Marges du masculin : exotisation, déplacements, recentrements

De
Publié par

Donner à voir sous un jour nouveau les représentations de la masculinité : tel est le projet de cet ouvrage. La question du regard et des dispositifs de visibilité sert ici de fil rouge à l'étude de textes filmiques, télévisuels et littéraires où apparaissent des formes de masculinités en marge, qu'elles soient rendues « exotiques » ou qu'elles marquent un déplacement face au modèle hégémonique du masculin. Au croisement des études cinématographiques, de la littérature comparée et des études de genre, l'ouvrage interroge les processus de décentrements et de recentrements de la masculinité qui se déploient au coeur de la fiction
Publié le : jeudi 15 octobre 2015
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782336393964
Nombre de pages : 178
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de MAXIME CERVULLE, PATRICK FARGES ET ANNE ISABELLE FRANÇOIS
Donner à voir sous un jour nouveau les représentations de la masculinité, ce prétendu neutre invisible qui n’est que récemment sorti d’une ombre construite et longtemps soi-gneusement entretenue : tel est le projet de cet ouvrage. La question du regard et des dispositifs de visibilité sert ici de îl rouge à l’étude de textes îlmiques, télévisuels et litté-Larqaiureesstiooùnapdpuarraeisgsaerndtdeetsdfoersmedsisdpeosmitaisfsculdineivsiseibnilmitaérgsee,rtquiceilledsesoile rntoruegneduàes « exo-l’éttuiqdueesd»eouteqxuteelsleslmmairqquueesn,ttuénlédvéipsluacelesmeetntlfitatcéeraairuemsoodùèleahpépgaérmaiosnsiqeunetdduesmasculin. Au croisement des études cinématographiques, de la littérature comparée et des études de genre, l’ouvrage interroge dans une perspective interdisciplinaire et intersectionnelle les processus de décentrements et de recentrements de la masculinité qui se déploient au cœur de la îction. Des travestissements de Marlène Dietrich à l’altérisation sexuelle du Juif dans les nouvelles d’Oskar Panizza, du trouble dans la masculinité des vampires deTrue la mBlaosocduliànicteéllequdiesse«hdoémplmoieesntdeaupacpœieurr»dqeuilpaeucptlieonnt.leDsersotmraavnsesdtiessMeamtheientusRdibeoulet, ce volume s’attache à exposer les corps et corpus masculins pour les soumettre à un examen critique : « Circulez, il y a à voir ».
Avec des contributions de : Bernard Banoun, Maxime Cervulle, Marguerite Chabrol, Charles-Antoine Courcoux, Patrick Farges, Anne Isabelle François, Arnon Hampe, Pierre-Olivier Toulza.
Maxime Cervulleest maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et membre du Centre d’études sur les médias, les tech-nologies et l’internationalisation (EA3388 – CEMTI).
Patrick Fargesest maître de conférences en études germaniques à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et membre du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (EA 4223 – CEREG).
Anne Isabelle Françoisest maître de conférences en littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et membre du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172 – CERC).
