Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Libre échange, commerce protecteur, agriculture

De
59 pages

Je cessais à peine de parcourir les documents que nous fournit la Direction générale des douanes, où l’on trouve des renseignements concernant les études de la section de sylviculture de la Société des agriculteurs de France, lorsque j’ai eu la bonne fortune de lire le très intéressant travail fait par M. le comte de Luçay, au nom de la section d’économie et de législation rurale de la même société. La connexité de ces deux ordres d’idées m’a fait souvenir des théories sur les questions économiques si occupantes depuis près de vingt-trois ans et dont nous sommes appelés à voir aujourd’hui, le succès ou la chute.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Victor-Amédée Barbié Du Bocage

Libre échange, commerce protecteur, agriculture

Essai sur les théories commerciales

ESSAI SUR LES THÉORIES COMMERCIALES

Je cessais à peine de parcourir les documents que nous fournit la Direction générale des douanes, où l’on trouve des renseignements concernant les études de la section de sylviculture de la Société des agriculteurs de France, lorsque j’ai eu la bonne fortune de lire le très intéressant travail fait par M. le comte de Luçay, au nom de la section d’économie et de législation rurale de la même société. La connexité de ces deux ordres d’idées m’a fait souvenir des théories sur les questions économiques si occupantes depuis près de vingt-trois ans et dont nous sommes appelés à voir aujourd’hui, le succès ou la chute. En l’année 1883 comme en celle de 1860, ces théories ont conservé leurs noms primitifs : l’une s’appelle le libre-échange, l’autre la protection.

L’avenir démontrera que la première de ces doctrines, celle qui enseigne le libre-échange, n’a pas satisfait mes sentiments. Dès son origine la doctrine du libre-échange fut loin de me paraître sérieusement et avantageusement praticable ; j’avais beau faire, songeant, à ce que je croyais être les vrais intérêts de mon pays, je lui préférais toujours le système de protection.

En y réfléchissant, j’étais là comme entre deux fleuves impétueux : l’un venant d’une source naturelle, l’autre ayant une origine et un parcours dus aux travaux humains. Plus tard, le premier continuerait de couler à la satisfaction de tous, et le second, si le temps lui faisait quelques fissures, s’écoulant le long du chemin, disparaîtrait.

Si je me reporte aujourd’hui à l’année 1860, je me souviens de la peine extrême que me causèrent alors les hommes d’État anglais. Habiles dans la connaissance des intérèts de leur pays, redoutant l’importance que prenait en France la plupart des branches de fabrication, ils sont venus séduire ici des Français auxquels l’économie réelle était inscrite avec des caractères absolument neutres et qui ne savaient lire dans la réalité que les lettres affectées à leur politique personnelle. Je me souviens qu’alors j’ai parlé de cela à bien des amis, et peu ont admis la conclusion de mes plaidoieries.

C’est absurde, disaient nos profonds économes, de prétendre que nos produits répandus dans tout le monde ne vont pas avoir un formidable succès. Nos marchandises vont augmenter dans des proportions inconnues, et comme elles s’accroîtront la jouissance de la vie et le bien-être général. Au bout de cinq ou six ans on disait encore : Voyez comme votre opinion était mal conçue. Nous vendons dix fois autant que par le passé et la France devient le grenier d’où le monde entier tire ses approvisionnements. Les étrangers il est vrai nous offrent certains produits ou certaines marchandises que nous laissons entrer à meilleur compte qu’autrefois sur notre territoire et dont la consommation profite. C’est en plus petite quantité la compensation du bénéfice qui représente ce que nous gagnons chez les autres et même favorise la production de nos marchandises fabriquées, puisqu’ils nous donnent un point de départ d’un prix moins élevé.

J’avoue que, devant ces paroles, j’ai eu peur de m’être absolument trompé. J’ai cru que les autres disaient vrai et ce n’est que, par la suite, en examinant les résultats obtenus par le succès de cette théorie du libre-échange que j’ai pu prévoir ce qui allait arriver.

Mes premières idées se sont portées sur les termes dont on se servait.

L’expression échange admet qu’on est le maître, dans tous les cas, de donner un produit quelconque pour en recevoir un autre. Celle de commerce porte à penser qu’on n’a le droit de céder un produit contre un autre qu’autant qu’on y a avantage. En un mot, commercer n’est pas échanger. Commercer pour ne rien gagner est une gêne absolument inutile. Echanger librement, c’est troquer un produit quelconque, plus ou moins coûteux, pour jouir d’un autre qui sort à valeur égale de la nature elle-même ou de la fabrique. Or, en libre-échange commercial on n’échangera un produit fabriqué chez soi contre un produit naturel ou fabriqué ailleurs, que pour se donner un bénéfice ; et cela, dans les termes du traité fait entre les échangistes ; mais quand on a conclu ce traité, il est certains produits naturels que le pays étranger ne savait pas avoir et que notre pays ne croyait pas qu’il eût. Il en est de même pour les produits qu’on invente ou ceux dont on a bonifié la confection. Il y a donc là une erreur grave, dans laquelle il ne fallait pas donner. Ici, échanger, c’est se lancer dans l’inconnu, cela peut être une dépense.

La pratique du commerce est au contraire de donner son produit fabriqué pour un produit qui représente une somme supérieure à celle que le vôtre a coûté ; c’est une opération où l’esprit a une large part, où il fixe ce qu’il désire et modifie son affirmation suivant les occasions : cela doit être un bénéfice.

Dans le libre-échange vous ne tenez pas le bon bout, dans le commerce, le bon bout est à vous et vous auriez tort de vous en défaire. C’est dans ces deux explications que git toute la différence qu’on va chercher à vous présenter dans chaque page de ce travail.

On peut se rappeler ce qui arrive lorsqu’on défriche des bois médiocres. Les terres que les grands végétaux recouvraient, mises vite en culture, ne rendent pendant les deux ou trois premières années que de pauvres récoltes. Cela tient à ce que ces années ont achevé de corrompre les derniers détritus des bois très nuisibles dans leur état premier et les ont changés en humus qui, joint à celui que depuis longtemps la terre renfermait, la rend féconde et produit de superbes moissons. Cela dure un assez grand nombre d’années sans qu’en ait besoin d’y remettre du fumier. De là, pour le cultivateur, un bénéfice assez agréable à toucher. Mais, les années marchent, et, quand la terre produit des céréales, son humus absorbé s’en va peu à peu et si vite même que, si l’on n’y met pas de fumier, elle finit par ne plus rien rendre et, si même on en met, de ce fumier, il faut que ce soit en telle quantité, que la fumure coûte plus cher que la récolte. Eh bien, la théorie, dite du libre-échange, est arrivée au même résultat.