Moi Maxime, autiste... Je peux enfin m'exprimer !

De
Publié par

Une mère découvre en 2002 une méthode, la Communication Facilitée, qui permet à son fils autiste de s'exprimer. Après une période de questionnements, et à la demande de Maxime alors âgé de 17 ans, ils témoignent et donnent des conseils concrets pour pratiquer cette méthode. A-t-on le droit de les priver d'un nouveau moyen d'expression et de reconnaissance de leur intelligence, parce que la science n'a pas encore pu réaliser les recherches adéquates ? Pourquoi taire une vérité factuelle vécue tous les jours ?
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
EAN13 : 9782296506220
Nombre de pages : 229
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Patricia Berthaut Maxime Gaillard
Moi Maxime,
Une mère découvre en 2002 une méthode qui permet à son fls
autiste de s’exprimer. Après une période de questionnements, et à la autiste…
demande de Maxime alors âgé de 17 ans, ils témoignent et donnent
des conseils concrets pour pratiquer cette méthode.
Ses progrès, son bonheur d’être enfn reconnu comme un “être Je peux enfn pensant”, représentent aujourd’hui un nouvel espoir pour tous les
êtres privés de parole, autistes, trisomiques, pluri-handicapés…
pour leurs proches et les éducateurs.
A-t-on le droit de les priver d’un nouveau moyen d’expression et de m’exprimer !
reconnaissance de leur intelligence, parce que la science n’a pas
encore pu réaliser les recherches adéquates ?
Pourquoi taire une vérité factuelle vécue tous les jours ?
L’écriture de Maxime, différente de celle de sa mère, est à la fois
profonde, imagée et pétrie d’humour. En cela, elle nous propose un
nouveau regard sur l’autisme.
Les similitudes troublantes de comportements et de perceptions, Notre histoire, entre Maxime et la neurologue Jill Bolte Taylor, lors de son accident
vasculaire cérébral dans le cerveau gauche, ouvrent des horizons
de recherche encourageants pour les autistes. une méthode
Patricia Berthaut, flle d’agriculteur, diplômée de l’école supérieure
de commerce de Lille, est chef de produits dans une centrale d’achat
et vient de créer l‘association Maxime Gaillard.
ISBN : 978-2-336-00423-5
22,50 e
Patricia Berthaut
Moi Maxime, autiste... je peux enfn m’exprimer !
Maxime Gaillard









Moi Maxime, autiste…
Je peux enfin m’exprimer !

Notre histoire, une méthode
























































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00423-5
EAN : 9782336004235 Patricia Berthaut
Maxime Gaillard


Moi Maxime, autiste…
Je peux enfin m’exprimer !

Notre histoire, une méthode














L’Harmattan
Collection
« Communication facilitée & sciences humaines »,
dirigée par Francois Mabille