MARGES DU MASCULIN EXOTISATION, DÉPLACEMENTS, RECENTREMENTS M. CERVULLE,
Sous la direction de SousladirectiondeMAXIME CERVULLE, PATRICK FARGES MAXIMECERVULLE,PATRICKFARGESARGEESTEATNA.NI.EFIRSAABOEILSLE FRANÇOIS . F ETANNEISABELLEFRANÇOIS P Sous la direction de
MARGES DU MASCULIN : EXOTISATION, DÉPLACEMENTS, RECENTREMENTS
Marges du masculin: exotisation, déplacements, recentrements
Collection «Identités, Genres, Sexualités» dirigée par Anne Tomiche et Pierre Zoberman
Masculin, féminin, transgenre, sexualités normées, sexualités dissidentes, décalées, dérangeantes : la collection « Identités, Genres, Sexualités » accueille des volumes consacrés à l’exploration de la construction, de la représentation et de l’analyse des identités sexuelles et de genre dans les discours sociaux et la culture, et en ™Š›’Œž•’Ž› •Š •’Ĵ·›Šž›Ž Ž •Žœ Š›œǯ ’ ŒŽ ¢™Ž Ž ›·ĚŽ¡’˜—œǰ šž’ œȂ’—œŒ›’ŸŽ— Š—œ ž— Œ˜—Ž¡Ž ’—˜›–· ™Š› •Žœ šžŽœ’˜——Ž–Ž—œ ·–’—’œŽœ ˜ž ™˜œŒ˜•˜—’Šž¡ǰ Ž—›Ž Šž›Žœ ˜›ŒŽœ Ž ›Ž˜›–ž•Š’˜—ǰ ™Ž›–Ž Ž ›Ž–ŽĴ›Ž Ž— ŒŠžœŽ •Ž œŠž ·Ÿ’Ž— Ȃ˜‹-“Žœ ›˜™ ŠŒ’•Ž–Ž— Ž ›˜™ ’––·’ŠŽ–Ž— Ž—žœ ™˜ž› ŠŒšž’œ ǻ•Š •’Ĵ·›Šž›Ž Ȃž—Ž ·™˜šžŽǰ •Ž œŠž ŠžŒ˜›’Š•ǰ ŽŒǯǼǰ ’• ™Ž›–Ž Šžœœ’ Ȃ·ŸŠ•žŽ› Ž ȂŠĜ—Ž› •Žœ ·žŽœ ž Ž—›Ž Ž Ž •Š œŽ¡žŠ•’· Ž •Žœ ‘·˜›’Žœ šž’ǰ ž ·–’—’œ–Ž Šž¡ Š™™›˜Œ‘Žœqueer, ont ™›’œ •Žž› Žœœ˜› ŒŽœ Ž›—’¸›Žœ Š——·Žœ Žœ Žž¡ Œâ·œ Ž •Ȃ•Š—’šžŽǯ Ž ŽŠžŸ˜’› Ž ˜žŒŠž• ¥ Ž ’Œ” Ž ž•Ž›ǰ ŒŽ Œ‘Š–™ ‘·˜›’šžŽ œȂŽœ Œ˜—œ›ž’ Š—œ ž— ’Š•˜žŽ Ž—›Ž •ȂŠ—Œ’Ž— Ž •Ž —˜žŸŽŠž –˜—Žœǰ Ž •Š Œ˜••ŽŒ’˜— ›ŽĚ¸Ž ŒŽ ’Š•˜žŽǯ žŸŽ›Ž Šž¡ ˜žŸ›ŠŽœ Œ˜••ŽŒ’œ šž’ ›Šž’œŽ— •ȂŠŒžŠ•’· Ž •Š ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Ž Ž Ž •Š ›·ĚŽ¡’˜— comme aux volumes d’auteurs individuels, la collection « Identités, Genres, Sexua-•’·œ Ȏ ™Žž Šžœœ’ ™ž‹•’Ž› Žœ ›ŠžŒ’˜—œ Ž Ž¡Žœ ˜—ŠŽž›œǯ
·“¥ ™Š›žœ
’Ž››Ž ˜‹Ž›–Š— ǻœ˜žœ •Š ’›ǯ ŽǼǰ DZ 1Œ›’ž›Žœ Ž •Š ’ě·›Ž—ŒŽ? Tome 1 :Autres temps, autres lieux ; Tome 2 :Représentations:artistes et créations, ŘŖŖŞǯ
›’Š—Ž Š¢•Ž Ž •˜›Ž—ŒŽ ’¡ ǻœ˜žœ •Š ’›ǯ ŽǼǰRire et Émancipation féminineǰ ŘŖŗřǯ
Collection « Identités, Genres, Sexualités »
Marges du masculin: exotisation, déplacements, recentrements
˜žœ •Š ’›ŽŒ’˜— Ž Š¡’–Ž Ž›Ÿž••Žǰ Š›’Œ” Š›Žœ Ž ——Ž œŠ‹Ž••Ž ›Š—³˜’œ
Avec le concours et le soutien ž  ǻ ŗŝŘǼ Ž ž  ǻ ŚŘŘřǼǰ —’ŸŽ›œ’· ˜›‹˜——Ž ˜žŸŽ••ŽParis 3
En couverture : © ’Š—™Š˜•˜ Š—’ǯ –ŠŽ Ž •Š œ·›’Ž ȍ Š–™˜— Ȏǰ ŘŖŗŗǯ Couverture et mise en page : Hélène Cohen
Introduction (Re)voir les masculinités
Histoires de regards
Žœ Š›’œŽœ ˜— Žœ ¢Žž¡ —Žžœǰ •Žœ Œ›’’šžŽœ ȂŠ›ǰ Žœ •ž—ŽĴŽœǯ Paul Éluard,Les Frères voyantsǻŗşśŘǼ
Regarde de tous tes yeux, regarde ! Jules Verne,’Œ‘Ž• ›˜˜ěǻŗŞŝŜǼ
On n’y voit rien.Žœ •Ž ’›Ž šžŽ •Ȃ‘’œ˜›’Ž— ȂŠ› Š—’Ž• ›ŠœœŽ Š Ž• ˜——· ¥ •Ȃž— Ž œŽœ ˜žŸ›ŠŽœ Œ˜—œŠŒ›· ¥ •Š šžŽœ’˜— Ž œŠŸ˜’› ŒŽ šžŽ •Ȃ˜— Š’ •˜›œšžȂ˜— ›ŽŠ›Ž ž—Ž ™Ž’—ž›Ž Ž ™›˜™˜œŠ— ž—Ž œ·›’Ž ȂŠŸŽ—ž›Žœ ž 1 ›ŽŠ› ¥ ™Š›’› Ž •Š šžŽœ’˜— ž ·Š’•ǰ Ž ŒŽ šž’ Š’ •·¸›Ž–Ž— ·ŒŠ› ǯ ¸œ œŠPoétiqueǰ ›’œ˜Ž —Ž –Š—šžŽ Ž œ˜ž•’—Ž› •Š ™•ŠŒŽ ŒŽ—›Š•Ž Žœ représentations et s’arrête en particulier à l’ŽěŽces représentations de Š’—œ’ šžȂŠž ™•Š’œ’› ™›˜™›Ž ¥ •Ȃ’–’Š’˜— DZ ȍ — œŽ ™•ŠÉ Ž— ŽěŽ ¥ ›ŽŠ›Ž› les images car leur contemplation apporte un enseignement et permet 2 Ž œŽ ›Ž—›Ž Œ˜–™Ž Ž ŒŽ šžȂŽœ Œ‘ŠšžŽ Œ‘˜œŽ Ȏǯ ›’œ˜Žǰ šž’ ™˜œŽ šžŽ •Ȃ’–’Š’˜— Žœ •Š ŠŒž•· šž’ ’œ’—žŽ ˜—Š–Ž—Š•Ž–Ž— •Ȃ‘˜––Ž Žœ Š—’–Šž¡ǰ œ˜ž•’—Ž šžȂ’• —˜žœ Žœ ™•žœ Š’œ· Ž ›ŽŠ›Ž› Ž ȂŠ—Š•¢œŽ› Žœ ›Ž™›·œŽ—Š’˜—œ Ž ŒŽ›Š’—Žœ ›·Š•’·œ ™•žâ šžŽ •Žœ ›·Š•’·œ Ž••ŽœȬ–¹–Žœǰ soulignant en particulier le plaisir tiré de l’appropriation du monde, de •ȂŠ™™›Ž—’œœŠŽǰ Ž •ȂŠŒšž’œ’’˜— Žœ Œ˜——Š’œœŠ—ŒŽœǰ —žŠ—ŒŽ šž’ Š’ ’›Ž
ŗǯ Š—’Ž• ›ŠœœŽǰOn n’y voit rien. DescriptionsǽŘŖŖŖǾǰ Š›’œǰ Š••’–Š›ǰ ȍ ˜•’˜ œœŠ’œ Ȏǰ ŘŖŖŘǯ Š—œ ŒŽ ™Ž’ •’Ÿ›Ž ›¸œ ž’•Žǰ •Ȃ‘’œ˜›’Ž— ™›˜™˜œŽ Ž Œ˜–™›Ž—›Ž •Ž ™›˜ŒŽœœžœ Ž Œ˜—Ž–™•Š-’˜— Ž Ȃ’—Ž›™›·Š’˜—ǰ ȂŽ¡™•’Œ’Ž› ŒŽ šžȂ˜— Ÿ˜’ ˜ž ŽŸ’—Ž ŠŒŽ ¥ ž— Š‹•ŽŠžǯ Š šžŽœ’˜— des points de vue et des jeux de focalisation – à l’instar du « regard de l’escargot », titre du chapitre consacré à uneAnnonciationFrancesco del Cossa – occupe dès lors une place de —˜Š•Žǯ ˜’› ·Š•Ž–Ž— •Ž Ž›—’Ž› ŽœœŠ’ Ž Ž˜›Žœ ’’Ȭ ž‹Ž›–Š—ǰ Šž ’›Ž Ž Šž Œ˜—Ž—ž ·•˜šžŽ—œ:Essayer voirǰ Š›’œǰ ’—ž’ǰ ŘŖŗŚǯ Řǯ ›’œ˜ŽǰPoétiqueǰ ›ŠžŒ’˜— Ž ’Œ‘Ž• Š—’Ž—ǰ Š›’œǰ Ž ’Ÿ›Ž Ž ™˜Œ‘Žǰ ŗşşŖǰ ™ǯŗŖŜ ǽŗŚŚŞ ‹ ŞşǾǯ ˜’› Ž—Š•• ǯ Š•˜—ǰMimesis as Make-Believe. On the Foundations of the Representational Artsǰ Š–‹›’Ž ǻŠœœǯǼǰ Š›ŸŠ› —’ŸŽ›œ’¢ ›Žœœǰ ŗşşŖǯ
8
INTRODUCTION
