Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Lire Lacan. L'éthique de la psychanalyse.

De
0 page

L’éthique de la psychanalyse n’a pas à déborder sur le champ social. Elle peut néanmoins l’éclairer en ses moments de crise, là où quelqu’un résiste jusqu’à la folie pour ne pas se laisser réduire à une personne qui n’aurait que des droits et des devoirs.


Voir plus Voir moins

cover.jpg

Lire Lacan :
L’éthique de la psychanalyse

Le Séminaire VII

 

Jean Ansaldi

 

La numérisation de cet ouvrage a reçu le soutien du CNL

 

img1.jpg

 

Et de la région Languedoc Roussillon

 

img2.png

 

Présentation du livre : L’éthique de la psychanalyse n’a pas à déborder sur le champ social. Elle peut néanmoins l’éclairer en ses moments de crise, là où quelqu’un résiste jusqu’à la folie pour ne pas se laisser réduire à une personne qui n’aurait que des droits et des devoirs.

Auteur : Jean Ansaldi est Doyen honoraire et ancien professeur à la Faculté de théologie protestante de Montpellier, ancien enseignant à l’Université Montpellier III (DEA de psychanalyse). Il est l’auteur de nombreuses publications à l’articulation de la théologie, de l’éthique et de la psychanalyse.

 

Table des matières

 

Avertissement

Introduction

L’éthique aristotélicienne

Introduction

Les grandes lignes de l’éthique d’Aristote

Synthèse

La notion de Das Ding

Introduction

Lectures de Freud

Autres approches de Das Ding

Morales et Das Ding

Kant avec Lacan1

Transition

Trajets Kantien

La philosophie dans le boudoir

Conclusion

La sublimation

Le concept de sublimation chez Freud

Le rapport à Das Ding

Sublimation et art-religion-science

La mort de Dieu

Introduction : le sujet lacanien

Lacan et la religion

Relecture lacanienne du parcours freudien

Nietzsche et la mort de Dieu

Reprise lacanienne de « la mort de Dieu »

L’amour

Freud et l’amour du prochain

L’amour dans l’éthique de Lacan

Conclusion provisoire

La jouissance de la transgression

Introduction

Le fantasme

La jouissance

Transition

Conclusion

La pulsion de mort

Au-delà du principe de plaisir

Jacques Lacan et la pulsion de mort

Conclusion

Le Bien

Introduction

La fonction du Bien

Créon et Antigone

Le Beau

Brefs rappels sur l’esthétique

Antigone et la limite

L’éthique de la psychanalyse Bilan et perspectives

Une éthique du sujet du désir inconscient

Une morale commune

La tension éthique-morale

 

« L’inconscient, c’est le social » affirme Jacques Lacan vers la fin de sa vie.

Déjà Freud avait levé le voile, qui, dans Psychologie des foules et analyse du moi, posait que « L’opposition entre la psychologie individuelle et la psychologie sociale, ou psychologie des foules, qui peut bien nous paraître à première vue très importante, perd beaucoup de son acuité si on l’examine à fond […]. La recherche psychanalytique nous a appris que toutes ces tendances sont l’expression des mêmes motions pulsionnelles qui, dans les relations entre les sexes, poussent à l’union sexuelle, et qui, dans d’autres cas, sont certes détournées de ce but sexuel ou empêchées de l’atteindre, mais qui n’en conservent pas moins assez de leur nature originelle pour garder une identité bien reconnaissable. » (Essais de psychanalyse, trad. nouvelle, Paris, Payot, 1981, P. 123)

Prendre au sérieux la dimension de l’inconscient dans le travail social, c’est en mesurer l’incidence aussi bien dans la rencontre clinique au cas par cas de chaque sujet, que dans les rapports des sujets entre eux, à savoir le lien social.

Il n’y a pas comme l’affirment certains, sans doute pour se débarrasser d’une question qui les embarrasse, le sujet d’un côté et le social de l’autre.

L’éthique de la psychanalyse pousse les travailleurs sociaux à se questionner en permanence sur la place qu’ils occupent dans l’espace social. Le discours analytique représente de fait une tentative pour affronter le malaise social, non pour l’évacuer, mais pour en situer plus précisément les contours, afin d’en dégager des actes en connaissance de cause.

