//img.uscri.be/pth/b37c9acecb2486b2e21457967f061928e9bf9d60
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les relations entre Taiwan et l'Union européenne

104 pages
Les relations entre l'Europe et Taiwan sont particulières vu le statut international spécifique de l'île depuis 1971. L'ouvrage analyse l'état des relations triangulaires de Taiwan, notamment du point de vue économique, avec l'Union Européenne, la Chine et les États-Unis, la question spécifique du commerce des armes, les évolutions perceptibles dans la politique européenne en Asie Orientale et l'impact potentiel de l'Economic Cooperation Framework Agreement (ECFA) sur celle-ci.
Voir plus Voir moins
Chang Tai-lin
Les relations entre Taiwan et l’Union européenne
Apports d’une diplomatie non-conventionnelle
Les relations entre Taiwan et l’Union européenne Apports d’une diplomatie non-conventionnelle
Chang Tai-lin
Les relations entre Taiwan et l’Union européenne
Apports d’une diplomatie non-conventionnelle
Séminaire d’études taiwanaises. Working papers, 1Louvain-la-Neuve 2011
minaire d’études taiwanaises. Working papers, 1 Direction de collection : Professeur Paul Servais, avec la collaboration de Guillaume Gillard« Les relations entre Taiwan et l’Union européenne. Apports d’une diplomatie non-conventionnelle » sont issues des conférences don-nées à l’Université catholique de Louvain de Louvain-la-Neuve en mai 2009 par Chang Tai-lin,professeur à la National Chenchi Uni-versity de Taiwan, Programme d’études européennes. Leur publica-tion a été rendue possible grâce au soutien du Ministère de l’Éducation de Taiwan. Elle a bénéficié d’une relecture attentive de la part de Madame Françoise Mirguet qui a bien voulu en assurer la mise en page. D/2012/4910/5 ISBN 978-2-8061-0052-8©Harmattan-Academia s.a. Grand-Place 29 B- 1348 Louvain-la-Neuve Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
Avant-propos
Taiwan occupe, en Asie orientale, une position singulière. Aux marges du continent, l’île constitue un carrefour majeur entre les nations proches – Chine, Japon, Philippines. En ce sens, étudier Taiwan, c’est en quelque sorte être introduit à une déclinaison singu-lière de problématiques que l’on retrouve dans toute la région. À titre d’exemples et sans aucune prétention à l’exhaustivité, on peut évo-quer les questions démographiques, qu’elles concernent le vieillis-sement de la population, le déséquilibre des sexes, l’évolution des taux de natalité ou de nuptialité et de divortialité, les questions éco-nomiques et financières, les problèmes stratégiques, militaires et politiques, les relations internationales, la problématique des droits humains, ou celle des réalités scientifiques et culturelles. Qui plus est, l’intensité des contacts de Taiwan avec le monde occidental, princi-palement, mais pas exclusivement, anglo-saxon, conjugués avec une forte appartenance identitaire au monde sinisé, font de Taiwan un véritable pont entre l’Orient et l’Occident, qui ouvre à une compré-hension beaucoup plus large des réalités régionales.C’est pour toutes ces raisons qu’en 2009, l’Université catholique de Louvain a ouvert, grâce à un appui du Ministère taiwanais de l’Éducation, un séminaire d’études taiwanaises dont l’objectif était d’analyser les multiples facettes de la réalité contemporaine de Taiwan dans une perspective régionale.Parallèlement aux activités du séminaire, animé chaque année par un spécialiste reconnu, la décision a été prise de publier les textes, éven-tuellement retravaillés, des conférences données à l’occasion de la session annuelle du séminaire, sous la forme de « Working Papers ». Ce volume est le premier de cette série.
