//img.uscri.be/pth/113ae00732bf3b74bb697f3df15a3852dc56c72a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Médias et technologies numériques au sud de la Méditerranée

De
252 pages
Cet ouvrage livre une réflexion pluridisciplinaire (sociologique, anthropologique, ethnographique, sémiotique) autour des médias et des technologies numériques dans un contexte marqué par des mutations sociales et politiques dans plusieurs pays du sud de la Méditerranée. Les auteurs brossent un tableau kaléidoscopique sur les dynamiques des usages et appropriations des médias et des TIC, tout en déclinant différentes problématiques liées à la construction identitaire et à l'interculturalité qui en découlent.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Racha MezriouietZeineb Touati
Zeineb Touati
CHEHEM WATTA
Pèlerin d’errance Médias et technologies numériquesau sud de la Méditerranée
Constructions identitaires et interculturalités
Pèlerin d’errance
Médias et technologies numériques au sud de la Méditerranée
S o c i o - a n t h r o p o l o g i edes mondes méditerranéens
Médias et technologies numériques au sud de la Méditerranée
Collection « Socio-anthropologie des mondes méditerranéens » Le but de cette collection, fondée et dirigée par Pierre-Noël Denieuil, est de valoriser et de diffuser les travaux de cher-cheurs en sciences humaines et sociales, portant sur les territoires méditerranéens : Maghreb, Proche-Orient, rives nord et sud-est de la Méditerranée.
La dimension socio-anthropologique est le garant d’une attention portée aux populations, à leurs usages, à leurs systèmes de valeurs et au lien social qui structurent un projet de société. Cette perspective peut judicieusement se superpo-ser avec des approches historique, juridique, politologique et économique des mondes concernés. Sur les bases géographiques et disciplinaires ci-dessus dé-crites, la collection abrite des thématiques aussi variées et complémentaires que : monde rural et agricole ; dynamiques urbaines ; entrepreneuriat et accès à l’emploi ; développe-ment social, sociabilités et solidarités ; politiques publiques et espaces privés ; réformes et réformisme ; socio-anthropologie du droit ; sociologies de la santé ; recompositions de la fa-mille. Ces travaux peuvent être monographiques (axés sur un pays en particulier) ou plus précisément comparatifs (approches croisées sur les sociétés, analyse des inter-dépendances entre les deux rives). © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08310-0 EAN : 9782343083100
2
Sous la direction de Racha MEZRIOUI et Zeineb TOUATI Médias et technologies numériques au sud de la Méditerranée Constructions identitaires et interculturalités
Cet ouvrage a été publié avec le concours du CNRS, dans le cadre du Projet GDRI-COMMED :Communication, medias et liens sociaux en Méditerranée,co-coordonné par Pierre-Noël Denieuil et Sihem Najar.
4
SOMMAIRE
INTRODUCTION Médias et technologies numériques Constructions identitaires et interculturalités .......................................7 Racha MEZRIOUI, Zeineb TOUATI PARTIE 1 Réseaux sociaux et re(composition) des liens : entre mises en scène de soi et revendications identitaires Les jeunes et Facebook : le lien social au cœur du réseautage numérique entre sociabilité interactive et interaction sociale .............27 Warda DAIM-ALLAH Jeunes Tunisiens et revendications identitaires De l’appropriation de YouTube comme espace d’expression ............45 Rym HALOUES GHORBEL Le design relationnel et son influence sur les pratiques artistiques des jeunes Tunisiens.............................................................................61 Dorra BORGI Des « murs » qui parlent : Facebook et ses usages religieux en Tunisie postrévolutionnaire ...........................................................75 Aïda FITOURI Mise en scène de « la transgression religieuse » à travers la page facebook « Photos prises durant le mois de ramadhan chmeta fi Adel Almi » ........................................................................91 Racha MEZRIOUI
PARTIE 2 TIC et médias face à l’altérité : Confrontations identitaires et interculturalités Médias et conflits sociopolitiques autour du corps en Tunisie Les enjeux du global et du local .......................................................117 Raoudha EL GUEDRI Pour une lecture contemporaine du « Mythe Kabyle », entre les textes fondateurs du XIXème siècle et les forums de discussions virtuels ......................................................................133 Leila HAMMOUD Populations diasporiques et technologie de l’information et de la communication Synthèse méthodologique et perspectives de recherche ...................151 Catherine GHOSN L’enseignement dujournalisme interculturelpour les centres d’excellence et de référence en Afrique. Une contribution académique à la politique et à la réflexion critique de l’Unesco ....................................................163 Bertrand CABEDOCHE Du cyber-activisme aux difficultés de mobilisation dans les rues Retour sur le cas du mouvement 20 février au Maroc ......................193 Abdelfettah BENCHENNA, Zineb MAJDOULI Les difficultés de la diffusion des éditeurs tunisiens à l’échelle nationale et transnationale du Maghreb ............................................219 Julien DENIEUIL PRÉSENTATION DES AUTEURS.................................................241
6
INTRODUCTION Médias et technologies numériques Constructions identitaires et interculturalités
Racha MEZRIOUI Zeineb TOUATI
