Les Structures sociales de l'économie

De
Publié par

Le discours économique classique repose sur des postulats qu’il présente comme allant de soi : offre et demande posées de façon indépendante, individu rationnel connaissant son intérêt et sachant faire le choix qui y correspond, règne inconditionnel des prix… Or il suffit d’étudier de près une transaction, comme Pierre Bourdieu le fait ici pour la vente et l’achat immobiliers dans le Val d’Oise, pour s’apercevoir que ces postulats abstraits ne rendent pas compte de la réalité.Le marché est construit par l’État, qui peut par exemple décider de favoriser l’accès à la maison individuelle ou à l’habitat collectif ; quant aux personnes impliquées dans la transaction, elles sont immergées dans des constructions symboliques qui font, au sens fort, la valeur des maisons, des quartiers ou des villes.L’abstraction illusoire des postulats classiques est d’ailleurs critiquée aujourd’hui par certains économistes ; mais il faut aller plus loin : l’offre, la demande, le marché, et même l’acheteur et le vendeur, sont le produit d’une construction sociale, de sorte qu’on ne peut décrire adéquatement les processus dits « économiques » sans faire appel à la sociologie.Au lieu de les opposer, comme on le fait traditionnellement, il est temps de comprendre que sociologie et économie constituent en fait une seule et même discipline ayant pour objet l’analyse de faits sociaux, dont les transactions économiques ne sont après tout qu’un aspect.
Publié le : vendredi 29 avril 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021069297
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture

Dans la même collection

Méditations pascaliennes

Pierre Bourdieu

 

Pour Albertine

Proust et le sens du social

Jacques Dubois

 

La Paix de religion

L’autonomisation de la raison politique au XVIIe siècle

Olivier Christin

 

La Domination masculine

Pierre Bourdieu

 

Profession instituteur

Mémoire politique et action syndicale

Bertrand Geay

 

La Double Absence

Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré

Abdelmalek Sayad

 

La Liberté avant le libéralisme

Quentin Skinner

 

La Croyance économique

Les économistes entre science et politique

Frédéric Lebaron

Du même auteur

Aux mêmes éditions

Réponses

Pour une anthropologie réflexive

en collaboration avec Loïc J.D. Wacquant

« Libre Examen », 1992

 

Les Règles de l’art

Genèse et structure du champ littéraire

« Libre Examen », 1992

et « Points », n° P363

 

La Misère du monde

en collaboration

« Libre Examen », 1993

et « Points », n° P466

 

Libre-échange

avec Hans Haacke

coédition avec Les Presses du réel

« Libre Examen », 1994

 

Raisons pratiques

Sur la théorie de l’action

1994

et « Points Essais », n° 331

 

Méditations pascaliennes

« Liber », 1997

 

La Domination masculine

« Liber », 1998

 

Esquisse d’une théorie de la pratique

précédé de Trois études d’ethnologie kabyle

nouvelle édition

« Points Essais », n° 405

(Droz, 1972)

Chez d’autres éditeurs

Sociologie de l’Algérie

PUF, 1961, 1985

 

Algérie 60

Structures économiques et structures temporelles

Minuit, 1977

 

La Distinction

Critique sociale du jugement

Minuit, 1979

 

Le Sens pratique

Minuit, 1980

 

Questions de sociologie

Minuit, 1980

 

Leçon sur la leçon

Minuit, 1982

 

Ce que parler veut dire

L’économie des échanges linguistiques

Fayard, 1982

 

Homo academicus

Minuit, 1984, 1992

 

Choses dites

Minuit, 1987

 

L’Ontologie politique de Martin Heidegger

Minuit, 1988

 

La Noblesse d’État

Grandes écoles et esprit de corps

Minuit, 1989

 

Language and Symbolic Power

Cambridge, Polity Press, 1991

Sur la télévision

suivi de L’Emprise du journalisme

Raisons d’agir, 1996

 

Les Usages sociaux de la science

Pour une sociologie clinique du champ scientifique

INRA, 1997

 

Contre-feux

Propos pour servir à la résistance

contre l’invasion néo-libérale

Raisons d’agir, 1998

 

Propos sur le champ politique

Presses universitaires de Lyon, 2000

En collaboration

Travail et travailleurs en Algérie

avec Alain Darbel, Jean-Paul Rivet et Claude Seibel

EHESS-Mouton, 1963

 

Le Déracinement

La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie

avec Abdelmalek Sayad

Minuit, 1964, 1977

 

Les Étudiants et leurs études

avec Jean-Claude Passeron et Michel Eliard

EHESS-Mouton, 1964

 

Les Héritiers

Les étudiants et la culture

avec Jean-Claude Passeron

Minuit, 1964, 1966

 