En tant qu’acteurs sociaux, les professionnels de l’action sociale, ont le devoir de donner forme à ce qu’ils agissent auprès de populations opprimées de plus en plus nombreuses. Dans cette tentative la psychanalyse est un point d’appui solide, non seulement pour les concepts opératoires que l’on peut y emprunter, mais surtout pour l’attitude sans cesse questionnante qu’elle exige des intervenants sociaux, dans l’espace de la clinique mais aussi dans les relations inter-professionnelles.

Joseph Rouzel

Avertissement

Ce texte est constitué pour l'essentiel par un cours destiné aux étudiants de DEA de philosophie et de psychanalyse de l'Université de Montpellier III. C’est dire que l’on n’y trouvera pas un travail exégétique complet sur la totalité du Séminaire. Le nombre de rencontres étant trop réduit, il a fallu faire des choix. Or choisir c’est perdre ! De plus, le genre « résumé du contenu » était interdit car il ne s’agissait pas d’économiser aux étudiants la lecture directe de Jacques Lacan mais au contraire de faciliter la plongée personnelle dans l’œuvre du psychanalyste français.

Ce Séminaire, central de mon point de vue, est un travail piégé : Lacan y avance en s’appuyant sans cesse sur un débat serré avec Aristote et son Souverain Bien, Augustin et le péché originel, Descartes et le surgissement du sujet, Kant et l’impératif catégorique, Sade et son Être suprême en méchanceté, Bentham et l’éthique utilitariste, Nietzsche et le nouvel hédonisme, et bien d’autres encore. Comme à son habitude, il procède de manière plus allusive et synthétique qu’analytique. Qui ignore à peu près tout de ses interlocuteurs passe à côté de la visée première.

Par ailleurs il importe que les grandes notions lacaniennes soient en place. Exemple : Lacan posera la grande règle de l’éthique de l’analyse : « Ne cède pas sur ton désir ». Qui confond le désir et la jouissance conclura trop vite à un nouvel hédonisme, alors même que c’est à une éthique héroïque que l’auteur en appelle, éthique toujours située aux confins de la mort et dont l’Antigone de Sophocle fournira le paradigme !

C’est dire que les pages qui suivent entendent davantage éclairer le Séminaire lacanien de manière latérale que l’épuiser dans ses contenus. Bref, j’ai voulu développer ce que Lacan reçoit des auteurs qu’il appelle à la barre sans toujours les présenter à ses auditeurs ; mais aussi convoquer moi-même d’autres penseurs et à d’autres problématiques que l’auteur semble ignorer et qui sont, de mon point de vue, susceptibles d’aider à mieux percevoir l’originalité du propos lacanien ou, au contraire, à pointer que quelquefois il apporte des touches nouvelles sur des structures déjà perçues par d’autres.

Certes l’éthique lacanienne est avant tout éthique de la psychanalyse. Elle n’en interpelle pas moins d’autres pratiques sociales qui demeurent traversées par une tension latente : le choix entre d’une part une inévitable morale largement commune à une culture et, d’autre part, diverses éthiques de conviction dont Antigone demeure l’un des paradigmes possibles.

*

Mais, dira-t-on, pourquoi une telle étude dans une collection davantage préoccupée du champ social ? Pour deux raisons au moins :

1 – Qui se heurte aux difficultés de la vie commune en société est inévitablement confronté à la morale qui l’encadre. D’où vient-elle ? À quoi sert-elle ? S’origine-t-elle dans un contrat social largement transparent et négocié ? N’est-elle que le reflet des intérêts des plus puissants qui y règnent en pleine clarté ou en sous-main ? Provient-elle de la « nature de l’homme » ou d’un Dieu qui, par elle, conduit le monde en fonction d’un mystérieux dessein ?

