//img.uscri.be/pth/74abbde83815db68904f97a68e1fc7c2c6462e0a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Médias et culture 1

De
199 pages
Au sommaire de ce premier numéro :
- Nous, et la culture américaine
- Les Publics, des ensembles ou des communautés?
- La Gangrène de l'art par la communication (et réciproquement)
- Le stéréotype : fondement de la communication ou pilier de la bêtise ?
- "Parler" : fait de langage ou fait de société ?
- Sommes-nous dans une "crise de la représentation" ?
Voir plus Voir moins

(g L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-7949-2 EAN : 9782747579490

Médias & Culture
o n 1

Médias & Culture
- - -- -.. .. -

--

-

- --

..-

_.. --..

---

- -.'

-

COMITE
Joël AUGROS, Paris 8 Pierre Agnès ~ jean BEYLOT, Ihs

SCIENTIFIQUE
jean-Pierre BERTIN MAGHIT, Ihs

- Bordeaux
3 3
3

- Bordeaux

3

jean CAUNE, Gresec

CHAUVEAU, Tms, Sc. Po Paris DAVALLON, Cuit. ETHIS, Cuit.
Celsa

Laurent CRETON, Crir
Jean-Pierre ESQUENAZI, Ersicom

- Grenoble - Paris
Lyon

et com - Avignon et com - Avignon

Emmanuel
Yves

Claude jAMET,Médias et ident.François JOST, Ceisme

Lyon 3

jEANNERET,

-

Paris

4

- Paris
-

joëlle

LE MAREC, Ces

-

ENS

Cyril LEMIEUX, Shadyc
Guy LOCHARD, Cad

Sylvie LlNDEPERG, Ircav, Paris 3
~

Paris 3 3

Cécile MEADEL, ms, Sc. Po Paris T MIGozzl, Crcpcm

Bernard MIÈGE,Gresec

- Grenoble
-

:jacques
Ahmed

- Limoges
- Grenoble
Lyon 3 3

Noël NEL, Crem

Metz

I ~ Isabelle PAILLlART, Gresec

Emmanuel PEDLER, hadyc S Anne SAUVAGEOT, Cers jean-Claude

Brunot PÉQUIGNOT,Aspic, Paris 3
SILEM, Ersicom

- Toulouse

2

-

SOULAGES, ad - Strasbourg C WUNENBURGER,Lyon 3

jean-François

TETU, Médias et ident.- Lyon 2

Jean-Jacques

SECRETARIAT
Elisabeth Marie-Claire

DE REDACTION
Roy

DIRECTION

DE PUBLICATION
Jean-Pierre Catherine ESQUENAZI DESSINGES

COSSAL TER, Jérémy THIEBAUT, VILLA-RAIMONDI

Eric THIV ANT

Equipe

ERSICOM, Université

Lyon 3

th iebaut@univ-lyon3.fr

Sommaire

des feuilletons

Sommaire des articles

Médias

& Culture nO]

FEUILLETON: ''ARTICLE QUI PARAIT REGULIEREMENT DANS UNJOURNAL~ CONCERNANT UNE RUBRIQUE PARTICULIERE"(DICTIONNAIRE LEXIS) Feuilleton n °1:« Nous et la 17 Texte: « Se trompe-t-on d'adversaire? 33 », par Pierre Sorlin

culture américaine» Feuilleton n02 : « Les Publics, ou des
»

Texte: « L'énigme du lien », par Jean-Louis Fabiani

des ensembles

communautés?
Feuilleton Gangrène

nO] : «La de l'art par la (et
»

59

Texte: « L'esthétisation

du

quotidien », par Andréa Semprini

communication

réciproquement)
Feuilleton Stéréotype: communication la bêtise? Feuilleton société? » »

n °4 : « Le fondement de la ou pilier de

107

Texte: « Le maniement de la
doxa sur le thème de l'insécurité », par Ruth Amossy

nOS: « "Parler": ou fait de

147

Texte: « Pour une philologie sociologique: analyse des mutations discursives de la presse anglaise au 1ge siècle », par Jean Chalaby

fait de langage

Feuilleton

n06: «Sommes?»

