Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 11,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Vous aimerez aussi

Psychologie clinique
Cours et exercices corrigés
Laurence BernardTanguy Dominique Reniers
Conseiller éditorial : Mathilde Saiet
© Dunod, Paris, 2013 ISBN 9782100584956
7 4
Comment utiliser le Mini Manuel ?
La page d’entrée de chapitre
5Elle donne le plan du cours, C h a p itre 1desainsi qu’un rappel des objectifs contexte u x ; Ta b le d e s m a tiè re s com p or tem ents com m e » prend com m e u n ité d’a na lyse l’ind iv idu, inséré d a ns u n s’intéresse au x cog n itions, au x attitudes et au xpédagogiques du chapitre. so cia l don né et p orteu r d’appa r tena nce à des g roup es so cia calise su r des pro ces sus ind iv i dus d a ns leu rs activ ités de « con na is sa nce du m onde et méthodes d a ns leu rs interac tions avec autr u i. E lle se foDéfinitions, hitorique inter n es. 1 (1982), l’expli ca tion tre n iveau x Lesniveaux d’analyse de Doise on qu a ué. tre cond i tion ne le t qu’u n au À la lu m ière de ce dévelop pem ent, le cha m p d’étude de la p y cho  e investig log ie so cia le sem ble la rge et com plexe. Pou r D oise du fonctionnem ent hu m a in p eut être consi dé riégeesqulélsaeiasnitim ité. yse p ou r u nau d’a na ld’a na lyse. C hoisir u n n iveau d’a nalyse plup oint de v ue que le cher cheu r endossera su r le phé nom èn u d’a nalyse sera im p os sible  q u i captent u n desC haque n iveau a ses ca racristiques propres trava il ’autres. Tout C e n’est pas pa rce que je m e p osition ne su r u n n ive e p eut englob er l’en objet précis que l’utili sation d’u n autre n ivea ou incorente. A insi les n iveau x « sont des g rilles s du « plus psy cho lo  asp ects de la réa lité et qu i en la issent échap per d que est néces sa irem ent u ne abstraction et n scienti sem ble de la réalité » (D oise, 1982). t p erm etten L es qu atre n iveau x sont les su i va nts, ordon né  (n iveau I) : l’em phase est m ise su r les g ique » au « plus so cioloet l’évag ique » : lu a tion de le n iveau intra in d iv iduelchap. 3, tem ents à l’éga rd de 2 0 cf. i tif ( m éca nism es internes à l’ind i vidu et nota mm ent ceu x qu i p. 162) sont issues d’organ i ser l’exp é r(la p cia le er cience so eption chap. 4, cf. l’env i ron nem ent so cia l a insi que les com p orP sych o lo g ie so cia le cet env iron nem ent). L es théories de l’équ ilibre cog n En cart 1 .3 L’exp é rim entatio n en m ilieu so cial n aturel : p. 103) ou de la caté go risation so cia le:(sintéleiuqiucetscresse aux stsontpotetineelment de ce m o dèle de recherche ; ts et positions socialesH ornstein, Fisch et H olm es (196u8s)troanttiopnerdu volon tu n e ill n uvent concerner les indipor te feu illes contena nt de l’a rgent d a ns les rues d’u ne g r elnvieauinteirdnvdI)Iauveni(leuii a m é ri ca ine. E n fa it, ils ont fa it com m e si ces portefeu ill inetacitronsduellesdanselqsuelleslessuejroupesentreeux.O ur les réseaux de interchangeables, dans la m esure où les statu vaux s tion ;déjà été retrouvés pu is m a lheu reu sem ent p a irem ent des ne sont pas consirés. L es interac tions pe sontparalileursaccompagnésdunelettrepréa nde v ille la prem ière p erson ne. E lle est réd igée soit en bon a ngla is, indu i vidus, l’individu et le groupe voire m êm e les g es va ient chap. 4, p. 135) relèvede ce niveau d’explicaerdus de nouveau. Ils parle éga lem ent dcfe.niveau situationn l. L s tra sa nt l’idée que cette p erson ne est a m érica ine, so inservdiinsdesonitnd riedue sncommnucioita n( (n iveau III) : ici, les d if fé rences de p osi tionterapérctieudemtn approx im a tif, ce qu i la isse p en ser qu’elle est étrangère. L esrésu l m ontrent que le por tefeu ille est retou rné à son le n iveau p o sition nel plus que la p erson ne aya nt écrit la lettre est a m é it d a ns u n a ngla is so cia le inter vien nent d a ns l’explication. L es auteu rs m ontrent que nous déci dons du com portem en term es de sta tuts et de rôles sont cen tra les. Il s’ag it de pre ©DunodToutereproducitonnonautoirséeestundéltit ts pro prié ta ire d’autantnous fon da nt su r les actes que nous p ensons que ra ient et ce su rtout s’ils pa ra issent semilrbbaunoàslecsel,isniA.eniae.