Michel Bakounine - Oeuvres LCI/78

De
Publié par

Ce livre contient les oeuvres de Michel (Mikhaïl) Bakounine.



Mikhail Aleksandrovitch Bakounine, francisé en Michel Bakounine, ne le 30 mai (18 mai) 1814 a Priamoukhino pres de Torjok (gouvernement de Tver, Empire russe) et mort le 1er juillet 1876 a Berne (Suisse), est un revolutionnaire, theoricien de l'anarchisme et philosophe qui a particulierement ecrit sur le role de l'Etat. Il pose dans ses ecrits les fondements du socialisme libertaire (Wikip.).


Version 1.1

CONTENU DE CE VOLUME :


ŒUVRES/TOME I

- INTRODUCTION

- FÉDÉRALISME, SOCIALISME ET ANTITHÉOLOGISME (1867-68)

- AUX COMPAGNONS DE L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS DU LOCLE ET DE LA CHAUX-DE-FONDS (1869)

- DIEU ET L’ÉTAT (avril 1871) (faisant suite à L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE)


ŒUVRES/TOME II

- PRÉFACE

- NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE[1]

- LES OURS DE BERNE T ’OURS DE SAINT-PETERSBOURG (mars 1870)

- LETTRES À UN FRANÇAIS (sept. 1870)

- L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE ET LA RÉVOLUTION SOCIALE. (oct .1870-fev.. 1871)


ŒUVRES/TOME III

- L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE T LA ÉVOLUTION SOCIALE – SECONDE LIVRAISON (fev.- mars1871)

- APPENDICE CONSIDÉRATIONS PHILOSOPHIQUES (dec 1870)


ŒUVRES/TOME IV

- LETTRES À UN FRANÇAIS (SUITE) (sept 1870)

- MANUSCRIT DE 114 PAGES (oct 1870)

- LETTRE À ESQUIROS (oct 1870)

- PRÉAMBULE POUR LA SECONDE LIVRAISON de L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (juin 1871)

- AVERTISSEMENT POUR LA SECONDE LIVRAISON de L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (juil 1871)

- LETTRE AU JOURNAL LA LIBERTÉ, DE BRUXELLES (oct 1872)

- FRAGMENT, FORMANT UNE SUITE DE L'EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (dec 1872)


ŒUVRES/TOMEV

- PRÉFACE

- ARTICLES POUR LE JOURNAL L’ÉGALITÉ (1868-69)

- AUX CITOYENS RÉDACTEURS DU RÉVEIL (1869)

- TROIS CONFÉRENCES AUX OUVRIERS DU VAL DE SAINT-IMIER . (mai 1871)


ŒUVRES/TOME VI

- PRÉFACE

- PROTESTATION DE L'ALLIANCE (juil. 1871)

- RÉPONSE D'UN INTERNATIONAL À MAZZINI (aout 1871)

- RAPPORT SUR L'ALLIANCE (aout 1871)

- RÉPONSE À L’UNITÀ ITALIANA (oct 1871)

- CIRCULAIRE. À MES AMIS D'ITALIE (oct. 1871)

- UN FEUILLET RETROUVÉ. (aux citoyens rédacteurs du réveil) (1869)


LETTRES À HERZEN ET OGAREFF (1860-74)

- ESQUISSES ET NOTES BIOGRAPHIQUES [1]

- LETTRES À HERZEN ET OGAREFF


AUTRES

- À MES AMIS RUSSES ET POLONAIS (1862)

- LETTRE INÉDITE DE BAKOUNINE À CELSO CERRETTI (1872)

- CATÉCHISME RÉVOLUTIONNAIRE (1865)


VOIR AUSSI

- DIEU ET L’ÉTAT (1882)

- SOUVENIRS SUR BAKOUNINE


Le format LCI offre les garanties suivantes :

- une table des matières dynamique permettant d'accéder facilement aux différentes oeuvres.

- des tables de matières détaillées associées à chaque oeuvre particulière (sauf si cela est inutile).

- une table des matières intégrée NCX active.

- les notes présentes dans le texte sont accessibles par hyperliens.


Publié le : lundi 25 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782918042488
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

cover.jpg

MICHEL BAKOUNINE
ŒUVRES LCI/78

 

La collection ŒUVRES de lci-eBooks se compose de compilations du domaine public. Les textes d’un même auteur sont regroupés dans un seul volume numérique à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur.

 

img1.jpg

MENTIONS

 

© 2015-2016 lci-eBooks, pour ce livre numérique, à l’exclusion du contenu appartenant au domaine public ou placé sous licence libre.