¥ •ȂŠ—‘›˜™˜•˜žŽ ‘›’œ˜™‘ ž• šžŽ •Šmimèsisune prémisse de la est 3 « mise en scène de la vieȎǯ ŠŒšžŽœ Š—Œ’¸›Žǰ œȂ’—Ž››˜ŽŠ— ’• ¢ Š Ÿ’— Š—œ non sans provocation sur la vogue de « l’analyse des “représentations” et Ž •Š ȃ•ŽŒž›ŽȄ Žœ ’–ŠŽœ šž’ ŸŠ Ž ™Š’› ŠŸŽŒ •Ȃ’—ŒŽ›’žŽ ž ȃ›·Ž•Ȅ ŠžšžŽ• •Ȃ‘’œ˜’›Ž Š ŠěŠ’›Ž Ȏǰ Š™™Ž•Š’ Ž œŽœ Ÿêž¡ ȍ ž—Ž ‘’œ˜’›Ž Žœ ›ŽŠ›œ Ž —˜— des représentations », dans la mesure où, pour lui, les images « ne disent ›’Ž—ǰ —Ž –ŠœšžŽ— ›’Ž—ǰ Ž —Ž ŒŠ™ž›Ž— šžŽ ŒŽ•ž’ ˜ž ŒŽ••Ž šž’ Œ›˜’ šžȂ’• ¢ Š Ś šžŽ•šžŽ Œ‘˜œŽ ¥ ¢ •’›Ž Ȏǯ Š ™•ŠŒŽ ŒŽ—›Š•Ž ž ›ŽŠ›ǰ Ž— ™Š›’Œž•’Ž› Š—œ le cas des représentations genrées, la nécessité de poser expressément « la ś šžŽœ’˜— Ȃž—Ž ‘’œ˜’›Ž ž ›ŽŠ› Ȏǰ œŽ ›˜žŸŽ Ž—ę— ·Š•Ž–Ž— Šž Œêž› Žœ ›ŠŸŠž¡ Ž ·›Š› Š“Œ–Š—ǰ ·Œ›’ŸŠ’— Ž ™œ¢Œ‘Š—Š•¢œŽǰ ’›ŽŒŽž› ž Ž—›Ž Ȃ1žŽ Ȃ ’œ˜’›Ž Ž Ž ‘·˜›’Ž ž ŽŠ› ǻŠ›’œ ŞǼǯ ȂŽœ Ž— ™Š›’Œž•’Ž› •Ž ŒŠœ Ž ŒŽĴŽ ‘’œ˜’›Ž ž ·Ÿ˜’•Ž–Ž— šž’ ›ŽœŽ ™˜ž› •ž’ Ž—Œ˜›Ž ¥ ·Œ›’›Žǰ Š’—œ’ šžŽ Ž •ȂŠ—Š•¢œŽ Ž ˜žœ ŒŽœ ’œ™˜œ’’œ šž’ œȂŠŒ‘Š›—Ž— ¥ ›Ž—›Ž •Ȃ’—’Ÿ’ž intégralementvisible, ce fantasme de la transparence et de l’hypervisible, Š›–Ž ž ™˜žŸ˜’› šž’ ›Ž™˜œŽ›Š’ ŠžŠ— œž› Žœ ȍ “Žž¡ Ž ŒŠŒ‘ŽȬŒŠŒ‘Ž Ȏ šžŽ Ŝ œž› Žœ œ›Š·’Žœ ’·˜•˜’šžŽœ ǯ ›Ž—›Ž •Š šžŽœ’˜— ž ›ŽŠ› Œ˜––Ž ™˜’— Ž ·™Š› ›ŽŸ’Ž— ¥ retourner la représentation comme un doigt de gant pour en exposer les Œ˜žž›Žœ Ž •Žœ ꕜǯ Ž ŽœŽǰ œ˜––Ž ˜žŽ ˜›’—Š’›Žǰ šž’ Œ˜—œ’œŽ ¥ ™˜›Ž› •Ž ›ŽŠ› œž› •Žœ “Žž¡ Ž ›ŽŠ›œ šž’ ’œ›’‹žŽ— •Žœ ™•ŠŒŽœ Ž •Žœ ™˜œ’’˜—œǰ œȂ’—œŒ›’ Š—œ ž—Ž •˜—žŽ ‘’œ˜’›Ž