êmms D a ns cette exp érience, tout passe inap er çuueaxxueyntjutàeusudisv,VIneer  les utres adopte  com m e V D. D e plus, ce que les cher cheu rs font fa irea naturel (op é ra tion naturelle) : rapporter u n objet p erdu à so ta ire. L e com portem ent du sujet est déclen ché. u x sujets est c) L’observation n proprié  Le coursE lle pro du it u n savoir de ty p e descriptif. E lle p eut pa rL’obser va tion est u ne m étho de d’inves ti gation d’u n p ner à l’iden ti fi csitua tation de va riables d a ns u n ion dondescriptive qualitative)ou à la m esu re de l’im pornom ène natu rel. deurdunevariable(recherchedecrsitipvequan fois se ca n ton  M eyer, 1997). e (recherche ta nce ou de la g ra n  L orsqu’u n lien entre deu x va riables est env isagé, Le cours, concis et structuré,entre deu x va riables, sa ns qu’il soit pos sible de d i ati itve)(Delhommeet che cor rélation nelle. L a cor ré la tion corres pond i d a nte et laquelle est indép ennaet.eDmnaèierdtoesnrèteàeaplrrrtderrecher ci au rap port récipro qu cor rélation s’observe pa r la fréquence d’appa ri expose les notions importantesd’autres m o d a lités de va riables. e fa its ou, plus techn i quem ent, de cerre laquelle est dép en ta ines tionconjointederde,eulaxL es hypothèses sur les rela tions entre deux var m o d a li tés de va riables avec typecorrléaoitnn.leoLbsevriotanpemretde du programme.uj fitmaiens,slirdeeilessel ne perm et pas d’éta blir des rela tions cau sa iables sont égalem ent de contre, elle perm et de voir si le lien entre deux les entre deux variables. Par variables est fort ou faible.
Les rubriques
P sych o lo g ie so cia le
u ence réci tion de normes par une infl chap pàlicnerretitude qui en
Les points clefs à retenir
normailsation correspond à la créaLa tude d’un individu en vue proque entre les individus. C’est le besoin d’é est le moteur (dépendance information.)reutalàleeln Le conformisme désigne le changement d’attid’adop tvdnicredsleeliestrauidus. La presvissociiuoddnacnu«enslerexéneaitttga.»uqeépaeoalrjamrité n’est pas explicite. u ence d’une autorité lég temiindielplaci LinIl se soumet alors à une auto rité légitime qui le transcende. La responsabi il té uence si elles sont activ , deviennent int de vueest solidement de ses actes est transréeoratuàlité. ne. Les mino rités peuvent avoir de l’infl visibles et adoptent un style consistant. Leur po exposé et ne connaît pas de contradic tion inter
EXERCICES
E x e rc ic e 1 : v r a i – fa u x
L ’enculturation est englo bée par la socia li sa tion. 1. F aux r r V rai L ’iden tité per sonnelle cor respondrait à la per ception objec tive que 2. l’indi vidu aurait de son indi vi dua lité. F aux r r V rai 3. L e soi collec tif, c’est l’évaluation du soi par un autrui généralisé. F aux r V rai r L e concept de soi ren voie aux connais sances qu’a l’individu de lui 4. m êm e. r F aux V rai ret 5. O n doit le concept de facilita tion sociale à R ingelm an. F aux r V rai r L ’expé rience fon datrice d’A sch sur la norm a lisation uti lise l’eff 6. autocitique. F aux r r V rai 7. D ans le conform ism e, la pres sion sociale n’est pas expli cite. F aux r V rai r
Les exercices
Ils sont proposés en fin de chapitre, avec leur solution, pour se tester tou au long de l’année.
