//img.uscri.be/pth/46af7db471e10a7ba9240487c6a5f08cc13f7ef4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,50 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les violences sexuelles sur mineurs

De
259 pages
Outreau, Angers, ... : les scandales occultent en partie la permanence et l'étendue d'une réalité douloureuse. Chaque jour, en France, des enfants, des adolescents, sont maltraités, violentés. Dans cet ouvrage, l'auteur, psychologue clinicienne, publie ses analyses, à partir d'enquêtes et d'interviews de jeunes victimes d'agressions sexuelles en cours de reconstruction. Une étude de la plus brûlante actualité. Les enfants abusés ont besoin du soutien d'adultes non défaillants et de la reconnaissance de la société.
Voir plus Voir moins

A Frédérique et Juliette A Adeline Garcia

REMERCIEMENTS

Toute ma gratitude va à celles et ceux sans qui ce travail n’aurait pas été possible : je remercie Ludivine, Julie et sa famille, pour leur accueil et la confiance qu’elles m’ont accordée ; ainsi qu’Alice qui a accepté de témoigner. Je suis également reconnaissante à Yolande Govindama et Madeleine Thomas pour leurs précieux conseils et à Denis Pryen qui a permis la publication de cet ouvrage. Enfin, je tiens à remercier mes parents, ma famille et Sébastien.

TABLE DES MATIERES
Préface ------------------------------------------------------------ 13 Introduction ----------------------------------------------------- 17 Première partie. Le champ conceptuel de l’étude des violences sexuelles sur mineur-e-s et du rôle de la justice ------------------------------------------------------------- 23 Chapitre 1. Victime, traumatisme, violences sexuelles et justice ---------------------------------------------------------- 25 I. De la victime émissaire à la victimologie --------------- 25 1) Regards sur les victimes ------------------------------- 25 2) Naissance et développement de la victimologie ---- 26 II. Qu’est-ce qu’un traumatisme psychique ? ------------- 27 1) Traumatisme et psychanalyse ------------------------- 28 2) Le traumatisme en psychiatrie ------------------------ 31 III. La loi et sa fonction : garantir l’interdit, rétablir les limites ---------------------------------------------------------- 33 1) Le droit : une possibilité de structuration de l’individu et de la société --------------------------------- 33 2) Droits des victimes et protection de l’enfance : quelles politiques publiques ? ---------------------------- 39 3) La lutte contre les violences sexuelles --------------- 42 Chapitre 2. L’impact de l’effraction corporelle sur le développement psychoaffectif -------------------------------- 47 I. La construction psychique de l’enfance à l’âge adulte 47 1) La constitution de l’enveloppe psychique ----------- 47 2) Développement et problématiques psychiques ----- 49 II. Les troubles post-traumatiques -------------------------- 52

1) Syndrome psychotraumatique et état de stress post-traumatique ------------------------------------------- 52 2) Perturbations spécifiques engendrées par les violences sexuelles----------------------------------------- 55 III. Résilience : peut-on surmonter les traumatismes sans aide psychologique ? ----------------------------------- 60 Chapitre 3. La réparation psychologique : reconstruction thérapeutique et contribution judiciaire --------------------------------------------------------- 63 I. La prise en charge psychologique des victimes -------- 63 1) Les différents types de prise en charge : écouter, contenir, rétablir le sentiment de continuité psychique --------------------------------------------------- 63 2) Thérapie analytique : donner du sens à son histoire pour redevenir sujet ------------------------------ 67 II. Le déroulement de la procédure judiciaire : révélation, plainte, instruction, procès --------------------- 68 III. Le rôle de la justice dans la reconstruction psychologique ------------------------------------------------- 71 1) La reconnaissance de la victime et le rétablissement de l’interdit-------------------------------- 71 2) Les risques de victimisation secondaire ------------- 73 Deuxième partie. Le cadre de la recherche : méthodologie, présentation de l’échantillon d’études --- 75 Chapitre 4. L’étude de cas clinique ------------------------- 77 I. La constitution de l’échantillon d’étude et ses limites - 77 II. Des situations diversifiées-------------------------------- 78 1) Deux études de cas cliniques : Julie et Ludivine --- 78 2) Alice, agressée sexuellement à treize ans------------ 79 3) Les témoignages publiés : récits d’inceste et de pédophilie --------------------------------------------------- 80 III. Le recueil des données : entretiens et autres sources 84
8