173

Texte: « Quelle sorte de crise(s) pour quelle sorte de représentation(s) », par Dominique Chateau

nous dans une "crise de la
représentation"

5

Médias
SERIAL

& Culture
FIRST TEXT "HAVE WE GOT THE WRONG ?", BY PIERRE SORLIN it is

"WE AND

AMERICAN would

CUL TURE" impose its aims us. its

ENNEMY The author to define notes

American culture
economic ends, and intellectual However seductions last word American

notices how difficult
culture".

its imperialists mediocrity upon

"American the influence

He then

of the American

who will claim completely? of our report way of life?

to escape

ways of life and our disordered reactions to it. He finally assumes

Which is the with the

that our own history

and resentment by our antiAmericanism. FIRST

are conveyed

TEXT
BY

SERIAL "THE "AUDIENCES: COMMUNITIES SETS OR 1" to an of is The utopian audiences ENIGMATIC JEAN-LoUIS vision and actors of a theatre would BOND",

FABIANI where

What does it mean to belong audience? belonging?

no longer an

Is it really a question

be separated

illustrates

Under which conditions

obsession: persons in charge
single reason

that of the cultural
who want to find a of with the gathering

our identity enrolled? alliance is at stake?

What kind of

Is there any

commitment,
mere presence?

any investment lor

the audiences. The author claims for
audiences the right to their

anonymity and dispersal.

7

Médias & Culture
SERIAL
"GANGRENE OF ART BY COMMUNICA TION (AND VICE VERSA) Art and communication meet on all and
FIRST TEXT

"AESTHETISATION OF EVERYDAY LIFE", BYANDREA SEMPRINI The article analyzes the empirical and cultural springs of the increasing diffusion of aesthetized sides. The work of art can be reduced to a mode of communication communication aesthetics, repeats that it is art, statements in mass culture. Commerciallogic is one

of the most obvious reasons. Beyond, the difficulty of the use of these aesthetized materials by the social actors arises.

culture. How think these

impure mixtures?
FIRST TEXT

SERIAL

"MANIPULATION OF THE DOXA ON "THE STEREOTYPE: BASE OF THE THE TOPIC OF INSECURITY", BY RUTH AMOSSY After having pointed out the essential ambivalence of stereotypes, the author analyzes their handling by Chirac and Le Pen within the framework of the last election campaign. She shows how each candidate builds his own position by appropriations and refusals.

COMMUNICA TION OR PILLAR OF THE SILL Y THING 1" The stereotyped statement is the But it is

sentence which we like to hate. We often have good reasons. also a important wayof communication. sentences? How to assemble or join together such divergent

8

Médias
SERIAL ''SPEAKING: SOCIETY LANGUAGE EVENT OR

& Culture
FIRST TEXT

" TOWARDS A SOCIOLOGICAL
PHILOLOGY: DISCURSIVE AN ANAL YSIS OF THE MUTA TIONS OF THE

EVENT 1"

How to build speech question cognitivism acts?

a social analysis of
More than eveJ; the

BRITISH PRESS IN THE 19TH

CENTURY": BY JEAN CHALABY
The author evokes the linguistic

arises, at the times when pretends to turn us into when sociology

models of analysis.
necessity social remarks reality. by tracing

He insists speech

on the
to its

brains in a vat, and

to restitute

and linguistics seek partnerships and
associations.

He illustrates the evolution

his
of

the language

of the press in 19th century England.

FIRST TEXT SERIAL "WHICH "ARE WE IN ~CRISIS OF
1 1"

KIND OF CRISIS FOR WHAT

KIND OF REPRESENTATION", DOMINIQUE The author investigation and CHATEAU

BY

REPRESENTA TION

The crisis of, electoral, pictorialor electronic representation threatens

proposes

first an of crisis

into the terms

us. But what does it mean? A
distance with respect to essential of values or need for a redefinition our beliefs and values?

representation. He identifies the
contemporary crisis as a blind
without finality. pursuit

technological

Then relying on Carl Einstein's writings he proposes an initiatory

vision of the crisis.

