommes, on résoudrait sans doute la crise écologique »(p.76). Et il clamait son dépit devant l'inefficacité du planning familial tel qu'il est généralement conçu, car« en confiant aux couples le soin de contrôler leur fertilité, il néglige de donner aux groupes sociaux les moyens de le faire »(p.123). Ehrlich semblait prendre un malin plaisir à ne citer que d'autres ouvrages catastrophistes, aux titres évocateurs :Né pour mourir de faim d'Arthur Hopcraft,Too many George Borgstrom, deSince silent spring de Paul Graham,Famine : 1975de William et Paul Paddock... Il approuvait (pp. 217 à 219) ces derniers auteurs qui proposaient, sans sourciller, vis-à-vis du problème de la faim dans le monde, une politique reposant sur la notion de « triage » propre à la médecine militaire :« Seuls devraient être aidés ceux qui ne peuvent être sauvés que par des soins immédiats... Aucune aide ne devrait être fournie à ceux qui pourraient se débrouiller sans elle (... ni) à ceux qui sont tellement à la traîne dans la course démographie alimentation, qu'il n'y a aucun espoir que notre aide en nourriture leur permette de tenir jusqu'à l'autonomie ».
7
Il consacrait 38 pages (p. 83 à 120) à exposer« trois projections possibles pour les quinze années à venir »4, scénarios apocalyptiques5 consacrés aux conséquences prévisibles d'une guerre nucléaire, d'une épidémie et d'une famine planétaires. Tout en reconnaissant (p.261) que« tout scientifique sait en permanence qu'il peut se tromper », il proposait pari analogue à« un celui de Pascal » résumait, de façon simpliste, par la formule qu'il « Ne prenez pas de risques ». En fait, toute la philosophie de son ouvrage tenait en une phrase (p.152) :« Préparons-nous au pire, pas au meilleur ». Contrairement à Ehrlich qui affirmait que démographie reste, pour« la l'essentiel, un jeu de chiffres » (p.19), je pense, comme Jacques Véron, qu'elle est, tout à la fois, une science, une croyance et un discours politique : « Science, la démographie l'est lorsqu'elle révèle des régularités ou des relations de dépendance. Mais elle n'est parfois que croyance, que conjectures, qu'interprétations hasardeuses, voire même simples convictions. Il lui arrive aussi de se confondre avec des opinions politiques ou, du moins, de leur servir de caution »6. Voici plus dun demi-siècle, Alfred Sauvy7affirmait déjà, avec lucidité, que« les informations données au public visent à le suggestionner plus qu'à l'instruire ».Le« boom » du troisième quart du XX extraordinaireesiècle avait fait craindre une surpopulation catastrophique, telle que nous la présentaient certaines uvres comme le roman de Harry Harrison porté à lécran par Richard Fleischer en 1973,Soleil vert8. Mais depuis plus de 40 ans, l'accroissement naturel connaît une incon-testable décélération. Les problèmes démographiques ont-ils, de ce fait, changé de degré ou de nature ? La« bombe » P simplement est-elle désamorcée, ou bien sommes-nous en train de vivre un spectaculaire renversement de tendance qui pourrait aboutir, d'ici un demi-siècle,  à moins d'événements majeurs aujourd'hui incroyables, sinon impensables  à une stabilisation de la population mondiale, voire à sa réduction, phénomène que connaissent déjà certains pays en voie d'implosion démographique
4 est passé depuis lors.C'est-à-dire 1971-1986. Un quart de siècle supplémentaire 5courant du terme, qui n'a pas grand chose à voir avec son étymologie grecque, sens  Au « révélation ». 6 Véron (directeur de recherches à lINED°, JacquesArithmétiquede l'Homme. La démographie entre science et politique, Seuil, 1993. 7 », de la démographie française dans son livre Premier père directeur de lINED et «De Malthus à Mao Tsé-toung 1958., Denoël, 8Edward G. Robinson dans les rôles principaux, envisageCe film, avec Charlton Heston et quen 2022, les hommes ayant épuisé les ressources naturelles, seul leSoylent Green, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Mais un terrible secret se cache derrière ce drame
8
comme la Russie ou lUkraine ? Quel est donc l'avenir prévisible, quantitatif mais aussi qualitatif, de notre humanité, à court, moyen et long terme ? Face aux prédictions d'Ehrlich et de quelques autres Cassandre, je crois pouvoir affirmer d'emblée que, bien que des dangers et de réelles menaces pèsent encore sur l'humanité, il ne faut ni les exagérer, ni les mépriser. Car « L'homme se découvre quand il se mesure avec l'obstacle »9. Je montrerai dabord qu'il convient derelever trois grandsdéfis : celuidel'inégale répartition de l'humanité sur les divers continents, due aux à-coups d'une croissance démographique qui a toujours fait alterner phases de continuité et ruptures plus ou moins brutales ;  celui dela mondialisation des migrations qui présente de nouveaux enjeux, pose plus de problèmes qu'elle n'en résout et véhicule une forte charge symbolique et politique ;  celui del'urbanisation galopantequi semble devoir se poursuivre à un rythme effréné pendant quelques décennies encore. La seconde partie de ce livre sera consacrée auxraisons despérer:l'unicité fondamentale de l'espèce humaine, dont l'uniformisation est, fort heureusement, empêchée par ladiversité des ethnies, des langues et religions et des civilisations; la généralisation de la transition démographique: après la baisse de la mortalité, génératrice d'un accroissement du solde naturel, la fécondité a tendance, à son tour, à se réduire rapidement dans la quasi totalité des pays ; la mosaïque des politiques démographiquesqui démontre qu'il n'y a pas de panacée en ce domaine et que, si le fond du problème est le même pour tous  éviter une surpopulation mondiale , les voies et les moyens pour y parvenir restent fort divers et doivent résulter de choix non imposés. Pour traiter à mon tour un sujet aussi vaste, aussi complexe et aussi médiatique, je mappuierai sur les études démographiques les plus récentes. Mais, par moments, je n'hésiterai pas à laisser un espace de liberté à la sub-jectivité, parce qu'il me semble évident, à la lumière de résultats déjà acquis et d'événements plus ou moins récents auxquels je ferai allusion, que dans ce domaine, comme dans bien d'autres,tout est possible, même l'improbable. L'expérience prouve fréquemment que nous sommes trop optimistes pour le court terme et trop pessimistes pour le long terme.
9Antoine de Saint-Exupéry,Terre des Hommes, Gallimard, 1939
9
Avis au lecteur Les méthodes cartographiques sont nombreuses et variées : cartes par plages de valeur, par points, par isolignesLes cartes par anamorphose, ou cartogrammes, ont une grande valeur pédagogique car elles permettent de représenter les popula-tions des territoires étudiés par des surfaces proportionnelles aux effectifs : jai privilégié ce système de représentation dans cet ouvrage chaque fois que cela était possible et pertinent. Unlexique 3), définit les mots, expressions et en fin d'ouvrage (annexe abréviations suivis d'un astérisque (*). Signalons dores et déjà trois sigles fréquemment utilisés : Mhab=million d'habitants Mkm2=million de km2MA=million d'années