//img.uscri.be/pth/191679eb9967d558a73ad1b33d6775c14090574f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Maxi fiches de Sciences économiques - 3e éd.

De
296 pages
En 100 fiches synthétiques, claires et structurées, cet ouvrage présente les thèmes essentiels des sciences économiques. Chaque fiche est introduite par le point-clé à retenir et clôturée par des repères chronologiques. Outil indispensable pour réussir les examens et concours, ce Maxi Fiches comprend également un glossaire et des conseils pour la dissertation. Cette 3e édition est entièrement actualisée et tient compte des données économiques les plus récentes.
Voir plus Voir moins
e 3 édition Sciences économiques
BertrandBlancheton
© Dunod, Paris, 2016 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 9782100745371
Ta
b
Mode d’emploî
l
e
d
e
s
m
a
t
i
è
re
s
1Rîchesse, répartîtîon, progrès 1. Le produît întérîeur brut 2. L’înstabîîté de a croîssance économîque 3. Les revenus 4. La consommatîon 5. L’învestîssement 6. Le déveoppement économîque 7. La pauvreté 8. Les enjeux du déveoppement d’une économîe de servîce
2
3
Les grandes théorîes économîques 9. Adam Smîth et a rîchesse des natîons 10. L’anayse économîque de Rîcardo 11. La oî de Say 12. Les termes du débat sur escorn laws13. L’anayse néocassîque 14. L’anayse macroéconomîque de Keynes 15. Les rîgîdîtés de prîx 16. La courbe de Phîîps 17. La nouvee économîe cassîque 18. La nouvee économîe keynésîenne
Les grands moments de l’hîstoîre économîque 19. La Révoutîon îndustrîee angaîse (1760-1830) 20. La révoutîon des transports e 21. La croîssance des États-Unîs auXIXsîèce 22. La restauratîon Meîjî au Japon 23. Poîtîque commercîae et croîssance entre 1850 et 1913 24. La délatîon brîtannîque des années 1920 25. L’hyperînlatîon aemande 26. La « nouvee économîe poîtîque » en URSS 27. La crîse de 1929 28. Le New Dea
III
1
2 6 8 10 12 14 16 18
22 24 26 28 32 34 38 42 46 48
50 54 58 62 66 70 72 74 78 82
Sciences économiques
4
5
6
7
29. Les Trente Gorîeuses 30. Le mîrace économîque japonaîs 31. Les crîses de maî 1968 en France 32. Les chocs pétroîers de 1973 et 1979 33. La montée en puîssance de a Chîne
L’entreprîse et son organîsatîon 34. Les théorîes économîques de ’entreprîse 35. La dîrectîon d’entreprîse 36. Le tayorîsme 37. Le fordîsme 38. Le toyotîsme 39. Les irmes mutînatîonaes 40. Natîonaîsatîons et prîvatîsatîons d’entreprîses
Le travaîl 41. La popuatîon actîve 42. L’empoî en France 43. Le marché du travaî 44. La mesure du chômage 45. Les expîcatîons du chômage 46. La théorîe du saaîre d’eficîence 47. Saaîre mînîmum et empoî 48. Évoutîons et caractérîstîques du chômage
Monnaîe, banques et marchés inancîers 49. La monnaîe 50. Monnaîe et actîvîté 51. L’înlatîon 52. Coûts et avantages de ’înlatîon 53. La délatîon 54. L’épargne 55. Les marchés inancîers 56. Les banques 57. Les banques centraes 58. L’autonomîe de a banque centrae
Économîe européenne 59. L’întégratîon européenne 60. Le Système monétaîre européen
IV
84 88 90 92 96
100 102 104 106 108 110 112
114 116 118 120 122 126 128 132
134 136 138 140 142 144 146 148 150 152
154 158
8
9
