Les salariés dans la tourmente

De
Publié par

Et si la crise économique profitait au populisme radical? Dans cet ouvrage, l'exploration du monde du travail permet de plonger au coeur des raisons qui ont modifié les visions du monde qui, par certains aspects, présentent des affinités avec les programmes des mouvements de la droite radicale. Par le biais d'entretiens approfondis auprès d'employés dans des secteurs économiques en grande transformation, les chercheurs ont dévoilé des effets peu connus des "nouvelles organisations du travail".
Publié le : dimanche 1 mars 2015
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782336371290
Nombre de pages : 228
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Fabrice Plomb Francesca Poglia Mileti
Les salariés dans la tourmente
Restructurations et montée du populisme de droite
sociologiques
Questions
Préface de Franz Schultheis
Les salariés dans la tourmente
Questions Sociologiques
Collection dirigée par François Hainard et Franz Schultheis
 Questions sociologiquesrassemble des écrits théoriques, méthodologiques et empiriques relevant de l’observation du changement social. Elle reprend à la fois des travaux élaborés dans le cadre de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel et émanant du réseau de diffé-rentes institutions partenaires.
Cette collection se veut délibérément ouverte à une grande diversité d’objets d’étude et de démarches méthodolo-giques. Déjà parus MONTLIBERT Christian (de),Enjeux et luttes dans le champ économique, 1980-2010, 2012. POGLIA MILETI Francesca,Les enjeux du recensement de po-pulation aux États-Unis. Ethnicité, immigration et altérité, 2012.
HAINARD François, HEIM Jérôme, ISCHER Patrick,Le travail au noir. Pourquoi on y entre, comment on en sort ?, 2011.
BASTIEN Clément, BORJA Simon, NAEGEL David (coord.),Le raisonnement sociologique à l’ouvrage.Théorie et pratiques autour de Christian de Montlibert,2010.
NEDELCU Mihaela,Le migrantonline, 2009. DELAY Christophe, FRAUENFELDER Arnaud, SCHULTHEIS Franz, PIGOT Nathalie,Les classes populaires aujourd’hui, 2009. BELLEAU Hélène et HENCHOZ Caroline,L’usage de l’argent dans le couple : pratiques et perceptions des comptes amou-reux, 2008. HENCHOZ Caroline,Le couple, l’amour et l’argent. La cons-truction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, 2008.
Fabrice Plomb Francesca Poglia Mileti Les salariés dans la tourmente Restructurations et montée du populisme de droite Préface de Franz Schultheis
Du même auteur Poglia Mileti F.,Les enjeux du recensement de population aux États-Unis, Ethnicité, Immigration, Altérité, Coll. « Questions sociologiques », éd. L’Harmattan, Paris, 2012. Poglia Mileti F., Plomb F., Zufferey E. (coll), Sainsaulieu I. et Surdez M., (dir),Sens politiques du travail, éd. Armand Colin, Paris, 2012. © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05423-0 EAN : 9782343054230
SOMMAIRE
Préface
Introduction
9
17
Chapitre I : Appréhender les changements socioéconomiques 231. Quels changements dans le monde du travail ? 27La disparition des figures de l’autorité 28Projets, compétences et gestion par l’incertitude 30L’imposition de nouvelles règles du jeu 362. Les perceptions individuelles du changement. De l’attachement au travail à la subjectivité politique 38Les conditions d’attachement au travail 38La subjectivité politique 40Les petits scénarios 41
Chapitre II : Les figures du changement 1. La Microtechnique : les valeurs du local dans un monde globalisé Marc R. – la ponctualité suisse à l’heure de la mondialisation – Jean-Pierre P. – vers un progrès négatif 2. L’Industrie chimique bâloise Carl B. – le directeur disqualifié – Markus I. – la méritocratie sociale en péril – André E. – l’exploitation nouveau style –
3. Le marché des télécommunications Léo F. – histoire d’un déclassement –
4. La vente : plus d’autonomie pour moins de liberté Simone M. – le changement envahissant – Yvette F. – du métier au gagne-pain –
5. Les entreprises internationales d’informatique Georges M. – acteur du changement progressif Yvan R. – la précarité dans l’air du temps –
43
43434959606674878899101112123123129
5
Chapitre III : Du néolibéralisme au populisme de droite 1. Du travail aux jugements moraux Le travail comme relation stable au monde Résistance au changement ou évolution du régime d’engagement ? L’effet travail sur les prises de position politique 2. Constitution et structure des subjectivités politiques Le travail entre sphère privée et sphère publique Les schèmes de pensées de la subjectivité politique Les types de subjectivité politique
3. Les affinités avec les programmes des mouvements populistes de droite Un retour à la littérature Explications du phénomène
Conclusion
Bibliographie
6
137141141
142151159159162168
183183188
197
207
REMERCIEMENTS
Cet ouvrage, comme tout ouvrage visant à faire la lumière sur une portion du monde social, est le fruit de multiples intentions qui se rejoignent aujourd’hui dans ce texte. Nous remercions tout d’abord toutes les personnes qui nous ont livré, en toute confiance, les récits de leur vie au travail, leurs doutes et certi-tudes, parfois leurs souffrances également de ne plus vivre les conditions d’une « vie bonne ». La plupart d’entre elles souhai-taient exprimer simplement leur point de vue dans la tribune que nous leur offrions en entretien, point de vue souvent expri-mé comme n’étant que très peu pris en compte dans l’espace public. Nous sommes convaincus que même si les entretiens ont eu lieu il y a plusieurs années, le sens de leur récit continue d’éclairer le présent au travers des propos consignés dans ce livre, relu et mis en forme par Sami Coll, Emilie Morgan, Paula Francey et Nicolas Thorens que nous remercions ici.