Préface
La première session du séminaire d’études taiwanaises de l’Université catholique de Louvain a eu lieu en mai 2009 et le Profes-seur Chang Tai-lin a accepté d’en être le premier titulaire et d’en assurer les conférences.Comme l’indique la notice publiée par le Bureau français d’Information de Taipei à l’occasion de la remise des insignes d’officier dans l’Ordre des Palmes académiques, « le Professeur Chang Tai-lin a obtenu son doctorat en sciences politiques en 1986 (Département de sciences politiques, Université Paris 1 Sorbonne-Panthéon). Il a été chercheur associé (1986-1994), puis chercheur (1995-2004) et directeur de la division des études américaines et européennes (2001-2003) à l’Institut des relations internationales de l’Université nationale Cheng Chi, dont il a créé le centre des langues et des études européennes en 2004. En 2006, M. Chang est nommé professeur responsable du module européen de l’Action Jean Monnet de la Commission européenne (2006-2011). Ses re-cherches ont porté, notamment, sur la vie politique en France, et ont été étendues à l’Union européenne depuis quelques années ». C’est avec toute son expérience de politologue, éclairée également par sa formation de lettres et d’histoire, que le Professeur Chang Tai-lin a dès lors dressé un panorama des relations entre Taiwan et l’Union européenne. Celles-ci présentent une configuration tout à fait particulière compte tenu du statut international spécifique de l’île depuis 1971. Influen-cées par de nombreux facteurs régionaux et globaux, parmi lesquels on doit faire figurer l’état des rapports entre la Chine et l’île, mais aussi des relations entre l’Union européenne et la Chine et entre les
8
Chang Tai-lin
États-Unis et la Chine, voire entre l’Union européenne et les États-Unis, elles font la part belle à la diplomatie informelle et aux relations économiques, culturelles et scientifiques. Après le rappel de quelques éléments du contexte historique, éco-nomique, international et institutionnel qui caractérise Taiwan, l’ouvrage analyse successivement l’état des relations de Taiwan et de l’Union européenne, plus particulièrement du point de vue écono-mique, l’impact des relations triangulaires Taiwan-Chine-Europe et Taiwan-États-Unis-Chine, la question spécifique du commerce des armes et enfin les évolutions perceptibles dans la politique euro-péenne en Asie orientale et l’impact potentiel de l’Economic Coope-ration Framework Agreement(ECFA)sur celle-ci.Une importante bibliographie, compilée par Monsieur Guillaume Gillard, complète ce travail d’introduction à la problématique com-plexe non seulement des relations entre l’Europe et Taiwan, mais aux relations entre les deux rives du détroit de Taiwan et à son insertion dans le système international.
1 Taiwan: Quelques caractéristiques générales
Histoire En 1895, après la défaite des Chinois dans la guerre qui les opposait aux Japonais, la Chine impériale de la dynastie Qing connaît de fortes difficultés. Elle est alors forcée de céder l’île au Japon. Cinquante ans plus tard, en 1945, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’île retourne sous la tutelle de la Chine. À partir de 1949, date de la fondation de la République Populaire de Chine (RPC), Tchang Kai-chek et son gouvernement se retranchent sur l’île suite à la défaite de la guerre civile. L’année 1971 est marquée par l’exclusion de Taiwan de l’Organisation des Nations Unies, celle-ci reconnaissant dorénavant la Chine populaire comme représentant légitime de la Chine, au détriment de Taiwan, même si l’île a tou-jours des relations diplomatiques avec les États-Unis, et ce jusqu’en 1979. À dater de ce moment, les relations internationales de Taiwan entrent dans une période difficile. Enfin, 1986 voit le début de l’ère de la démocratisation sous Chiang Ching Kouo, le fils de Tchang Kai-chek.
Économie Taiwan est la quatorzième puissance économique du monde et son PNBpar personne s’élève àUS$ 30 000. Beaucoup parlent de miracle économique puisqu’elle a connu une croissance économique incroyable et rapide. En effet, malgré la crise financière actuelle, l’île de Taiwan a tout de même enregistré 2 % de taux de croissance en 2009 et l’année précédente ce taux était même de 4 %. Ces chiffres sont donc assez bons par rapport à d’autres pays, notamment européens.