61. La poîtîque agrîcoe commune 62. La Banque centrae européenne 63. L’euro 64. Le Pacte de stabîîté et de croîssance 65. La poîtîque monétaîre de a BCE
Économîe înternatîonale 66. Équîîbre externe et baance des paîements 67. Les détermînants du commerce înternatîona 68. La compétîtîvîté d’une économîe natîonae 69. Le choîx d’un régîme de change 70. La parîté des pouvoîrs d’achat (PPA) 71. La dévauatîon 72. Les înterventîons sur e marché des changes 73. L’évoutîon du cours euro/doar depuîs 1999 74. La théorîe des zones monétaîres optîmaes 75. Le trîange des încompatîbîîtés 76. L’étaon-or 77. Le système de Bretton Woods (1944-1971) 78. Le doar en tant que monnaîe înternatîonae
Table des matières
La mondîalîsatîon 79. Le coeficîent d’ouverture comme mesure de ’ouverture commercîae 80. Les justîicatîons du îbre-échange 81. Le protectîonnîsme 82. L’întégratîon inancîère înternatîonae 83. La crîse inancîère înternatîonae de 2007-2011 84. La récurrence des crîses inancîères : e modèe de Mînsky 85. La taxe Tobîn 86. Les déocaîsatîons 87. Le Fonds monétaîre înternatîona 88. La Banque mondîae 89. Le GATT 90. L’Organîsatîon mondîae du commerce 91. Instances înternatîonaes de réguatîon
10Les polîtîques économîques 92. Poîtîques économîques conjoncturees et structurees 93. La poîtîque budgétaîre 94. Le inancement des dépenses pubîques
V
160 162 164 166 168
172 174 176 178 180 182 184 186 188 190 192 194 198
200 202 204 206 208 212 214 216 218 220 222 224 226
228 230 234
Sciences économiques
95. La soutenabîîté de a dette pubîque 96. La dette pubîque de a France 97. La courbe de Laffer 98. La poîtîque monétaîre 99. Lepolicy mix, a combînaîson des poîtîques budgétaîre et monétaîre 100. La poîtîque iscae
Méthodologîe de la dîssertatîon
Glossaîre
Bîblîographîe
Index
VI
236 238 240 244 246 248
250
253
285
287
Mode d’emploi
LeMaxi Fiches de Sciences économiquesse présente sous forme de iches synthétîques de deux ou quatre pages. Les iches peuvent être étudîées dans l’ordre souhaîté. De nombreux renvoîs en couleur permettent d’approfondîr les thèmes transversaux, traîtés dans dîfférentes iches.
Plusîeurs outîls pédagogîques sont à dîsposîtîon du lecteur : La rubrîquePoint clé, en début de iche, faît ressortîr l’întérêt du sujet et ses prîncîpaux enjeux. La rubrîqueRepères chronologiques, en in de iche, récapîtule les prîncîpaux événe-ments et dates à mémorîser. LeGlossaire de sciences économiques, en in d’ouvrage, regroupe les déinîtîons de 300 notions fondamentales, surlîgnées tout au long de l’ouvrage. Desconseils méthodologiques pour la dissertation en économiesont proposés à la in de l’ouvrage ain de se préparer au mîeux aux examens.
Cet ouvrage constîtue un outîl eficace de révîsîon pour réussîr les examens et les con-cours.
1
1
Le produit intérieur brut
Point clé Le produît întérîeur brut (PIB) représente une mesure de a productîon et une approxîmatîon de a rîchesse créée. I constîtue un agrégat essentîe pour apprécîer es performances d’une économîe même s’î enferme e progrès dans une vîsîon excusîvement monétaîre et matérîa-lîste. Deux îndîcateurs doîvent plus partîculîèrement retenîr l’attentîon : le produît global (et sa croîssance) aînsî que le produît par tête (PIB rapporté au nombre d’habîtants).