ISBN : 978-2-918042-48-8

Un identifiant ISBN unique est assigné à toutes les versions dudit eBook pour le format epub comme mobi.

 

Les acheteurs du présent eBook sont autorisées à se procurer sans frais toutes versions ultérieures ou antérieures dudit eBook, par simple mise à jour du produit sur la plateforme de leur revendeur, ou auprès d’un tiers détenant toute version ultérieure ou antérieure dudit eBook.

L’acheteur du présent eBook est autorisé à casser l’éventuel DRM qui en interdirait la copie ; ce qui ne l’autorise pas à diffuser ledit eBook en-dehors du cercle privé, à l’exception de la situation mentionnée à l’alinéa précédent.

VERSION

 

Version de cet ebook : 1.1 (25/04/2016), 1.0 (01/04/2015)

 

Les publications de lci-eBooks bénéficient de mises à jour. Pour déterminer si cette version est la dernière, il suffit de consulter la fiche descriptive du produit sur la boutique de votre achat.

 

Pour être tenu informé des mises à jour et des nouvelles parutions, il suffit de s’inscrire sur le site à la lettre d’actualité.

 

La déclinaison de version .n (décimale) correspond à des corrections d’erreurs et/ou de formatage.

La déclinaison de versions n (entière) correspond à un ajout de matière complété éventuellement de corrections.

SOURCES

 

Wikisource :Œuvres (Internet Archive), Lettres à Herzen et Ogareff (Internet Archive), Cathéchisme révolutionnaire (kropot.free.fr), A mes amis russes et polonais, Souvenirs sur Baboukine (Bnf/Gallica), Lettre inédite à Celso Cerretti, Dieu et l’état.

 

– Couverture : 1863, F. Nadar. Cliché Sotheby's. Wikimedia Commons.

– Page de Titre : 1843, par H. Mitreuter. Wikimedia Commons / Korœsu.

– Image pré-sommaire : Sergei Levitzky., 1863. Wikimedia Commons / Korœsu.

– Image post-sommaire 1 : 1871. Wikimedia Commons / Korœsu.

– Image post-sommaire 2 : 1829. Autoportrait. Wikimedia Commons / Korœsu.

– Image post-sommaire 3 : 1838. Autoportrait. Wikimedia Commons / Korœsu.

 

Si vous pensez qu'un contenu quelconque (texte ou image) de ce livre numérique n'a pas le droit de s'y trouver ou n’est pas correctement crédité, veuillez le signaler à travers ce formulaire.

img2.jpg

LISTE DES TITRES

MIKHAÏL ALEKSANDROVITCH BAKUNIN (1814 – 1876)

img3.pngŒUVRES/TOME I

img4.pngINTRODUCTION

img4.pngFÉDÉRALISME, SOCIALISME ET ANTITHÉOLOGISME (1867-68)

img4.pngAUX COMPAGNONS DE L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS DU LOCLE ET DE LA CHAUX-DE-FONDS (1869)

img4.pngDIEU ET L’ÉTAT (AVRIL 1871)  (FAISANT SUITE À L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE)

img3.pngŒUVRES/TOME II

img4.pngPRÉFACE

img4.pngNOTICE BIBLIOGRAPHIQUE[1]

img4.pngLES OURS DE BERNE ET L’OURS DE SAINT-PETERSBOURG (MARS 1870)

img4.pngLETTRES À UN FRANÇAIS (SEPT. 1870)

img4.pngL’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE ET LA RÉVOLUTION SOCIALE. (OCT .1870-FEV.. 1871)

img3.pngŒUVRES/TOME III

img4.pngL’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE T LA ÉVOLUTION SOCIALE – SECONDE LIVRAISON (FEV.- MARS1871)

img4.pngAPPENDICE CONSIDÉRATIONS PHILOSOPHIQUES (DEC  1870)

img3.pngŒUVRES/TOME IV

img4.pngLETTRES À UN FRANÇAIS (SUITE) (SEPT 1870)

img4.pngMANUSCRIT DE 114 PAGES (OCT 1870)

img4.pngLETTRE À ESQUIROS (OCT 1870)

img4.pngPRÉAMBULE POUR LA SECONDE LIVRAISON  DE L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (JUIN 1871)

img4.pngAVERTISSEMENT POUR LA SECONDE LIVRAISON  DE L’EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (JUIL 1871)

img4.pngLETTRE AU JOURNAL LA LIBERTÉ, DE BRUXELLES (OCT 1872)

img4.pngFRAGMENT, FORMANT UNE SUITE DE L'EMPIRE KNOUTO-GERMANIQUE (DEC 1872)