1) L’entretien clinique de recherche--------------------- 85 2) Les autres sources : journal intime et récits publiés ------------------------------------------------------- 86 3) Mouvements transférentiels et contretransférentiels----------------------------------------------- 86 Chapitre 5. L’histoire des deux jeunes filles -------------- 89 I. Eléments contextuels : histoire familiale et personnelle----------------------------------------------------- 89 1) Le contexte familial ------------------------------------ 89 2) Le déroulement de l’enfance -------------------------- 91 II. Les violences sexuelles : éclatement du fantasme----- 93 1) Julie : la répétition des abus sexuels intrafamiliaux----------------------------------------------- 93 2) Ludivine : un viol extrafamilial ----------------------- 97 III. Révélation et procédure judiciaire---------------------- 99 IV. Le viol, une rupture dans la vie des victimes -------- 101 1) Julie : explosion des troubles après les révélations 102 2) Ludivine : de la lente autodestruction à la sortie des conduites de revictimisation ------------------------ 108 Troisième partie. Clinique et psychopathologie des violences sexuelles sur mineur-e-s. Le rôle du Tiers dans la reconstruction des victimes ------------------------ 115 Chapitre 6. Le syndrome psychotraumatique : les perturbations de la relation au corps et de la pensée -- 117 I. Violence contre violence. Le recours au corps par défaut de mentalisation-------------------------------------- 118 1) Autodestruction et conduites addictives ------------ 119 2) Les tentatives de suicide ------------------------------ 130 3) Les troubles de la sexualité : séduction et inhibition --------------------------------------------------- 134

9

II. Déstructuration de la pensée et du langage : fonctionnement psychique, intellectuel et fantasmatique ------------------------------------------------- 137 1) L’éclatement du fantasme et les défenses mobilisées-------------------------------------------------- 137 2) La difficulté à évoluer dans un espace transitionnel : inhibition, économie addictive, clivage et faux-self---------------------------------------- 142 3) L’angoisse ---------------------------------------------- 146 4) L’impact des circonstances des violences sexuelles---------------------------------------------------- 148 Chapitre 7. L’enfant dans la réalité intersubjective ---- 153 I. Enfant abusé, enfant exposé ?---------------------------- 153 1) Histoire familiale et transmission difficile --------- 153 2) Les conditions de la naissance et la place de l’enfant ----------------------------------------------------- 155 II. Les conséquences à long terme dans les relations avec les autres : compulsion de répétition, fusion et dépendance --------------------------------------------------- 161 1) De l’enfant exposé à l’enfant qui s’expose : l’identification aux parents ------------------------------ 161 2) Entre agressivité et soumission masochique : les conduites de revictimisation ----------------------------- 163 3) L’indifférenciation entre soi et l’autre : relations fusionnelles ------------------------------------------------ 170 III. Du silence à la révélation : l’appel à l’aide par les symptômes ---------------------------------------------------- 172 1) Enfermée dans le silence, la victime utilise le langage du corps ------------------------------------------ 172 2) De la difficulté des parents à protéger leur enfant- 175