t
TàBlE dES MàtièRES
Partie 1 La naissance de la psychologie clinique
1L’évolution de la place de la souffrance subjective 1.1 Des conceptions magiques aux assises de la raison 1.2 À partir de Descartes : la naissance du monde moderne et l’appropriation médicale de la souffrance subjective Points clefs
2L’invention historique de la psychologie clinique 2.1 La naissance de la psychologie en France 2.2orien Deux tations opposées : Janet et Piéron 2.3: la psy Lagache chologie clinique au sein d’une psychologie unifiée 2.4 Premières définitions Points clefs
3La psychologie clinique aujourd’hui 3.1diag Le nostic en psychologie clinique : classifier ou interpréter ? 3.2 Les enjeux de la psychologie clinique dans le monde contemporain Points clefs Exercices Réponses
3 3
6 9
11 12 13
15 18 22
23
24
29 33 33 34
VI
Partie 2 La méthodologie clinique
4Tentatives de définition 4.1 Retour à l’étymologie 4.2enjeux de la méthode cli Les nique Points clefs
Psychologie clinique
5Au cœur de la méthode clinique : l’entretien 5.1qu’un entre Qu’estce tien clinique ? 5.2des Abord criptif : les temps de l’entretien clinique 5.3anal Abord ytique : les mécanismes dans l’entretien clinique Points clefs
6Les trois radicaux de la méthode clinique 6.1 La demande : ce qu’elle peut être et ce qu’elle n’est surtout pas 6.2 La demande comme fondement de l’entretien clinique 6.3 l’engagement subjectif du psychologue clinicien Points clefs Exercices Réponses
Partie 3 La psychologie clinique développementale
7Le sujet au sein de la psychologie clinique développementale 7.1 Le cadre du développement humain 7.2sources du dével Aux oppement 7.3 Les trois approches
39 39 41 48
49 49 51
55 62
63
63 67 69 72 72 73
79 79 82 84
85 88
Partie 4 La pratique du psychologue clinicien aujourd’hui
10acti Les vités du psychologue 10.1 Le bilan psychologique 10.2 L’expertise psychologique 10.3 La pratique psychothérapique 10.4 La recherche © DunoPdoiTnotutsercelperfodsuction non autorisée est un délit.
9Le rôle du psychologue 9.1 La déontologie et l’éthique 9.2 La législation 9.3 Les qualités du psychologue 9.4centration sur le sujet La Points clefs
7.4méthodes d’études Les Points clefs 8Un sujet en développement 8.1corps dans tous ses états Le 8.2schéma cor Le porel et image du corps 8.3sexual La ité humaine 8.4 Un être social 8.5construc La tion de l’identité 8.6 Les visages de la pensée Points clefs Exercices Réponses
Table des matières
139 139 146 148 152 153
VII
131 131 133 134 135 138
89 89 93 98 107 114 119 123 123 125
VIII
11 Les domaines d’intervention 11.1 La psychiatrie 11.2 La santé 11.3 Le médicosocial 11.4 Le contexte judiciaire 11.5 Le champ de l’éducation Points clefs Exercices Réponses
Glossaire Bibliographie conseillée Index des notions
Psychologie clinique
155 155 157 158 160 162 164 165 167
169 175 181
1
ChàpitRE 1
ChàpitRE 2
ChàpitRE 3
Là NàiSSàNcE dE là pSycholoGiE cliNiQUE
L’ÉvolUtioN dE là plàcE dE là SoUfRàNcE SUBJEc3tivE .................................................................
L’iNvENtioN hiStoRiQUE dE là pSycholoGiE cliNiQUE..................................................................... 11 Là pSycholoGiE cliNiQUE àUJoURd’hUi...................... 23
La psychologie clinique est récente. L’enjeu qu’elle soutient, à savoir le sujet, l’amène à occuper au sein de la psychologie une place tout à fait particulière, à l’opposé notamment de la psychologie objective. Il s’agit de voir tout d’abord comment elle est apparue historiquement afin de pouvoir prendre la mesure de l’originalité de sa place au sein du monde contemporain.