//img.uscri.be/pth/f5b31238b52fc41a6b0bf3d8653e77317a710d86
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les Songhay

De
109 pages
Cette étude générale est le résultat de plusieurs enquêtes menées sur le terrain entre 1941 et 1951. Par suite de l'éparpillement des Songhay entre les territoires du Soudan, Niger, de la Haute-Volta, du Dahomey et du Nigeria britannique, aucun travail de synthèse n'existe encore sur ce groupement de plus d'un demi-million d'habitants et dont l'influence culturelle dépasse largement le nord de la boucle du Niger. Ce travail constitue une synthèse sur ce groupement. (réédition)
Voir plus Voir moins

LES SONGHA y

MONOGRAPHIES

ETHNOLOGIQUES

AFRICAINES

publiées sous le patronage

de }'

INSTITUT

INTERNATIONAL
de Londres

AFRICAIN

LES

SONG HA Y
par

Jean

ROUCH

Co No Ro So, Paris

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Italia Via DegJj Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

DÉPOT LÉGAL
1re édition.. 1 er trimestre 1954 TOUS DROITS de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays COPYRIGHT by Presses Universitaires de France, 1954

~ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8615-4 E~: 9782747586153

A V ANT .PROPOS

Depuis 1945, l' l nslilul l nlernalional Africain s'occupe de la préparalion el de la publication d'une série d'éludes ethnographiques de l'Afrique, ayant pour bul de présenter, sous une forme commode, un résumé des connaissances actuelles sur les divers peuples de l'Afrique, concernant l' environnement naturel, l'économie el les méliers, la structure sociale, l'organisation politique, les croyances el riles religieux. Les documents déjd publiés fournissent la base de ces éludes, mais nombre de documents inédits provenant de rapports administralifs et des archives de sociélés missionnaires sont utilisés ainsi que des observations faites sur place et des communications spéciales par des ethnologues et autres personnes compétentes. Chacun des volumes de cette collection est consacré à un peuple ou d un groupe de peuples apparentés,. il coniient une bibliographie délaillée et une carte géographique. Le Comité de Direction de cette collection a été placé sous la présidence du pr Radcliffe-Brown; le directeur de l' Institut est chargé d'organiser la rédaction. La généreuse collaboration de nombreux instituts de recherche et de fonctionnaires des administrations, en Europe el dans des lerritoires africains, est assurée, ainsi que les services d'ethnologues expérimentés. Les travaux ont été instaurés avec l'aide d'une subvention des British Colonial Development and Welfare Funds, sur la recommandation du Social Science Research Council. Celle subvention a été employée principalement, mais non exclusivemenl, pour le financement d'études se rattachant aux territoires britanniques. Une subvention supplémentaire du Gouvernement du Soudan anglo-égyptien a apporté une aide à la préparation et d la publication des sections intéressant ce territoire. Le ministère de la France d'Outre-Mer et l' Instilut Français d'Afrique Noire se soni inléressés à celte étude et grâce d leurs bons offices des su bventions ont été octroyées par les Gouvernements de l'Afrique occidentale française et du Cameroun français pOUl~ préparation et la publicalion la des sections se rapporlant d ces régions. Ces seclions ont élé rédigées par des elhnologues français, avec l'appui el les conseils de M. Griaule, professeur à la Sorbonne et du pr Th. Monod, directeur de l' Institut Français d'Afrique Noire. La collaboration des autorités belges pour cette étude a été obtenue grâce aux bons offices de feu le pr De J onghe, qui s'assura l'intérêt de la Commission d'Ethnologie de l' Institut Royal colonial belge. La collaboralion de l'Institut pour la Recherche scientifique en Afrique centrale a été aussi accordée. Le travail concernanl les territoires belges est effectué sous la direction du pr Olbrechts, au Centre de Documentation

VI

LES

SONG HA Y

du Musée du Congo belge, il Tervueren, où Mlle Boone, et les membres de son service, s'emploient au rassemblement et au classement d'une documenlation considérable concernant les peuples du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Ils lravaillent en collaboration étroite avec les ethnologues qui sont sur place, auxquels les projets de communications sont soumis pour vérification. L' Institut International Africain désire exprimer toute sa reconnaissance aux organisations officielles, dont l'aide financière a permis l'exécution de celte étude, et aux nombreux savants, directeurs d'organisations de recherche, fonctionnaires des administrations, missionnaires et autres, qui ont collaboré il ces travaux, et qui, en accordant des facilités d nos chercheurs, en lisant leurs manuscrits, partagent le mérite qui pourrait être attribué aux auteurs des diverses sections. Étant donné que la valeur inégale des documents existants, et que la diversité des mélhodes employées dans leur recueil ont été parmi les raisons pour lesquelles cette étude a été entreprise, il est évident que ces exposés ne peuvent être considérés comme complets et définitifs. On a l'espoir, cependant, qu'ils donneront une description assez claire de l'état actuel de nos connaissances, qu'ils indiqueront leurs lacunes el les points où des recherches complémentaires sont nécessaires.