Sommaire
Lettres de Maxime pour Juliette, illustratrice de ce livre ..................... 10
Préface de la Collection ..................................................................... 13
Préface .............................................................................................. 16
Avant-Propos ..................................................................................... 21
CHAPITRE 1 : Notre histoire ........................................................... 31
La vie de Maxime pendant 17 ans .................................................. 33
Ma vie de femme et de mère d’un enfant autiste ............................. 40
Comment se traduit l’autisme de Maxime dans
son comportement ......................................................................... 50
Maxime est maintenant interne ...................................................... 58
CHAPITRE 2 : Communication facilitée. Nos premiers pas ............. 67
Les écrits des premières séances avec une thérapeute ....................... 68
Mon vécu des premières séances ..................................................... 78
Les faits qui ont bousculé mes certitudes et mes croyances ............. 87
Témoignage de Florence, mère de Vivien, enfant autiste ................. 95
Témoignage de Juliette, styliste et illustratrice de ce livre ................ 98
CHAPITRE 3 : Avant de commencer la communication facilitée .....101
L’intérêt de la CF au quotidien........................................................102
Ce qu’il est indispensable de savoir avant les premières séances .......112
CHAPITRE 4 : Comprendre la communication facilitée ..................119
Description schématique du fonctionnement de la CF....................122
La CF expliquée par Maxime ..........................................................128
CHAPITRE 5 : Pratiquer la communication facilitée ........................147
Les conseils et l’éthique indispensables ...........................................148
Apprendre à pratiquer ....................................................................158Moi Maxime, autiste... Je peux enfn m’exprimer !
Comment faire constater que c’est bien l’autiste qui pointe
les lettres ........................................................................................169
Préparez-vous à l’onde de choc de cette révélation
autour de vous ................................................................................172
CHAPITRE 6 : Analogies entre Maxime et la neurologue
JB Taylor suite à son AVC dans le cerveau gauche ..........................177
Analogies de comportements et problèmes de langage.....................179
Analogies de pensées et de ressentis .................................................189
CONCLUSION : Lettres ouvertes aux parents d’enfants autistes ou
privés de parole ..............................................................................205
Remerciements .................................................................................214
Bibliographie ....................................................................................219
Annexe 1 : Un exemple de clavier.......................................................220
Annexe 2 : Phrases types ....................................................................221
Annexe 3 : Comparaison cerveau gauche, cerveau droit ....................222
Annexe 4 : Association Maxime Gaillard ...........................................225
8Moi Maxime, autiste... Je peux enfn m’exprimer !
Ce livre a été illustré par Juliette Desrumaux,
mis en page par Edith Lassiat
et Christine ClaussMoi Maxime, autiste... Je peux enfn m’exprimer !
LETTRES DE MAXIME POUR JULIETTE,
ILLUSTRATRICE DE CE LIVRE
J’ai proposé à Maxime d’écrire à Juliette, notre amie styliste
qui a gentiment proposé d’illustrer ce livre.
Jeudi 16 octobre 2008
« Ça prend vraiment forme notre foutu bouquin avec les images
de Juliette. J’aimerais bien qu’elle l’illustre là où ça lui chante.
J’ai vraiment envie que ce soit drôle et léger, tu as eu raison de
le lui dire.
La vie est gaie et légère, si on le décide et si l’on porte nos
lunettes grand large et grand écran, alors qu’elle se lâche !
J’aime sa légère caricature de nous deux, elle est dans la veine
de ce que nous voulons exprimer, elle peut aussi délirer, j’adore.
Si les enfants sont captivés, on a tout gagné. Eux n’ont pas de
freins dans la tête, ils ont plus souvent que les adultes, le vide
en eux pour recevoir nos pensées et émotions. Pendant une
séance de CF, beaucoup d’adultes cogitent quand ils sont dans
le doute, quand ils ont peur de ne pas savoir ou peur de vivre
cette expérience.
Alors ma Juliette amuse toi avec nous et nos lecteurs. Non
seulement ils vont découvrir une méthode révolutionnaire, mais