img3.pngŒUVRES/TOMEV

img4.pngPRÉFACE

img4.pngARTICLES POUR LE JOURNAL L’ÉGALITÉ (1868-69)

img4.pngAUX CITOYENS RÉDACTEURS DU RÉVEIL (1869)

img4.pngTROIS CONFÉRENCES AUX OUVRIERS DU VAL DE SAINT-IMIER . (MAI 1871)

img3.pngŒUVRES/TOME VI

img4.pngPRÉFACE

img4.pngPROTESTATION DE L'ALLIANCE (JUIL. 1871)

img4.pngRÉPONSE D'UN INTERNATIONAL À MAZZINI (AOUT 1871)

img4.pngRAPPORT SUR L'ALLIANCE (AOUT 1871)

img4.pngRÉPONSE À L’UNITÀ ITALIANA (OCT 1871)

img4.pngCIRCULAIRE. À MES AMIS D'ITALIE (OCT. 1871)

img4.pngUN FEUILLET RETROUVÉ. (AUX CITOYENS RÉDACTEURS DU RÉVEIL) (1869)

img3.pngLETTRES À HERZEN ET OGAREFF (1860-74)

img4.pngESQUISSES ET NOTES BIOGRAPHIQUES [1]

img4.pngLETTRES À HERZEN ET OGAREFF

img3.pngAUTRES

img4.pngÀ MES AMIS RUSSES ET POLONAIS (1862)

img4.pngLETTRE INÉDITE DE BAKOUNINE À CELSO CERRETTI (1872)

img4.pngCATÉCHISME RÉVOLUTIONNAIRE (1865)

img3.pngVOIR AUSSI

img4.pngDIEU ET L’ÉTAT (1882)

img4.pngSOUVENIRS SUR BAKOUNINE

PAGINATION

Ce volume contient 769 503 mots et 2 097 pages

1. ŒUVRES/TOME I

201 pages

2. ŒUVRES/TOME II

332 pages

3. ŒUVRES/TOME III

285 pages

4. ŒUVRES/TOME IV

311 pages

5. ŒUVRES/TOMEV

235 pages

6. ŒUVRES/TOME VI

279 pages

7. LETTRES À HERZEN ET OGAREFF (1860-74)

274 pages

8. À MES AMIS RUSSES ET POLONAIS (1862)

21 pages

9. LETTRE INÉDITE DE BAKOUNINE À CELSO CERRETTI (1872)

29 pages

10.CATÉCHISME RÉVOLUTIONNAIRE (1865)

24 pages

11. DIEU ET L’ÉTAT (1882)

74 pages

12. SOUVENIRS SUR BAKOUNINE

8 pages

img5.jpg

img6.jpg

img7.jpg

 

ŒUVRES/TOME I

P.-V. Stock (Bibliothèque sociologique, N° 4), 1895.

201 pages

Avant de publier ce volume d’œuvres inédites ou peu connues de Michel Bakounine, j’ai dû me demander quel choix il convenait de faire entre les écrits assez nombreux, soit manuscrits, soit épars dans des journaux ou recueils rares, oubliés ou introuvables, qu’a laissés Bakounine. Ces écrits ont été presque tous réunis ou retrouvés par moi, en même temps que je préparais une biographie complète de leur auteur et en vue même de cette biographie. Une petite partie d’entre eux — notamment le fragment publié en 1882 sous le titre de « Dieu et l’État » — sont seuls connus d’un nombre relativement considérable de lecteurs, mais les idées que Bakounine a propagées, soit par la parole, soit par l’action, animent aujourd’hui des milliers d’âmes. Pendant quarante années d’une vie tumultueuse, d’énergie et de pensée, Bakounine a publié, à toutes les époques de sa vie, des œuvres souvent d’un caractère transitoire, mais dont l’ensemble, étudié selon l’ordre chronologique, permettrait une exposition, particulièrement caractéristique, du développement des idées libertaires, idées qui, évoluant naturellement, ont abouti à l’anarchie. Tous ceux qui étudieront les œuvres de Bakounine, en y appliquant un esprit clairvoyant et surtout logique, reconnaîtront cette nécessaire évolution.