Cette étude générale des Songhay enquêtes menées sur le terrain:

est "le résultat

de plusieurs

1. 1941-1942. Prise de contact et enquêtes dans la région de Niamey (Niger). 2. 1946-1947. Descente du Niger en pirogue (avec Jean Sauvy et Pierre Panty). 3. 1948-1949. Étude des groupes songhay de Tillabéry (Niger) et de Hombori (Soudan). 4. 1950-1951. Étude des migrations des Songhay en Gold Coast. C'est aussi le résultat de la compilation de nombreux travaux d'administrateurs, d'officiers ou de missionnaires. Ces travaux sont principalement des monographies de cercles ou de subdivisions. Par suite de l'éparpillement des Songhay entre les territoires du Soudan, du Niger, de la Haute-Volta, du Dahomey et du Nigeria britannique, aucun travail de synthèse n'existe encore sur ce groupement de plus d'un demimillion d'habitants et dont l'influence culturelle dépasse largement le Nord de la boucle du Niger (1).
(1) Le plan systématique de la Collection a été respecté. Deux rubriques ont été volontairement abrégées car elles font l'objet d'importantes publications, l'histoire d'une part, et la religion et la magie d'autre part.

CHAPITRE

PREMIER

SITUATION GÉOGRAPIDQUE ET CLIMATIQUE
Le pays songhay (1) est essentiellement composé du Nord de la boucle du Niger, très exactement de la portion du fleuve qui va du lac Débo à l'embouchure du Birni n Kebbi en Nigeria. Relief. - C'est un pays pratiquement sans relief, en dehors des mornes croupes latéritiques de la vallée de Niamey ou des chicots de grès du massif de Hombori, d'une infinie monotonie en dehors de la vallée même du fleuve. Climat. - Le pays songhay est soumis à un climat « tropicalsoudanien », ou « sahélien sec et froid, chaud et humide» (2), caractérisé par une saison sèche d'hiver (huit à neuf mois) et une saison de pluies d'été (quatre à trois mois). Les précipitations annuelles varient de 20 cm. au nord (Tombouctou) à 100 cm. au sud (Gaya). La ligne des précipitations de 50 cm. (légèrement en dessous du parallèle du 15e degré, avec une inflexion vers le nord à Hombori) correspond à la limite des cultures non irriguées, c'est-à-dire la limite entre la vie sédentaire et la vie nomade: au nord la vie sédentaire se limite aux abords mêmes du fleuve et de ses diverticules, au sud au contraire, elle s'étend très en dehors de la vallée même du fleuve. Sols. - Les sols du pays songhay ne sont pas particulièrement favorables: menacés au nord par l'envahissement des ergs de sable stérile, au sud par la latéritisation. Les bonnes terres se limitent ainsi, dans le Nord, au ruban fertile de la vallée du Niger et, au sud, à cette vallée et aux vallées des affluents protégées par une végétation plus abondante, vallées des affluents temporaires marquant en saison sèche une ligne de puits (Gorouol, Anzourou, Téra) ou vallées plus larges d'affluents « fossilisés », les dallol (Zermaganda, Bosso, Maouri) (3). Ainsi climats et qualités des sols limitent finalement le pays songhay au fleuve même et à ses affiuents. Régime du fleuve. - Les pluies locales sont insuffisantes (sinon à l'extrême sud vers Boussa) pour influencer les crues du Niger. Celles-ci sont déterminées par les précipitations dans le bassin du Haut Niger, en Guinée et au Soudan septentrional. La crue, régularisée par le réservoir
(1) URVOY, Le bassin du Niger, I. F. A. N. (nO46) ; ROUCH, Eléments de géographie songhay, à paraître, et les ouvrages du n° 35 au n° 46. (2) FROLOW, n° 46, p. 150. Voir p. 151, les caractéristiques météorologiques de ce climat. (3) Voir AUBRÉVILLE(A.) (no 45), MENIAUD (nO 153). J. ROUCH 1

2

LES

SONGHA

y

du lac Débo, atteint le pays songhay avec un retard de six mois environ, si bien que le régime du Niger au Songhay a l'allure paradoxale suivante: quand il pleut (juin, septembre) le fleuve est bas, quand il ne pleut pas (octobre-mai), il est haut. Ce régime favorise d'ailleurs les cultures, les terres les plus fertiles étant celles découvertes par les eaux, celles-ci étant basses justement pendant la saison des pluies (1).
(1) Voir MOURGUES (no 27), FROLOW (nO 44), LENFANT (no 37), MENIAUD (nO 153).