Nous remercions également les passeurs de ces récits indivi-duels qui ont, avec nous, réalisé les entretiens pour cette re-cherche. Peter Streckeisen et Riccardo Tondolo ont permis ces rencontres et ces entrées dans des sphères professionnelles par-fois difficiles d’accès. Ils sont parvenus à nous faire saisir ces mondes sociaux en changement grâce à leur habileté à l’entretien et à leur sensibilité aux personnes rencontrées.
Cette recherche n’aurait jamais eu lieu si Franz Schultheis, re-quérant suisse pour le projet SIREN (Socio-economic change, Individual Reaction and Extreme-Right), n’avait pas eu le nez, l’enthousiasme et la créativité nécessaire pour mobiliser une équipe européenne autour de la thématique qui nous concerne dans cet ouvrage. Nous lui devons cette découverte d’épreuves individuelles qui rendent compte des ratés du monde social. Il a cette rare capacité de repérer par l’observation de la réalité so-ciale ces lieux et moments d’inflexion qui font avancer la socio-logie et la compréhension du monde.
Dans la foulée, les résultats présentés ici sont redevables des nombreux débats et échanges effectués avec nos collègues eu-ropéens. La comparaison et les multiples niveaux de traduction
7
qu’elle impliquait nous a obligé à aller au-delà de la facilité dans l’analyse. Jörg Flecker, grand manager de cette comparai-son y est pour beaucoup. Enfin, nous remercions François Hainard, inspirateur de nos parcours en sociologie, qui nous permet de publier ces résultats dans la collection qu’il dirige avec Franz Schultheis.
8
PRÉFACE
Sous le titre „Les salariés dans la tourmente. Restructurations et montée du populisme de droite“, Fabrice Plomb et Francesca Poglia Mileti nous livrent un diagnostic sociologique des métamorphoses profondes du salariat intervenues depuis les années 1980, période marquée par : une radicalisation néo-libérale de la marchandisation du statut de travailleur, l’érosion des protections sociales établies depuis les fameuses années dites „Trente Glorieuses“, une re-précarisation notable de la condition salariale et aussi par un déclin d’une culture politique caractérisée par un militantisme solidaire de „gauche“ en matière de lutte contre les inégalités sociales et les formes de domination dans le monde du travail. Cette culture militante s’est d’ores et déjà érodée très largement et l’électorat salarial, traditionnellement proche des partis politiques communiste, socialiste ou au moins socio-démocrate s’est reconverti en masse en faveur des divers courants de droite ou même d’extrême-droite. Comment expliquer sociologiquement une telle conversion profonde d’un habitus social, dont la sociogenèse nous renvoie historiquement aux origines des e mouvements ouvriers du XIX siècle? Comment saisir les motifs socio-psychologiques sous-jacents à l’ébranlement de toute une culture politique centenaire?
On ne manque pas de théories sociologiques et politiques faisant un diagnostic global des temps qui courent et du nouveau „Zeitgeist“ de façon top-down, en partant d’hypothèses attrape-tout et sous forme d’essais intellectuels plus ou moins originaux. Mais on peut douter qu’il s’agisse d’une voie sociologiquement pertinente, capable de saisir les conditions de possibilité socio-psychologique d’une telle crise profonde de la conscience collective d’un groupe social de plus en plus marqué par la perte de son identité et de ses repères politiques.
L’approche „bottom-up“ poursuivie par Plomb et Poglia Mileti nous semble par contre nettement plus pertinente pour répondre à de telles interrogations concernant les transformations de la
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.