Cet ouvrage collectif est le résultat de la rencontre de cher-cheurs des deux rives de la Méditerranée qui se sont réunis 1 autour du projet GDRI COMMED « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée : Nouveaux supports, nou-velles pratiques », dans le but d’initier une réflexion sur les transformations des liens sociaux et des identités dans un con-texte de démocratisation des usages des médias et des TIC, tout en mettant l’accent sur les différents modes d’appropriation 2 sociale des technologies numériques . Des rencontres pluridisciplinaires ont eu lieu à Oran en no-vembre 2013 et à Rabat en avril 2014. Ces rencontres ont abouti à l’échange et à la confrontation des expériences et des points de vue des uns et des autres ; elles ont permis de restituer un regard croisé sur les usages des médias et des TIC et leurs appropriations dans un contexte marqué par une effervescence épistémologique dans le domaine de la recherche sous-tendue, 1 Groupement de Recherche International labellisé par le CNRS, initié par l’IRMC/Tunis dans le cadre du programme dirigé par Sihem Najar, et soutenu par le Ministère tunisien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. 2 Cf. Déclaration d’intention et projet de création d’un GDRI, Projet scientifique : Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques
entre autres, par les changements socio-politiques que connais-sent certains pays du Sud depuis 2011. Cette expérience aura eu le mérite d’avoir créé un réseau de chercheurs d’horizons divers animés par une même ambition : celle de se pencher sur les nombreuses possibilités de question-ner les TIC et leurs usages et de saisir la portée des productions et des dynamiques qui en découlent. L’intérêt étant d’ouvrir des perspectives de recherche qui ne s’intéressent pas seulement aux TIC en tant qu’objet d’étude, mais plutôt aux différents rapports aux médias et aux TIC en essayant de resituer les usages dans l’ensemble des pratiques sociales des individus et des collectifs afin de rendre compte de l’épaisseur sociale des 3 utilisateurs . Les textes proposés par les chercheurs réunis au-tour de ce projet s’inscrivent dans des problématiques ayant trait à l’appropriation et aux usages des médias et des TIC, ainsi qu’aux enjeux nationaux identitaires et (inter)culturels chez leurs usagers. Les questions relatives à l’appropriation sont centrales : elles permettent non seulement de saisir l’identité individuelle et 4 sociale de l’usager mais aussi d’appréhender les technologies par le biais du sujet et du sens qu’il confère aux outils qu’il manipule (Proulx, 2005). Dans cette perspective, le sujet occupe une place centrale dans les recherches proposées : les TIC révè-lent des postures et des idéologies des usagers, déploient des langages (ré)inventés et élaborent des valeurs symboliques en greffant sur des expressions déjà dotées de contenu codé de 5 nouvelles portions de contenu . Les productions numériques dégagent des sens plurivoques témoignant ainsi de télescopages de représentations plurielles liées à des contextes culturels di-vers.
3 J. DENOUËL, F. GRANJON, dir.,Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, collection Sciences Sociales, Presses des Mines, Paris, 2011. 4 J. JOUËT, « Retour critique sur la sociologie des usages »,Réseaux Communiquer à l’ère des réseaux,n°100, volume 18, CENT/Hermès Science Publications, 2000, pp. 487-521. 5 U. ECO,Sémiotique et Philosophie du Langage, PUF, 1988, p. 257.
8
En s’appropriant l’outil, l’usager se dévoile. Il se révèle tel qu’il le souhaite jouant de son identité grâce à des mises en 6 scènes où se négocie le degré de visibilité de sa face . Des identités multiples se créent et évoluent au gré des con-textes. Si cet effritement de l’identité fixe permet, d’une part, l’émancipation de l’individu grâce à une identité à la carte, où il choisit ce qu’il veut être et ce qu’il veut donner à voir de soi, d’autre part, il cache souvent un malaise relatif aux modes d’identification où des tensions entre l’identité attribuée et 7 l’identité revendiquée aboutissent à des identités «néo-commu-nautaires exclusives qui deviennent des sources de valeur et 8 d’estime de soi» . De ce fait, les TIC favorisent une confronta-tion, voire alimentent des tensions conflictuelles avec l’altérité et mettent en exergue la diversité, dans un contexte où les mé-dias dominants affichent une volonté généralisée de prise en compte des identités nationales afin de préserver les cultures 9 nationales . En marge des médias dominants, la rue avec ses tags et graffitis et les réseaux sociaux numériques avec la diffusion de vidéos, de musique et de photos offrent la possibilité de se révé-ler à soi et aux autres et de mettre en avant des pratiques de revendications identitaires et de dénonciations (sociales, poli-tiques, religieuses) diverses. L’art, sous ses différentes formes d’expression, en alliant esthétique et mise en scène/en mots/en images contestataires construit et représente son propre rapport à la politique : il ne s’agit plus de faire de l’art pour l’art, mais de donner à voir des manifestations plurielles de l’altérité. Dans cette perspective «l’art ne peut être considéré ni comme de l’art brut ni comme une sous-culture mais plutôt comme des expressions artistiques de culture urbaine, à des moments don-nés, portés par des mouvements sociaux. Ces cultures urbaines 6 A. COUTANT, T. STENGER, « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques »,Les enjeux de l’information et de la communication, Université Stendhal, GRESEC, 2010. 7 Cf. C. DUBAR,La crise de l’identité. L’interprétation d’une mutation, PUF, coll. Le lien social, 2010. 8 A. FRAME, Repenser l’interculturel en communication Performance culturelle et construction des identités au sein d’une association européenne, sous la dir., J. J. BOUTAUD, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne, 2008, p. 9. 9 Cf. S. REGOURD, coord.,De l’exception à la diversité culturelle, Éd. La Documentation française, coll. Problèmes politiques et sociaux, 2004, p. 89.
9