ils vont s’ouvrir à la légèreté de la vie avec les autistes, pas banal
non !
C’est aussi un message d’espoir et de joie que je veux délivrer
autour de nos échanges avec ma mère agrémentés au gré des
pages avec tes petits dessins rigolos. »
10Lettres de Maxime pour Juliette, illustratrice de ce livre
Samedi 14 février 2009
« A ma Juliette partenaire éclairée de ce livre, je voudrais dire
qu’elle n’a pas de soucis à se faire pour nos petits dessins.
Alors, comme maman te l’a redit, je suis un rigolo et j’ai envie
que nos lecteurs se détendent tout en apprenant.
Façon BD, un peu Gaston Lagafe en plus doux et plus rond.
Je me vois bien sauter d’une page à une autre plus loin pour
expliquer mes petits délires.
La connaissance dans la joie, maman préfère ! Moi j’aime bien
l’image du bonbon : la connaissance enrobée de rigolade.
Alors de temps en temps, quand ils vont en lire des vertes et des
pas mûres, c’est le moins que l’on puisse dire, il est intéressant
qu’ils comprennent aussi que la vérité peut aussi être
appréhendée dans la joie et la bonne humeur.
Se prendre au sérieux, c’est l’ego qui grandit.
Apprendre en riant c’est la sagesse qui grandit.
Voilà donc Juliette laisse courir ton crayon gai et lumineux sur
mes lignes, et nos petits et grands lecteurs vont avaler notre livre
comme une bonne friandise. »
« Maxime le facétieux »
11COLLECTION COMMUNICATION
FACILITÉE ET SCIENCES HUMAINES
Cette collection a une triple ambition :
I. Faire connaître la communication facilitée, et dans son
sillage, la psychophanie, non pas en vue d’en faciliter la
promotion mais bien parce que ce moyen de
communication, parfois également utilisée comme pratique
thérapeutique, a aujourd’hui une audience sociale auprès de familles
d’enfants autistes ou d’orthophonistes, tout en n’étant pas
élucidée dans ses fondements.
II. Renseigner sur les systèmes de sens ainsi que la grande
diversité des références et valeurs convoquées dans le champ
de l’accompagnement familial et en partie dans celui des
pratiques thérapeutiques ; elle concerne le vécu de familles
confrontées à la question du handicap et plus généralement
aux personnes réféchissant à la communication.
1Le projet touche non seulement les psychothérapeutes
mais aussi les praticiens expérimentés, qui tout en ne
disposant pas de la légitimité donnée par le titre de psychiatre
ou de psychologue clinicien, se démarquent néanmoins des
praticiens de type « mystique-ésotérique » (cf. travaux de
Françoise Champion). Cette collection peut
particulièrement intéresser les orthophonistes qui travaillent avec les
autistes. Les auteurs publiés dans cette collection n’ignorent
pas, mais au contraire ont entendu les mises en garde
2essentielles que la MIVILUDES a pu mentionner dans ses
rapports concernant les dérives liées à des pratiques
abusi13Moi Maxime, autiste... Je peux enfn m’exprimer !
vement désignées comme thérapies, ou au sujet de
praticiens se présentant abusivement comme thérapeutes. Mais
c’est précisément à partir d’une réfexion sur la valeur des
témoignages, sur la nature et l’identité de ceux qui les
recueillent, et sur la manière dont notre société accepte de
traiter de l’inédit, du « non encore connu », c’est-à-dire non
encore « savamment » interprété, que cette collection
trouve sa légitimité
III. Il s’agit donc de mettre à disposition, dans le respect
de ceux qui ont le courage de témoigner, un matériau
« exploitable » pour des chercheurs issus des sciences
sociales, anthropologues, ethnologues et sociologues, et
pour ceux qu’intéressent les réfexions concernant les
modèles théoriques de la neurologie, des sciences
cognitives ou de la psychanalyse classique.
Cette collection ne part d’aucun a priori sur ces matériaux.
La notion centrale est celle d’expérience. Quel que soit le sens
donné aux écrits, la question consiste à se demander ce qui se
passe dans l’ « interrelation » entre deux personnes, dans ce qui
semble être une production conjointe et indissociable de deux
individus : le facilitant et le facilité.
Il faut le reconnaître, la compréhension scientifque,
clinique, des processus à l’œuvre dépasse pour l’instant l’état
de nos connaissances. La présente collection, qui est en tant
que telle une œuvre de témoignage et une perspective de
recherche ne vise pas, bien sûr, à combler l’ensemble de ces
lacunes. Il s’agit tout à la fois d’expliquer parfois le « comment »
mais aussi de procéder à la fois à une analyse du dispositif,
spatial, corporel et culturel des pratiques, de comprendre la nature
14Préface de la Collection
des productions écrites au moyen de la communication facilitée
ou de la psychophanie, de tenter une classifcation, une
réorganisation par comparaisons.
François Mabille
Professeur à l’Université catholique de Lille
Chercheur statutaire au Groupe Sociétés, Religions,
Laïcités ( CNRS)

