Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Luttes, espérances, utopies

De
246 pages
L'utopie est peut-être de nouveau à l'ordre du jour, et avec elle, la question des « alternatives », les « expérimentations » sociales, la nécessité que les mouvements sociaux finissent par bousculer l'ordre politique. C'est au prisme des sciences sociales que la question est traitée ici. Comment se font et se défont les espérances politiques ? Comment les expériences comme les grèves, les manifestations et autres « occupations » modifient les façons de se représenter la société ?
Voir plus Voir moins
Sous la direction deBertrand Geay
Luttes, espérances, utopies
LUTTES,ESPERANCES,UTOPIES
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-29129-1 EAN : 9782336291291
Sous la direction de BERTANDGEAY
LUTTES,ESPERANCES,UTOPIES
L’Harmattan
Questions Sociologiques Collection dirigée par François Hainard et Franz Schultheis
Questions sociologiques rassembledes écrits théoriques, méthodo-logiques et empiriques relevant de l’observation du changement social. Elle reprend à la fois des travaux élaborés dans le cadre de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel et émanant du réseau de différentes institutions partenaires. Cette collection se veut délibérément ouverte à une grande diversité d’objets d’étude et de démarches méthodologiques.
Dernières parutions
MONTLIBERT Christian (de),Enjeux et luttes dans le champ économique, 1980-2010, 2012. POGLIA MILETI Francesca,Les enjeux du recensement de population aux États-Unis. Ethnicité, immigration et altérité, 2012. HAINARD François, HEIM Jérôme, ISCHER Patrick,Le travail au noir. Pourquoi on y entre, comment on en sort ?, 2011. BASTIEN Clément, BORJA Simon, NAEGEL David (coord.),Le raisonnement sociologique à l’ouvrage.Théorie et pratiques autour de Christian de Montlibert,2010. NEDELCU Mihaela,Le migrantonline, 2009. DELAY Christophe, FRAUENFELDER Arnaud, SCHULTHEIS Franz, PIGOT Nathalie,Les classes populaires aujourd’hui, 2009. BELLEAU Hélène et HENCHOZ Caroline,L’usage de l’argent dans le couple : pratiques et perceptions des comptes amoureux, 2008. HENCHOZ Caroline,Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, 2008. DELAY Christophe, FRAUENFELDER Arnaud, SCHULTHEIS Franz, Maltraitance : contribution à une sociologie de l’intolérable, 2007. BURTON-JEANGROS Claudine, WIDMER Eric, LAVILE d’EPINAY Christian (éditeurs),Interactions familiales et constructions de l’intimité, 2007. FRAUENFELDER Arnaud,Les paradoxes de la naturalisation, 2007. FELDER Dominique,Sociologues dans l’action. La pratique professionnelle de l’intervention, 2007.
LES AUTEURSClément Bastien, Doctorant GSPE, Université de Strasbourg. Romuald Bodin, Maître de conférences à l’Université de Poitiers (GRESCO). Simon Borja, Doctorant GSPE, Université de Strasbourg. Nathalie Brémand, Docteure en histoire contemporaine, directrice de rédaction de la Bibliothèque Virtuelle sur les Premiers Socialismes (Université de Poitiers). Joël Cabalion, Doctorant CSH (New Delhi), CEIAS-EHESS. Jérôme Camus,Maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours (CITERES). Anaïs Cretin, Doctorante LIVE, Université de Strasbourg. Bertrand Geay, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, directeur du CURAPP-CNRS, directeur-adjoint del’UMS ELFE.Stéphane Haber, Professeur à l'Université Paris-Ouest-Nanterre Pierig Humeau, Post-doctorant au CURAPP-CNRS. Anne Jollet, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Poitiers (Gérhico-Cérilim), rédactrice en chef desCahiers d’Histoire. Nicolas Lefol, Docteur de sociologie. Simon Luck, Docteur en science politique, chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politiqueSorbonne. Gérard Mauger, Directeur de recherche émérite au CNRS. Christian deMontlibert, Professeur émérite à l’Université de Strasbourg.Ugo Palheta,Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Lille-3. Michel Pigenet, Professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1, Directeur du Centre d'Histoire sociale du XXe siècle. Thierry Ramadier, Directeur de recherche au CNRS, Université de Strasbourg. Olivia Rick, chargée de recherche INS-HEA (Paris), Doctorante GSPE.
DU MEME AUTEURProfession: instituteurs. Mémoire politique et action syndicale,Paris, Le Seuil, coll. "Liber", 1999. Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, coll. « repères », 2005 re (1 édition1997). EN COLLABORATIONLa protestation étudiante. Le mouvement étudiant du printemps 2006, sous la direction de B. Geay, Paris, Raisons d’agir, coll. «Cours et travaux », 2009. Michel Foucault. Savoirs, domination et sujet, sous la direction de J.-C. Bourdin, F. Chauvaud, B. Geayet V. Estellon, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008. Pour une gauche de gauche. Diagnostics pour agir, sous la direction de B. Geay et L. Willemez, Bellecombe-en-Bauges, Croquant, 2008.
8
Bertrand Geay Introduction A l’heure où le vocabulaire de la crise atotalementenvahi l’espace public, et alors même que le capitalisme financier pourrait sembler en voie de délégitimation, onn’en finit plus de s’interrogersur la possibilité, comme l’on dit, d’une «Le mouvement social, considéré dans saalternative ». globalité, apparaît pour le moins affaibli. Les luttes sociales et symboliques avaient pourtant connu un renouvellement sensible, des grèves de 1995 à l’émergence de l’altermondialisme, en passant par les luttes des chômeurs ou 1 des sans-papiers. Mais, comme l’a, cette dità sa façon Sophie Béroud décennie devictoires défaitesavoir finalement produit un fort semble désenchantement, aussi bien chez les salariés des entreprises que dans le secteur public. Pourtant, la situation est peut-être plusambivalente qu’il n’y paraît. Alors même que le discours de la «rigueur »revenait en force, les exigences salariales se sont multipliées ; les luttes contre les licenciements débouchent en certains cas surdes expériences de prolongation d’activités sous le statut de coopératives; les organisations altermondialistes sont affaiblies mais leurs thèses se sont largement diffusées, en partie radicalisées à travers toutes les variantes des théories de la « décroissance ». Et les luttes les plus apparemment « défensives », comme celles conduites contre la réforme des retraites il y a quelques années, laissent elles-mêmes transparaître de nouvelles exigences de justice, de solidarité et de partage des richesses. Du côté de la jeunesse scolarisée, un nouveau cycle de luttes s’est amorcé, le mouvement largement victorieux de 2006 ayant été l’occasion d’une vaste expansion de la contestation étudiante et lycéenne et le point de départ d’un processus de politisation et de radicalisation de fractions non 2 négligeables des publics mobilisés. Du côté de la jeunesse des quartiers déshéritéssi tant est qu’une telle opposition ait du sens, quelques tentatives existent pour politiser les tensions qui se sont peu à peu structurées
1  SophieBéroud, «La décennie des ‘victoires défaites’ (1995-2007) ou les effets du découplage entre mobilisations sociales et dynamiques syndicales»inGeay, Bertrand Laurent Willemez (dir.),Pour une gauche de gauche, Broissieux, Ed. du Croquant, 2008, p.19-34. 2  BertrandGeay (dir.),La protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Paris, Raisons d’agir, coll. «Cours et travaux », 2009. 9