9

Médias & Culture

PRESENTATION EN FORME D'EDITORIAL

Les revues sont déjà assez nombreuses, semble-t-il. proposer une nouvelle?

Pourquoi en

Pour se justifier, Médias & Culture répondra qu'elle prétend inventer une nouvelle forme à l'intérieur du cadre des revues scientifiques: celle du feuilleton. Au lieu de rassembler dans un numéro thématique les contributions d'auteurs s'ignorant les uns les autres, nous proposons d'organiser un véritable dialogue scientifique. Un thème est choisi, un auteur propose une première intervention, reprise par un autre auteur dans le numéro suivant qui discute, négocie, approuve ou s'oppose, et construit ainsi sa propre participation au thème. Au bout de quelques numéros, nous disposons d'un ensemble de textes qui se suivent, se réfléchissent, éventuellement se contredisent.

... introduire un véritable dialogisme de la pensée scientifique.. .

Il

Médias & Culture
Médias & Culture veut introduire un véritable dialogisme de la pensée scientifique dans le domaine des médias et de la culture: des médias comme culture, de la culture opposée aux médias, de la culture dans les médias, etc. Le titre lui aussi peut être lu de plusieurs façons et le sera. Mais quelle que soit la signification attribuée à ce titre, ce domaine ne peut pas prétendre constituer une «discipline ». Son étude demande au contraire l'utilisation croisée de points de vue différents: des économistes, des historiens, des sociologues, des « infocomistes », des philosophes ont accepté de faire partie du conseil scientifique de la revue, ce qui signifie que les discussions thématiques seront aussi des débats disciplinaires. Ce comité scientifique constituera le garant des échanges. Ce sont ses propositions qui ont induit les thématiques de nos premiers feuilletons; plusieurs de ses membres sont déjà prêts à y intervenir. C'est également lui qui devra équilibrer les prises de parti des uns et des autres. Ce ne sera donc pas un comité scientifique «papa gâteau» ou « prétexte », mais un comité scientifique intervenant. Son travail sera complété par celui de l'équipe Ersicom de l'Université Lyon 3, qui fera office de secrétariat de rédaction, et par celui de Catherine Dessinges et de moi-même qui assurerons la direction de publication. La revue sera publiée par les éditions L'Harmattan, qui ont accepté le risque d'une revue non directement thématique.

Six sujets ont été retenus qui serviront de trame à six feuilletons. ordre d'entrée en scène:

Par

Nous et la culture américaine Les Publics, des ensembles ou des communautés? La Gangrène de l'art par la communication (et réciproquement) Le Stéréotype: fondement de la communication ou pilier de la bêtise?

12

Médias & Culture
« Parler» : fait de langage ou fait de société?

Sommes-nous dans une « crise de la représentation» ?

... six sujets ont été retenus qui serviront de trame à six feuilletons...

La formulation spectaculaire et provocatrice de ces titres ne doit pas masquer que chacun d'entre eux implique une ou plusieurs questions en suspens dans nos réflexions méthodologiques et aussi dans nos engagements. Il semble que concernant ces matières, chaque recherche cautionne en même temps un jugement à propos des objets. Toute analyse des pratiques de publicisation de l'art passe immédiatement pour un plaidoyer en faveur d'un retour à l'art « vrai », tout constat d'utilisation de stéréotypes pour une plainte contre la vacuité des débats modernes, toute remarque sur la communication pour une lamentation sur la fin de l'art. Nous espérons que les textes qui paraîtront dans nos feuilletons permettront au moins de faire le point sur ces amalgames. Pour les initier, nous avons demandé à des auteurs marquants de prendre position dans le débat, en proposant une posture, un regard, une analyse.
Pierre Sorlin montre combien ce que nous, Européens, appelons la culture américaine est fait de nos propres anxiétés, insuffisances, angoisses, même si les modes de vie américains ont envahi notre quotidien. Il rappelle ainsi, s'agissant de la culture américaine, que toute vision européenne qui s'érigerait simplement en juge et oublierait la part du «nous» demeurerait fragile. Rappelons que Pierre Sorlin est d'abord historien: en tant que tel il a travaillé sur nos rapports à l'image. Il est également un polyglotte attentif aux