Ž –·ęŠ—ŒŽ Ž Ž ·ęŠ—ŒŽ Ÿ’œȬ¥ȬŸ’œ Ž •Š Ÿ’œ’‹’•’· Ȯ ž—Ž ‘’œ˜’›Ž šžȂŠ Ž— ™Š›’Ž ›Ž›ŠŒ·Ž ǯ ǯ ǯ ’Œ‘Ž•• Š—œ ž— ˜žŸ›ŠŽ ·’· Šž¡ ’–Ž—œ’˜—œ ’Œ˜—˜™‘˜‹Žœ Ž ’Œ˜—˜™‘’•Žœ Žœ ›Š’’˜—œ ŝ Œ›’’šžŽœ Ž •Š ™‘’•˜œ˜™‘’Ž ǯ • —Ž œȂŠ’ ™Šœ Š— ˜žŽ˜’œ Ȃꞟ›Ž› ¥
řǯ ‘›’œ˜™‘ ž•ǰ ȍMimèsis et rituel », inMimèsis, imiter, représenter, circuler, Hermès, n° 22, Š›’œǰ  1’’˜—œǰ ŗşşŞǰ ™ǯ ŗśř: « Ainsi,mimèsisœ’—’ęŽ Šžœœ’:¹›Ž •Ȃ·–ž•Ž Ž šžŽ•šžȂž—ǰ œŽ Š’›Ž œŽ–‹•Š‹•Ž ¥ ž—Ž Œ‘˜œŽ ˜ž ¥ ž— ¹›Ž ‘ž–Š’—ǰ œȂŽ¡™›’–Ž›ǰ ꐞ›Ž› šžŽ•šžȂž— ˜ž šžŽ•šžŽ Œ‘˜œŽǯ Šmimèsis—Ž œȂ·™ž’œŽ ™Šœ Š—œ •Š œ’–™•Ž ’–’Š’˜—ǰ Ž••Ž ’—’šžŽ ™•žâ ž—Ž –’œŽ Ž— forme après-coup et selon des moyens propresȎǯ — œŽ ›Ž™˜›Ž›Š Ž— ™Š›’Œž•’Ž› ¥ •ȂŽ—œŽ–‹•Ž de la première partie du volume collectif intitulée « RegardsȎǯ e Śǯ ŠŒšžŽœ Š—Œ’¸›Žǰ ȍSur l’Histoire des femmes auѥіѥsiècleȎǰ ’— Ž˜›Žœ ž‹¢ Ž ’Œ‘Ž••Ž Ž››˜ ǻ·ǯǼǰFemmes et Histoireǰ Š›’œǰ •˜—ǰ ŗşşřǰ ™ǯ ŚşȬŜŜǯ śǯ ·›Š› Š“Œ–Š—ǰ ȍInterviewȎǰ ’— •ŠžŽ Ž žœŽŒ Ž ˜™‘’Ž Š››Ž ǻ’›ǯǼǰLa fabrique du Ž—›Žǯ ǻ·ǼŒ˜—œ›žŒ’˜—œ ž ·–’—’— Ž ž –ŠœŒž•’— Š—œ •Žœ Š›œ Ž •Š •’Ĵ·›Šž›Ž Š—•˜™‘˜—Žœ, Rennes, ǰ ȍInterférencesȎǰ ŘŖŖŞǰ ™ǯ ŘŖŜǯ Š“Œ–Š— Š—œ ŒŽ Ž—›Ž’Ž— œȂŠ™™ž’Ž Ž¡™›Žœœ·–Ž— œž› •Žœ Š—Š•¢œŽœ Ž Š—’Ž• ›ŠœœŽǰ šžȂ’• ™›˜•˜—Ž Š—œ œŽœ ›Ž–Š›šžŽœ œž› •Žœ —žœ ·–’—’—œǯ Ŝǯ ˜’› ·›Š› Š“Œ–Š—ǰL’Œil absoluǰ Š›’œǰ Ž—˜º•ǰ ŘŖŗŖǯ Ž ˜žŸ›ŠŽ Š™™›˜˜—’ ŒŽ šžŽ l’auteur avait déjà commencé à explorer dansFenêtre. Chroniques du regard et de l’intime, Š›ŠœœŽǰ Ž›’Ž›ǰ ŘŖŖŚǯ ŝǯ ǯ ǯ ǯ ’Œ‘Ž••ǰIconologie. Image, texte, idéologie[Iconology: Images, text, ideologyǰ —’ŸŽ›œ’¢ ˜ ‘’ŒŠ˜ ›Žœœǰ ŗşŞŜǾǰ ›ŠžŒ’˜— Ž Š¡’–Ž ˜’¢ Ž ·™‘Š—Ž ˜‘ǰ Š›’œǰ Žœ ›Š’›’Žœ
