//img.uscri.be/pth/282f2f80db8cd0d102951e7405f2f1ce59afbb28
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mobilisation et création de dispositifs cognitifs collectifs

De
143 pages
Vous avez entre les mains un petit manuel économique qui concerne la mise en situation d'éléments normatifs au sein des organisations. En effet, dans ce domaine, les théories et les définitions sont nombreuses et c'est l'occasion de recadrer le débat économique autour d'objets cognitifs tels que, par exemple, les règles. Dans ce cadre, nous proposons des réponses aux deux problématiques suivantes: -Comment les relations entre les acteurs sociaux peuvent-elles être mises au service de l’action organisée ? -Comment l’action organisée peut-elle modifier les relations qui se nouent entre les participants à cette action collective ?
Voir plus Voir moins
Mobilisation et création de dispositifs cognitifs collectifs
Sandrine Daraut
Mobilisation et création de dispositifs cognitifs collectifs
Les tenants et les aboutissants des schémas et dynamiques de l’action organisée Éditions Le Manuscrit
Les maquettes de l’ouvrage et de la couverture sont la propriété exclusive des éditions Le Manuscrit. Toute reproduction est strictement interdite. © Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-7344-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748173444 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-7345-7 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748173451 (livre numérique)
Introduction
Introduction
- Comment les relations entre les acteurs sociaux peu-vent-elles être mises au service de l’action organisée ? - Comment l’action organisée peut-elle modifier les relations qui se nouent entre les participants à cette action collective ? De fait, la compétence des acteurs sociaux ou leur aptitude à résoudre des problèmes et à garder trace de ces modalités résolutoires se construit à travers la confrontation au contexte routinier d’action. La connaissance de ce contexte résulte alors d’une prise de conscience quant à l’action d’autrui et à sa propre action. Cette dernière s’inscrit dans une dialectique entre l’acteur – qui met en acte ses compétences en cours d’action – et la structure émanant d’interactions aux autres, aux ressources matérielles et aux règles. Dès lors, récursivement, l’application des savoirs et savoir-faire individuels au fil de l’action permetune certaine prise de distancede ces acteurs par rapport aux aspects normatifs caractérisant toute organisation. Des interactions dynamiques qui se nouent entre l’acteur social et son environnement d’action peuvent, dès lors, émerger des schémas d’action transférables. Ce sont des routines, des procédures, des règles envi-sagées, tout d’abord, traditionnellement, comme des
9
Mobilisation et création de dispositifs cognitifs collectifs
dispositifs cognitifs collectifs ou des représentations parta-gées de la réalité – supports de coordination et de ré-duction de l’incertitude. Cependant, nous avons déjà souligné le compor-tement critique intrinsèque de l’acteur compétent. Aussi, lesdispositifs cognitifs collectifsfont toujours l’objet d’interprétations de la part des acteurs sociaux. En réalité, par la médiation de représentations partagées, l’espace social laisse une trace dans la conscience indi-viduelle à des degrés divers. Plus précisément, selon le type de représentation mis en jeu pour et dans l’action, la place laissée à l’interprétation personnelle est plus ou moins importante. Des processus de type stimulus-réponse à la redéfinition pure et simple du contexte d’action, c’est toujours là qu’interviennent l’expérience et la compétence individuelle, au sens de la perception du contexte d’action qui passe par une appropriation des circonstances de son action et de celle des autres. D’ailleurs, ce qui fait l’objet de représentations types – normes, conventions sociales, entre autres. – n’échappe pas non plus à un ajustement minimal cor-respondant à toute mise en situation. Lesdispositifs cognitifs collectifssont donc aussi objets d’apprentissage et de coordination. Plus généralement, les développements constituant cet ouvrage concernent tant la théorie des organisa-tions que les théories des systèmes sociaux d’action. A travers une traversée de ces approches est notamment considéré l’aspect relationnel de l’apprentissage des individus. Cette dimension résulte d’une prise en compte des niveaux d’interactions entre les dynami-ques cognitives individuelles et collectives, à l’occasion du processus individuel de résolution des problèmes organisationnels. Ensuite, nous considérons plus pré-
10