//img.uscri.be/pth/c0f49a448a5275a439c8a14f68949ca254ab42c4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,59 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Migrants et perception du Sida

De
142 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 55
EAN13 : 9782296278325
Signaler un abus

MIGRANTS ET PERCEPTION DU SIDA "Le Maître des Infidèles"

SANTE, SOCIETES ET CUL TURES* Collection dirigée par Jean Nadal et Michèle Bertrand

Peut-on être à l'écoute de la souffrance, en comprendre ses racines et y apporter des remèdes, hors d'un champ culturel et linguistique, d'un imaginaire social, des mythes et des rituels? Qu'en est-il alors du concept d'inconscient? Pour répondre à ces questions, la collection Santé, sociétés et cultures propose documents, témoignages et analyses qui se veulent être au plus près de la recherche et de la confrontation interdisciplinaire.
Déja parus: Ophtalmologie et Société, parB.Z. Nizetic et A. Laurent Cinq essais d'ethnopsychiatrie antillaise, par Ch. Lesne. Bouddhisme et psychiatrie, par Luon Can Lien Fous de Rousseau, par C. Wacjman Les thérapies traditionnelles dans la société Kabyle, par N. Navet Mohia. Le feu et la cendre, travail de deuil et rites funéraires dans un villages libanais, par N. Khouri.

A paraître:
La souffrance COffl1ne projet de vie, par T.C. Carreteiro. L'injure à fleur de peau, par T. Largueche. La crise de l'école, approche interdisciplinaire, par J. Levine. La folie en Afrique Noire, par B. Badji. Le corps en souffrance, par M.F. Poizat-Costa.

* Editions L'Hannattan,

5, rue de l'Ecole-Polytechnique,

75005 Paris.

Radhia MOUMEN-MARCOUX

MIGRANTS

ET PERCEPTION DU SIDA "<LeMaître des Infidèles"

Préface de Jacques Beauchard Professeur à l'Université de Paris XII - Créteil

Editions L'HARMATTAN 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 PARIS

@ L'HARMATTAN,

1993 ISBN: 2-7384-1947-X

PREFACE
'"

Le sida: une maladie de la cité

La société n'est pas seulement l'oeuvre de l'économie ou de la politique mais aussi simultanément affaire de mots et de sens. En quelques chapitres, Radhia Marcoux montre combien le langage peut mobiliser des symboles traditionnels pour reconstituer un nouveau monde mieux défendu.contre la pandémie. Car la compréhension du sida ne peut être confinée au seul domaine bio-médical : il importe de savoir étudier les traces du mal dans notre société. Il ne s'agit pas ici de statistiques, de simples conséquences ou de réactions élémentaires, voire d'une transposition de la tragédie individuelle sur un plan collectif, mais bien d'effets inattendus: de la constitution souvent paradoxale de nouveaux discours des hommes sur eux-mêmes. Dès 1988, nous avancions que le sida était peut-être aussi une maladie de l'État, aujourd'hui nous savons que la pandémie perturbe gravement l'ordre public. Parallèlement, du côté de l'imaginaire, au fondement de la croyance, Radhia Marcoux nous montre ici une mutation des représentations telle que s'opère un retour de l'ordre symbolique, en particulier nous apprenons avec elle comment la culture arabo-musulmane peut engendrer un nouvel ordre des valeurs. N'est-ce pas que le sida est interprété comme la défaite d'Iblis (le Prince des ténèbres), et l'échec de la modernité occidentale? N'est-ce pas le retour du temps du 7