Un art moyen

Essai sur les usages sociaux de la photographie

avec Luc Boltanski, Robert Castel et Jean-Claude Chamboredon

Minuit, 1965

Rapport pédagogique et communication

avec Jean-Claude Passeron et Monique de Saint-Martin

EHESS-Mouton, 1965

 

L’Amour de l’art

Les musées d’art européens et leur public

avec Alain Darbel et Dominique Schnapper

Minuit, 1966, 1969

 

Le Métier de sociologue

avec Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon

Mouton-Bordas, 1968

 

La Reproduction

Éléments pour une théorie du système d’enseignement

avec Jean-Claude Passeron

Minuit, 1970, 1989

Pour Jérôme

While economics is about how people make choice, sociology is about how they don’t have any choice to make.

BERTRAND RUSSELL

Introduction

Il faut des siècles de culture pour produire un utilitaire comme Stuart Mill.

HENRI BERGSON

La science que l’on appelle « économie » repose sur une abstraction originaire, qui consiste à dissocier une catégorie particulière de pratiques, ou une dimension particulière de toute pratique, de l’ordre social dans lequel toute pratique humaine est immergée. Cette immersion, dont on retrouve quelques aspects ou quelques effets quand on parle, après Karl Polanyi, d’« embeddedness », oblige, lors même que, pour les besoins de la connaissance, on est contraint de la traiter autrement, à penser toute pratique, à commencer par celle qui se donne, de la manière la plus évidente et la plus stricte, pour « économique », comme un « fait social total », au sens de Marcel Mauss.

C’est dire que les études particulières que j’ai pu mener, il y a près de quarante ans, en Algérie, sur la logique de l’économie de l’honneur et de la « bonne foi » ou sur les déterminants économiques et culturels des pratiques d’épargne, de crédit ou d’investissement, ou, au milieu des années 1960, avec Luc Boltanski et Jean-Claude Chamboredon, sur la banque et sa clientèle, ou encore, plus récemment, avec Salah Bouhedja, Rosine Christin, Claire Givry et Monique de Saint-Martin, sur la production et la commercialisation de maisons individuelles, se distinguent de l’économie dans sa forme la plus commune sous deux rapports essentiels : elles tentent en chaque cas de mobiliser l’ensemble des savoirs disponibles sur les différentes dimensions de l’ordre social, soit, en vrac, la famille, l’État, l’école, les syndicats, les associations, etc. – et pas seulement, la banque, l’entreprise et le marché – ; et elles s’arment d’un système de concepts, qui, forgé en vue de rendre compte des données de l’observation, pourrait se présenter comme une théorie alternative pour comprendre l’action économique : le concept d’habitus, né de l’effort pour rendre compte des pratiques d’hommes et de femmes qui se sont trouvés jetés dans un cosmos économique étrange et étranger, importé et imposé par la colonisation, avec un équipement culturel et des dispositions, économiques notamment, acquis dans un univers précapitaliste ; le concept de capital culturel qui, élaboré et mis en œuvre à peu près au moment où Gary Becker mettait en circulation la notion de « capital humain », molle et vague, et lourdement grevée de présupposés sociologiquement inacceptables, visait à rendre compte de différences autrement inexplicables dans les performances scolaires d’enfants inégalement dotés culturellement et, plus généralement, dans toutes sortes de pratiques culturelles ou économiques ; le concept de capital social que j’avais forgé, dès mes premiers travaux d’ethnologie en Kabylie ou en Béarn, pour rendre compte de différences résiduelles liées, grosso modo, aux ressources qui peuvent être réunies, par procuration, à travers des réseaux de « relations » plus ou moins nombreuses et plus ou moins riches, et qui, souvent associé aujourd’hui au nom de James Coleman, responsable de son lancement sur le marché hautement protégé de la sociologie américaine, est fréquemment utilisé pour corriger, à travers l’effet des « social networks », les implications du modèle dominant1 ; le concept de capital symbolique, que j’ai dû construire pour rendre compte de la logique de l’économie de l’honneur et de la « bonne foi » et que j’ai pu préciser et affiner dans, par et pour l’analyse de l’économie des biens symboliques, et tout spécialement des œuvres d’art ; enfin, et surtout, la notion de champ, qui a connu un certain succès, sous une forme dégriffée et souvent un peu délavée, dans la « New Economic Sociology »2. L’introduction de ces notions n’est qu’un aspect d’un changement plus global de langage (marqué par exemple par la substitution du lexique de la disposition à celui de la décision ou de l’adjectif « raisonnable » à celui de « rationnel »), qui est indispensable pour exprimer une vision de l’action radicalement différente de celle qui fonde, de manière le plus souvent implicite, la théorie néo-classique.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.