13

Médias & Culture
transformations des sociétés européennes distinctifs qui les caractérisent 1. ainsi qu'aux traits

Pour Jean-louis Fabiani, rien ne justifie qu'on puisse a priori parler de public au singulier: le regard lointain que nous portons sur ces groupes inventerait des raisons et des motifs, des «montages précaires», que ne justifie pas l'expérience effective que nous pouvons faire de ces rassemblements. De manière attentive et curieuse Jean-louis Fabiani étudie en sociologue des objets forts différents. Son expérience des publics, depuis les lecteurs prisonniers jusqu'aux festivaliers d'Avignon 2, est extrêmement variée. Andréa Semprini analyse avec précision le rôle de l'esthétique ou plus exactement celui de l'esthétisation dans notre société en mal de postmodernisme et de communication. la nouvelle distinction serait déterminée par un besoin accru d'imaginaire interprété comme le lieu de la liberté: de cette façon, l'on vivrait artistiquement à travers la possession, suivie de la jouissance, d'objets esthétisés. Depuis longtemps Andréa Semprini observe - épie a-t-on envie de dire l'évolution de la communication, particulièrement publicitaire, et décrit l'interaction entre contraintes économiques et agencements formels 3.

le discours politique est rempli de stéréotypes, par définition a-t-on envie de dire: Ruth Amossy analyse leur emploi par Chirac et le Pen

1

Citons parmi beaucoup

d'autres et

Les fils de Nadar: le siècle de l'image European cinemas, european societies,

analogique, Nathan, Routledge, 1991 .

1997

2 Lire en prison (avec F. Soldini), BPI, 1995 ; trois articles dans E. Ethis (éd.), Avignon le public réinventé, La Documentation 3 Par exemple Analyser la communication, flux: formes du sens L'Harmattan, 2002. et identité dans française, 2002. 1996 ; La société de contemporaines, les sociétés L'Harmattan,

14

Médias
durant communs ou non justement l'approche contemporaine sciences pivots de tout la dernière à l'œuvre les campagne présidentielle. de savoir Elle découvre de positions si ces usages

& Culture
les lieux Mais invalident consiste renouvelé littérature des des aussi

dans la construction des candidats: l'évaluation. dans proche 4. en la de

originales.

elle ne tranche

pas sur la question

positions à permettre des puis, échange

tout son travail Ruth Amossy a théorie dans qu'ils de la sont proche,

stéréotypes

l'ensemble

humaines:

elle a montré social

avec mesure

Jean Chalaby prend fermement position: textes, discours, parlers, etc., qui circulent s'inscrire restituerait à l'intérieur l'association d'une entre sociologie textes

pour dans

lui, l'analyse notre société de parole. dont

des doit

des actes et contextes

Celle-ci

la linguistique

se serait désintéressée. styles journalistiques en Angleterre

Il illustre sa position en relatant l'histoire des dans l'Angleterre du 1ge. Jean Chalaby travaille du journalisme les contraintes et des écrits du champ médiatiques. pèsent sur les

sur l'histoire comment 5.

Il veut
plumes Dominique de crise

montrer

des acteurs Château de

commence dans

par tenter telle qu'elle vicieux

de donner circule compris

sens à la notion un dans peu Puis, partout lisant par incertain de la un l'expression

représentation

aujourd'hui. Carl comme de l'esprit Einstein

Il voit

le cercle la peinture de Château

de développement audacieux

technologique

sa principale de Braque, ce en appelant est philosophe comprendre

raison. moment

regardant retournement,

il suggère,

un temps

de refondation,

à une « métamorphose et observateur

». Dominique

4

Les

idées

reçues:

sémiologie

du

stéréotype,

Nathan,

1991;

L'argumentation

dans le discours, Nathan 2000 MacMillan, 1998; The de Gaulle Presidency

5 The Invention of journalism, and the Media, MacMillan, 2002

15

Médias

& Culture

tradition de pensée qui a construit, entretenu et distingué l'art et les oeuvres d'art, ses origines, ses transformations, ses détours 6.

