Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Migrations en blanc

244 pages
La Roumanie et la Bulgarie se sont inscrites dans le nouveau contexte d'élargissement de l'UE avec une intensification de la migration des professionnels de santé. L'ampleur prise par la migration des médecins roumains et bulgares est liée à l'effondrement économique et à la dégradation de la qualité de vie dans ces deux pays. Cette situation a des effets négatifs sur les systèmes de santé et sur l'accès aux soins pour la population.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Anna Krasteva & Despina Vasilcu
MIGRATIONS EN BLANC
Médecins d’est en ouest
Préface de Catherine Wihtol de Wenden
Migrations en blanc Médecins d’est en ouest
Le sport : diffusion globale et pratiques locales, David Sudre & Matthieu Genty (dir.) Esthétiques de la ville : équipements et usages, Thierry Côme & Gilles RouetIdentités et espaces publics européens, Radovan Gura & Natasza Styczyńska (dir.) Esthétiques de l’espace public,Serge Dufoulon & Jacques Lolive (dir.) Mobilisations citoyennes dans l’espace public,Gilles Rouet (dir.) Arts et espaces publics, Marc Veyrat (dir.) Médias et sociétés interculturelles,Martin Klus & Gilles Rouet (dir.) e-Citoyenneté, Anna Krasteva (dir.) Quelles frontières pour quels usages ?, Gilles Rouet (dir.) Transhumanités. Fictions,formes et usages de l’humain dans les arts contemporains,Isabelle Moindrot & Sangkyu Shin (dir.) Frontières géoculturelles & géopolitiques, Gilles Rouet & François Soulages (dir.)Europe partagée,Europe des partages, Serge Dufoulon & Gilles Rouet (dir.) Géoartistique & Géopolitique. Frontières, François Soulages (dir.) Internet ou la boîte à usages, Serge Dufoulon (dir.) Participations & citoyennetés depuis le Printemps arabe,Antoniy Galabov & Jamil Sayah (dir.) Usages politiques des nouveaux médias, Gilles Rouet (dir.) Usages de l’Internet,éducation & culture, Gilles Rouet (dir.) Pratiques artistiques contemporaines en Martinique. Esthétique de la rencontre 1,Dominique Berthet La photographie : mythe global et usage local,Ivaylo Ditchev & Gilles Rouet (dir.) Productions et perceptions des créations culturelles,Helena Bálintová & Janka Palková (dir.) Nations,cultures et entreprises en Europe,Gilles Rouet (dir.) Citoyennetés et Nationalités en Europe,articulations et pratiques,Gilles Rouet (dir.) Migrations, Mobilités, Frontièreset Voisinages,Maria Rošteková & Serge Dufoulon (dir.) Comité scientifique international de lecture Argentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata),Belgique(Claude Javeau, Univ. Libre de Bruxelles), Brésil(Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia, Salvador),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St-Clément-d’Ohrid),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. de Séville),France(Gilles Rouet, Univ. de Reims, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioannina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Catholique Pázmány Péter, Budapest),Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica),Taïwan(Stéphanie Tsai, Univ. Centrale de Taiwan, Taipei)
Sous la direction de Anna KRASTEVA & Despina VASILCUMigrations en blanc Médecins d’est en ouest
Ce volume réunit plusieurs contributions aux colloques organisés dans le cadre du projet « La migration féminine hautement qualifiée dans le secteur de santé roumain et bulgare vers la France : enjeux,défis et perspectives futures » à Sofia et à Suceava en 2012 et 2013,soutenu par le Bureau Europe centrale et orientale de l’Agence universitaire de la Francophonie (2011-2014). Recension du volume : Irena Bokova & Ioan Ianos Rédacteurs scientifiques : Anne-Coralie Bonnaire & Christophe Lips Volume publié avec le concours de l’Université « Stefan cel Mare » de Suceava, de la Nouvelle Université Bulgare, de l’Université de Bucarest, de l’Université de l’Ouest de Timişoara, de l’Institut français de Bulgarie et grâce au soutiende l’Agence universitaire de la Francophonie. Partenaires de la collection RETINA International, Recherches Esthétiques & Théorétiques sur les Images Nouvelles & Anciennes, ECAC,Europe Contemporaine & Art Contemporain, Paris 8, Laboratoire de Recherche en Management, LAREQUOI, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, IEEI,Institut d’Études Européennes et Internationales, Reims & Faculté de Sciences Politiques et des Relations Internationales, Banská Bystrica.© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISSN : 2257-3690 ISBN : 978-2-343-03831-5 EAN : 9782343038315
Préface Catherine Wihtol de Wenden Cet ouvrage répond à une question aussi importante qu’étrange :pourquoi les jeunes médecins roumains et bulgares émigrent-ils nombreux en Europe de l’ouest, alors que dans ces deux pays le nombre de médecins est le plus bas d’Europe ? Souvent, les régions d’émigration sont caractérisées par un plus fort potentiel démographique et une offre de main-d’œuvre disponible, qualifiée et non qualifiée qui vient rencontrer une demande dans les pays d’accueil. La question mérite d’autant plus d’être posée que le phénomène de la « migration en blanc », selon les termes des auteurs de cet ouvrage, tous sociologues, géographes ou essayistes travaillant sur les métiers de la santé, devient l’une des formes structurelles de la migration roumaine et bulgare. À partir d’un travail de terrain approfondi dans les pays d’origine et en France, troisième destination européenne des médecins de ces deux pays après l’Allemagne et le Royaume-Uni, s’interroge d’abord sur leur droit d’émigrer. Depuis l’entrée de ces deux pays dans l’Union européenne et avec l’acquisition de la citoyenneté européenne de leurs ressortissants – liberté de circulation, de travail et d’installation, notamment –, un conflit se pose pour la migration hautement qualifiée dans le secteur de la santé :ces médecins ont désormais le droit d’émigrer et de travailler en Europe, considérant parfois «qu’ils doivent appartenir non pas à un seul pays mais au monde entier » par leur profession, mais en même temps ils savent que leurs pays, parmi les plus pauvres d’Europe, manquent de médecins et que le coût de leur formation a été payé exclusivement par ceux-ci.