10

Chapitre 8. Le recours au Tiers : production du symbolique ------------------------------------------------------ 181 I. Sortir du silence pour redevenir sujet : le rôle de l’entourage ---------------------------------------------------- 181 1) La révélation : libération ou nouvelle effraction ?- 182 2) Le nécessaire partage---------------------------------- 184 3) L’hôpital : un endroit contenant ? ------------------- 186 II. Psychothérapies : produire du sens--------------------- 188 1) Elaborer le trauma en thérapie ----------------------- 188 2) Le traumatisme réintégré dans l’histoire personnelle------------------------------------------------- 193 III. La procédure judiciaire : affirmation des interdits fondamentaux ------------------------------------------------ 195 1) Rappeler les places de chacun------------------------ 195 2) Les risques de victimisation secondaire ------------ 199 IV. Sortir de la répétition en redevenant sujet------------ 205 Conclusion ------------------------------------------------------ 209 Glossaire--------------------------------------------------------- 211 Sigles et acronymes-------------------------------------------- 215 Annexes---------------------------------------------------------- 217 Annexe I. Témoignages ---------------------------------------- 217 Julie ------------------------------------------------------------ 217 Ludivine------------------------------------------------------- 226 Annexe II. La justice face aux violences sexuelles --------- 241 1) Les lois sur les infractions à caractère sexuel --------- 241 2) La procédure judiciaire ---------------------------------- 243

11

Annexe III. Données statistiques------------------------------ 246 1) Enquêtes de victimation --------------------------------- 246 2) Enfants maltraités en 2004.------------------------------ 247 3) Statistiques de la police et de la justice ---------------- 248 Annexe IV. Quelques références d’aide aux victimes ----- 250 Bibliographie --------------------------------------------------- 251 I. Généralités. Culture, psychanalyse, enfance et psychopathologie--------------------------------------------- 251 II. Victimes et traumatisme --------------------------------- 254 III. Justice et violences sexuelles -------------------------- 256 IV. Témoignages --------------------------------------------- 258 V. Encyclopaedia Universalis, 2000----------------------- 258

12

PREFACE
L’ouvrage de Caroline More est le fruit d’une étude approfondie menée dans le cadre universitaire. Il permet d’appréhender, d’une manière originale, un sujet aussi délicat que « Les violences sexuelles sur mineurs ». Cette approche spécifique à la charnière de l’anthropologie juridique, de l’anthropologie culturelle et de la psychanalyse, montre, non seulement la complémentarité de ces trois champs disciplinaires pour traiter ce sujet, mais surtout la fonction symbolique réparatrice de la loi pénale (associée ou non à la loi de la protection de l’enfance) dans le cadre des abus sexuels. L’intervention de la loi réprime l’acte impliquant la signification de l’Interdit et le rappel du tabou qui a été transgressé. Ainsi, la loi réintroduit le respect de l’ordre généalogique qui préserve la différence des générations et devient le garant des intérêts de la filiation, ce qui est sa mission dans le droit civil. Une autre originalité de cet ouvrage réside dans la méthode employée pour le recueil des données. En effet, l’auteur a utilisé une méthode d’études de cas autobiographiques, en comparant des cas cliniques avec d’autres cas dans la littérature traitant de ce sujet. Elle s’est ensuite livrée à une analyse qualitative de manière à montrer les traits spécifiques des personnes qui ont été abusées et la fonction de la loi dans les deux échantillons de population. Sur le plan de la dynamique psychique, l’auteur étudie les variations des conduites consécutives à l’abus avant et après le dévoilement de l’acte à la justice pour mettre en évidence la fonction thérapeutique de la loi, impliquant bien sûr un accompagnement psychologique.