M.CERVULLE,P.FARGES,A.I.FRANÇOIS
déceler dans les représentations un contenu implicite, une idéologie en Œ›Žž¡ –˜Ž•Š— Ž Š•·›Š— œ˜— ›··›Ž—ǰ šžŽ Ž ›ŠŒŽ› Žœ •’—Žœ Ž ž’Ž —˜žŸŽ••Žœ šž’ ·™•ŠŒŽ— •Ž Œ‘Š–™ Ž Ÿ’œ’˜—ǯ — ȂŠž›Žœ Ž›–Žœǰ ’• œȂŠ’ǰ Ž— révélant les opérations de segmentation, de morcellement et d’exclusion inhérentes à la construction sociale du regard, de placer dans la lumière ce 8 šžŽ ’Œ‘Ž• ˜žŒŠž• Š™™Ž•Š’ ȍ •Ȃ꒕ ž ™˜žŸ˜’› Ȏǰ ŒŽ ꒕ šž’ǰ Š™’ Š—œ •Ȃ˜–‹›Žǰ ›·ž•Ž •Ž Œ‘Š–™ Ž •Ž ‘˜›œȬŒ‘Š–™ǯ Ž ™Š›Œ˜ž›œ ‘·˜›’šžŽ Ž ˜žŒŠž• ™Žž ¹›Ž œŠ’œ’ Œ˜––Ž ž— Œ‘Ž–’-—Ž–Ž— Š›Œ‘·˜•˜’šžŽ œȂŠĴŠŒ‘Š— ¥ ›Ž•ŽŸŽ› •Žœ ›ŠŒŽœ Ž •Š –’œŽ Ž— ˜››Ž ž Ÿ’œ’‹•Ž Ž ž ’Œ’‹•Žǯ ˜––Ž •ȂŠ ›Ž•ŽŸ· ’••Žœ Ž•Žž£Žǰ •Ž ›ŠŸŠ’• Ž ˜žŒŠž• œž› •Žœ ˜›–Š’˜—œ ‘’œ˜›’šžŽœ Š ™˜ž› ™›’—Œ’™Ž šžŽ ȍ ŒŽ šž’ ·ę-—’ ž—Ž ·™˜šžŽ ŒȂŽœ ž— Œ‘Š–™ Œ˜–™•Ž¡Ž Ž Ÿ’œ’‹’•’·œ Ž ž— ›·’–Ž Œ˜–-ş10 plexe d’énoncésȎǯ ȍ Š Ÿ’œ’‹’•’· Žœ ž— ™’¸Ž» écrivait ainsi Foucault dans Surveiller et punirǰ œ˜ž•’—Š— šžŽ •Žœ ’œ™˜œ’’œ Ž Ÿ’œ’‹’•’· ˜™¸›Ž— —˜— œŽž-•Ž–Ž— Œ˜––Ž Žœ –˜Žœ Ȃ’—Ž—œ’ęŒŠ’˜—ǰ –Š’œ Šžœœ’ Ȃintériorisationde la œž›ŸŽ’••Š—ŒŽ Ž ž Œ˜—›â•Ž œ˜Œ’Š• ™Š› ŒŽ•ž’ ˜ž ŒŽ••Ž šž’ œŽ ›˜žŸŽ Ž¡™˜œ·ǯ ž 11 « regard centraliséȎ ž ™Š—˜™’šžŽǰ ’œ™˜œ’’ ™Š›Š’–Š’šžŽ Žœ œ˜Œ’·-·œ Ž Œ˜—›â•Žǰ ›·™˜—Ž— Š’—œ’ •Ž ›ŽŠ› ’—›˜œ™ŽŒ’ǰ •Žœ ŽŒ‘—’šžŽœ ȂŠž˜Ȭœž›ŸŽ’••Š—ŒŽ Ž Ž Œ˜—›â•Ž Ž œ˜’ǯ žȬŽ•¥ Žœ ’—œ’ž’˜—œ Ž Š›Œ‘’ŽŒž›Žœ disciplinaires, c’est donc l’historicité des dispositions perceptives et expres-œ’ŸŽœ šžȂ’• œȂŠ’ Ž –ŽĴ›Ž Šž “˜ž› Š—œ ŒŽ ™›˜“Žǯ ˜žŽ˜’œǰ ™•žœ šžŽ Ž ™›˜™˜œŽ› ž—Ž ›·ĚŽ¡’˜— ·—·›Š•Ž œž› •Š Œ˜—’’˜— ™Ž›ŒŽ™’ŸŽ Ž •Žœ ›·’–Žœ Ž Ÿ’œ’‹’•’· šž’ •ȂŠŒ’ŸŽ—ǰ ŒŽ ˜žŸ›ŠŽ œ˜ž‘Š’Ž Ž–™›ž—Ž› •Š Ÿ˜’Ž Ȃž—Ž Œ›’’šžŽ ·–’—’œŽ šž’ œȂŽœ ŠĴŠŒ‘·Ž ¥ Ž¡™˜œŽ› •Žœ ’–Ž—œ’˜—œ Ž—›·Žœ Ž •Š ’Š•ŽŒ’šžŽ ž Ÿ’œ’‹•Ž Ž Ž •Ȃ’—Ÿ’œ’‹•Žǯ ŽĴŽ •˜—žŽ ›Š’’˜— Ž ›ŠŸŠž¡ Š ·· ’—Šžž›·Ž Š—œ •Žœ Š——·Žœ ŗşŝŖ ™Š› •Š ‘·˜›’Œ’Ž——Ž ž Œ’—·–Š Šž›Š 12 Mulveyǰ šž’ œȂŽœ ˜ŒŠ•’œ·Ž œž› •Žœ ™›˜™›’··œ œ˜Œ’Š•Žœ Ȃž— ȍ ›ŽŠ› –ŠœŒž-•’— Ȏ Ž—Œ˜· Š—œ •Žœ ›·Œ’œ Ž ˜‹“ŽŒ’Ÿ· Š—œ •Žœ ’œ™˜œ’’œ Ž ›Ž™›·œŽ—Š’˜—ǯ ’ —˜žœ ˜žŸ›˜—œ —˜›Ž Ÿ˜•ž–Ž ™Š› ŒŽ ›Š™™Ž• Ȯ ‹’Ž— Ž—Ž—ž šžŽ•šžŽ ™Žž Š›‹’›Š’›Ž Ȯ Ž šžŽ•šžŽœ ™›˜™˜œ’’˜—œ ‘·˜›’šžŽœ Ž ™›·˜ŒŒž™Š’˜—œ
˜›’—Š’›Žœǰ ŘŖŖşǯ Şǯ ’Œ‘Ž• ˜žŒŠž•ǰ ȍȂ꒕ ž ™˜žŸ˜’›Ȏǰ Ž—›Ž’Ž— ŠŸŽŒ ŽŠ—Ȭ’Ž››Ž Š›˜ž Ž ’Œ‘Ž••Ž Ž››˜ǰ ’— Ž›Ž–¢ Ž—‘Š–ǰLe Panoptiqueǰ Š›’œǰ Ž•˜—ǰ ŗşŝŝǰ ™ǯ şȬřŗǯ şǯ ˜ž›œ Ž ’••Žœ Ž•Žž£Žǰ ȍ: Foucault Žœ ˜›–Š’˜—œ ‘’œ˜›’šžŽœȎǰ Řş ˜Œ˜‹›Ž ŗşŞśǰ —’ŸŽ›œ’· Š›’œ Ş ’—ŒŽ——Žœ –Š’—ȬŽ—’œǰ ›Š—œŒ›’™’˜— Ȃ——Š‹Ž••Ž ž˜ž›Œš ǽ‘Ĵ™DZȦȦ    Řǯž—’ŸȬ™Š›’œŞǯ›ȦŽ•Žž£ŽȦŠ›’Œ•Žǯ™‘™řǵ’ȏŠ›’Œ•ŽƽŚŖŝǾǯ ŗŖǯ ’Œ‘Ž• ˜žŒŠž•ǰSurveiller et punirǰ Š›’œǰ Š••’–Š›ǰ ŗşŝśǰ ™ǯ ŘŖŘǯ ŗŗǯ ’Œ‘Ž• ˜žŒŠž•ǰ ȍȂ꒕ ž ™˜žŸ˜’›»,op. cit. ŗŘǯ Šž›Š ž•ŸŽ¢ǰ ȍPlaisir visuel et cinéma narratifȎ ǽŗşŝśǾǰ ›ŠžŒ’˜— Ž Š•·›’Ž ·‹Ž› Ž ·›·—’ŒŽ Ž¢—ŠžǰCinémactionǰ —ǚ śŝǰ ŗşşřǰ ™ǯ ŗŝȬŘřǯ
ş
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.