1 Loi du 9 août 2004, Article 52 de la Loi de santé publique : « L'usage du titre de
psychothérapeute est réservé aux professionnels inscrits au registre national des
psychothérapeutes. L'inscription est enregistrée sur une liste dressée par le représentant de l'État
dans le département de leur résidence professionnelle. Elle est tenue à jour, mise à la
disposition du public et publiée régulièrement. Cette liste mentionne les formations suivies
par le professionnel. En cas de transfert de la résidence professionnelle dans un autre
département, une nouvelle inscription est obligatoire. La même obligation s'impose aux
personnes qui, après deux ans d'interruption, veulent à nouveau faire usage du titre de
psychothérapeute. L'inscription sur la liste visée à l'alinéa précédent est de droit pour les
titulaires d'un diplôme de docteur en médecine, les personnes autorisées à faire usage du
titre de psychologue dans les conditions défnies par l'article 44 de la loi n° 85-772 du
25 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre social et les psychanalystes
régulièrement enregistrés dans les annuaires de leurs associations. Un décret en Conseil d'État
précise les modalités d'application du présent article et les conditions de formation
théoriques et pratiques en psychopathologie clinique que doivent remplir les personnes visées
aux deuxième et troisième alinéas. »
2 http://www.miviludes.gouv.fr/ Mission interministérielle de vigilance et de lutte
contre les dérives sectaires.
15PRÉFACE
Les hypothèses concernant les origines de l’autisme sont
1nombreuses , du désordre génétique aux afections cérébrales,
en passant par les problèmes du système immunitaire.
Aujourd’hui, de nombreux laboratoires travaillent sur des pistes
diférentes, avec l’espoir de soulager prochainement autistes et
familles concernées. Au sein du prestigieux MIT
nord-américain, un laboratoire, le MediaLab, s’est ainsi spécialisé sur les
sciences sociales informaticielles, disposant d’un programme
autisme et travaillant autour de l’informatique émotionnelle.
A sa façon, et à sa mesure, le livre publié par Maxime et
Patricia Berthaut s’inscrit dans ce sillage de recherches et
d’hypothèses et apporte sa contribution à la compréhension de
l’autisme, et mieux encore, des autistes. De quoi s’agit-il ? Tout
à la fois d’un parcours de vie, d’une prise de parole, d’une
suggestion de « méthodes thérapeutiques » – la communication
facilitée voire la psychophanie.
Le parcours est celui d’une famille confrontée à l’autisme.
Patricia, mère de Maxime, son fls autiste, raconte ici sa
découverte de ce handicap, les difcultés pour son fls et sa famille à
vivre l’autisme au quotidien. C’est également l’histoire d’une
soufrance, celle liée au regard porté en France sur l’autisme,
celle liée à la non-communication, la non-compréhension
d’une mère à l’égard de son fls. Mais ce témoignage se perdrait
parmi les innombrables livres consacrés à ce sujet, s’il ne se
poursuivait pas par la découverte d’une méthode
thérapeutique, la communication facilitée ; cette thérapie, sur laquelle
on reviendra plus tard, n’est pas une « méthode miracle » pour
16Préface
la famille. Patricia l’a même rejetée dans un premier temps,
après l’avoir essayée. C’est en désespoir de cause qu’elle l’a
fnalement reprise, travaillée puis utilisée avec succès. Le livre
présenté devient la narration d’un combat d’une mère pour
parvenir à communiquer avec son fls puis la découverte
progressive de la personnalité et de l’intelligence de celui-ci.
Peut-on décrire exactement ce qu’est la communication
facilitée ? Plusieurs ouvrages en ont déjà présenté le principe.
Le site de la confédération des associations en donne une
présentation habituelle : « La Communication Facilitée est un
outil d'apprentissage qui permet aux personnes handicapées,
privées de parole ou limitées dans la communication, de
s'exprimer. En parvenant à faire part de leurs besoins, sensations,
sentiments, elles acquièrent davantage d'autonomie dans
l'expression quotidienne et obtiennent de leur entourage un changement
de regard et une considération nouvelle. Avec l'aide d'un partenaire
qui lui soutient la main, appelé « facilitant », le « facilité »
apprend à désigner des objets, des images ou des mots écrits pour
faire des choix dans la vie courante. Grâce à cet appui, il parvient
aussi à s'exprimer avec des mots et des phrases écrites sur un clavier
de lettres en frappant volontairement avec son doigt. Ainsi, se
développent des capacités d'apprentissage, un plus grand désir de
communiquer, entraînant souvent un mieux-être général. »
(http://www.tmpp.net/cf/index.html)
Anne-Marguerite Vexiau, qui a introduit cette méthode en
France, y a consacré deux ouvrages. L’intérêt du livre de Patricia
est de permettre d’entrer dans les détails de la démarche. D’une
certaine manière, il constitue un guide d’accompagnement
pour celles et ceux qui, confrontés aux troubles du langage et
de la communication, souhaiteraient y avoir recours.
17Moi Maxime, autiste... Je peux enfn m’exprimer !
Mais le témoignage de Patricia est également une « prise de