Parallèlement, l’échec de la psychothérapie, en-dehors du dépôt de plainte, interroge sur la fonction refoulante que recherche la victime dans l’intervention de la loi. En effet, tout au long de son ouvrage, l’auteur nous montre que tout abus sexuel implique une effraction psychique confrontant le sujet au réel de la mort., à une angoisse de néantisation de soi, et à une déshumanisation. Il s’agit du « meurtre du sujet » impliquant la mise en acte d’un fantasme d’infanticide maternel ou parental à travers les abus qui, dans la plupart des cas, ont succédé à une maltraitance physique ou psychologique. La culpabilité de la victime qui a intériorisé celle de son abuseur, qui fait tout pour que cela soit ainsi, a pour origine la culpabilité de vivre chez tout enfant exposé à des sévices qui se vit comme « insatisfaisant », « non gratifiant » pour ses parents. Le fantasme d’infanticide parental est alors mis à l’épreuve dans les abus et par la suite dans les conduites déviantes qui en découlent. Le meurtre symbolique de l’enfant du désir parental pour advenir comme sujet désirant devient réalité (meurtre de soi). Quant au meurtre « du féminin » consécutif aux abus sexuels que décrit l’auteur, il a été exprimé dans les études américaines portant sur ce thème dans les années 1970 ; il se traduit par une corrélation entre l’abus sexuel dans l’enfance et les psychopathologies à l’âge adulte. Ces femmes sont devenus des prostituées, des toxicomanes et ont des tendances suicidaires. Elles deviennent ainsi objet de jouissance de l’autre dans une relation instrumentalisée dans le rapport homme-femme, ou de soi-même dans l’autodestruction, ce qui se retrouve dans cet ouvrage. La complicité consciente ou inconsciente du parent non abuseur renforce l’identification du sujet au mauvais objet et sa culpabilité d’exister. Etant donné que les abus sexuels intrafamiliaux ou extrafamiliaux touchent tous les milieux socioculturels
14

dans la société moderne, et que les connaissances sur l’enfant, tant du point de vue scientifique que psychologique, nous montrent qu’il est une personne dès sa naissance, il y a là un paradoxe qui nous interroge. Un autre paradoxe qui découle du précédent devient pertinent, celui du tabou de l’inceste et de la fonction refoulante de la culture dans la société moderne. Certes dès 1912, Freud dans son ouvrage Totem et tabou nous démontre l’universalité d’un fantasme d’inceste comme un désir inconscient refoulé et il accorde à la culture occidentale une fonction opérante dans le refoulement ; par contre, il ne reconnaît pas cette fonction refoulante chez les primitifs qui, selon lui, ont encore besoin d’un auxiliaire de leur surmoi dans la pratique des rites pour entretenir le refoulement. Doit-on en déduire que la recrudescence de l’inceste dans la société moderne serait liée à un processus d’acculturation négative entraînant une rupture généalogique ? Bien que Freud ait utilisé la culture occidentale pour faire la lecture de l’inconscient, il n’en demeure pas moins qu’il a montré que ce tabou est universel. Peut-on penser que la société moderne confond aujourd’hui fantasme et réalité culturelle, en prônant une culture de fantasme favorisant l’absence de refoulement ? En 1951, Devereux, fondateur de l’ethnopsychiatrie, met en garde l’Occident contre les effets d’une acculturation négative qui serait compromettante pour la santé mentale. En 1956, il nous démontre comment les cultures avec un petit « c » ont leur spécificité dans la définition de leurs propres valeurs et tabous notamment symboliques, mais elles conduisent toutes vers la Culture humaine avec un grand « C », c’est-à-dire vers le respect des tabous fondamentaux de l’humanité (tabou de meurtre et d’inceste).

15

Le primitif freudien serait alors en nous tous, incarnant les restes de la phylogenèse de l’humanité avec les instincts de meurtre et d’inceste, instincts destinés au refoulement grâce à notre humanisation en passant par les cultures avec un petit « c ». Ce primitif renvoie aux fantasmes originaires, relégués dans les mythes fondateurs des civilisations qui sont les dépositaires des tabous et structurent l’ordre symbolique. Cet ouvrage peut servir de base à la construction d’un questionnaire épidémiologique sur ce thème avec une équipe pluridisciplinaire pour être soumis à une population plus importante de manière à éprouver les hypothèses soulevées dans cette étude dans une perspective préventive. Yolande Govindama Université Paris V – René Descartes Institut de psychologie – Centre Henri Piéron

16

INTRODUCTION
« Le viol est tel un meurtre qui laisse la victime vivante » 1 . Toute violence sexuelle est porteuse de mort et envahit l’individu dans sa totalité : impossibilité de se représenter l’impensable, effraction du corps et franchissement des limites. Le sujet est utilisé comme objet de jouissance, déshumanisé. Sur des personnes dont la maturité sexuelle n’est pas acquise, l’acte est d’autant plus déstructurant qu’il n’a pas de sens possible. Commis par un adulte, il transgresse l’ordre symbolique de la différence des générations et les interdits fondamentaux et structurants. En inscrivant dans la réalité ce qui doit rester à l’état de fantasme, il brouille les repères et provoque une excitation que l’enfant n’est pas à même d’élaborer psychiquement et de maîtriser. La relation d’emprise enferme l’enfant dans le silence : il respecte le secret imposé par l’adulte par peur, honte et culpabilité. Il existe une grande variété de situations. La loi distingue trois types d’infractions. Les actes sexuels imposés sont différenciés en viols, en cas de pénétration, et agressions sexuelles. La notion de contrainte, violence ou surprise n’est pas nécessaire pour qualifier l’atteinte sexuelle sur mineur de moins de quinze ans, celui-ci étant considéré comme incapable de donner un consentement éclairé 2 . Dans cet ouvrage, pour simplifier le discours, les termes d’agressions, de violences, de sévices et d’abus sexuels seront utilisés comme équivalents.

Philippe Bessoles, Le meurtre du féminin. Clinique du viol, Paris, Théétète, 1997, 2000, p. 9. 2 Cf. Annexe II, La justice face aux violences sexuelles, pp. 241-242.

1

Depuis les premières campagnes de prévention à la fin des années 1980, la question des abus sexuels sur mineurs prend de plus en plus d’importance en France. Les médias traitent régulièrement du sujet, par le biais d’affaires spectaculaires. En Belgique, l’affaire Dutroux provoque beaucoup d’émotion. Sorti de prison après avoir purgé une peine pour viols, dont certains sur des mineures, Marc Dutroux, avec la complicité de deux autres personnes, enlève, séquestre et viole six jeunes filles âgées de huit à dix-neuf ans, entre 1995 et 1996 ; quatre sont retrouvées mortes. Interpellé en 1996, il est condamné le 17 juin 2004, à l’issue d’un procès qui dure plusieurs mois, à la prison à perpétuité. Cette affaire a choqué, tant par la gravité des actes commis, que par les errements judicaires, analysés par la suite par une commission d’enquête parlementaire. En France, deux affaires sont largement relayées par les médias. Dans l’affaire dite de pédophilie d’Outreau, dix-sept personnes sont renvoyées devant la Cour d’assises pour des viols et agressions sexuelles sur dix-huit enfants. A l’issue des deux procès, à Saint-Omer au printemps 2004 et à Paris en novembre 2005, après que la plupart des charges se soient effondrées, et bien que certains enfants aient continué d’accuser leurs (beaux)parents, treize personnes sont acquittées. Elles bénéficient alors d’une audience exceptionnelle : excuses publiques, au nom de l’institution judiciaire, du Procureur général lors du procès en appel et du Ministre de la justice, lettre adressée à chacun des acquittés par le Président de la République ; réception à Matignon, indemnisations record. Les quatre autres accusés, deux couples, condamnés en première instance, n’ont pas fait appel, reconnaissant les faits. Au printemps 2005, le procès pour pédophilie d’Angers, qui juge des faits de proxénétisme, de viols et d’agressions sexuelles sur mineurs commis entre 1999 et
18