7
Catherine Wihtol de Wenden
En Roumanie, ils justifient souvent leur choix d’émigrer par la corruption rencontrée chez eux, la pratique des pots-de-vin dans l’exercice de leur profession, le manque de perspectives professionnelles, la faiblesse des salaires, le manque de reconnaissance, la pénurie d’équipements de pointe. Pour eux, la migration apparaît comme une alternative à la révolte, selon le modèle d’Albert Hirschman (Exit, voiceand loyalty) et le modèle migratoire est gagnant (pour l’émigré), gagnant (pour le pays d’accueil), perdant (pour le pays de départ). Des cybercommunautés se forment, préparant les étudiants à l’exil dans un contexte européen favorable à la mobilité spatiale des étudiants en médecine. Ceux qui restent en Roumanie sont les plus âgés (la moitié des médecins a plus de 55 ans), exercent en milieu urbain pour 89% d’entre eux alors que les régions rurales en sont presque totalement dépourvues. En Bulgarie, Anna Krasteva, qui a co-dirigé l’ouvrage avec Despina Vasilcu, parle dequadruple capital social de la mobilité des médecins: professionnel, humanitaire, économique, démocratique. La pénurie de médecins est la plus grave dans les régions les plus défavorisées. Du temps du communisme, la politique migratoire pour les médecins était considérée comme une prérogative d’État, le système migratoire étant défini suivant des lignes idéologiques et en fonction de la politique de solidarité adoptée à l’égard des pays en développement. La politique actuelle vis-à-vis des migrants hautement qualifiés, ces «bourgeois cosmopolites » selon les termes utilisés dans le livre, est plutôt une non incitation au départ et une invitation au retour. Pourtant, un étudiant en médecine sur deux pense à migrer, le salaire mensuel au départ étant de 307 euros (contre 4 569 en France). En réalité, la plupart d’entre eux sont définis comme « mobiles sans intention de migrer» et l’enquête de terrain montre beaucoup de ces personnes, installées dans la mobilité comme mode de vie, sans pour autant envisager un départ définitif, la mobilité étant le remède contre la migration pour ces «nouveaux Européens». Souvent, ce sont les femmes qui ont eu l’initiative du départ et c’est l’adhésion de leur pays à l’Union européenne qui les a fait entrer dans la logique de mobilité.
8
Préface La Bulgarie forme environ 550 médecins par an et 550 partent à l’étranger parmi les 30-35 ans. L’âge moyen des médecins y est le même qu’en Roumanie, entre 50 et 53 ans. Les jeunes, spécialisés, travaillent beaucoup pour peu d’argent, avec un équipement vétuste. Mais peu d’analyses existent sur les conséquences de leur départ et le système de santé de la population en Roumanie et Bulgarie. Les médecins roumains et bugares seraient-ils alors la nouvelle figure du «plombier polonais», emblématique du migrant de l’Est des années 2000? Ces «Européens à plein temps » interviewés parlent des moments de solitude vécus dans le quotidien, du fait de la langue et de la culture. Beaucoup seraient des Européens sans le savoir, car penchés sur leur parcours individuel, ils ignorent souvent qu’ils s’inscrivent dans une tendance plus large. Cette très belle étude, fruit de nombreuses enquêtes de terrain, reflète de façon très exhaustive la plupart des paradoxes des « migrations en blanc ». Catherine Wihtol de Wendenest directrice de recherche au CNRS. Juriste et politiste, ellea mené de nombreuses enquêtes de terrain sur les relations entre les migrations et la politique en France. Ses recherches comparatives portent sur les flux,les politiques migratoires et la citoyenneté en Europe et dans le monde. Elle a été consultante pour divers organismes dont l’OCDE, laCommission européenne, le HCR, leConseil de l’Europe. Depuis 2002, ellepréside le Comité de recherche « Migrations »de l’Association internationale de sociologie. Elle est membre du comité de rédaction des revuesHommes et migrations, Migrations société et Esprit.
9