1. DÉFINITIONS Leproduit intérieur brutconstîtue une approxîmatîon de la rîchesse créée par les agents économîques résîdant dans un espace donné au cours d’une pérîode de temps (générale-ment l’année). Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées des branches productîves de l’économîe (somme des valeurs ajoutées brutes+ taes sur a vaeur ajoutée + droîts de douane – subventîons à ’împortatîon). La vaeur ajoutée est a dîfférence entre a vaeur de a productîon inae et es consom-matîons întermédîaîres engagées pour ’obtenîr (bîens et servîces utîîsés pour produîre). Le PIB goba d’une économîe est eprîmé en vaeur, c’est-à-dîre en unîtés monétaîres courantes. Une part de sa croîssance résute d’une progressîon nomînae des varîabes économîques. Le cacu d’un PIB en unîté monétaîre délatée est réaîsé pour évauer a croîssance réee du PIB, sa croîssance en voume. Le PIB peut être décomposé en un PIB marchand et un PIB non marchand.
PIB = PIB marchand + PIB non marchand Le PIB marchand comptabîîse es vaeurs ajoutées réaîsées par es branches marchandes de ’économîe (socîétés non inancîères, socîétés inancîères, entreprîses îndîvîduees). Le PIB non marchand comptabîîse es vaeurs ajoutées réaîsées par es admînîstratîons pubîques et es înstîtutîons à but non ucratîf. Leproduit national brut(PNB) se déinît, quant à uî, comme étant éga au produît înté-rîeur brut pus es revenus de facteurs reçus de ’étranger moîns es revenus de facteurs envoyés à ’étranger. L’înterpénétratîon des économîes rend peu sîgnîicatîf ’écart entre es deu agrégats.
2. L’ÉQUILIBRE EMPLOIS RESSOURCES Toute productîon de bîens et servîces au seîn de ’économîe engendre une dîstrîbutîon de revenus du même montant dont a dépense constîtue une demande permettant d’écouer a productîon. Du faît de cet équîîbre empoîs ressources, pusîeurs décomposîtîons du PIB sont possîbes. a) Approche par la productîon PIB = VA + Tp – Sbp
2
Fîche 1Le produit intérieur brut
Avec : VA : a somme des vaeurs ajoutées hors tae ; Tp : es împôts sur es produîts ; Sbp : es subventîons sur es produîts. b) Approche par les revenus PIB = W + EBE + RMB + T – Sb Avec : W : es saarîés ; EBE  ’ecédent brut d’epoîtatîon ; RMB  e revenu mîte brut ; T  es împôts ; Sb : es subventîons. L’EBEreprésente e proit brut des entreprîses î est obtenu en soustrayant de a vaeur ajoutée a rémunératîon des saarîés et es împôts îés à a productîon versés par es en-treprîses Le RMB représente, quant à uî, ’EBE des entreprîses îndîvîduees. Approche par la demande PIB = CF + FBCF + ΔSks + X – M Avec : CF : a consommatîon inae (v. iche 4) ; FBCF : a formatîon brute de capîta ie (v. iche 5) ; ΔSks : a varîatîon de stocks ; X : es eportatîons de bîens et servîces ; M : es împortatîons de bîens et servîces ;
c)
3. LE PRODUIT PAR TÊTE, UN INDICATEUR DU NIVEAU DE VIE La croîssance du produît par tête (PIB par habîtant) sîgnîie une progressîon de a quan-tîté de bîens et servîces à a dîsposîtîon des îndîvîdus. Laprogression du revenu par têtemesure ’évoutîon duniveau de viedes popuatîons. Le tabeau cî-dessous faît ressortîr a posîtîon domînante des États-Unîs sur ce crîtère avec un PIB par habîtant de près de 53 629 doars en 2014 nettement supérîeur à ceuî des autres pays es pus îndustrîaîsés, 36 194 doars pour e Japon, 42 739 pour a France. De même, ’écart de nîveau de vîe entre es pays du G7 et es pays en voîe de déveoppement représentés dans e tabeau par e Burkîna (720 doars), ressort de façon crîante. Le PIB par habîtant très éevé de a Norvège (97 363 doars) sîgnîie un haut nîveau de vîe dans ce pays. L’orîgîne de cette prospérîté est à rechercher du côté d’une bonne ges-tîon de sa rente énergétîque. La Suîsse a aussî un revenu par tête éevé (85 594 doars) du faît d’une spécîaîsatîon dans es servîces inancîers fondés sur une tradîtîon de neutraîté et un statut de paradîs isca. Maîs nî a Suîsse, nî a Norvège, ne soutîennent a comparaî-sonavecesÉtats-Unîs,aChîne,eJaponouAemagneentermesdepoîdséconomîque.Le produît par tête est un îndîcateur de nîveau de vîe et non de puîssance économîque.