2002, est exceptionnel par le nombre d’accusés - soixantecinq - le nombre de victimes - quarante-cinq - et la sévérité des peines infligées aux trois récidivistes, jusqu’à vingt-huit ans de réclusion criminelle. A l’issue de ce procès, vingt-cinq femmes et trente-sept hommes sont condamnés. Ces deux affaires ont mis en évidence le rôle actif que peuvent jouer les femmes dans les sévices sexuels, alors que la société continue de sacraliser les mères et garde l’image d’une sexualité féminine passive et non violente, difficilement compatible avec ce type d’actes. En outre, elles ont montré les carences des services sociaux, qui ont tardé à signaler les enfants victimes, et de l’institution judiciaire. Trois hommes condamnés à Angers étaient récidivistes ; l’un d’eux n’a jamais été inquiété après sa sortie de prison, en 1999, bien qu’il ne se soit pas soumis à toutes les exigences du sursis. Dans l’affaire d’Outreau, à la suite des deux procès, les modalités et la multiplication des auditions des enfants, le déroulement de l’instruction, les décisions de mise en détention provisoire et les conclusions des experts sont dénoncés par les médias, les professionnels et les politiques. Une commission d’enquête parlementaire est chargée d’évaluer les dysfonctionnements de l’ensemble de la procédure judiciaire. Le sujet suscite un certain malaise et des prises de position parfois excessives, que ce soit pour dénoncer une protection des enfants jugée défaillante, ou à l’inverse une sacralisation de leur parole et une dramatisation des violences sexuelles, conduisant à des mises en cause et des condamnations disproportionnées 3 . De nombreux récits
3

Parmi les nombreux articles parus à l’occasion des procès de l’affaire d’Outreau et d’Angers, on peut citer : Florence Rault (avocate), « Les principes fondamentaux de la justice sont bafoués

19

sont également publiés sur ce thème, qu’il s’agisse de témoignages d’anciennes victimes ou de personnes mises en cause avant de bénéficier d’un classement, d’un nonlieu, d’une relaxe ou d’un acquittement. Il est difficile d’évaluer avec exactitude le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels. Plusieurs sources sont disponibles 4 . Les chiffres officiels ne recensent que les affaires ayant donné lieu à un traitement social signalements aux Conseils généraux - ou judiciaire enquêtes de police et de gendarmerie, condamnations. Les sondages sur la population générale présentent les limites de la subjectivité. Une enquête de l’INSERM (2003) estime que 8% des jeunes femmes et 4% des jeunes hommes ont été abusés avant l’âge de dix-huit ans 5 . Les résultats de l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF, 2000) indiquent que 6% des femmes ont subi une agression sexuelle alors qu’elles étaient mineures. Les statistiques de la police et de la justice montrent une augmentation du nombre de plaintes et de condamnations. En 2004, les statistiques criminelles du Ministère de l’Intérieur font état de près de trente-quatre
dans les affaires à caractère sexuel », Libération, 25/05/2004, « Il devient moins risqué de commettre un meurtre que d’être accusé de viol. (…) Le renversement de la charge de la preuve est non seulement admis, mais revendiqué au nom d’une prétendue protection des victimes ». Jacques Barillon (avocat) et Paul Bensussan (psychiatre expert) ont signé de nombreuses tribunes, dont « Au–delà d’Outreau », Libération, 1/06/2004. Interview de Xavier Lameyre, magistrat, « Le traitement pénal des violences sexuelles est démesuré », Le Monde, 6/05/2005. 4 Cf. Annexe III. Données statistiques, pp. 246-249 pour plus de précisions sur l’ensemble des statistiques présentées ici et les méthodologies utilisées. 5 Blandine Grosjean, « Quand l’abus sexuel mène au crash », Libération, 11/04/03.

20

mille infractions sexuelles commises à l’encontre de mineurs ; tandis qu’en 2000, les tribunaux prononcent 5028 condamnations pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. Les personnes mises en cause font souvent partie de l’entourage proche des jeunes, plus particulièrement du cercle familial. Ce sont principalement des hommes adultes mais on retrouve également des mineurs et des femmes 6 . Les violences intrafamiliales sont sans doute sous-évaluées, dans la mesure où elles sont moins souvent révélées. Elles touchent tous les milieux sociaux mais sont plus facilement repérables dans les couches défavorisées, qui font l’objet d’un suivi social. En 2005, le rapport annuel de l’Observatoire décentralisé à l’action sociale (ODAS), établi à partir des signalements adressés aux Conseils généraux, recense dixneuf mille enfants maltraités en 2004, dont 5500 victimes de violences sexuelles. Ces deux chiffres connaissent des variations d’une année à l’autre mais sont relativement stables depuis 2002. Le biais social est opérant dans ces statistiques dans la mesure où les enfants sont repérés par les travailleurs sociaux, qui ont identifié un facteur de danger de type social chez un quart des enfants signalés en 2004 : difficultés financières, d’habitat et de cadre de vie, marginalité. Dans une perspective de prévention et de soin, il est essentiel de comprendre dans quel contexte se déroulent les abus sexuels, les conséquences qu’ils entraînent et la manière dont les enfants victimes peuvent être aidés. Les violences sexuelles s’inscrivent dans une dynamique familiale. L’enfant abusé est exposé par le barrage de la
6