parole » : c’est celle de Maxime, le fls de Patricia, dont un
second ouvrage présentera le témoignage complet. Le terme de
prise de parole fait allusion à l’expression utilisée par Michel
de Certeau pour décrire mai 68, autrement dit pour préciser
l’essentiel d’une révolution. La comparaison vaut ici car d’une
certaine manière, c’est bien d’une éventuelle « révolution » dont
il s’agit, avec la possibilité, pour des personnes précisément
dépourvues de parole, d’accéder au discours, à l’expression et à
la communication. La communication facilitée permet aux
autistes de sortir de leur mutisme ou de rectifer les
interprétations erronées liées à leur trouble de la communication.
Mais à bien des égards, ce dont il s’agit dans ce livre dépasse
la communication facilitée et concerne également la
psychophanie. Didier Dumas fut l’un des premiers psychanalystes à
en donner une défnition acceptable : « Issue de la
communication facilitée, la psychophanie se défnit donc comme l’étude de
son application la plus surprenante : le fait que ce processus de
communication permette à toute personne, quels que soient son
âge et son état apparent de délabrement physique ou mental, de
laisser s’exprimer une dimension d’elle-même qui, échappant à
l’emprise des processus conscients, est inconsciente ou cachée et
2qu’Anne-Marguerite Vexiau appelle “l’être profond. »
La psychophanie, accusée par certains de relever de la
« charlatanerie » mérite de trouver sa place parmi les objets
d’études des sciences cognitives et plus largement des sciences
sociales. Peu de recherches y ont été consacrées. L’ouvrage de
Philippe Siéca, « La communication d’inconscient à inconscient
3– une nouvelle écoute thérapeutique » demeure
malheureusement un cas isolé. L’auteur, agrégé de l’Université et
psycho18Préface
logue clinicien, y raconte sa découverte de la psychophanie et
en livre une analyse pénétrante à partir de l’appareil conceptuel
psychanalytique. A leur façon, les ouvrages de Patricia et de
Maxime s’inscrivent en continuité avec cette démarche : livrer
un témoignage qui soit également un « matériau » de recherche
pour tenter de comprendre ce qui se passe dans les processus
de communication facilitée et de psychophanie. De manière
modeste mais essentielle, ils participent d’un courant
aujourd’hui important qui analyse les ressources encore
inexplorées du cerveau et dont des ouvrages comme ceux de
4 5Norman Doidge et Jill Bolte Taylor donnent des aperçus.
La vocation de ce livre, et plus largement de cette collection,
est donc bien de défricher de nouveaux territoires, sans avoir
la prétention d’en dire l’essentiel. Il s’agit aussi de faire œuvre
utile, à une époque où la place du handicap dans nos sociétés
demeure très insufsamment prise en compte.
François Mabille
1 Dans une littérature nombreuse et riche, voir notamment : Denys Ribas.
Controverses sur l’autisme et témoignage. Paris : PUF, 2004. Le livre de Patricia comprend
beaucoup d’afnités avec l’étude de D. Ribas.
2 In Anne-Marguerite Vexiau. Un clavier pour tout dire. D’inconscient à inconscient.
Paris : DDB, 2002. Préface, p.10. Cet ouvrage est avec le premier
d’Anne-Marguerite Vexiau, Je choisis ta main pour parler (Paris : Lafont, 1996.333 p.) le livre qui a
contribué à lancer le débat sur la psychophanie et ses diférentes dimensions. La
psychophanie signife la « mise en lumière de l’âme ».
3 La communication d’inconscient à inconscient - Une nouvelle écoute thérapeutique.
Paris : Soufe d’or, 2006.
4 Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau ; Paris : Belfond, 2008.
5 Voyage au-delà de mon cerveau. Paris : Lattès, 2006.
19AVANT-PROPOS
En 1993, Anne-Marguerite Vexiau, orthophoniste française,
apprend l’existence d’une nouvelle méthode de
communication avec les handicapés privés de parole, appelée
Communication Facilitée (ou CF). Celle-ci a été mise au point en
Australie dès 1987 par Rosemary Crossley. Anne-Marguerite
Vexiau l’introduit alors en France et écrit un livre : « Je choisis
ta main pour parler ». Cette méthode est actuellement utilisée
en Europe par plusieurs centaines d’autistes et handicapés
privés de parole.
Tout d’abord, voici en quoi elle consiste : lors d’une séance
de Communication Facilitée, une personne, appelée facilitant,
crée le contact au niveau de la main ou du poignet d’un
handicapé de la parole. L’handicapé, appelé facilité, dirige alors
précisément de lui-même le doigt sur les lettres d’un clavier. Il
exprime ainsi facilement, ses pensées, ressentis et émotions.
Si un observateur crée le contact avec la main de la personne
handicapée, en même temps que le facilitant, il peut constater
que c’est bien l’handicapé qui initie le mouvement vers les
touches du clavier. Il peut aussi remarquer, avec étonnement,
que l’handicapé ne regarde pas automatiquement le clavier
pour écrire !
La diférence entre le comportement apparent d’un
handicapé privé de parole et ce qu’il exprime est si saisissante, que la
CF est un déf fou pour nos esprits occidentaux. Mon fls
21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.