Pour leur permettre cette étude complète, il eût fallu commencer par publier les premiers travaux de Michel Bakounine, publiés en Russie avant 1840 ; auraient suivi les écrits allemands de 1842 et 1843, puis ceux inspirés d’abord par les événements révolutionnaires de 1848 et 1849 — événements auxquels il prit une part active, — puis par sa participation à l’insurrection polonaise et à la propagande russe, dans les années 1862 et 1863. C’est à cette époque que commence pour Bakounine la période de propagande internationaliste : en Italie, où il séjourna de 1863 à 1867 et de 1867 à 1868, dans la « Ligue de la Paix et de la Liberté » ; les œuvres de cette époque auraient donc été données à la suite des précédentes. Enfin seraient venus les nombreux écrits publiés pendant la période où l’activité de Bakounine se manifesta le plus, c’est-à-dire de 1868 à 1873, lorsqu’il fit partie de « l’Association internationale des Travailleurs ». Ces écrits sont de tous genres : les uns de théorie anarchiste, les autres de propagande, ou de polémique, ces derniers dirigés soit contre les communistes autoritaires et étatistes tels que Marx qui essayaient de faire prévaloir leurs idées dans l’Internationale, au moyen surtout d’abus de pouvoir, d’intrigues et de calomnies personnelles ; soit contre ceux qui préconisaient le parlementarisme et les candidatures ouvrières ; soit contre les idées mazziniennes. Il faudrait encore à cette nomenclature ajouter les brochures ou articles, écrits aux divers moments de la vie de Bakounine et traitant de la question slave ou de la révolution russe et polonaise.

Une édition des œuvres de Bakounine, ainsi comprise, eût demandé plus d’un volume. Il a donc fallu faire un choix et se décider à réunir des écrits traitant d’un sujet défini, ou inspiré par des idées communes : soit les œuvres de propagande et de théories anarchistes, ou de polémique, soit les études sur les questions slaves. Quelles sont les idées qui nous ont guidé dans le choix que nous donnons aujourd’hui ? Les voici.

Bakounine n’est jamais parvenu, non seulement à publier, mais même à exposer d’une façon définitive, l’ensemble de ses idées ; il n’a pas bâti son système, si l’on veut se servir de ce mot qui a prête à des façons de comprendre, ou de ne pas comprendre, si diverses. À quoi doit-on attribuer ce caractère incomplet des œuvres bakouniniennes ? Bakounine, lorsqu’il ne traitait pas de questions d’actualité, ne connaissait pas l’art de la composition. Si on lit ses manuscrits, on voit comment d’une lettre il arrive à tirer une brochure, d’une brochure un volume. Il pose ses prémisses, subdivise son sujet et arrive rarement à traiter plus d’un ou deux des points qu’il s’est proposé d’établir. La plupart de ses manuscrits sont inachevés. Pourquoi ? Parce qu’il était constamment détourné de l’œuvre théorique commencée par l’action immédiate qui l’absorbait et détournait ses forces dans une autre direction. Pour cet être d’énergie, les raisons qu’il avait eues de publier ce qu’il avait écrit n’existaient plus sitôt que telle autre raison extérieure le sollicitait. Comme il ne connaissait pas l’ambition littéraire, il mettait patiemment de côté l’œuvre écrite pour se donner à l’action utile à la cause qu’il servait. Cependant, de ces essais inachevés, ses écrits suivants profitaient ; il en employait les meilleures parties à des œuvres nouvelles. C’est ce qui explique la perfection des nombreuses œuvres parues dans les années de l’Internationale, œuvres publiées selon les besoins du moment, rapidement écrites, mais au fond desquelles on retrouve le résultat des longues études précédentes.

Il n’existe pas, du moins que je sache, d’exposé ou de résumé des idées de Bakounine sur l’ensemble des questions sociales, avant que, ayant vu s’envoler son espérance d’une révolution en Russie, en 1862 et 1863, il se soit retiré en Italie, désabusé.

À Florence, plus tard à Naples, il arriva à coordonner l’ensemble de ses idées, qui aboutirent à l’athéisme et à l’anarchie. Ce fut désormais l’œuvre de sa vie de les propager dans leur intégrité. Il le fit d’abord par une action toute privée, action qu’il exerça sur les hommes les plus avancés, surtout en Italie et en France ; plus tard, à la tribune des Congrès de la Paix (1867-1868) et au sein du comité central de la Ligue issue de ces congrès. Enfin, il trouve son meilleur terrain de propagande dans l’Internationale, et son action fut surtout efficace dans la Suisse romande, le midi de la France, l’Espagne, l’Italie et parmi la jeunesse des pays slaves. Il désirait alors exposer ses idées dans deux grandes œuvres. L’une aurait fait la critique des institutions actuelles, de l’État, de la propriété, de la religion, etc. ; après avoir étudié leur origine et les funestes conséquences du principe d’autorité sous toutes ses formes, elle aurait démontré que l’avenir appartient aux idées libertaires. L’autre œuvre aurait traité de la question des nationalités en Europe — surtout de la question slave sous son aspect passé, présent et futur — elle aurait indiqué la solution de ces questions par la révolution sociale et par l’anarchie.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.