3
Fîche 1Le produit intérieur brut
États-Unîs Chîne Japon Allemagne Royaume-Unî France UE à 27 Norvège Inde Burkîna
PIB courants en mîllîards de dollars 2014 17 419 10 360 4 601 3 852 2 941 2 829 18 510 500 2 066 12
PIB correspondant à la PPA, en mîllîards de dollars 2014 17 419 18 030 4 630 3 689 2 524 2 571 16 800 339 7 393 29
PIB par habîtant en dollars 2014
53 629 7 593 36 194 47 627 45 603 42 736 34 300 97 363 1 630 720
4. LE PRODUIT GLOBAL, FONDEMENT DE LA PUISSANCE ÉCONOMIQUE La croîssance du produît goba fonde à ong terme apuissance économiqued’une natîon. La puîssance économîque a des avantages quî peuvent être cumuatîfs. Le progrès tech-nîque étant un moteur de a croîssance, e produît goba révèe une avance technoogîque quî peut aer de paîr avec une domînatîon mîîtaîre. Dans ce cas ’économîe domînante possède une capacîté à înluencer es règes du jeu înternatîona en matîères monétaîre, inancîère et commercîae (v. bîen sûr ’eempe des États-Unîs depuîs a Seconde Guerre mondîae). Par aîeurs a profondeur du marché inancîer (îquîdîté et acceptabîîté d’une devîse comme e doar,v. iche 78) et a garantîe d’une rentabîîté du capîta renforcent e statut de monnaîe înternatîonae de a devîse de a « superpuîssance ». L’émîssîon de monnaîe înternatîonae offre ensuîte des marges de manœuvre împortantes en matîère de poîtîques économîques : possîbîîté pus grande d’accumuer des déicîts courants, possîbîîté d’abaîsser davantage es tau d’întérêt du faît de prîme de rîsque înférîeure, douce însoucîance concernant e change. Ces séquences partîcîpent de ’auto entretîen d’un eadershîp mondîa que deu eempes peuvent nourrîr en hîstoîre contemporaîne : Angeterreavant1913etesÉtats-Unîsdepuîs1945. Le tabeau cî-dessus propose une hîérarchîe des économîes natîonaes suîvant e produît goba courant et e produît goba correspondant à aparité des pouvoirs d’achat(PPA) des monnaîes natîonaes. Le tabeau faît ressortîr ’ampeur de a domînatîon amérîcaîne en termes de produît go-ba (17 419 mîîards de doars en 2014 soît pus de 22 % du PIB mondîa), seue ’Unîon européenne avec 18 510 mîîards de doars en 2014 rîvaîse en termes de puîssance éco-nomîque avec es États-Unîs sans, pour autant, uî contester son eadershîp mondîa faute d’întégratîon poîtîque. La Chîne est, sur a base du produît goba courant, a deuîème puîssance économîque mondîae avec un PIB de 10 360 mîîards de doars, devant e Japon (v. iches 22, 30 et 33). Le cas de a Chîne mérîte une attentîon partîcuîère. Son produît goba courant s’éève pour 2014 à 10 360 mîîards de doars. Ce chîffre résute d’une conversîon en doar, au cours de change courant, du PIB eprîmé au préaabe en yuans. Compte tenu « du reatîf faîbe nîveau de déveoppement » de a Chîne e pouvoîr d’achat en bîens et servîces d’un
4