6

La Philosophie de l'art: fondations et fondements, l'Harmattan, 2000;
de l'esthétique, L'Harmattan, 2000.

Epistémologie

16

Médias & Culture

N DUS et la culture américaine

FEUILLETON

la culture américaine nous imposerait ses fins économiques, ses visées impérialistes, sa
m é d i0 cri té i nt ell e ct u e Il e .

« Nous

ET LA CUL TURE AMERICAINE

»

Cependant qui prétendra échapper tout à fait à ses séductions? Quel est le fin mot de notre rapport à l'American way of life?

----Médias
~ ~ ~ ~

""'" -

-

""""

-

& Culture
~ ~ ~

l'auteur constate d'abord la difficulté de définir la « culture américaine ». Puis constate l'influence des modes de vie américains et nos réactions désordonnées devant cette influence. Il fait enfin l'hypothèse que notre antiaméricanisme traduirait notre propre histoire et nos propres rancœurs.

ARTICLE N° 1 :

«

Se trompe-t-on
»,

d'adversaire?

PAR PIERRE SORLIN, HISTORIEN, PROFESSEUR EMERITE A PARIS 3

L'UNIVERSITE

17

Se trompe-t-on d'adversaire?
Tandis que s'ouvre la porte de l'hélicoptère, Berlusconi met au point son scénario: il va se jeter dans les bras de Bush, partir avec lui, se retourner pour effleurer la joue de la First Lady, puis continuer, bras dessus, bras dessous, avec le seul Président américain. Il méprise ce cow-boy qui a perdu son cheval, ce méthodiste coincé, sec, hésitant, ce prohibitionniste sans charisme, il se trouve plus intelligent, plus chanceux et plus riche mais il pense à ses électeurs: en le voyant se diriger vers le ranch avec l'homme qu'on dit le plus puissant du monde, ils lui pardonneront ses récents écarts de langage et le coup porté au tourisme par les insultes dont il a abreuvé les Allemands. Bien d'autres chefs d'État voudraient recevoir la même invitation, aucun n'oserait jouer ainsi à « c'est mon ami ». Par timidité, ou parce que le retour, dans l'opinion, ne serait pas à la hauteur du sacrifice? L'opinion italienne, au printemps 2003, s'est fortement mobilisée contre toute participation directe à l'intervention en Irak et les «drapeaux de la paix» ont flotté sur de nombreux immeubles. En même temps un slogan a circulé dans tous les milieux: «Non à la guerre, oui à l'Amérique ». Aussi bizarre soit-elle, cette phrase résume bien la position d'une bonne partie de la population: elle dit à la fois que les Italiens ne voulaient pas s'engager dans une expédition lointaine et périlleuse qui ne les concernait pas mais que leurs liens avec les États-Unis demeuraient aussi forts qu'il l'avaient toujours été. Les attaches familiales, l'importance de la communauté italo-américaine comptent ici pour beaucoup mais il y a autre chose. L'Italie admire l'Amérique sans la percevoir comme une menace, elle est, par son histoire, ouverte aux passages, aux courants, aux invasions, aux influences, sûre pourtant de son soleil, de son passé qu'on ne lui volera pas, certaine que son charme jouera toujours. Témoin, à l'époque, de ce refus sans crispation, d'appartenir à une autre communauté dans l'aventure irakienne, tout aussi forte que s'accompagnait d'une sorte de hargne à l'égard j'avais le sentiment laquelle l'hostilité à dans la péninsule, des États-Unis. Dans

19