L’éclairage lacanien est ici primordial qui nous éloigne tout autant des dénonciations faciles que des soumissions trop résignées. La morale s’avance masquée : non pas qu’elle cache avant tout les noirs projets des maîtres, encore que ceux-ci puissent à l’occasion s’en servir, mais parce qu’elle s’origine dans le désir inconscient de chacun d’entre nous : rejoindre un Souverain Bien qui nous a manqué et que nous quêtons sans cesse.

Dans ses contenus concrets, elle peut varier selon les cultures ; pourtant, dans tous les cas, elle est inéconomisable pour protéger les plus faibles du pervers ; de plus, elle s’impose parce qu’elle trouve en nos désirs déçus une alliance qui la fortifie.

Nul ne peut échapper à la morale : il importe du même coup de mieux maîtriser ses racines et sa logique.

2 – Mais si le « travailleur social » est surtout interpellé par la morale dans la mesure où ceux à qui il a affaire sont avant tout des « personnes » (persona = masque, rôle sur une scène de théâtre), s’il vise un certain rabotage des arrêtes trop vives de ses interlocuteurs afin qu’ils s’intègrent dans une vie commune, il ne peut aller jusqu’au bout de cette logique : nous servons des hommes et des femmes qui ne sont pas que des personnes mais qui sont aussi des sujets, des individualités irréductibles dans leur unicité.

C’est ici qu’intervient l’éthique lacanienne qui invite chacun à « ne pas céder sur l’ultime de son désir », même si celui-ci, à l’image d’Antigone, doit payer le prix social de son unicité. Certes, encore une fois, le « travailleur social » n’est pas psychanalyste et il importe que chacun demeure dans son champ d’action sans tout mélanger. Il n’empêche que si l’éthique n’est pas son affaire, en tout cas de manière principale, il ne peut pas ne pas la laisser éclairer latéralement le champ de sa pratique afin de pouvoir comprendre un peu la résistance occasionnelle, le comportement de tel ou tel qui peut paraître socialement suicidaire mais qui ne fait que dire qu’il se compte pour un au moment où il sent sa dimension de sujet sur le point d’être abolie par la nécessité du « vivre ensemble ».

Si donc il demeure vrai que l’éthique de la psychanalyse n’a pas à déborder sur le champ social car elle n’y a pas sa place de manière principale, elle peut néanmoins l’éclairer latéralement en ses moments de crise, là où quelqu’un résiste jusqu’à la folie pour ne pas se laisser réduire à une personne qui n’aurait que des droits et des devoirs.

Introduction

1 – Déjà, en son premier chapitre, Lacan se démarque d’un hédonisme spontanéiste en posant l’inéluctable de la culpabilité comme un fait de structure et non, simplement, comme le résultat d’accidents historiques individuels. Certes il y a en chacun de nous de la culpabilité « pathologique » liée aux avatars de notre histoire personnelle ; l’obsessionnel, avec ses symptômes spécifiques et son besoin de punition en est un exemple. Mais la culpabilité structurelle (il n’emploie pas ce terme) est d’un autre ordre : « S’il y a en effet quelque chose que l’analyse a pointé, c’est bien au-delà du sentiment d’obligation à proprement parler, l’importance de l’omniprésence, dirions-nous, du sentiment de culpabilité »{. Freud l’avait déjà noté dans le mythe fondateur de }Totem et tabou : le pacte du « vivre ensemble » entre les frères, et donc toute vie collective, se tisse sur un fond de culpabilité.

Ici deux sous-remarques s’imposent :

. On mesure à quel point Lacan va se démarquer d’une compréhension de la psychanalyse comme entreprise de déculpabilisation tout azimut, d’une définition de celle-ci comme liberté sans loi. On pense ici à la lecture de Freud faite par Marcuse qui a dominé le freudo-marxisme et les années 68, et qui est restée peut-être dans le soubassement inconscient de notre univers collectif{ :}