long terme, de l'histoire, contre l'immédiat matérialiste? Dès lors, Radhia Marcoux nous fait comprendre combien pour l'immigré l'exil prend fin dans le retour de la foi, symbole de la terre natale: une autre société commence. Ceci n'est pas. sans rapport avec la rumeur qui envahit l'institution publique. L'enquête conduite au plus près de l'interprétation quotidienne des gens, décèle la fièvre qui peu à peu emporte la Cité. N'est-ce pas que le symbole de la pandémie s'en prend tour à tour à l'ordre symbolique (sida: "le maître des Infidèles") au privé, c'est-à-dire à l'ordre de l'échange et du multiple, enfin à l'ordre public c'est-à-dire à l'unité ? Trois piliers de la Cité, symbolique, privé, public, sont tour à tour attaqués, à l'évidence notre société se défait et se métamorphose rapidement sous nos yeux, reste à décrire les formes émergentes. C'est ce que nous propose Radhia Marcoux. Il appartient au lecteur de replacer l'observation dans le cadre général du parcours de la maladie dans notre société: non seulement le sida se déploie par phases successives, de la rumeur à la crise jusqu'aux mutations, en passant par le phénomène étrange de la RÉALITÉ VIRTUELLE, mais en plus son avancée diffère suivant les milieux, surtout il progresse sur trois axes parallèles: celui du privé connu de tous, celui du public qui fait tant de bruit aujourd'hui, et celui du symbolique pour lequel le présent ouvrage nous offre une réflexion des plus pertinentes.

Jacques BEAUCHARD Professeur des Universités Paris xn - Val de Marne

8

AVANT-PROPOS
Partant d'une réflexion privée et professionnelle le Sida ne manqua pas de nous questionner comme tout un chacun. Les questions centrales de notre réflexion furent les suivantes: - quelles transformations des valeurs et des attitudes entraînent les échos de la maladie Sida dans la communauté des immigrés maghrébins expatriés, pris dans une logique d'exil? - le Sida redéfinit-ille processus d'exil, puis de doubleexil (1) commencé par la première génération des Maghrébins? - quelles significations lui attribuent-ils entre différentes explications voire explicitations relevant des champs du temporel, du spirituel ou du magique?

- quels sont les problèmes fondés par les aspects religieux posés par le Sida?

- le Sida pourrait-il être l'ultime exil déclenchant la fin de l'hégire (2) , de la mouvance, de l'errance, renvoyant ces hommes à l'intégrtsme (3) c'est-à-dire le respect de la loi religieuse comme ultime remède au Sida?
(l)Cf. MARCOUX-MOUMEN Radhia "Vieillesse et immigration" première génération des Algériens: 'au bout de la chaîne de la... vie" maîtrise en sciences sociales, Paris Xll, 1990, 376 p. Bibliothèque de l'IMA. (2) Ici dans le sens éloignement. nostalgie d'être loin dans la peine ("el ghorba") sens propre et figuré du terme. (3) Intégrisme = "doctrine qui tend à maintenir la totalité d'un système" ici islam, retour au mythe pour la cohésion de la communauté et maintien de l'ordre social.

9

Notre implication personnelle et de chercheur dans ce travail ne fut pas neutre et ce à plusieurs titres: - celui d'être femme (jeune !) - d'être Algérienne et Française - d'être assistante sociale spécialisée - d'être chercheur en sciences sociales Ces différents états sont à prendre en compte dans l'implication et le rôle que j'occupe par rapport aux interviewés. Ces éléments jouèrent en notre faveur, bien qu'a priori, ils auraient pu être des empêchements. Enquêter des hommes seuls, arabes, musulmans, en tant que femme~ Arabe et Musulmane de surcroît, sur des questions touchant à l'intimité, s'avéra difficile mais pas impossible car, en fait, j'avais une fonction. La fonction de redonner la parole à des hommes (4) qui en sont privés à cause de la langue ou qui ne veulent pas la prendre, complexés qu'ils sont par leur non-instruction, et qu'ils confondent souvent avec ignorance. Notre implication propre eut alors trois avantages: - celui de parler l'arabe couramment et de leur permettre avec des mots compréhensibles dans la nuance par eux, d'accéder à une information qu'ils entendaient globalement sans en comprendre forcément tous les aspects. - celui d'inverser une situation de rapports sociaux: habituellement ce sont eux qui font la démarche vers une assistante sociale ou un "docteur". Dans ce cas, c'est moi, en tant qu'assistante sociale hospitalière qui venais à eux, conduite immédiatement interprétée comme une marque d'intérêt les rendant disponibles. - enfin, celui d'être fen1me, les intrigua, stimula leur curiosité et m'obligea à une réflexion sur mon "genre" afin de repérer les limites de la relation écoutant (féminin) écouté (masculin).
(4) Tout ce qui sera écrit en italique dans ce travail sont des citations in extenso de témoins ou tirés des textes coraniques référenciés ou cités. 10

