Libre de le dire

De
Publié par

Saviez-vous que la laïcité fut inventée au XVIIe siècle par un chrétien ?

Victime de la persécution, le puritain Roger Williams dut fuir l’Angleterre et c’est en Amérique, au moment de fonder l’État de Rhode Island qu’il a évoqué le « mur de séparation » entre l’Église et l’État – formule que Thomas Jefferson, 3e président des États-Unis, rendra célèbre.

La Laïcité fut donc créée non pas hors ou contre la religion, mais au cœur d’une réflexion chrétienne sur le bien vivre ensemble. Ce chrétien ardent et mili- tant pour sa foi ne défendait pas seulement sa propre religion, mais souhaitait étendre cette liberté de conscience et d’expression à tous.


« Dans le droit fil de cette histoire, le Conseil national des évangéliques de France a décidé de mener campagne sur ce thème sous le libellé « Libre de le dire ». Il espère contribuer à la réflexion sur cet acquis si précieux de nos sociétés démocratiques. À un moment où la peur des religions obscurcit le discernement et conduit certains dirigeants politiques à vouloir aseptiser la sphère publique de tout discours religieux, nous voulons redire qu’il n’y a pas de démocratie digne de ce nom sans réelle liberté de conscience et d’expression. » —Étienne Lhermenault, Président du Cnef
« Non, la laïcité n’a pas pour objet d’intimer aux individus l’ordre de garder pour eux leurs convictions philosophiques ou religieuses, mais bien plutôt d’en permettre l’expression de façon apaisée et constructive. C’est bien dans cet esprit, respectueux des choix d’autrui, mais libres dans l’expression de toutes leurs convictions, que les protestants évangéliques veulent contribuer au débat public. » —Daniel Liechti, Vice président du Cnef
Cet ouvrage se veut une réflexion de fond conduite par six experts dans les domaines théologique, historique, philosophique, sociologique et juridique.
Publié le : jeudi 22 janvier 2015
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782362492860
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait
Préface

Issues de branches du protestantisme qui plongent leurs racines dans les xvie et xviie siècles, les Églises évangéliques ont toujours été préoccupées par les questions de liberté de conscience et d’expression. Il faut dire que, bien avant la naissance de nos démocraties, les anabaptistes mennonites, puis les baptistes, ont défendu l’idée que la foi des sujets d’un royaume ne devrait pas dépendre de celle du souverain. Et c’est l’un d’eux, le pasteur Roger Williams, qui, au milieu du xviie siècle, a jeté les bases d’un État laïque dans les colonies d’Amérique.

Ainsi, contrairement aux idées reçues, la liberté de conscience et d’expression et la séparation des Églises et de l’État trouvent leur origine non hors de la religion, mais en son sein. Et il convient de préciser : au sein d’une branche du christianisme qui s’est toujours fait remarquer par son militantisme. Comme l’écrit Jean Baubérot, « Williams pouvait accueillir dans le Rhode Island des quakers pourchassés, cela ne l’empêchait pas de polémiquer doctrinalement avec eux ».

D’avoir eu raison avant l’heure a valu aux protestants évangéliques bien des difficultés. Jusqu’au xixe siècle en France, ils ont connu l’opprobre et la persécution comme le décrit si bien Jean-Yves Carluer dans les pages qui suivent. Cela n’a fait qu’aiguiser leur intérêt pour la liberté de conscience et d’expression. Et il faut bien entendre la liberté de tous et non pas seulement la leur.

Dans le droit fil de cette histoire, le Conseil national des évangéliques de France a décidé de mener campagne sur ce thème sous le libellé « Libre de le dire ». En publiant le présent ouvrage, il espère contribuer à la réflexion sur cet acquis si précieux de nos sociétés démocratiques. À un moment où la peur des religions obscurcit le discernement et conduit certains dirigeants politiques à vouloir aseptiser la sphère publique de tout discours religieux, nous voulons redire qu’il n’y a pas de démocratie digne de ce nom sans réelle liberté de conscience et d’expression.

Étienne Lhermenault. Président du Cnef
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.