Cet auteur garde de Freud le principe de plaisir mais interprète le principe de réalité comme un principe de rendement imposé par les pouvoirs afin d’éviter que trop d’énergie ne se dépense dans la sexualité au détriment du travail socialement rentable. Or une telle manière de faire serait aujourd’hui dépassée du fait de l’évolution de la technique et de l’abondance des biens. Du coup Marcuse appelle à abandonner ce principe et à laisser libre cours à la spontanéité du plaisir : le corps qui ne serait plus utilisé comme un instrument de travail à plein temps se sexualiserait à nouveau. La régression impliquée dans un tel développement de la libido se manifesterait d’abord par une activation de toutes les zones érotiques et donc par la renaissance de la sexualité polymorphe prégénitale et par le déclin de la suprématie génitale. Dès lors, prophétise toujours Marcuse, la sublimation serait encore possible qui ouvrirait sur des comportements renouvelés, mais sans régression instinctuelle. Bref, un monde sans lois et sans morale s’annoncerait où l’homme deviendrait naturellement fraternel, naturellement respectueux de la nature, etc. Au pessimisme pragmatique que Freud développe dans Malaise dans la civilisation, Marcuse substitue un nouvel orphisme dont Narcisse serait en quelque sorte le dieu.

Cette relecture marcusienne de Freud possède un point commun avec Lacan : ce dernier ne croit pas non plus que l’éthique de la psychanalyse doive se donner pour idéal la maturation génitale d’un désir au départ polymorphe et pervers. Mais ce point mis à part, Lacan se situe aux antipodes et c’est à titre de contre-épreuve illustratrice que j’ai convoqué Marcuse dans ce débat.

Pour Lacan en effet, la culpabilité est d’abord effet de structure ; elle est produite par le désir lui-même. L’ordre suivant doit être conservé : – Il y a de l’éthique parce qu’il y a du désir ; – Il y a du désir parce qu’il y a de la loi ; – Il y a de la loi parce qu’il y a du langage et de la mort. Le toujours-déjà-là de ces trois affirmations va marquer l’éthique de l’analyse d’une dimension de tragique indépassable.

. Ce toujours-déjà-là de la faute va-t-il rapprocher Lacan de Saint-Augustin et de sa notion de péché originel ?

Il n’est pas douteux que les deux hommes ont en commun un point de départ clinique, même si celle-ci ne repose pas tout à fait sur les mêmes techniques : pour Lacan cela va de soi ; pour Augustin la place manque pour être plus précis. Pourtant, on trouve chez lui une longue auto-analyse{1} ; mais aussi une persévérante et attentive écoute pastorale de tiers pendant de nombreuses années où, comme le prophète, il ne pouvait que constater : « Les pères ont mangé des raisons verts et les fils en ont eu les dents agacées ».

Le problème théorique d’Augustin était double : d’une part il n’avait aucune idée de la définition et du fonctionnement d’un mythe ; pour lui, l’antécédence d’Adam et de sa faute était historique au sens diachronique du terme. D’autre part, et pour rendre compte du toujours-déjà-là de la faute et de la culpabilité, il ne connaissait d’articulation entre les générations que la dimension biologique de la sexualité. La culpabilité devait donc passer par là : « La faute originelle provient d’un péché réellement commis par un unique Adam et transmis à tous par la génération (generatione in omnes transfusum) ». On mesure que par là se mettait en place un malheur culturel sur la sexualité occidentale.

Évidemment Lacan n’en n’est plus là : c’est qu’il connaît une autre articulation entre les générations, le registre du symbolique. Le sujet est fruit du langage ; or celui-ci le précède mais comme une dimension toujours habitée par le désir de l’Autre. Parce que mon histoire est d’abord celle du désir de cet Autre, ma naissance est anticipée et la culpabilité précède mon existence.

. Autrement dit, et pour conclure sur ce deuxième point, on voit que, dès son introduction, Lacan se situe quant à son éthique : il s’éloignera d’Aristote et du primat du plaisir dans l’éthique, des reprises contemporaines de l’hédonisme, du moralisme kantien, pour intégrer l’apport de certains courants du judéo-christianisme (Augustin, Luther, Kierkegaard, etc){2}. Aucune « libération » politique, sociale, sexuelle, ne pourra extraire l’homme de sa dimension de tragique : Antigone ne commence pas sa vie à zéro ; elle ne peut oublier sa descendance œdipienne et effacer l’atè (destin familial) avec laquelle elle doit se confronter jusqu’au bout.