Je supposais d'emblée qu'ils me considéreraient comme leur mère, leur soeur, une amie ou une étrangère. A une mère, il est exclu de parler de sa sexualité en islam! S'ils m'identifiaient comme une soeur (soeur "tribale" ou restitution de la relation avec leur vraie soeur (fratrie)), le discours recueilli en fut sûrement affecté, positivement ou négativement d'ailleurs, car une soeur proche ou éloignée, invite à la confidence ou à la réserve, premières limites à ces modes relationnels potentiels. Pour ceux qui m'identifièrent à une amie ou à une étrangère qui, tout au plus les comprenaient, le dialogue fut plus poussé, plus riche en ce sens que l'éloignement rapproche, bien qu'il eût pu souffrir de moins d'authenticité, cherchant peut-être à plus se conformer à ce qu'ils croyaient que j'attendais d'eux? Secondes limites possibles à ce travail dont l'analyse nous permit de vérifier ces points méthodologiques. Si le dialogue a été franc et direct, il ne m'en fallut pas moins transgresser interdits, tabous, honte et autres sentiments diffus qu'inspira aux travailleurs immigrés interrogés le discours sur sexe et foi, domaines pour le moins sacrés s'ils en fussent!

Il

PREMIÈRE PARTIE SIDA & IMMIGRATION

CHAPITRE 1

SIDA & IMMIGRATION

INTRODUCTION

D'une part, comme nous tentions d'investir ce sujet en lisant toute une bibliographie consacrée au sida, quelle ne fut notre surprise de constater que nulle part il n'était question de cette partie spécifique de la population que forment les immigrés maghrébins de France. D'autre part, attentives à toute littérature, publications, revues concernant cette même communauté, rien non plus par rapport au sida. Pourtant, nous restions persuadées empiriquement il est vrai, que l'immigration devait être "interpellée" comme le reste de la population française, européenne ou mondiale par cette nouvelle pandémie des années quatre-vingt.

15

DEUX FAITS SOCIAUX TOTAUX (1)

Les thèmes de l'immigration et du sida sont des thèmes récurrents. Le premier car l'immigration est composée de sujets en constante évolution: qu'il s'agisse des femmes, des enfants, des travailleurs seuls ou en famille, des jeunes "beurs" ou des vieux, il n'est de sujet qui ne les concerne. Pour le second. en tant que maladie à caractère épidémique et nouvelle, l'intérêt qui lui est porté est sans cesse grandissant en même temps qu'il se banalise du fait que la maladie effectue une autre entrée dans la société, non plus en ne touchant que les groupes marginaux, mais tous et toutes personnes hétérosexuelles. La peur, l'angoisse mobilisent l'imaginaire de chacun, elles ne sont plus seulement cantonnées dans le camp des groupes dits à risque, les homosexuels et les drogués.

INTÉRÊT DE LA RECHERCHE Pour notre part, c'est précisément l'interaction de ces deux faits sociaux, sida et immigration, qui nous interroge et intéresse d'étudier. Avant de répondre aux questions quand, comment, essayons de répondre à la question "pourquoi" ? Parce que dans la société arabo-musulmane maghrébine de France, là comme ailleurs, des hommes, des femmes, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, s'interrogent sur cette nouvelle maladie dont ils ne cessent d'entendre parler
(1) au sens de Durkheim cf. "Les règles de la méthode sociologique" Paris, P.U.F, 1977, pp. 3-14. 16