Cf. « Les infractions sexuelles sur mineurs en hausse », Le Monde, 13/01/02. Marie-Pierre Porchy, Les silences de la loi. Un juge face à l’inceste, Paris, Hachette Littératures, 2003, pp. 164-176. Statistiques du Ministère de l’Intérieur (2004), www.interieur.gouv.fr.

21

transmission du symbolique ; enfermé dans le silence, il lance néanmoins des signaux qui ne sont pas toujours entendus par l’entourage. Pour faire face à ces violences, des mécanismes de défense archaïques se mettent en place : clivage, déni, sidération, identification à l’agresseur, identification projective. Les troubles psychopathologiques touchent au corps : problématique de l’agir, troubles psychosomatiques, par exemple, et à la pensée : déstructuration. Les effets du traumatisme dépendent de multiples facteurs : le contexte des agressions d’abord, nature des actes subis et de la relation avec l’abuseur ; les facteurs de protection dont dispose l’enfant ensuite : structuration psychique antérieure et environnement familial ; le soutien et la prise en charge, enfin, dont il bénéficie par la suite. A défaut, celui-ci peut se construire une identité de traumatisé, avec des conduites de revictimisation, et éventuellement devenir un parent exposant. Face à la fusion déstabilisante entre l’adulte et l’enfant, quelle réponse adaptée et structurante permet de remettre l’enfant à sa place d’enfant, de rétablir les limites et de poser clairement les positions de victime et d’agresseur ? L’intervention de la justice et de la loi peuvent-elles contribuer à la réparation, par la reconnaissance du statut de victime et le rétablissement de la fonction symbolique de Tiers ? Quel rôle peuvent jouer l’accompagnement thérapeutique et le soutien de l’entourage ? Quel risque en cas d’échec ?

22

PREMIERE PARTIE. Le champ conceptuel de l’étude des violences sexuelles sur mineur-e-s et du rôle de la justice

CHAPITRE 1.

VICTIME, TRAUMATISME, VIOLENCES SEXUELLES ET JUSTICE

I. De la victime émissaire à la victimologie Le regard sur les victimes a évolué au cours de l’histoire, jusqu’à la naissance de recherches et de prises en charge au niveau thérapeutique et politique au XXe siècle et au développement de la victimologie au cours des trente dernières années 7 . 1) Regards sur les victimes Le terme de victime est rarement utilisé avant le XVe siècle. La victime a d’abord été considérée dans une perspective religieuse, comme une victime expiatoire et innocente, dont le sacrifice a valeur de rachat, réparation ou repentir. Pour René Girard (1972), il existe une violence extrême depuis l’origine de l’humanité. La conquête de l’objet entraîne une surenchère de violence, dite violence mimétique, l’objet est perdu de vue au profit d’une lutte à mort entre les rivaux. L’intervention d’un Tiers évite la déstructuration. La victime émissaire cristallise toute la haine de la société et permet d’évacuer
7

Cette évolution est retracée dans divers ouvrages, parmi lesquels on peut citer : Carole Damiani, Les victimes, Paris, Bayard, 1997 ; Robert Cario, Victimologie. De l’effraction du lien intersubjectif, à la restauration sociale, Paris, L’Harmattan, vol. 1, 2001 ; J. Audet et J-F Katz, Précis de victimologie générale, Paris, Dunod, 1999.

25